•  

    Le grogneux, tome 1 (Iris Rivaldi)

    Disponible sur le site éditeur et Amazon

     

    Le grogneux, tome 1 (Iris Rivaldi)

    AuteurIris Rivaldi

    29 Janvier 2018

    160 pages papier

    Thème : Policier

    *******

     fait partie de la série

    Le grogneux

     

     

    Résumé :

    « Une femme marche dans une rue sombre quand elle heurte un objet sur le sol. Elle est effrayée et cherche aussitôt de l'aide à la porte la plus proche...

    C'est ainsi que débute ce polar avec l'entrée en scène d'un commissaire de police plus qu'atypique qui a été bercé par les grands noms de la maison Poulaga. Javert, l'inspecteur Bourrel, Columbo sont d'ailleurs ses maîtres à penser. Il ne s'est pas non plus remis de l'émoi sensuel éprouvé à la lecture des aventures de Malko Linge, le héros des SAS qui a enflammé son adolescence. Au fil du récit, ce flic de choc au flair réputé infaillible révélera aussi une personnalité sensible, un brin romantique...

    Le Grogneux est le héros d'un roman palpitant et rythmé où se mêlent à la fois le sordide et l'amour. De plus, l'histoire retrace le travail de ces héros du quotidien que sont les policiers d'un commissariat de province. Ces hommes et ces femmes affrontent en effet chaque jour la délinquance et la détresse, tout en sachant faire corps face à l'adversité et se montrer fraternels. »  

     

    La bête du Bois de Boulogne (Christine Béchar)

    Le grogneux, tome 1 (Iris Rivaldi)

     

    Je remercie Iris pour la proposition et Nelly de NDB éditions pour l'envoi. J'avais déjà eu l'occasion de "parler" avec l'auteur, mais d'un autre. Ne cherchez pas, je vais risquer de vous mélanger les pinceaux, mais bref, lorsqu'elle m'a proposé de découvrir l'un de ses titres, je me suis dis que c'était une bonne idée de la découvrir autrement.

     

    Un escarpin dans la nuit, une femme qui tombe dessus et qui prend peur. Elle va se réfugier dans la première maison habitée et par chance il s'agit d'un commissaire de police. Il fait nuit, ce dernier la réconforte et promet d'aller voir dès le lendemain ce qui se passe. Une fois raccompagnée chez elle, l'enquête va pouvoir débuter. Et quelle histoire !

     

    Pour une chaussure qui a failli avoir une attaque à une trentenaire du prénom de Emilie, la vie du commissaire Paul Berger se retrouve chamboulée. Un commissariat qui est une vraie fourmilière avec des vols, des meurtres à élucider. Il ne se passe pas une journée sans avoir la moindre affaire. Un récit policier drôle et triste à la fois. Les journées se suivent et ne se ressemblent pas. Nous suivons des hommes et des femmes qui prennent leur travail très au sérieux. Si ce n'est pas le commissaire, c'est l'un ou l'une de ses inspecteurs.

     

    « Une chaussure à talon haut était bien abandonnée sur le trottoir. Je la saisis délicatement avec le bout d'un stylo que je gardais toujours dans la poche de ma veste. Elle était bleue et légèrement éraflée sur le côté, avec une tache brune suspecte sur le dessus. Je la plaçai immédiatement dans un sac plastique transparent dont tout fin limier ne se sépare jamais.

    Je fis une inspection soigneuse des alentours à la recherche d'un indice éventuel. Mais rien ne me sauta aux yeux. La bâtisse qui donnait sur le trottoir était abandonnée depuis des années. Les volets de bois défraîchis étaient clos et la porte légèrement entrebâillée. »

     

    Les personnages sont comme n'importe quel être humain, avec des émotions. L'habit ne fait pas le moine, ou plutôt le policier n'est pas qu'un simple uniforme (enfin pour ceux qui le portent). Cela change de l'éternel flic qui est dur, ne ressent rien. Entre ses lignes, l'auteur les montre entièrement, sans faux semblants, avec leur envie, leur espoir, mais aussi leur moment de doute et leurs larmes. Les enquêtes se suivent, se chevauchent, se résout facilement ou au contraire avec lenteur.

     

    Paul a 58 ans. Il est veuf depuis de nombreuses années, vit seul depuis et son travail est ce qui le maintient en quelque sorte à cette vie. Il aime son travail, même si la paperasse l'énerve de jour en jour. Bougon à ses heures, il a besoin que les enquêtes se terminent et vite. Lorsque cette femme tombe du ciel, c'est tel un ange. Il y a cette histoire de chaussures qui va l'emmener dans la maison abandonnée d'en face, lui faire découvrir de petites choses qui vont élargir cette énigme. Emilie a 30 ans et se dévoile petit à petit. c'est une jeune femme qui vient d'arriver dans cette ville, ne connaît personne et travaille dans une entreprise un peu plus loin. elle est attachante, un peu étrange aussi, un peu particulière.

     

    « Julie était une petite femme menue, elle avait des cheveux blonds et une poitrine de gamine prépubère. Cependant son visage présentait des traits mal dégrossis. Pas assez féminine à mon goût. Mais on ne demande pas à Calamity Jane de concourir pour Miss Univers. Ma collègue était une excellente collaboratrice depuis six ans, douée pour enquêter sur le terrain et toujours disponible. Elle restait calme et souriante en toutes circonstances. Comme une reine de beauté finalement... J'aimais travailler avec elle et lui déléguer pas mal de responsabilités. Elle était plus efficace que bien des hommes. »

     

    Et puis il y a Julie, Louis et tous les autres qui composent cette histoire. La vie privée se mêle parfois au travail et inversement. Cela peut donner des quiproquo amusants, ou au contraire laisser les larmes couler. Les aventures de nos personnages font vibrer. On se demande ce qui va leur tomber dessus. Et puis il y a la découverte de cette fameuse chaussure bleu, par là où tout a commencé. Qu'est-ce qu'elle faisait là ? Pourquoi ? Ce qui s'est produit pour qu'elle arrive ici ? Grâce à cette trouvaille, les policiers vont aller de découverte en découverte.

     

    Par contre, c'est un roman court, qui va droit à l'essentiel, mais j'aurai aimé un peu plus pour accrocher encore plus aux personnages. Paul Berger nous est dévoilé un minimum pour avoir envie de le connaître, mais au final il reste dans le flou. Comme il s'agit d'une série, j'imagine très bien que nous en apprendrons plus au fur et à mesure. La romance est légère, très rapide, déstabilisante pour au final se dire que je me suis bien fait avoir. Je ne l'avais pas vu venir cela !

     

    J'ai passé un bon moment de lecture avec ce grogneux qui m'intriguait. Un certain nombre d'enquêtes, un soupçon de romance, un personnage qui grogne plus qu'il ne mord. La touche d'humour apporte une lecture rapide et entraînante.

     

     


     

    Défis sur Fb Logo Livraddict babelio Vous pouvez me retrouver : Vous pouvez me retrouver :

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    « Une femme marche dans une rue sombre quand elle heurte un objet sur le sol. Elle est effrayée et cherche aussitôt de l'aide à la porte la plus proche...

    C'est ainsi que débute ce polar avec l'entrée en scène d'un commissaire de police plus qu'atypique qui a été bercé par les grands noms de la maison Poulaga. Javert, l'inspecteur Bourrel, Columbo sont d'ailleurs ses maîtres à penser. Il ne s'est pas non plus remis de l'émoi sensuel éprouvé à la lecture des aventures de Malko Linge, le héros des SAS qui a enflammé son adolescence. Au fil du récit, ce flic de choc au flair réputé infaillible révélera aussi une personnalité sensible, un brin romantique...

    Le Grogneux est le héros d'un roman palpitant et rythmé où se mêlent à la fois le sordide et l'amour. De plus, l'histoire retrace le travail de ces héros du quotidien que sont les policiers d'un commissariat de province. Ces hommes et ces femmes affrontent en effet chaque jour la délinquance et la détresse, tout en sachant faire corps face à l'adversité et se montrer fraternels. »   

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique