• Chimère (Marie-Pierre Bardou)

     

    Disponible sur Amazon

    Neon Dreams, tome 1 : Leaving Amarillo (Caisey Quinn)

    Auteur :  Marie-Pierre Bardou  

    394 pages numérique (epub)

    Thème : Polar

      *******

    4ème de couverture :

    « Il n’a pas d’identité. Ou plutôt, il vole celle des autres : des morts, des disparus, choisis soigneusement. Des individus seuls, isolés, sans famille ni amis, dont personne ne réclame la mémoire. Il s’invente des vies au gré de ses usurpations, s’improvise médecin, pompier, homme d’affaires, musicien… abandonnant ses différentes enveloppes lorsque son nouvel entourage devient trop « présent ».
    Surdoué, il n’est personne et il est tout, capable de tout sauf d’exister.
    Jusqu’au jour où l’une de ses identités se révèle moins solitaire que prévu : la petite sœur d’Armand, qu’il pensait être fils unique, croit son frère revenu d’entre les morts et se met à harceler l’usurpateur.
    Il doit disparaître à nouveau ; mais elle est si jolie, Albane…
    Et dans l’ombre, un flic, qui le suit et le traque sans relâche.
    Le policier l’a surnommé Chimère, et c’est bien ce qu’il est.
    Que fuit Chimère ? À son passé, l’homme qui n’a pas de nom va-t-il survivre ? »  

    La bête du Bois de Boulogne (Christine Béchar)

    Neon Dreams, tome 1 : Leaving Amarillo (Caisey Quinn)

    16/20

     

    Je remercie la maison d'édition HJ éditions pour cette découverte, par le biais du site simplement. La couverture prend tout son sens à la lecture du récit, parce que je ne comprenais pas le titre, la croix et le résumé. Il y avait quelque chose de manquant et ce n'est pas rien ce que nous allons voir.

     

    Chimère aurait pu s'appeler le Caméléon, vous vous souvenez de cette série où un homme prenait le métier de n'importe qui, s'inventait une vie pour fuir ? Ici, Chimère fuit son passé. Il prend l'identité des morts, faisant bien attention que cette personne n'ait plus de famille. Donc pas de frères cachés, pas de sœurs, pas de grandes tantes qui pourraient sortir de nulle part. Un travail minutieux, oui ! Mais lorsqu'une certaine Albane, la sœur d'un défunt frère arrive devant ce médecin frère, les ennuis commencent. Il faut à Chimère de disparaitre rapidement et de trouver une nouvelle identité. Le hic ? C'est que cette Albane ne va pas le lâcher afin de savoir ce qui c'est réellement passé. Si en plus vous rajoutez un flic qui enquête alors qu'il n'en a pas le droit, vous obtenez un beau mélange bien compliqué qu'il va falloir démêler.

     


    « — Et en contrepartie ?
    Arnaud se tourna enfin vers lui, le dévisageant avec intensité :
    — Tu vas voir Isabelle et tu lui annonces que son fils est décédé.
    — Elle décidera de faire rouvrir l’enquête ! Avec des faits pareils, elle pourra…
    — C’est possible.
    Il resta silencieux de longues minutes. Ça ne lui plaisait pas du tout. Il aurait aimé partir, s’exiler dans un autre pays, avec Mariana, et aussi Albane si elle voulait toujours de lui. Isabelle Pavel pouvait tout faire capoter. Si elle demandait qu’on reprenne l’affaire Raynes, il n’en finirait jamais.
    — Il faut que tu ailles jusqu’au bout, insista Arnaud. Assumer tes actes. Sinon, tu resteras une chimère. »

     

    Le livre est découpé en quatre parties plus ou moins de la même taille. Au début nous avons le passé et le présent qui se mêle. J'avoue que par moment je ne savais plus à quelle époque nous étions, mais heureusement cela se tasse rapidement. C'est bien dans le sens où l'auteur nous met dans un suspense qui nous fait nous poser beaucoup de questions, mais dans le même temps certains retours dans le passé amène d'autres retours et reviennent dans le présent en ayant perdu le fil. En d'autres termes, accrochez-vous du départ parce que par la suite c'est fascinant de voir l'évolution des personnages qui nous amènent le fameux fil conducteur.

     

    Chimère, je garderais ce nom pour plus de facilité, change de vie comme de chemise pour de nombreuses raisons dont la principale est son passé. Ce passé qui est difficile, qui lui a fait du mal. Son esprit a fermé une partie de ses années pour ne pas voir ce qui c'est passé. Pourquoi est-il ainsi ? Pourquoi faire comme s'il n'existait pas, car prendre l'identité d'un autre est renoncé d'exister. Il ne fait pas cela pour l'argent, il aime être un autre pour ne pas penser à ses propres malheurs. Il n'est pas seul à jouer un rôle. Son amie qui le suit est dans le même cas : un passé difficile qui l'a détruit physiquement et mentalement. Bien entendu elle a réussi à surmonter une partie de son passé en ayant SA vengeance. Mais à quel prix ?

     

    Lorsque Albane fait son apparition, les questions se posent. Chimère fuit, mais pas assez loin, pas facilement, sans oublier Mariana (son amie). Tous deux sont traumatisés mais il n'agissent pas de la même manière. Albane ne cesse de chercher ce frère qui a disparu et qui serait mort. Mais lorsqu'elle tombe sur Chimère qui a pris son identité, elle se demande pourquoi ? Qui est-il ? Connaît-il son frère ? Une enquête qui a du mal à la laisser dormir. Et puis il y a Arnaud. Ce flic qui enquête sur des faits depuis... une vingtaine d'années ? Quelque chose le travaille. Il est proche de la retraite mais ne veut rien lâcher. Il veut comprendre qui est Chimère car même s'il ne fait de mal à personne et ne vole personne matériellement, il ne vit pas SA vie. Arnaud est un personnage qui n'a pas assez de place, je l'aurais vu un peu plus. Surtout avec cette histoire entre lui et sa sœur qui mériterait bien un roman pour eux deux.

     

    « Mais il fallait rester caché, pourtant. Si Chimère se rendait compte qu’il était une fois de plus suivi, il allait perdre à nouveau sa trace et devoir tout recommencer. Encore, et encore…
    Arnaud vit sa proie s’engouffrer dans une petite boulangerie de quartier, la seule boutique de la rue déjà ouverte à cette heure matinale. Il leva le nez, essayant comme un imbécile d’évaluer l’heure qu’il était grâce à la position du soleil dans le ciel. Non, mais tu te prends pour qui ? MacGyver ? Même en pleine nature et avec un ciel dégagé, il n’aurait jamais su lire l’heure dans l’horizon ni se repérer. Comme pour le narguer, les cloches d’une église se mirent à sonner, les tonalités claires faisant vibrer l’air autour de lui. Arnaud compta : un, deux, trois… cinq, six… 6 heures. OK, merci. »

     

    Autour des principaux personnages, nous suivons d'autres, un groupe de quatre personnages qui se sont connus dans l'enfance. Retrouvailles ou non, il y a un lien. Mais lequel ? Lorsque nous l'avons c'est l'horreur. Dire que c'est la jeunesse, non, cela n'excuse pas ce qu'ils ont fait. Être paumés, ne pas avoir de famille, se retrouver dans un tel état que le lendemain on ne se souvient plus, ou l'on ne veut plus savoir. Lola, Thierry, Lionel et Colin. 1 fille, 3 hommes, et un passé commun qui va les amener à un futur merdique. Autant dire les mots qu'il faut. Traumatisés, oubliés, brisés, les personnages ne sont plus que des âmes qui errent sans réel but. Enfin Chimère a un but, qui est un peu plus difficile à comprendre jusqu'à un certain moment où tout s'éclaire. Tout comme cette pseudo relation avec Albane.

     

    J'ai beaucoup aimé la fin. J'avais imaginé quelque chose de doux, ce qui est le cas. Bien entendu, je ne dirais pas ce qu'il en est, mais certaines miettes de pains nous conduisaient forcément à une fin de ce style. Même si le début a été un peu compliqué, la suite est vraiment facile à lire. L'histoire est complexe tant dans la manière de sortir les éléments du récit que dans la psychologie des personnages. J'ai aimé aussi la façon dont tout s'emboite. Il ne faut pas oublier que Chimère prend des identité et que par conséquent certains prénoms peuvent être le nouveau de ce personnage. Il sait prendre son temps pour mener à bien son projet. Petit bémol, Albane qui arrive à retrouver sa trace à plusieurs reprises sans explication est un peu de trop.

     

    En conclusion, un récit sombre avec des personnages centraux forts. Les éléments paraissent sans liens les uns avec les autres, mais dès que l'auteur nous donne la clé, la porte s'ouvre et tout découle, simplement.

     

     

    Défis sur Fb Logo Livraddict babelio Vous pouvez me retrouver : Vous pouvez me retrouver :

     

    « À ce point de folie (Franzobel)Top Ten Tuesday # 76 »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    4
    Vampilou
    Mardi 11 Septembre à 16:55
    Pour l'intrigue, je ne dis pas non !
    3
    lheuredelire
    Mardi 11 Septembre à 15:32

    Il a l'air dense et intéressant !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :