• Absyrialle (Fabrice Chauliac)

     

     

    Lien pour l'acheter sur Amazon

     

    Partenariat

     Les Originels, tome 1 : La Naissance (Charlène Gros-Piron) 

     

    Auteur :


    270 pages papier

    Thème : Historique Fantastique

    *******


     

    Résumé :

    « Europe, fin du XVIIIe siècle. L’éruption du volcan islandais Laki en 1783 plonge le monde dans l’obscurité et l’obscurantisme. Le nuage de soufre qui recouvre une partie de l’Europe dévaste les cultures, entraîne la famine, fait tomber les pouvoirs en place, et remet en perspective toutes les croyances établies. Beaucoup y voient la trace d’un châtiment surnaturel, que tout le monde désigne sous le nom de Fléau. L’Église vacille d’autant plus que l’éruption du Laki révèle l’existence d’une cité enfouie, Absyrialle. Mais cette cité, son architecture, sa richesse, ses moeurs et ses occupants ne sont pas les vestiges d’une civilisation ancienne et oubliée. Bien au contraire, Absyrialle est toute puissante et ses origines restent mystérieuses, tout comme les desseins des princes démons qu’on y vénère. Théodule, écrivain public et philosophe ne se doute pas combien sa rencontre avec Galoire de Montbrun, envoyé du Vatican au passé trouble, va l’entraîner au cœur des complots les plus sombres de la Cité. »
     

     

    Yem, tome 1 : le grand rift (Gilles Milo-Vacéri)

    Les sorcières de salers, tome 1 : le renard à neuf queues (Virginia Besson Robilliard)

    Dans le cadre du partenariat avec Livraddict, j'ai eu la chance de pouvoir lire ce roman. Je remercie d'ailleurs le site ainsi que la maison d'édition Voy’el pour l'envoi de ce livre.

     

    18ème siècle.

     

    Un volcan entre en éruption, provoquant un air maladif et une apparition d'une ville du nom d'Absyrialle. Les gens tombent malades, la famine est instauré, les bagarres deviennent des droits de passages, une forme de moyen-âge qui se remet en place. L'église qui tente de reprendre une place au milieu de pauvres ères. Dans tout cela, Théodule, un homme attaché à son sac jaune criard va faire la rencontre d'un certain Galoire de Montbrun. Une fine lame comme peu on eu l'occasion de voir. Ils ont un but commun : entrer dans cette fameuse ville. Bien entendu, n'importe qui ne peut pas y entrer sans avoir graissé la patte de plusieurs dirigeants et encore. Ils vont pourtant y parvenir, mais l'un comme l'autre ont un but non avoué. Arriveront-ils à toucher leur plus cher désir ?

     

    "Une violente quinte de toux le plia en deux. Quand elle s'acheva, il se redressa péniblement et s'essuya la bouche du revers de la manche. La vue du tissu maculé de sang ne l'inquiéta pas : il avait cessé de se demander combien de temps il était possible de se vider ainsi de sa substance. Il lança un flot d'imprécations au Laki. Après tout ce temps, le volcan aurait finalement sa peau. Il entendit les accents déformés d'une voix portée par le vent. On l'appelait. Il s'approcha du bord. Au pied du rocher, un grand gaillard aux cheveux roux gesticulait, brassant l'air de ses bras musclés pour capter son attention. Lorsqu'il fut assez près, il lui lança d'une voix essoufflée :

    - John ! On en a trouvé une autre..."

     

    Lorsque je me suis proposée pour faire partie des partenaires lecteurs, la couverture m'avait tapé dans l’œil. Une femme au milieu, entouré de paon, des griffes sombres... Sans compter la quatrième de couverture qui est alléchante.

     

    Les us et coutumes des habitants d'Absyrialle sont dégradants pour ceux qui sont asservis. La peur est présente, la méfiance tout autant. Personne ne se mélange avec ceux qui sont en haut ou tout en bas de l'échelle. C'est très bien tranché, celui qui se perd à intérêt à avoir une bourse bien garnie et une excuse valable autrement il finit dans les profondeurs des eaux qui entourent la ville.

     

    Les complots sont minutieusement travaillés. Les événements s'enchaînent sans vraiment savoir où l'auteur va nous emmener ni même si cela est vraiment terminé au final. Le côté sombre de certains personnages pourrait passer pour juste de la vilénie, mais au final lorsque l'on découvre leur vrai visage cette noirceur n'est qu'une simple façade qui en cache beaucoup d'autres.

     

    Théodule est une sorte d'écrivain qui devient le valet de Galoire. Pourquoi? Parce qu'à force de se retrouver dans les ennuis et jusqu'au cou, il a comme qui dirait besoin d'un protecteur. C'est un peu le principe de l'homme qui donne sa vie à celui qui l'a sauvé. Quant à Sieur de Montbrun il est doué, vraiment très doué avec une lame, mais reste très mystérieux. Concentration, vigilance, il danse presque avec ses partenaires qui ne trouveront que la mort. Car ici, en Absyrialle, les duels ont lieu et ils font partis de l'attraction du peuple. Ces deux hommes ont une forme d'amitié qui est forte. L’inquiétude pour l'un ou l'autre devient presque normale. J'ai beaucoup apprécié le rôle de Ruthimel.

     

    J'ai beaucoup aimé suivre ces deux-là et découvrir le pourquoi ils sont réellement venus par ici. Rien n'est anodin, le moindre mot est source de problèmes ou de solutions. J'ai adoré le côté sombre également du récit. Attention, certaines scènes peuvent être mal perçues car quelque peu gore ou sexuel, mais elles sont très rapide. Seule celle avec le fil et le doigt m'a un peu dérangé – en même temps je mangeais à ce moment précis. De plus de la torture physique semble être très appréciée par un certain nombre de personnages, tout comme les expériences malsaines.

     

    " A peine avait-il été libéré des conséquences de ses actes que Sade s'était employé à explorer avec méthode l'arche des perversions. Il avait renommé l'enclave Silling et en avait fait une véritable prison où nulle autre règle que la satisfaction de ses désirs n'existait. Cette attitude l'avait conduit à enfreindre presque toutes les lois existantes et à violer l'éthique, la morale commune et religieuse. Ces années d'exercice d'un pouvoir quasi divin l'avaient transformé en monstre adipeux. L'histoire de tous ses excès s'était inscrite sur tout son corps."

     

    Les chapitres sont très courts, une, deux voire trois pages. Ce que je trouve dommage c'est la mise en page. Il n'y a pas de saut de page pour les chapitres, à moins que ce ne soit que des livres pour service presse ?

     

    Par contre j'ai eu quelques soucis avec ma lecture. Déjà j'ai eu un mal fou à entrer dans l'histoire. L'auteur écrit très bien, je pense même trop bien. Le langage est très soutenu, il use de mots qui ne sont pas forcément connus de tous. De plus je n'ai pas compris toute l'histoire. Certains passages sont longs, des personnages vont et viennent sans trop savoir à quoi ils servent comme le Marquis de Sade par exemple – si c'est pour la débauche, j'avais bien compris qu'il y en avait.

     

    En conclusion, une histoire que j'aurai pu apprécier plus s'il y avait eu quelques notes supplémentaires pour expliquer certains mots déjà, surtout ce qui se rapporte à la démonologie. Tout le monde ne connaît pas forcément le byssithaar ou encore les spadassins. (et il y en a d'autres...)

    Malgré des longueurs j'ai apprécié la découverte de ce monde. Et tout le côté duel est un super moment. Par contre je m'attendais à plus de violence sur certains points dont j'ai tu volontairement dans mon avis. Le surnaturel est finalement très léger. L'histoire en elle-même est compliquée, voilà c'est le mot que je cherchais depuis le début de mon avis. Elle est compliquée autant dans les personnages, que les liens entre eux, que le pays tout entier, sans oublier le fait que les lieux changent souvent. Surtout à ne pas oublier qu'il vaut mieux être un lecteur averti à cause de certaines scènes qui sont tout de même horribles – elles sont très bien décrites et pas d'imagination à avoir car tout est écrit. J'aurai aimé en savoir plus sur Théodule au final, mais bon, l'histoire est terminée.

     

     

     Logo Livraddictbabelio

    Défis sur Fb 

     

    « Les sorcières de salers, tome 1 : le renard à neuf queues (Virginia Besson Robilliard)Voy'el Editions »

  • Commentaires

    6
    Vampilou
    Vendredi 24 Juin 2016 à 16:50
    Wahou, cette couverture est juste à tomber ! Et sinon, ça me tente pas mal, j'adore l'univers :-D
      • Vendredi 24 Juin 2016 à 19:08

        C'est bizarre comme cela ne m'étonnes pas xD

    5
    Vendredi 24 Juin 2016 à 15:03

    C'est pas tellement mon genre mais belle chronique !
    Bonne journée à toi :) 

      • Vendredi 24 Juin 2016 à 19:08

        Merci puce, bonne journée à toi aussi :)

    4
    Vendredi 24 Juin 2016 à 13:57

    C'est pas trop mon genre de lecture , merci de la découverte.

      • Vendredi 24 Juin 2016 à 19:07

        Il faut aimer le côté sombre tout de même, c'est pas fait pour tout le monde :)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :