•  

    «  Rien ne va plus pour Verity Long : elle est au chômage, son ex petit ami lui rend la vie impossible, et elle est couverte de dettes. En plus, elle découvre un fantôme dans sa maison, qui lui ouvre la porte du monde des esprits : elle peut désormais les voir et leur parler. Son univers déjà bancal, est complètement bouleversé. Et comme si ça ne suffisait pas, c’est le moment que choisit Ellis Wydell, le frère de son ex, pour frapper à sa porte et lui proposer un job très spécial. Ce policier musclé déteste Verity. Mais elle a besoin d’argent et il lui fait une offre qu’elle ne peut pas se permettre de refuser.

    Ellis possède une magnifique propriété chargée d’histoire et hantée par d’anciens habitants du coin. Certains d’entre eux sont de plus en plus agités et destructeurs. Il veut que Verity mette fin à ce chaos. Très vite, elle découvre que cette affaire va au-delà d’une simple histoire de fantômes : derrière tout ça se cache un mystère bien ancré dans le présent et lié à un meurtre vieux de plusieurs décennies.

    Verity va devoir mener de front une enquête dans le monde des vivants et dans celui des morts. Avec en plus, un tueur aux basques et un ex beau-frère bien trop sexy ! »  

     
     
     
    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    Miss Patchouli (Tania Neuman-Ova)

    Disponible sur Amazon

     Jamais d'eux sans toi (Alex Sol)

    Auteur : Tania Neuman-Ova

    154 pages papier

    Thème : contemporain

    *******

     

     

    Résumé :

    « La famille de Lilou et Richard est en pleine tourmente. Alana, une de leurs filles, vit une crise d’adolescence cataclysmique. Lilou se sent perdue. Cherchant à comprendre, elle fouille son propre passé d’éternelle rebelle assoiffée de liberté, au surnom de Miss Patchouli, qui a bourlingué, bien souvent frôlé les limites, mais est toujours parvenue à retomber sur ses pieds. Alors, pour quelles raisons Alana perd-elle tout contrôle ? Le récit se développe sur deux plans, les souvenirs de Lilou faisant écho à la situation actuelle, de plus en plus tendue et pénible à gérer au fur et à mesure qu’en émergent les causes dramatiques. – Tania Neuman-Ova, dans ce premier roman très actuel, entrouvre pour nous l’enfer des réseaux asociaux, du harcèlement, des bandes urbaines, de l’effacement de tout repère moral pour une frange de la jeunesse « dans une société où la violence s’auto-glorifie en se moquant des tabous ».
    –– Après avoir multiplié les errances et les petits boulots, Tania Neuman-Ova est aujourd’hui aide-soignante. « Miss Patchouli » est son premier roman.
     »   
     
     

    La bête du Bois de Boulogne (Christine Béchar)

    13/20

     

    Je remercie Babelio pour cette lecture ainsi que la maison d'édition pour l'envoi. C'est la couverture qui m'a attiré en premier, puis le résumé, surtout la fin du résumé : "L'enfer des réseaux sociaux..."

     

    Lilou est dans la quarantaine, vit avec son mari et ses deux dernières filles. Elle a eu une autre fille avec un autre homme avant de rencontrer celui qui est avec elle maintenant. Alana qui a 14 ans et qui fait sa crise d'adolescence dans toute sa splendeur et Kayla 13 ans qui a une passion : la cuisine. Une vie de famille avec ses hauts et ses bas, et en ce moment les bas sont de plus en plus nombreux. Pour un peu de bonheur, il faut batailler dur, surtout lorsque Lilou est LA mère a abattre. Étrange ? Non, c'est la sensation qu'une mère peut donner à son enfant, car elle l'étouffe de trop vouloir le protéger. Les enfants, adolescents ne se rendent pas compte du danger et c'est forcément sur ce point qu'il y a des tensions. Pas juste des frictions, de véritables batailles où chacun décide que l'autre a forcément tort.

     

    « Enfin seule je m'autorise à craquer. Ces deux journées m'ont épuisée. Je pleure longtemps, ça me fait du bien, puis, mes larmes taries, j'appelle Nanou, ma voisine qui n'ignore rien de nos déboires et dont le mari est un ami de Richard. Me confier me soulage.

    - Vous n'avez pas envie d'aller manger à quatre chez Léonardo ce soir ?

    La soirée se déroule sereinement. Après nous être déchargés de toute la tension accumulée, nous passons une bonne soirée à papoter, rire et blaguer. »

     

    L'auteur nous donne le déroulé de cette famille avec tous les coups bas, les idées reçues et Alana qui veut faire tout ce qu'elle peut pour contredire ses parents. Le danger est de l'adrénaline pure, les fameux réseaux sociaux sont bien plus prenants qu'auparavant. Il suffit parfois juste d'une image pour que la vulgarité prenne le pas. Tout est sujet pour qu'on se moque, qu'on traite les femmes de prostituées, de vouloir faire semblant de les payer ou de les violer. Derrière un écran, les gens sont forts, en groupe, les humains deviennent une meute de loups prêts à dévorer leur proie. L'acharnement sur Alana explique son comportement envers sa famille. Elle ne veut pas comprendre que tout ce que ses parents font c'est pour son propre bien. Et puis il y a le couple qui vacille, qui ne se soutient pas comme il le faudrait. C'est si facile d'entrer dans la faille et ainsi faire éclater une famille.

     

    La haine engendre des événements qui deviennent problématiques. Lorsqu'il n'y a plus d'espoir, que reste-t-il ? Parfois il faut savoir chercher au-delà de la famille pour trouver l'aide appropriée. Rien n'est facile, tout est à apprendre, enfants, parents, chacun devra apprendre de ses torts. Et puis entre ces moments où nous suivons cette famille en péril, nous revenons sur la propre adolescence de Lilou. Cette femme qui a parfois du mal à comprendre sa fille, à tenter de garder la tête haute pour sa famille, pour les sortir de ce mauvais pas. Elle a appris de ses erreurs plus jeunes. L'époque était différente, la vie était différente. Moins de contact, plus d'humains. Bien entendu les Hommes ne sont pas tous des sains, ni même des salauds, il y en a des bons comme des moins bons. Des hommes ou des femmes qui ne sont que des profiteurs et d'autres qui donneraient leur chemise pour sauver un prochain.

     

    Étant moi-même maman d'un ado de 13 ans, je me pose souvent des questions. Je sais que la communication n'est pas toujours facile, mais je ne lâche rien. Si par moment il doit avoir des moments d'intimités, il doit aussi apprendre à se reposer sur ses parents. Chacun doit forger son propre caractère, les entraves ne sont pas toujours bonnes. Ma mère me disait souvent qu'il faut savoir chuter pour mieux remonter, faire ses propres erreurs afin de comprendre la leçon. La peur de voir notre chair nous fait prendre des risques inconsidérés et les braquer.

     

    « Elle propose finalement d'aller manger chez Léonardo le lendemain de son anniversaire, mais, en fin de soirée, pique une crise parce que Richard et moi osons discuter avec les gens de la table voisine alors que sa soeur et elle ne lâchent plus leur iPhone. Malgré ce coup de gueule, nous l'accompagnons le lendemain à un cours d'équitation, espérant qu'elle reportera son besoin d'aimer sur les chevaux plutôt sue sur des paumés. »

     

    Si l'auteur a montré les événements à sa manière, j'ai eu du mal à m'approcher des personnages. Passer d'une époque à l'autre sans s'y attarder ne m'a pas permis de ressentir des émotions sur ce qui leur arrivait. Il y a pourtant beaucoup d'émotions qui passent au travers des situations évoquées, malheureusement le texte est assez froid. Je n'irais pas jusqu'à dire qu'il s'agit d'une liste de scènes, il s'agit plutôt d'un énoncé de Lilou et de sa famille tranchée. Il y a beaucoup trop de thèmes dans un si petit livre : le phénomène des réseaux sociaux, les bandes organisées, l'interdit, les soeurs et leur jalousie, l'école, les ados, la famille, l'amitié, l'amour, la comparaison entre Lilou ado devenue femme et Lilou la maman qui ne sait plus comment vivre avec cette épée de Damoclès sur leur tête. J'aurai apprécié plus de descriptions, plus de détails sur sa vie lors de ses voyages, c'est trop succinct à mes yeux.

     

    Le résumé m'a appâté, avec des thèmes d'actualité. Je trouve dommage qu'ils ne soient que juste effleurés. Le point le plus important est concentré sur ce que Lilou est devenue, cette aide-soignante qui montre son amour pour ses patients, pour ce qu'elle peut leur apporter. Contrairement à ce que l'actualité montre souvent, il y a des personnes qui aiment leur métier, qui aime donner un peu d'eux pour apporter cette petite étincelle de bonheur dans le regard d'une personne âgée. C'est ce point qui semble le plus important pour l'auteur, même si ce n'est qu'à la fin. En parlant de final, je suis restée sur ma faim. C'est plus qu'ouvert, nous n'avons pas les réponses à toutes les questions que nous pouvons nous poser. L'avenir est toujours incertain et je pense que c'est dessus que l'auteur joue, à moins que je ne me trompe totalement.

     

    J'allais oublier quelques points, je pense à ces moments de partage qui sont devenu de plus en plus faibles. Pourtant ce n'est pas vains de vouloir ces moments de bonheur pour sa famille. Vouloir un peu de répit est humain. Qui n'a jamais rêvé de pouvoir être un autre ? De vouloir le meilleur pour ses enfants ingrats qui ne voient que leur nombril ? Et puis surtout, comment les sortir du guêpier dans lequel ils se sont fourrés ? La vie n'est pas simple, surtout lorsque nous avons des personnages à charge qui sont fragiles et si facilement pris pour cible ?

     

    Un point de détail, l'auteur est belge est certains mots sont un peu différents, les chiffres et certaines expressions. C'est particulier sans pour autant très gênant.

     

    En conclusion, le livre aborde succinctement des thèmes importants et toujours d'actualité. J'aurai aimé que l'auteur ne fasse pas qu'effleurer ces divers thèmes. Les voies de chacun ne sont pas toutes tracées, c'est à nous de choisir notre destin. J'attendais beaucoup plus au final de ce livre.

     

     

     

    Partager via Gmail

    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique