• Au seuil de l'instant (Christine Béchar)

     

    @Fotolia 

    La bête du Bois de Boulogne (Christine Béchar)

    Auteur : Christine Béchar


    194 pages format ebook

    Thème : Romance contemporaine

    *****

    Service Presse de l'auteur

    4ème de couverture :

    « Patrick est un homme d'affaires très occupé. Occupé, mais déterminé à revoir cette femme rencontrée par hasard dans un musée et dont le souvenir l'obsède. Que dissimule-t-elle ? Pourquoi tient-elle tant à lui cacher son identité ? Patrick a bien l'intention de mettre tout en oeuvre pour percer son secret. Quoi qu'il en coûte. »

    La bête du Bois de Boulogne (Christine Béchar)

    Je tiens à remercier Christine Béchar pour l’envoi de ce service presse. J’avoue que je ne connais pas sa plume et je me suis penchée sur ce livre, très curieuse. Je n’avais pas vu non plus la 4ème, parfois, le fait de suivre un auteur me suffit à dire oui pour la lecture. Je ne regrette absolument pas. Il s’agit d’une romance contemporaine et je peux vous assurer qu’elle vous fait réfléchir.

     

    Un homme, une femme, une rencontre…

     

    Lui, c’est Patrick – je ne donnerais pas son âge, car nous ne l’avons pas dans l’immédiat et j’ai aimé cette façon de ne pas le dire, de nous laisser chercher – et elle, c’est Nathalie, pas loin de la cinquantaine, mais à qui nous pourrions donner une moyenne de 35 ans. Il la connait, de loin, de près, ayant lu avec avidité l’un de ces livres, n’osant l’approcher jusqu’à ce qu’un jour, par pur faux hasard, il la rencontre dans une galerie d’art. Soit dit en passant, j’aime beaucoup la couverture, elle représente certaines scènes du livre. Elle use d’un pseudo, pas pour se présenter, mais pour dédicacer ses livres. Un brève échange et la voila qui s’enfuit sans demander son reste, mais pas sans que lui puisse lui donnez un rendez-vous au lendemain.

    Nous pourrions croire qu’il s’agit d’un homme qui a envie d’une femme, qu’une fois qu’il aura obtenu ce qu’il désire il la laisserait tomber, mais en fait, il n’en ai rien. Patrick est un homme charmant, quelque peu insistant, mais il se met souvent en retrait lorsqu’il se demande s’il ne pousse pas trop loin sa chance. Il est souvent sur la réserve, voulant lui offrir ce qu’il y a de mieux, mais elle refuse catégoriquement, pensant surement qu’elle ne le mérite pas, ou n’y crois pas. Le livre est vu par Patrick, donc nous n’avons pas les pensées de Nathalie, jusqu’aux lettres. Nathalie a deux facettes en elle bien distinctes. La première est cette femme qui est douce, souriante, chaleureuse, pudique par moment sachant profiter de ce que la vie lui offre. La seconde est froide, indifférente à tout ce qui l’entoure, comme si des ombres du passé venaient l’enfermer dans ses pensées et la bloquer physiquement et mentalement.

    Un autre personnage est important dans cette histoire, il s’agit de Mick, l’associé de Patrick (j’avais oublié de préciser qu’il a sa propre entreprise, mais passons ce détail). Concernant Mick, j’ai eut du mal à voir où il voulait en venir. Protéger son associé et ami ? Jaloux ? Casse-pied exceptionnel ? Oui, il est, je pense, un peu tout cela. Un homme qui a ce qu’il veut, le travail est important, s’amuser aussi, mais il semble avoir peur que cette femme fasse tourner la tête de Patrick et lui soutirer de l’argent, à moins que cela ne soit plus profond.

    Je n’en dirais pas plus, je vous ai dévoilé une infime partie de ce qui se passe réellement. Nathalie va être au cœur d’un double drame, avec d’autres personnes de son entourage. Nous la voyons différemment que ce que le début nous avait montré. Une femme qui n’a peur de rien, qui est prête à tout pour ses enfants (quelles mères ne le seraient pas ?) et dont le regard des autres ne l’atteint pas, pas vraiment.

    J’ai aimé beaucoup d’éléments : les moments d’intimités, qu’ils soient sexuels ou non. Les mots sont emplis de douceur, les gestes remplis d’humilité même. Mais aussi la manière de voir de Patrick. Cet homme est obsédé par elle, par son corps, par sa voix, son visage, même s’il ne connait pas réellement cette femme. Lire un livre de ces mains ne suffit pas à connaitre. Il est amoureux tout simplement. Dire qu’il était un célibataire endurci, les gens changent, parfois. Leur relation qui ne sera pas simple, car lui bouge énormément pour son travail et elle, parfois ne montre pas ou peu d’intérêt. La fin est surprenante, il n’y a pas d’autres mots. Avoir une double fin, nous montrant ce que lui aurait aimé avoir avec elle, les échanges de lettres qu’ils auront et cet espoir que plus tard peut-être ils avanceront ensemble pour un bout de chemin, plus calme, plus posé, peut-être. Ce livre m’a fait me poser beaucoup de questions personnelles, dont je ne dévoilerais rien ici, mais il fait réfléchir à ce qu’est notre vie, nos envies, nos désirs, nos contraintes et bien plus encore. L’auteur aurait écrit plus de pages, je les aurais avalés aussi facilement que celles-là.

    Extrait bouleversant une fois la lecture presque terminée :

     « Je sais… je ne suis pas parfait : trop jeune, trop beau, trop riche !
    Mine de rien, moi aussi je prends de l’âge et je réalise que j’attends dorénavant autre chose de la vie. Tu as fait renaître en moi un désir oublié : celui de m’endormir et de me réveiller auprès d’une femme. Je serais heureux que tu deviennes cette compagne.
    Il serait insidieux et faux… voire niais de te promettre une liaison durable, car c’est pour moi une terre inconnue, mais je peux t’assurer que ce ne sont pas quelques rondeurs au ventre ou quelques rides en plus qui mettront de l’ombre dans notre relation. Alors si tu m’aimes, ne serait-ce qu’un tout petit peu, tu devrais nous donner une chance.
    Tu constateras que ce livre a quantité de pages blanches. Aucune erreur n’a été faite à l’impression. À défaut de pouvoir réécrire notre passé, je te donne la possibilité de finir ce livre en écrivant notre avenir à compter de ta libération. Tu ne peux pas tout prévoir, mais tu peux tracer les grandes lignes. Quelle que soit la voie que tu choisisses, ne perds jamais de vue les mots de Nietzsche :
    « L’homme qui est incapable de s’asseoir au seuil de l’instant en oubliant tous les événements passés, celui qui ne peut pas, sans vertige et sans peur, se dresser un instant debout comme une victoire, ne saura jamais ce qu’est un bonheur… »
    Quand on a un passé aussi douloureux que le tien, on ne peut l’oublier ; j’espère sincèrement que tu seras en mesure de tourner certaines pages et de vivre au présent, sans craindre les à-pics de l’avenir. Je serais heureux de t’y aider.
    Patrick
    PS : Nietzsche va plus loin : « … et ce qui est pareil ne fera jamais rien pour donner du bonheur aux autres. »
    Mon bonheur, à moi, est entre tes mains. »

     Logo Livraddictbabelio

    Défis sur Fb

     

     

    « Lux, tome 1 : Obsidienne (Jennifer L. Armentrout)Face cachée, tome 2 : Entre mes mains (M. Leighton) »

  • Commentaires

    5
    Mardi 18 Novembre 2014 à 21:47

    Merci les filles oui, il est très bien écrit et la double fin est délicieuse, si nous pouvions changer notre destin ...  wink2

    4
    Audrey Hara
    Mardi 18 Novembre 2014 à 17:21

    Il y a quelques semaines, j'ai vu ce livre sur le site de Rebelle mais pas de chroniques à l'horizon cry Alors quel bonheur quand j'ai vu que tu allais en faire la chronique biggrin

    Et bien ! Ton avis donne vraiment envie de se laisser tenter yes

    3
    Mardi 18 Novembre 2014 à 15:57

    Un avis très interressant qui me donne envie de lire ce livre !

    2
    Mardi 18 Novembre 2014 à 15:03

    Au contraire, merci à toi pour me l'avoir fait lire wink2

    1
    Mardi 18 Novembre 2014 à 14:52

    Un grand merci pour cette magnifique chronique. biggrin

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :