• Children of Styx, tome 1 : Intimidation (L.A. Nathy)

     

     

    Disponible sur amazon

    La vallée des Carnutes (Jean-Pierre Deséchalliers)

    Auteur : L.A. Nathy

    380 pages numérique (epub)

    Thèmes : Romance contemporaine

    *******

    Fait partie de la série

    Children Of Styx

     

    Résumé :

    « Sophie et Mathias débarquent à Montluçon à quelques jours de la rentrée scolaire. Stan et son frère Iwan s'apprêtent à retrouver les bancs du lycée avec, en toile de fond, la musique des « Chidren of Styx », le groupe de rock qu'ils ont créé. La rencontre de ces quatre jeunes gens marquera-t-elle un tournant dans leurs existences respectives ? »
     

    La bête du Bois de Boulogne (Christine Béchar)

    16/20

     

    Lu en Janvier, la chronique a mis du temps à venir, non pas que je ne savais pas comment l'écrire, mais plutôt que j'ai eu pas mal de travail. Plus le temps passe, plus ma mémoire me fait défaut et j'avais complètement oublié de la terminer. Je remercie l'auteur Nathy, ainsi que la maison d'éditions pour l'envoi de ce premier tome. J'ai déjà eu l'occasion de lire des écrits de l'auteur, qui était plus sanglant, violent, fantastique, avec plusieurs de ses livres, telles que les séries Dark Side et Sang d'ombre, pour ne citer que ces deux. J'aime beaucoup son style et sa façon de décrire ses personnages, de créer son propre environnement. Ici il s'agit, si je ne me trompe pas, d'une première dans la romance. Je voulais donc en savoir plus sur la manière dont l'auteur allait nous emporter dans ce qui se rapproche le plus de la réalité.

     


     

    Montluçon, tiens donc, une ville française nous ouvre ses bras. Une famille emménage, venant de Paris, suite à quelques conflits pour le fils. Les parents ont préféré partir, loin de la capitale pour repartir à zéro ce qui n'est pas évident. Sophie et Mathias, dont les prénoms originaux sont Sao Mai et Anh Dũng sont obligés de tout recommencer. De nouveaux amis, une nouvelle maison, une nouvelle école, de nouveaux choix... Les tensions sont toujours présentes, le manque des amis et de la petite amie de Mathias se fait ressentir. Avant, tous deux jouaient ensemble, la musique était un moment unique, avant, mais avant quoi ? Que s'est-il passé pour que les frères et soeurs soient devenus presque des étrangers l'un pour l'autre ? Le passé est toujours bien présent et lorsque Sophie traite de tous les noms la petite amie de son frère, c'est l'escalade. Lui qui n'a jamais été violent voit apparaitre sur la joue de sa soeur la marque de ses doigts. Ce qui ne plaît à personne et encore moins à l'enseignement de leur nouveau lycée. Une simple altercation qui a dérapé et voilà les ennuis qui sont de retour.

     

    Il n'y a pas que cette famille que nous découvrons, la famille Jarosz est plutôt bien connu, surtout les deux frères, Stan (17 ans) et Iwan (20 ans) qui font partie du groupe "Children of Styx". Un groupe de musique qui est bien en place, avec de nombreux fans et des groupies de tout âge. La voix de Stan est en partie à l'origine des émeutes qui peuvent se produire après les concerts, sans compter qu'il aime les femmes. Seul "défaut" ? Il se "sert" de ces jeunes femmes sans pour autant leur promettre monts et merveilles. Il est franc sur ce qu'il désire et ne s'en cache pas. Stan et Iwan ont connu des déboires également dans leur passé, sous le prénom de Justine, une jeune femme de 20 ans qui est totalement accro à Stan, dans le genre obsédée. Lorsqu'elle a quelque chose en tête, rien ne peut l'empêcher de l'obtenir. Entre la famille de Stan et celle de Justine, il y a un tribunal qui n'a pas encore statué sur ce qu'il doit faire.

     

    La rencontre entre les quatre jeunes gens reste logique, ils sont tous dans le même lycée, dans le même type d'étude, option musique, c'est tout naturellement qu'ils vont forcément se rencontrer à un moment ou un autre. Les frères Jarosz deviennent amis avec Mathias qui va se laisser entraîner dans le groupe des Children of Styx. La petite soeur Sophie a rencontré le regard de Stan qui ressent quelque chose de plus qu'un simple coup d'un soir. Une histoire qui pourrait être simple, si et seulement si le harcèlement qu'ils vont subir ne va pas tout ternir. En un mot : Justine. Elle représente le mal dans toute sa puissance. L'amour, la haine, la frontière est mince entre les deux. Cette jeune femme a un problème et lorsqu'elle voit Stan avec une autre femme, elle devient une autre : menaçante, terrible, violente. Une seule personne peut tout détruire.

     



    La relation devient difficile, inexistante. La peur de se faire frapper, d'être mise sur les réseaux sociaux, les menaces deviennent réalité. Ce premier tome est sur deux tableaux : le cas Mathias et celui de Sophie. Leurs passés respectifs ne les lâches pas et déjà avant d'arriver à Montluçon, une personne était déjà au cœur des problèmes qu'ils ont pu rencontrer. Cette même personne qui fait faire n'importe quoi à Mathias, jusqu'à ce qu'il disparaisse durant plusieurs jours. Le harcèlement est un point crucial dans le texte. L'auteur a su toucher là où cela fait mal. La vision de l'autre, la manière de présenter les choses pour se faire plaindre et ainsi apporter une haine à ceux qui n'ont rien fait... Tout débute sur une simple relation, qui a mal tourné, un cauchemar bien réel fait de chair et de sang. Un mot, une photo, les réseaux sociaux, le combat pour garder son intimité, les mots, les coups de fils, les menaces, la violence verbale qui devient physique... Nathy ne laisse pas le temps à ses personnages de souffler. Entre ce qui devient un phénomène de société, il y a les sentiments qui sont mis de côté, pour survivre, pour ne plus subir, pour être quelqu'un d'autre jusqu'à devenir invisible.

     

    Si j'ai pu comprendre les réactions des adolescents/jeunes gens, j'ai eu du mal à comprendre ceux des parents de Mathias et Sophie. La peur les fait peut-être réagir de cette manière, qui n'est pas forcément la bonne. C'est difficile pour eux certes, mais étouffer ses enfants par peur de les voir se détruire n'est pas la solution. (Je parle en connaissance de cause). Ce qui est bien dans le récit, c'est que l'auteur a mis en évidence les différences entre les parents des uns et des autres. Il y a ceux qui sont totalement dépassés par leur enfant et qui ne font rien d'autre que les protéger envers et contre tout même si ce n'est pas ce qu'il faut faire. Il y a ceux qui les soutiennent dans les épreuves, cherchent des solutions pour les aider à sortir de cette spirale. Et ceux qui les étouffent.

     

    Les amis, les vrais amis sont bien présents et connaissent la vérité. C'est ce qui devraient importer, si ce n'est qu'ils ne sont pas seuls. Le regard des autres même s'il ne devrait pas importer est bien dans la tête de tous. Ce regard qui fait mal, qui juge, qui ose dire tout haut ce que les autres disent tout bas. Pas mal de stress pour une lecture qui aurait dû être toute simple. L'auteur s'est amusé avec ses personnages en les maltraitant de diverses façons : alcool, drogue, atteinte sexuelle, tribunal, police, violence, harcèlement... intimidation. Cela va même plus loin que de l'intimidation. Par contre, ce premier tome se termine de manière abrupte, je me suis même demandée s'il ne manquait pas un chapitre ou deux, histoire de ne pas s'arrêter sur une image pareille.

     

    En conclusion, un premier tome qui apporte beaucoup de faits qu'il faut réussir à surmonter pour des jeunes gens. Nathy est restée dans son côté sombre pour cette romance contemporaine qui n'est pas simple : les aléas de la vie, les méchancetés gratuites, les sentiments bafoués, il y a de quoi faire entre ses pages.

     

    « Sophie se sentait brisée, elle avait vu les larmes poindre dans les yeux de Stan ; quant à elle, elle avait fait son possible pour lui cacher les siennes. L’adolescente mourait d’envie de se pelotonner dans ses bras, de s’abandonner contre lui et de répondre à ses baisers, à ses caresses, mais il y avait Justine, encore et encore Justine. En cet instant, elle ressentait le besoin de se détendre. Elle avait eu tant envie de faire demi-tour, de retrouver le jeune homme et de lui dire tout ce qu’elle éprouvait, mais elle n’en fit rien, elle monta dans sa chambre et se laissa aller. Elle étouffa ses sanglots contre l’oreiller qu’elle serra fort, comme elle rêvait de faire pour le jeune musicien qu’elle entendit chanter dans la chambre voisine. Elle dormit peu ; lui guère plus. Elle se fit même violence pour ne pas aller frapper à sa porte, le rejoindre aurait été tellement plus simple. »  

     

    https://images-eu.ssl-images-amazon.com/images/I/41r5-0-ciKL.jpg

     

    « La vallée des Carnutes (Jean-Pierre Deséchalliers)Dans ma boite il y a... #203 »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    12
    Dimanche 1er Mars à 20:10

    Je ne sais pas trop quoi en penser. A voir !

    11
    Dimanche 1er Mars à 17:47

    Pourquoi pas, tu as donné un super avis alors j'ai bien envie de sauter le pas ^^

      • Dimanche 1er Mars à 19:18

        C'est super ! J'espère qu'il te plaira si tu saute le pas :)

    10
    Dimanche 1er Mars à 12:12
    Je ne connaissais pas du tout mais pourquoi pas ! Merci pour la découverte :)
    9
    Dimanche 1er Mars à 10:49
    Satine's books

    Je ne sais pas trop si je suis le public visé mais pourquoi pas, si je le trouve ♥

      • Dimanche 1er Mars à 13:14

        à toi de voir, en tout cas, si tu le trouves, bonne lecture !

    8
    Kimysmile
    Dimanche 1er Mars à 00:11
    Kimysmile
    Ça me tente pas mal !
    7
    Vampilou
    Samedi 29 Février à 21:06
    Ça a l'air assez original et intense, alors pourquoi pas !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :