• Chroniques/Accueil

     

    Tout ce qui se rapproche de près ou de loin à un avis, c'est par ici. Attention, il y en a beaucoup. Le mieux serait de visiter le menu déroulant au dessus et de choisir ce qui vous tente de découvrir dans le menu "Chroniques" ou "Thèmes"

     

    Focus Littérature

     

  •  

     Résumé 

     

    « Le surnaturel est l’ensemble des phénomènes – s’ils existent – dont les causes et les circonstances ne sont pas connues scientifiquement et ne peuvent être reproduites à volonté. Voilà ce à quoi Leaven n’accorde aucun crédit. Alors, lorsque les faits auxquels elle attache tant d’importance ne trouvent plus d’explication logique, elle tente de se réfugier derrière sa précieuse réalité, dont les frontières ont pourtant décidé de s’arrêter aux portes de Cold Host. »   
     

     Ma chronique 


    Je remercie l'auteur pour m'avoir proposé la suite de sa quadrilogie.

     

    Je ne pouvais pas débuter ce second tome en attendant la suite (qui devrait bientôt arriver d'ailleurs, grrrr) et le pire c'est que je me dis que le quatrième n'est pas là ! En attendant, ce second tome démarre directement à la fin du premier, si ce n'est qu'il y a quelques lignes qui nous laissent sur notre séant. Un véritable départ sur les chapeaux de roues sur le toit d'une usine, par temps de pluie (toujours, d'ailleurs l'auteur a raison, trop de soleil ce n'est vraiment pas bon pour la peau). J'ai beaucoup aimé le premier tome et celui-là le dépasse sans aucun problème. Si le surnaturel reste encore en suspend, sauf avec les derniers mots et les sous-entendu tout au long du récit, le suspense avance un peu plus, sans compter ce côté thriller qui nous tient en haleine. Et j'aime quand il y a ce coté qui monte sans qu'on ne s'attende à quoi. On sait qu'il va se passer un truc qui va faire mal, mais nous ne savons pas quand !

     
    Leaven est noyée, autant sous la pluie diluvienne qui ne lâche plus sa ville que par les ennuis. D'ailleurs l'histoire des menottes ce n'est absolument pas sympa du tout. Dans le premier tome, un meurtre avait été commis. Ici la police a des aveux, un témoin et des soupçons, de quoi embarquer des personnages derrière les barreaux. Il fallait bien des ennuis supplémentaires, c'est vrai que Leaven n'en avait pas eu assez encore. Rappelez-vous entre le décès de ses parents, de sa famille éclaté, de son frère qui l'a abandonné, des histoires au lycée avec cette peste qui la blog régulièrement dans les plus mauvaises positions, un ex-petit ami qui veut se venger, des petits mots sur le casier qui sont tout sauf gentillets, dégradations de voiture, meilleure amie qui disparait quelques temps... Non, tout allait beaucoup trop bien ! Maintenant il y a cette histoire de meurtre, de décès suspect sur un personnage que nous avions dans le tome 1, le dernier nouveau Stryker qui sans même la toucher lui fait mal jusqu'à l'inconscience... TOUT VA BIEN ! Pourquoi personne ne me crois ?
     
     
    Par chance, tout ne vient pas en même temps ! Les ennuis s'étalent dans le temps, nous laissant des moments de respiration, de souffle léger. Manipuler est un art que l'un des personnages a et il faut le reconnaitre, il est doué pour cela. Capable de rendre les autres des coupables sans que la vérité éclate. C'est difficile de parler des personnages dans le sens où si vous n'avez pas lu le premier, je risque de spoiler des éléments clés. Je vais parler d'une manière générale et être plus précis pour d'autres. Ce second tome porte le prénom de Chest et bien que nous en apprenons plus sur lui, c'est tout de même Stryker qui est plus en "vue". Chest reste dans l'ombre, ne sortant que pour quelques phrases qu'il sait si bien dire, avec ce regard qu'il sait si bien faire. Stryker est plus présent dans le sens où avec Leaven ils essaient de trouver des solutions sur un point qui n'est pas un détail. Lui sait ce qui lui arrive, mais n'a pas le droit de parler. C'est bien beau tout cela, mais à cause de qui ? De quoi ? Pourquoi ? Qu'est-ce qui le pousse a agir de cette façon ? Pourquoi veut-il absolument qu'elle trouve elle-même qui il est ?
     
     
    Cette recherche d'identité était déjà enclenché dans le premier, avec des termes qui titillent l'oreille, des mots que nous n'avons plus l'habitude d'entendre. L'amoureux transis semble avoir repris du poil de la bête et montre dorénavant son véritable visage. Trop beau, trop parfait. Ces termes peuvent s'appliquer à nos deux gus qui font tourner en bourrique Leaven. Si l'un compte s'amuser avec d'une certaine manière, l'autre fait en sorte de s'éloigner le plus possible. Sauf qu'elle ne veut pas, elle veut comprendre et nous aussi par la même occasion. Les miettes de pains, ou plutôt les gouttes 'eau laissées sur ce récit nous amenaient forcément à cette vérité et là, vlan ! Point final de l'histoire ? Qui aime qui ? Qui déteste qui ? Le passé de Chest et Stryker n'est toujours pas dévoilé, mais au vu des éléments que nous avons, il est lourd, sombre et la vengeance semble être toujours un sujet épineux entre eux. J'ai hâte de savoir ce que l'auteur nous réserve, car nous allons bien savoir, pas vrai ? L'un comme l'autre, le vrai visage est là, juste sous nos doigts et c'est un véritable retournement de situation. Est-ce que nous n'avons pas tort de faire confiance aussi vite à un personnage en particulier ? Vu comment l'auteur nous retourne déjà l'esprit, elle serait bien capable de recommencer. Affaire à suivre !
     
     
    Ennemis jurés, Leaven va devoir composer avec et démêler tout cela pour son petit cœur qui est de plus en plus fragile. Comment tout cela va bien pouvoir finir ? L'histoire du meurtre et de l'accident voulu est toujours en suspend, des alliés montrent le bout de leur nez, tandis que la haine est de plus en plus violente. Leaven est un personnage qui se bat sans cesse, contre les autres, mais aussi contre ses sentiments. Elle veut être égoïste pour l'avoir pour elle, uniquement pour elle, mais elle en veut pas que la vie lycéenne de ce personnage devienne un néant. Après tant de déceptions et de désespoir, elle entrevoit enfin la lumière au bout du tunnel, mais, car il y a toujours un mais, elle va devoir surmonter encore de nombreux obstacles. Se serait bien que les "adultes" responsables mettent enfin le nez dans leur progéniture, franchement, une bonne punition pourrait peut-être remettre les idées en place. Je dis ça, je dis rien, enfin, bref.
     
     
    L'amitié est toujours au cœur du récit, même s'il y a encore de la noirceur qui essaye de tout ravager sur son passage. L'ex éconduit qui n'attend qu'une erreur pour se venger... Je l'attends de pieds ferme cette vengeance et je me dis qu'elle va faire mal, très mal, surtout qu'un personnage est comme qui dirait enfermé chez lui. C'est également la découverte de poèmes, de chants, de paroles, de groupes, les révélations sont de plus en plus nombreuses, pourtant l'auteur nous laisse toujours dans ce flou de qu'est-ce qu'ils sont ? Démons ? Sorciers ? Anges ? Explorateurs du temps ? Doctor Who ? Immortels ? Créatures surnaturelles ? Le phrasé dans certains moments rappelle une époque lointaine, mais sans avoir pour le moment une idée fixe, jusqu'à ce que l'ampoule s'allume au-dessus de la tête et fasse tilt ! Mais comme indiqué plus haut, c'est le mot de la fin qui tue et il va falloir attendre quelques jours avant de découvrir la suite ! Quel est le rapport avec Leaven ? Fait-elle partie d'un plan plus grand que tous les personnages ?
     
     
    Le mystère s'épaissit autour des personnages, laissant un petit gout de "reviens-y" très vite. Lage n'est pas en reste dans ce récit. Elle va devoir composer avec ce nouveau Dane sans comprendre ce qu'il veut, tout comme le fait qu'elle se rapproche de Chest sans savoir comment faire pour le repousser et rester dans les bonnes grâces de son amie, ne pas lui faire de frayeur, ce qui devient de plus en plus difficile. Il se trame quelque chose derrière Dane et Lage, Chest semble prendre de plus en plus de place au cœur du lycée et de cette ville. Un peu d'argent, de bonnes relations et tout va pour le mieux pour lui. Mais pour les autres, c'est autre chose. Les relations se modifient, évoluent, les personnages aussi évoluent et si certains font ce qu'ils peuvent pour garder la tête hors de l'eau, d'autres s'amusent à appuyer dessus pour les enfoncer un peu plus dans le désespoir. Nous sommes comme Leaven dans l'incapacité de respirer correctement dès que les pages défilent et elles tournent vite ! Les émotions sont nombreuses et si la mort des parents est toujours présente, nous avons d'autres choses à penser pour nous laisser nous démoraliser trop longtemps.
     
     
    Les doutes ont fait place à des certitudes concernant Stryker, mais dans ce cas, Chest ? Je me dis que la suite promet de sacrées surprises et j'ai hâte de découvrir ce que nous réserve l'auteur. Il est clair que maintenant nous comprenons mieux certains détails disséminés ça et là. Difficile de ne pas céder à ces personnages, de ne pas les suivre les yeux fermés pour mieux comprendre ce qui se trame. Le côté surnaturel arrive un petit peu plus, il sera bien plus important dans les prochains, et ça, c'est ma boule de cristal qui me l'a dit ! Je suis en attente des mots suivants afin de découvrir le pourquoi tout cela ? Pourquoi avoir jeté son dévolu sur Leaven, Dane et les autres. La romance est légère et cela me convient parfaitement, car il y a tellement de choses autour que si nous restions focalisé sur Leaven, cela aurait été un mal.
     
     
    En conclusion, une suite plus qu'à la hauteur du premier, avec moins de mystères, plus de rebondissements, de revirements de situations et de méchancetés. Lorsque la police s'en mêle, il vaut mieux faire attention à ses arrières et pour le moment, même le diable devrait se cacher un peu plus, surtout lorsque la foudre risque de s'abattre à tout instant !


     

     Extrait choisi : 

     
     
    « J’étais, bien évidemment, estomaquée devant la réaction de Stryker. Pour la deuxième fois consécutive, il m’avait laissée pour morte au milieu de nulle part. Si j’avais été assez gentille pour ne pas l’accuser indûment après ce qu’il s’était passé au stade, je ne me laisserais pas avoir à nouveau. Quelque part, je me sentais profondément égarée. Je ne comprenais rien à ce garçon, rien à sa manière d’agir ou de se comporter, ni à ses phrases à demi-mot. Tout chez lui n’était que pure contradiction, y compris les sentiments qu’il me faisait éprouver à son égard.
    Honnêtement, je ne saisissais pas ce qui me poussait à aller vers lui et à vouloir comprendre ce qui m’échappait. Je n’arrivais d’ailleurs pas à me départir de cette idée absurde de secret dissimulé. Seulement, ce silence qu’il voulait constamment garder et ses explications plus déroutantes qu’autre chose renforçaient davantage ce sentiment.
    Me revenaient également ses étranges paroles. « Tu ne vois donc pas que c’est moi qui te fais ça ? » Que voulait-il dire par-là ? Il ne m’avait pas touchée, j’en étais bien certaine. Alors qu’insinuait-il ?...
     »

     

    L'Ombre du phénix, Tome 2 : Chest - Livre de Lage Ender

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

     Résumé 

     

    « Sur Terra IV, les amazones ont pris le pouvoir et colonisent déjà Encartia pour asseoir leur empire naissant. Les mâles sont chassés alors que les femmes sont capturées dans l'espoir d'être converties et de rejoindre leurs rangs.

    Obligés de fuir, Oscar Maltanar, Dalfo Mercantorus, le roi Gola Khol et le roi Kamuni espèrent trouver refuge auprès du roi Leonidas sur Animotopia afin de bénéficier d’un soutien précieux, ignorant qu'ils comptent un traître au sein de leur groupe de rescapés.

    De leur côté, Esteban et Leonida, prisonniers de la fosse, planifient leur évasion. De la réussite de leur entreprise dépend grandement l’issue du conflit intergalactique à venir. Pourtant, un voyage long et incertain les guette.
    »   
     

     Ma chronique 


    Merci Chris pour ce manque de répit, mdr, mais il est vrai que j'attendais avec impatience cette suite.
     
     
    « — Et alors ? Cela serait aussi dramatique que tu le penses ? As-tu réellement envie que d’autres femmes innocentes se fassent agresser comme toi tu l’as été ? Que des jolies jeunes femmes se fassent harceler voire violer simplement pour la beauté de leur apparence ? Crois-tu qu’elles l’aient désiré ? Les choses doivent changer. Cela fait des siècles voire des millénaires que ces comportements ne cessent d’affecter des millions de femmes, quelles que soient leur couleur de peau, leur espèce ou leur origine planétaire. Il y a tant de crapules qui continuent de vadrouiller dans les rues. Si la justice patriarcale ne veut pas s’attaquer à ce fléau, il faut bien que des femmes s’en chargent.
    — Et endosser nous-mêmes le costume de bourreau ? »
     
     
    Nous avions laissé Esteban et sa douce Leonida dans une posture plus que dangereuse, aux mains des amazones. Alors que nous pensions qu'ils allaient réussir à tout détruire, à faire en sorte que les femmes arrêtent ce jeu de massacre, il n'en est rien. Leonida et Esteban ont fort à faire et déjà ils va leur falloir se débrouiller pour s'en sortir en un seul morceau. Et pendant ce temps là, Terra IV est en très mauvaise posture, enfin surtout les hommes.
     
     
    LE POUVOIR AUX FEMMES ! Quoi ? Qui est contre ? Non franchement, personne n'a envie de contrer des femmes qui sont capables de tout. L'idée que nous (car oui jusqu'à preuve du contraire je suis une femme) sommes capable d'obtenir ce que nous désirons, sans subir d'outrage. Que ce soit des hommes qui se prennent pour des Dieux, les malhonnêtes, les violeurs, les menteurs, nous en avons assez. Une vision radicale de la société dans laquelle nous vivons en ce moment même, mais qui est tout de même assez approchant. Il n'y a pas une semaine dans n'importe quel journal où une femme a été battue par son mari, violée par un voisin et c'est sans compter sur les faits qui ne sont pas écrits. Oui, l'homme est un loup, un animal qui ne sait pas se tenir, il faut lui mettre des laisses, le frapper pour qu'il comprenne que ce qu'il a fait c'est mal et le tuer s'il n'arrive pas à comprendre et à se soumettre surtout. Il y a des extrémités qu'il vaut mieux ne pas approcher et pour tout vous dire, en étant une femme forte (dans tous les sens du terme) et indépendante je suis contre le fait d'enlever des hommes et les réduire à de simples esclaves.
     
     
    Changer la vision du monde oui, faire attention à la nature, vivre mieux, tout cela est quelque chose qui me convient parfaitement, mais de là à aller à de telles extrémités, non. Il y a du bon en chaque homme comme en chaque femme, comme le fait qu'il y a du mauvais partout. Nous ne pouvons pas nous amuser à créer une société où les femmes seraient au pouvoir en écrasant les autres. Pourtant cela pourrait être sympa si et seulement si il y avait d'autres méthodes prises. Chris nous entraîne de nouveau dans ce périple où les hommes subissent les foudres des femmes bafouées, oubliant leur "humanité". C'est un sujet où chacun à son avis, ses mots et sa façon de voir. Ici les Amazones nous montrent ce dont elles sont capables pour obtenir leur but ultime : la paix pour toutes les femmes et la technologie au plus bas. C'est amusant comme ce point est bien indiqué par moment et le fait que justement celles qui sont au cœur de ces machinations les utilisent. Parce qu'elles en ont cruellement besoin pour arriver à leurs fins. Cette contradiction entre les mots et leurs gestes montre l’ambiguïté entre ce qu'elles veulent et leurs actes.
     
     
    Alors que Leonida et Esteban arrivent à s'en sortir non sans dégâts et font un sacré saut dans le temps, nous suivons certains qui ont réussis à s'enfuir, pour mieux trouver une solution. Oscar, Dalfo, les roi Gola et Kamuni partent pour Animotopia et rencontrer le roi Leonidas et la reine Yaëlle. La demande d'aide est en marche, malgré des différends, malgré des positions instables et surtout le fait que l'un des traitres est à leurs côtés sans le savoir. La délégation ne se rend compte de rien et commence à voir qu'il va y avoir de nombreux combats pour retrouver leurs planètes comme avant. Cette partie est très intéressante car elle montre les dessous de la royauté et qui tire réellement les ficelles. Le paraître est aussi important que la couronne et tout ce qui se passe en coulisse n'est pas toujours bon à dire. Oscar en a bavé, mais il reste un homme prêt à défendre sa position. Les choix de la reine Yaëlle sont à la fois impressionnant et plein de sagesse. Sa vision des choses est écoutée et respectée, comme quoi tous les hommes ne sont pas forcément mauvais.
     
     
    La plus grosse partie du livre est sur le voyage temporel de Leonida et Esteban. Ces quelques jours à chercher une manière de rentrer chez eux, de partir à la rencontre de personnages qui font partie de l'histoire depuis le tout début est enrichissant. Certains personnages ont déjà un destin tout tracé et rien ne pourra y changer cela. C'est comme vouloir retourner dans le passé pour y changer une petite chose qui nous a dérangé et une fois revenu le monde entier a changé ? C'est exactement ce que nos deux tourtereaux vont tout faire pour éviter qu'un drame n'arrive. Ils n'ont pas eu le choix de changer de temps, mais à quel prix ? L'enquête qu'ils vont devoir mener, récupérer de quoi rembourser les travaux à faire sur leur papillon, sans oublier les nombreuses recherches pour mieux comprendre ce qui se passe dans leur monde montre l'influence que l'un peut avoir sur l'autre et inversement. En plus de des aventures qu'ils vivent, ils sont dans une telle connexion que j'en suis jalouse. Esteban démontre que même s'il n'est pas enquêteur comme sa dulcinée, il n'a rien à lui envier au vu de la façon dont il gère certaines situations. Je n'en dis pas plus sur ses capacités car il faut vraiment les découvrir dans ce tome, même si nous avions un avant-gout dans le précédent.
     
     
    Je ne sais absolument pas qui détient le pouvoir chez Chris, mais maintenant je ne me pose pas de questions. Avoir le pouvoir sur quelqu'un c'est comme obtenir quelque chose, hors nous sommes tous des êtres vivants. J'allais dire humain, mais les diverses espèces que composent cette série est vraiment diversifiées. Sirène, humain, centaure, rhino, guépard et bien d'autres encore, il y a de quoi faire et de quoi découvrir. Chacune des espèces à une manière de vivre, de se parler, de s'adapter à l'une ou l'autre des planètes. Chacun à sa manière de présenter les événements comme il veut, comme il le perçoit, comme il l'entend. L'heure est grave et il va falloir que tous se serrent les coudes. Cela risque d'être compliqué, car les 4 femmes qui sont à l'origine de tout cela ont de la répartie et surtout une envie d'enrôler un maximum d'autres femmes dans leur rang. Ce ne sont plus des épouses aimantes, ou des femmes emplies de joie, elles deviennent des guerrières sans pitié. Qu'est-ce qu'un peu de sang étalé sur les routes ou les murs si on peut obtenir des esclaves hommes ? Et dans n'importe quelle espèce, bien entendu. C'est si amusant de les voir ramper pour demander d'avoir le droit de vivre... Hum, pardon je m'égare !
     
     
    La liberté des uns ne doit pas empiéter sur celles des autres et vouloir un monde meilleur ne signifie pas qu'il faut aller jusqu'à assouvir une certaine catégorie pour y parvenir. Chris nous emmène dans un combat qui n'est pas simple. Il y a ceux qui ont souffert et qui réclament vengeance et il y a ceux qui ont utilisé le pardon pour continuer à vivre. D'un côté comme de l'autre, il y a de bonnes raisons, il s'agit surtout de comprendre que la manière forte ne donne jamais de bon résultat. La façon dont la dernière cavalière est mise dans le jeu des 4 est très intéressante. Elle montre le fonctionnement de Medusa et la façon dont elle a plus ou moins accepté de faire partie de ce grand plan. Sa véritable vie, son mode de fonctionnement, son envie de bien faire en tant que guérisseuse et tout ce qui va avec. La rencontre avec l'une d'entre elle et les petites phrases insidieuses qui vont et viennent dans l'esprit pour mieux distiller la sensation qu'elle fait partie des leurs.
     
     
    C'est un ensemble d'événements qui font que chacun des personnages avaient déjà un destin tout tracé dans ce combat. C'est amusant d'apprendre qui ils étaient plus jeunes et comment ils ont pu parvenir à ce qu'ils sont devenus. Les vies sont entrecroisées de telles manières qu'il faut faire attention où mettre les pieds. Au-delà de ces quêtes incessantes de vérité, nous avons aussi l'amitié à un certain niveau. Entre ces "soeurs" il n'y a pas de jugement, seul un but d'adoucir leur vie. Soudées comme jamais, les 4 ont démontré qu'elles savaient s'écouter et surtout comprendre ce que l'oracle pouvait bien leur révéler. Les sciences exactes et les sciences occultes qui se mêlent afin de tracer une ligne temporelle. Et si quelque chose avait réussi à ne pas laisser le destin avancer correctement ? Et si cette fameuse ligne était sur le point de se détruire, vers quoi vont-ils tous ? L'amitié est un point fort, tout comme l'amour. Leonida et Esteban ont le droit à leur intimité et fermer la porte du vaisseau pour les laisser tranquille est une très bonne idée. Nous n'avons pas besoin de détails dans ce type de lecture, c'était donc parfait. Leurs sentiments sont assez forts pour ne pas s'encombrer de scènes intimes qui n'apporteraient rien. Au contraire, les voir si soudés est ce qu'il y a de plus beau.
     
     
    C'est un troisième tome qui nous montre les débuts de l'hécatombe. Comment des êtres vivants en arrivent à ce point ? De nombreux événements qui se sont enchaînés, des moments clés, des idées partagées et bien d'autre choses encore. Jeter la pierre à ces femmes bafouées n'est pas non plus la solution, car il y a un fond de vérité pour chacune d'entre elles. Le temps est un ennemi et ce n'est pas la présence de cristaux blancs flottant dans l'air devant les yeux de Mamadou qui diront le contraire : les mots s'envolent les écrits restent, mais pas toujours. Est-ce que le résultat sera le même ? Et si le pire était à venir ? Je suis bouche bée face à la manière dont Chris à su mettre en place les enchaînements et à m'emporter dans les aventures des uns et des autres. En conclusion ? Si vous ne connaissez pas encore cette série : foncez ! Elle dégage bien plus que de la science-fiction, et nous apporte de nombreuses valeurs qu'il ne faut pas oublier. Et surtout une chose : le jugement est facile lorsque nous ne sommes pas dans leurs souliers.
     

     Extrait choisi : 

     
     
     « — Mes très chères sœurs ! La première phase de notre plan d’attaque a été couronnée d’un succès presque parfait. Nous avons perdu un vaisseau, un seul, ce qui est plus que ce que nous avions envisagé, mais quand on connaît le caractère imprévisible de la vie… Peu importe, je m’adresse à vous, mes très chères dresseuses, vous qui avez été formées pour chasser et dompter les créatures masculines ! Votre heure est venue ! Vous avez pour ordre d’entrer en piste ! Traquez sans relâche tous les mâles errants qui ont survécu au bombardement. Vous pouvez me faire confiance, il y en a ! Capturez-les tous, sans la moindre exception ! Nous avons besoin de serviteurs pour asseoir notre règne et pour poursuivre notre œuvre sur d’autres planètes ! Cela dit, si certains opposent trop de résistance, vous avez le permis de tuer sans hésitation… En revanche, je vous demanderai de traiter avec beaucoup d’égard les femmes qui ont été abandonnées à leur triste sort. Aveuglées par la propagande patriarcale qui a imposé son joug durant des siècles, elles ne voient pas au-delà du voile illusoire qui couvre leurs yeux.  Elles l’ignorent, mais au fond d’elle, elles sont unies par un lien indéfectible, la[…]   »

     

     

    Partager via Gmail

    16 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique