• Chroniques/Accueil

     

    Tout ce qui se rapproche de près ou de loin à un avis, c'est par ici. Attention, il y en a beaucoup. Le mieux serait de visiter le menu déroulant au dessus et de choisir ce qui vous tente de découvrir dans le menu "Chroniques" ou "Thèmes"

     

    Focus Littérature

     

  •  

    "1700 : Marie est une belle jeune femme, élevée par son père veuf. Il est libraire et a tout appris à sa fille. Mais ils doivent quitter l’Angleterre pour honorer un étrange contrat. Son père s’est engagé auprès d’un personnage singulier venu d’un autre continent pour restaurer sa bibliothèque.
    Après une longue et éprouvante traversée, elle va rencontrer Nicolas. L’attirance qu’il éprouve lui fait peur. Il ne veut pas de cette femme et, pourtant, son cœur lui dit le contraire.

    Rentrez dans un monde où se partagent les rêves les plus fabuleux ainsi que des cauchemars insoupçonnés et terrifiants.

    Dame Nature a créé un « homme de nuit », alors que le titre est au pluriel. Pourquoi ? Qui est Nicolas ? "

     

    Chronique du tome 1 en cours d'écriture

     

    Day's Reading # 168

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    Inconsolables (D.F Novel)

    disponible sur Amazon

    Super-héros, tome 2 : la révolte (Maxime Gillio)

    Auteur : D.F Novel

    176 pages

    Thème : Thriller

     *******

     

    Résumé :

    « Quand le destin se mêle du sort des hommes, il ne connaît ni pitié, ni justice. » - Charlie Chaplin
    Une perte insurmontable
    Des destins qui se croisent
    Que reste-t-il quand la vie nous a tout enlevé ?
    Dans ce nouveau thriller, nous retrouvons l'ambiance sombre des précédents livres de D.F Novel. Des vies brisées, un destin implacable, l'espoir peut-il naître dans un océan de douleur ?
    »  
     
     

    La bête du Bois de Boulogne (Christine Béchar)

    15/20

     

    "- Ne vous attendez pas à une histoire joyeuse,
    Ne vous attendez pas à une fin heureuse... quoique... cela dépend de la manière dont nous voyons les éléments,
    Ne vous attendez pas à,
    - Oh ça va, ça va, on a bien compris que le texte était triste à en mourir et qu'il fallait mieux prévoir des mouchoirs !"
     
     
    Des mouchoirs, du temps, de la patience, des nerfs d'acier, il faudra un peu de tout cela et même bien plus pour arriver jusqu'au bout de ce récit. Ayant déjà lu une histoire de D.F Novel (Destin brisé) j'imaginais déjà où je m'embarquais... Enfin j'y ai cru, car avec cet auteur alors que vous pensez que vous avez été au plus bas, il arrive à casser la couche du sol pour s'enfoncer encore plus dans les profondeurs. C'est la vie d'un couple qui a un adolescent. Jusque là tout va bien, c'est après que cela se gâte. Alan et Lana s'aiment passionnément, aiment leur fils Julian plus que tout et les choses dégénèrent. Pourquoi ? La raison est simple et surtout difficile à admettre. La vie peut être belle et pourtant il suffit d'un petit grain de sable pour détruire ce bonheur. Ce que va vivre cette famille ne sera malheureusement qu'un début de ce que l'auteur va leur faire subir.

     

    Inconsolables porte bien son titre. Les personnages vont voir un tournant dans leur vie qui va les dérouter, les prendre aux tripes et surtout les amener sur un chemin terrible. Alan, Julian, Lana, mais aussi Stan, Andrew, Kimberley... Chacun de ces personnages vont avoir un arrêt sur image, une cassure en lui, une blessure si profonde qu'elle sera ancrée jusqu'à la fin de leur vie. C'est un incident qui ne s'oublie pas, qui peut arriver à n'importe qui et cela fait peur, terriblement peur. Et si notre conscience n'était pas capable de s'en sortir indemne ? Impossible. Je dois admettre que le premier couple que nous suivons m'a beaucoup touché pour la simple raison que mon fils va avoir 14 ans. Je me suis imaginée à la place de la mère, Lana et même si je n'ai pas eu de larme, je peux vous dire que le cœur était serré (J'ai dû faire une pause dans ma lecture). Vivre un tel calvaire ne devrait pas être permis, pourtant cela est plus que plausible.

     

    Ce résumé est très succinct et je comprends le fait de ne pas vouloir trop en dire, d'ailleurs je tairais tout ce que je peux. Plus nous avançons dans le récit et plus nous comprenons les décisions, les choix des personnages. Et puis il y a Stan, ce jeune homme qui est perdu. Un maillon d'une chaîne qui se brise, un grain de sable dans un rouage qui aurait dû être parfait. Le changement de personnages est un peu soudain, je me suis même demandée pourquoi passer d'un couple à un autre. Et puis le lien se fait, dans la douleur, dans la perte. Le rapport entre eux est visible tel un fil léger, fragile qui n'aurait pas dû exister. Les circonstances sont bien là, il a suffit d'un détail pour que la vie de ces familles s'effondre. Il est clair qu'au départ il est difficile de comprendre pourquoi ils sont tous arrivés à cet instant précis et puis un retour en arrière nous apprend ce qui s'est réellement produit... Et l'horreur que nous avions imaginé devient réelle.

     

    Le livre est court, et si dans un sens plus de détails auraient été apprécié, dans le même temps le fait de passer légèrement sur certains faits n'est pas plus mal. Je suis contradictoire certes, mais dans mon cas, je n'aurais pas pu en lire plus. Pas parce que ce n'est pas bien ou mal écrit, mais par les émotions qui s'accumulent. Je pense que l'auteur aime maltraiter ces personnages, signe qu'il doit les adorer au vue des souffrances occasionnées. Je regrette juste certains descriptions manquantes sur l'environnement des personnages. Nous sommes dans le vif du sujet par le biais des sentiments des protagonistes. Un autre petit regret, celui de ne pas avoir suivi Alan, mais peut-être est-ce prévu dans un autre récit ? Par contre il amène plusieurs questions dont l'essentielle : Qu'aurais-je fais à leur place ? Même en ayant passée certains faits, je n'en ai pas la moindre idée.

     
     
    "- Mais dis-moi, au début tu as parlé de pas de fin heureuse, mouchoirs et compagnie ?
    - Tu sais, tout le monde peut se tromper. Il faut avoir vécu pour voir la lumière au bout du tunnel et apprécier ce que l'on a.
    - C'est pas un peu tordu ton truc ?
    - Oui, et ?
    - Non, non, rien."
     
     
    Alors oui, la fin heureuse n'est pas forcément celle dont nous avons envie, celle qui pourrait alléger le cœur, même si c'est un peu le cas. La fin de ce récit est un moment où l'on aperçoit cette fameuse lueur. Il faut du temps, beaucoup de temps, de combat, d'acharnement et d'envie de vivre pour continuer après autant d'épreuves. L'être humain est capable de tout, je pense que tout le monde sera d'accord. L'auteur nous le prouve une fois de plus avec cette "aventure". Savoir remonter la pente n'est pas donnée à tout le monde, il faut réussir à surmonter la peine. Le fait de ne plus se retrouver seul, de pouvoir partager d'une manière ou d'une autre sa douleur, de savoir qu'un lien entre eux, même si c'est une épreuve de plus. Il a suffit d'un incident pour en arriver là... Des années se sont déroulées, avec des sauts dans le temps et jste de quoi nous mettre en bouche la continuité de leur vie.


    En bref, les sujets sont forts et nombreux, peut-être un peu trop pour le nombre de pages. Les plus sensibles auront forcément besoin de mouchoirs (pas moyen d'y échapper) Les personnages vont vivre un enfer personnel et je ne le souhaite à personne. Je remercie vivement l'auteur pour cette lecture !

     

    « Dans la deuxième année de leur relation, Kimberley tomba enceinte et le poids de la tradition tomba également sur ses épaules. Sa famille, de confession catholique, très pratiquante, était attachée à certaines valeurs et la jeune femme dut, pour un temps, mettre de côté sa carrière professionnelle et s’occuper de son enfant. Cette nouvelle fut ressentie par Andrew comme un choc et une immense joie. Lui, qui n’avait pas même envisagé de devenir père, était sur le point de se marier et de fonder une famille. Le mariage, dans la plus grande et prestigieuse église de Seattle, fut, pour certains observateurs, un véritable choc des cultures. La famille d’Andrew, modeste, sans le sou, et plus habituée aux sorties familiales le dimanche au stade, pour voir un match de baseball, fit sensation au milieu de personnes aux coutumes religieuses fortes et aux moyens financiers importants. Mais le fossé entre les deux mondes fut vite comblé par le bonheur des mariés et une bonne dose de champagne. »

     

      

     
    Partager via Gmail

    6 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique