• Chroniques/Accueil

     

    Tout ce qui se rapproche de près ou de loin à un avis, c'est par ici. Attention, il y en a beaucoup. Le mieux serait de visiter le menu déroulant au dessus et de choisir ce qui vous tente de découvrir dans le menu "Chroniques" ou "Thèmes"

     

    Focus Littérature

     

  •  

    "1997 – Étienne Flandres débarque à Valognes, petite ville du Cotentin, pour y devenir professeur d’anglais au lycée. Il sympathise avec un de ses élèves, Léo. Mais, alors qu’il se trouve par hasard dans le bureau du proviseur, Sargent, il est mêlé à la découverte d’une peinture extraordinaire dans la chapelle du lycée, en travaux, appelée à devenir une bibliothèque. Un homme y est représenté allongé, un pieu dans le cœur. On découvre bientôt un corps derrière le tableau, crucifié la tête en bas. Après la décapitation du contremaître et d’autres indices, Étienne comprend qu’un vampire est parmi eux."

     

    https://images-na.ssl-images-amazon.com/images/I/41zLYVBV2+L._SX347_BO1,204,203,200_.jpg

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

     Résumé 

     

    « 1997 – Étienne Flandres débarque à Valognes, petite ville du Cotentin, pour y devenir professeur d’anglais au lycée. Il sympathise avec un de ses élèves, Léo. Mais, alors qu’il se trouve par hasard dans le bureau du proviseur, Sargent, il est mêlé à la découverte d’une peinture extraordinaire dans la chapelle du lycée, en travaux, appelée à devenir une bibliothèque. Un homme y est représenté allongé, un pieu dans le cœur. On découvre bientôt un corps derrière le tableau, crucifié la tête en bas. Après la décapitation du contremaître et d’autres indices, Étienne comprend qu’un vampire est parmi eux.  »   
     

     Ma chronique 



    Je remercie Jennifer ainsi que la maison d'éditions Evidence pour cette lecture dans le cadre de notre partenariat.
     
     
    Une couverture sublime qui attire l'oeil, un visage aux yeux rouge, c'est hypnotisant ! Impossible de passer à côté, surtout lorsque le résumé parle de vampire. Depuis quelque temps j'étais plutôt sur des thèmes avec des loups, des magiciens,  et même du contemporain. Qu'est-ce que cela fait du bien de retourner à mes premiers amours tout en découvrant une nouvelle plume ET une nouvelle part de l'Histoire, oui avec le grand H.
     
     
    1572, l'ouverture nous ramène dans le passé d'une France aux prises avec des rois et des reines, des guerres de religions ou de pouvoir tout simplement. L'envie d'avoir plus de terres, d'hommes et de femmes sous ses ordres et surtout cette soif de puissance afin que les humains ne soient plus que du bétail. Ce n'est pas au gout de tous, mais Gabriel comte de Montgomery, sieur des Lorges ne va pas avoir le choix. Il va devoir se soumettre et suivre les traces d'un autre plus fou que lui dans une destinée sanglante.
     
     
    1997, ville de Valognes en Normandie, Etienne est à un enterrement. Perdu, triste, apitoyé sur son sort il décide de tout plaquer pour recommencer une nouvelle vie. Il a besoin de solitude et malgré le fait qu'il soit professeur d'anglais dans un lycée, il a du mal avec les relations quelles qu'elles soient ! Ce nouvel établissement avec de nouvelles têtes, de nouveaux élèves, Etienne va tout faire pour bien faire son travail sans pour autant s'intégrer. Le besoin de calme le taraude, tout comme le fait de ne pas faire de vagues. Et ce ne sont pas ses collègues de travail qui diront le contraire. Ils ont bien du mal à le déterrer de son chez-lui.
     
     
    L'ouverture est un élément important dans le livre, il nous raconte un passé qui n'est pas simple à vivre pour quiconque. Les 50 pages suivantes ont été par contre longues pour ma part. Je sais qu'il faut mettre en place les personnages, mais pour le coup, j'ai eu du mal avec la suite, jusqu'à la page 60, à partir de ce moment précis ce fut tout le contraire. J'ai eu du mal à lâcher le livre tellement il y avait d'éléments importants et imposants dans le texte. Nous suivons Etienne dans ses nouvelles fonctions sans savoir sur quelle tombe il a pleuré (nous le savons à la fin du livre). Son comportement reste professionnel jusqu'à cette découverte dans la chapelle liée au lycée auquel il enseigne. Lui et le proviseur vont devoir taire certains éléments pour le moment.
     
     
    Une tombe, voila ce à quoi cela ressemble. Une peinture au départ qui rappelle la mort d'un vampire et puis ce corps derrière, caché entre les pierres, cloué aux murs en parfaite décomposition depuis des siècles. Que c'est mignon de trouver une pareille merveille dans les sous-sol d'un bâtiment vieux de plusieurs siècles. Personne ne le savait, cela signifie donc qu'il était là caché de son plein gré ? Valognes est une ville avec un patrimoine important et du personnel qualifié pour retrouver des documents sur l'histoire de ces lieux. C'est surement pour cela que la mort les attend au tournant, mais passons. L'Histoire est imprégné dans chacun des lieux, chacune des pierres que ce soit la chapelle, la mairie, le lycée et bien d'autres encore. Cette découverte aurait pu être phénoménale si dans les heures qui ont suivi des corps ne tombaient pas les uns après les autres, jusqu'à ce que certains se relèvent quelque peu différents.
     
     
    Tandis que le présent devient de plus en plus sanglant, le passé revient par moment avec des passages qui nous racontent ce qui s'est passé durant ces mois de guerre. Par épisode, mais cela nous confirme ce que nous savons, ce fameux vampire vient d'un autre temps, un de ceux où la pitié n'existait pas, un de ceux où la loi du plus fort était en place. Et lorsque nous lisons les passages avec cette chère femme qui torture allégrement un être vivant, la scène est admirablement décrite, avec les mots soignés, les sensations de ressentir ces morceaux de bois dans notre chair. Cela en devient douloureux de suivre le calvaire de cet être, mais nécessaire pour comprendre sa véritable nature. Nous retombons sur des vampires anciens, pas de gentils amoureux fous, ou de corps qui brillent, mais de véritables qui ont des dons particuliers, des pouvoirs immenses capable d'être bien plus qu'un corps ferme. Entre ce passé et le présent qui nous démontre que cette espèce n'est pas totalement morte et qu'en plus elle est quasiment invincible et immortelle, nos humains déchantent rapidement.
     
     
    Etienne et ses compagnons d'infortune vont vivre une aventure effroyable. Le surnaturel prend le pas dans leurs vies qui étaient bien rangées pour certains. Des pertes humaines inéluctables, des liens qui se font malgré les circonstances. La perte d'un enfant est difficile, ici c'est surtout celles des parents qui prend le pas, en même temps il est plus logique que ce soit les parents qui partent les premiers, pas vrai ? Etienne va devenir un homme entouré, avec Sargent, Marey, le médecin Gardian, Léo l'adolescent presque homme, Hélène, Marcange. Chacun va vivre un moment tragique au minimum. Etienne est dans un combat à mort avec ces hommes qui veulent détruire le mal venu sur terre. Croire aux vampires ? Non, pas au début, mais penser qu'il y a une maladie qui est capable de tuer des gens et de les réanimer, c'est gros, mais lorsque l'esprit n'est pas encore capable de comprendre ce qui se passe, il faut trouver des échappatoires.

     
    Quelque chose s'est passé il y a longtemps et a imprégné les lieux de la présence malfaisante de ce corps. Ce quelque chose veut prendre sa revanche et va tout faire pour y parvenir. Avoir des alliés c'est bien et la bataille est loin d'être gagné pour un clan ou l'autre. Des morts des deux côtés, c'est inévitable. Les combats sont nombreux, les esprits s'échauffent, les plans d'attaque sont nombreux. J'ai adoré tout ce côté sur la manière dont les humains prennent les armes littéralement contre quelque chose de vieux et de puissant. Toute la partie Historique est un très très bon moment de découverte et de lecture surtout avec ce cher Alençon qui s'approprie un château en Normandie de manière radicale. Et la plume de l'auteur nous donne envie d'en savoir plus, tout comme ce final qui nous laisse présager que la suite sera tout aussi haute en couleur rouge sang. Ce nouveau personnage est-il bien un nouveau ou juste un ancien qui n'a pas fait de vague ? Affaire à suivre !
     
     
    Il est vrai que je n'ai pas parlé des personnages ou peu, les laissant un peu de côté, ils sont nombreux et pourtant on a l'impression de les connaître déjà. Le prof d'anglais, le proviseur, le vieux médecin. L'auteur nous montre combien ils sont vulnérables seuls, mais ensemble ils sont capable de grandes choses. Etienne est le personnage central qui a tout sauf l'allure d'un super-héros et cela passe très bien. Il est comme monsieur tout le monde qui va combattre durement pour rester en vie. Les liens qu'il va tisser avec certains d'entre eux deviennent plus fort. Lui qui est arrivé seul se découvre une famille, des amis et un ennemi. Cela fait toujours mal au cœur lorsque l'un d'entre eux décède, malheureusement c'est le lot de toute guerre.


    En conclusion, il faut juste passer les premières pages pour entrer dans un monde réel où les rebondissements sont nombreux. Ces vampires anciens sont terribles et puissants et les humains sont ingénieux. Une histoire dans l'Histoire de la royauté, de la France qui n'a pas fini de nous montrer l'évolution des espèces. Les croyances populaires ne suffiront pas à les aider, à moins que ce ne soit le contraire. Etienne a ses propres croyances et cela pourrait être une solution... temporaire... J'ai hâte de découvrir la suite !
     

     Extrait choisi : 

     

     « L’un des rats prit appui sur une canine pour entamer la mâchoire. Il glissa. La dent lui cassa le dos. Bientôt, il fut broyé.
    Les veinules bleues se ramifièrent et s’épaissirent. Les premières qui atteignirent le cœur le firent doucement frémir.
    La première contraction fit trembler le squelette.
     
    Alors que les premiers élèves arrivaient dans le gris bleuté des petits matins d’automne, une silhouette flottait au milieu de la sacristie. Haute, étroite, elle lévitait à cinquante centimètres du sol. Le masque était encore grisâtre et les traits peu marqués, mais des cheveux moins poisseux commencèrent à pousser, une très courte mèche bouclée parvint même à se dérouler sur l’ovale du visage. La silhouette restait parfaitement silencieuse. Au-dehors s’agitait une vie fourmillante, stupéfiante d’énergie et de jeunesse. La chair humaine. Enfin. »


     

    https://images-na.ssl-images-amazon.com/images/I/41zLYVBV2+L._SX347_BO1,204,203,200_.jpg

    Partager via Gmail

    10 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique