• Chroniques/Accueil

     

    Tout ce qui se rapproche de près ou de loin à un avis, c'est par ici. Attention, il y en a beaucoup. Le mieux serait de visiter le menu déroulant au dessus et de choisir ce qui vous tente de découvrir dans le menu "Mes chroniques"

     

  •  

    Pukhtu, primo (DOA)

    En vente sur Amazon

     

    Un Noël pas comme les autres (Collectif E.P.S.)

     

    Auteurs : DOA

    800 pages papier

    Thème : Policier

      *******

    Fait partie de la série

    Pukhtu

    Résumé :

    « Le terme pukhtu renvoie aux valeurs fondamentales du peuple pachtoune, l’honneur personnel – ghairat – et celui des siens, de sa tribu – izzat. Dire d’un homme qu’il n’a pas de pukhtu est une injure mortelle. Pukhtu est l’histoire d’un père qui, comme tous les pères, craint de se voir privé de ses enfants par la folie de son époque. Non, plutôt d’une jeune femme que le remords et la culpabilité abîment. Ou peut-être d’un fils, éloigné de sa famille par la force du destin. À moins qu’il ne s'agisse de celle d’un homme cherchant à redonner un sens à sa vie. Elle se passe en Asie centrale, en Afrique, en Amérique du Nord, en Europe et raconte des guerres ouvertes et sanglantes, des conflits plus secrets, contre la terreur, le trafic de drogue, et des combats intimes, avec soi-même, pour rester debout et survivre. C’est une histoire de maintenant, à l’ombre du monde et pourtant terriblement dans le monde. Elle met en scène des citoyens clandestins. »  

    La bête du Bois de Boulogne (Christine Béchar)

    Oniria, tome 1 : Le Royaume des rêves (B.F Parry)

    15/20

     

    Grâce à Livraddict et aux éditions Gallimard, dont je remercie de m'avoir fait parvenir ce livre), j'ai eu la chance de découvrir cet auteur. J'avoue que je ne savais pas trop à quoi m'attendre réellement. Le résumé m'intriguait terriblement et je ressors de cette lecture avec un trop plein d'informations. Et des questions surtout.

     

    Difficile d'écrire un avis comme je fais pour les autres. Dans ces pages, la guerre est omniprésente. Nous passons d'un personnage à un autre en suivant ses angoisses, ses peurs, sa vie d'une manière générale. Afghanistan ! Un pays où il ne fait pas forcément bien vivre. Il y a des codes, du respects, des manières de faire. Mais il y a aussi les étrangers, les militants, les combats, les drames. La réalité devient terrible, agonisante, effroyable. Ce sont des hommes, des femmes, des enfants qui vivent dans un pays, qui sont nés ici ou ailleurs, mais qui sont bloqués dans ce territoire.

     

    « Sher Ali laisse Badraï se débrouiller et l'observe, sourire aux lèvres. Le voile pourpre que sa mère la force désormais à porter est descendu sur ses épaules. Ses cheveux sont teints couleur de rouille. Ils descendent bas sur sa nuque, moins sur le devant, où une frange irrégulière lui couvre le front jusqu'au sourcils. Un halo noir de surma, le khôl des gens d'ici, entoure ses yeux et amplifie leur clarté émeraude, éblouissant Sher Ali qui se tient pourtant à plusieurs mètres d'elle. Un nouveau frisson le parcourt. Cette fois cependant, le vent ou le froid ne sont pas responsables. C'est la peur. »

     

    Un regard de travers, un mot de travers, une idée qui n'a pas eu le temps de germer et c'est un enchaînement de brutalité. La froideur des gestes bien pire que le scalpel dans la main du légiste. Cela ne se passe pas en France, bien loin de nous et pourtant une parcelle traverse les frontières pour venir se poser sur ses pages. C'est un cercle vicieux de violence, de sévices, de barbarie.

     

    L'auteur décrit certaines scènes qu'on croirait qu'il l'a vécu. Cela restera un mystère pour moi. Il n'y a pas de "je pense que" de l'auteur, juste un énoncé de faits marquants, percutants même. Pour ma part, j'ai eu un peu de mal à entrer dans la livre. Beaucoup de descriptions, de suivi de personnages. Et puis d'un coup, à une cinquantaine de pages, j'ai beaucoup aimé découvrir chacun des personnages. De suivre une part de leur quotidien, décès, joie, tristesse, explosion. J'ai découvert une culture différente. Mais les hommes ont tous des pensées, plus ou moins bonnes certes, mais ils sont tous humains. Par moment il y a eu beaucoup de termes qui ne sont pas toujours compréhensible, par chance la phrase est facile à comprendre (après relecture.).

     

    La guerre reste une guerre : ni propre ni sale. Elle est ce qu'elle est. Un environnement hostile, des décisions à prendre, des conflits à gérer. La vie de ces hommes, femmes et enfants ne tient qu'à un fil. Ils naissent, vivent, meurent. Il n'y a pas de bons ou de méchants, il n'y a que des personnes qui veulent survivre à tout cela. Il n'y a pas que les bombardements, il y a aussi les trafics en tout genre, les occasions manquées, les vengeances qui deviennent personnelles.

     

    «Les mâles de la qadat sont là, ils entourent le vieux du portail, assis dans un coin. Trois générations d'une même famille, grands-pères, oncles et pères, et enfants. Un moudjahidine les surveille. A voir leurs regards, où se lisent désarroi, peur et colère, Sher Ali se dit que leur intrusion n'est pas la bienvenue. Dehors, il a cru apercevoir des gardes devant l'entrée d'une annexe. Les femmes doivent s'y trouver, otages dans leur propre foyer. Djihad. Taj ordonne à l'un des adultes de leur faire porter à manger. De mauvaise grâce, il envoie deux garçons chercher la nourriture et se rapproche pour servir du thé. Sher Ali le regarde, l'homme baisse les yeux.» 
     

    Quelques personnages ressortent plus que d'autres à mes yeux, qu'ils aient une longue ou courte histoire dans le texte. Il y a d'abord Badraï, cette enfant qui vit dans l'insouciance, adorant son père. Ensuite il y a Chloé qui paraît tellement paumée qu'elle en devient attendrissante malgré tout. Les femmes sont des objets. Dès le départ, nous savons que la place de la femme est derrière les fourneaux, à faire des enfants. Une autre culture, une autre manière de voir les choses. Ici on se rebelle, là-bas elles baissent le regard.

     

    C'est un livre qui n'est pas simple à lire, à découvrir, à comprendre aussi. Je n'ai pas cherché à comprendre, j'ai juste suivi ses histoires qui se suivent et ne se ressemblent pas. J'ai beaucoup apprécié l'écriture de l'auteur. Poignant, percutant, par à coup parfois, mais j'ai trouvé que tout était juste, sans fausse note.  
     

     

    Défis sur Fb Logo Livraddict babelio Vous pouvez me retrouver : Vous pouvez me retrouver :

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique