•  

    Agence Matrimoniale Supernaturelle, tome 1 : Vampire recherche une femme (Andie M. Long)

    Disponible sur le site de l'éditeur

    Ghosts of L.A. (Nicolas Koch)

    Auteur :  Andie M. Long

    176 pages numérique (epub)

    Thème : Romance paranormale

    *******

     fait partie de la série

    Agence Matrimoniale Supernaturelle

     

    Résumé :

    « Diriger une agence de rencontres peut être mortel… Shelley Linley en a assez des cinglés. Pourtant, un autre farceur s’est inscrit dans son agence. Celui-ci dit qu’il est un vampire et qu’il veut que Shelley l’aide à trouver une femme. Le rencontrant pour un deuxième entretien en dépit de tout bon sens, Shelley découvre qu’il n’a aucune compréhension des femmes. Dommage, car il est super sexy, amusant et a beaucoup d’amis célibataires auxquels il pourrait recommander son entreprise en difficulté, même s’il dit que ce sont des loups-garous et des démons. Elle doit l’aider, même s’il est fou. »  
     
     

    La bête du Bois de Boulogne (Christine Béchar)

    14/20

     

    Je remercie Juno Publishing pour cette découverte. J'avais besoin de changer de registre, après le Mal partout qui veut une apocalypse, je me suis dis que ce livre pourrait me faire souffler un peu. Un peu de fantastique, un peu de romance, définitivement j'avais changé de registre, enfin presque, au final il y a tout de même un gros vilain, le même qu'un peu partout, mais passons.

     

    Lorsque Shelley reçoit un dossier d'inscription d'un dénommé Théo, vampire de surcroit, car il veut trouver LA femme de sa vie, autant le dire tout de suite, il n'est pas pris au sérieux. Non, mais qui oserait se prendre pour un vampire de 126 ans, pour amuser la galerie ? Les vampires n'existent pas, voyons, tout comme les loups-garous, les sorciers et autres créatures que nous voyons dans les livres. Que nenni, ils sont tous là et depuis longtemps. Sauf que les humains ne le savent pas. Shelley, directrice de l'agence matrimoniale supernaturelle va tout faire pour ne pas prendre son dossier, jusqu'à trafiquer son propre logiciel pour qu'il ne trouve personne. Sauf qu'il y a UN dossier qui va lui correspondre : LE SIEN ! Shelley trouve toujours une personne pour n'importe qui, sauf pour elle. C'est une célibataire endurcie. Hors, c'est impossible... Impossible ? Non, il y a bien une entourloupe mais pas de la part de Shelley.

     

    Qu'à cela ne tienne, elle va aller à ce rendez-vous, pour lui prouver qu'ils ne sont pas compatibles et surtout pour tenter de lui apprendre les bonnes manières. Enfin si elle ne lui balance pas de la nourriture à l'ail à la figure. Parce que disons que Shelley est vive, pleine d'entrain et prête à tout lors de leur première rencontre pour lui faire comprendre qu'il n'est qu'un fou. Et lui sait que c'est ELLE la femme de sa vie (où, comment, pourquoi, cela reste un mystère par contre, il le ressent de cette manière, point final). Quant à elle, il faut passer outre qu'il a des crocs qui se montrent quand il le désire, que c'est un vrai vampire et qu'il n'y a pas que lui qui existe en tant que créatures.

     

    Books, Tea time & Sweet apple pie: Gourmandise littéraire : Pink ...

     

    Les personnages sont hauts en couleur et Shelley comprend qu'elle devient un élément central dès qu'elle reçoit des menaces de mort. Elle doit arrêter de chercher des âmes sœurs pour toutes les créatures qui s'inscrivent, autrement elle risque de se faire embarquer en enfer. D'où le Mal qui est encore présent sinon cela ne serait pas drôle. Comment imaginer avoir une vie tranquille au cœur d'une petite ville où au final la vérité semble faire mal ? J'ai beaucoup aimé le personnage de Ebony. Un petit bout de femme qui arrive à vivre grâce à la Vodka quotidienne qui la plonge dans la réalité. Sa boutique est l'endroit où elle, ainsi que Shelley, Kim et d'autres propriétaires viennent pour passer un peu de bon temps ensemble autour d'une boisson ou d'une pâtisserie. Un moment de détente comme un autre, mais qui dévoile la personnalité de chacune d'entre elles.

     

    L'intrigue semble simple au début et puis il y a comme un effet boule de neige dès que la première demande d’inscription d'un vampire arrive à l'agence. Tous les malheurs du monde semblent se concentrer sur la personne de Shelley. Menaces de mort, branche qui tombe à pic (ah non, ça ce n'est pas pour elle), feu, magie puissante... Théo est capable de se montrer comme un abruti, surtout lorsqu'il observe un ordinateur. C'est un homme enfin un vampire, capable de tout pour obtenir ce qu'il désire. Un gentleman qui sait également parler comme les hommes de maintenant, avec des gros mots, mais c'est assez rare. La soirée qu'il a toutes les semaines avec ses amis montrent également que malgré leurs différences, ils sont assez proches pour passer une soirée de jeux sans avoir envie de se bouffer. C'est amusant de lire que certaines particularités ont des odeurs qui peuvent repousser n'importe qui, ou attirer un sujet. Il est clair que le navet, le choux, ou le purin est parfait pour faire fuir, mais sans savoir qu'on dégage ce délicieux fumet (parce qu'on est une créature différente, ou qu'on use de magie par exemple) c'est drôle de voir les nez se retrousser.

     

    Meilleurs GIFs Mauvaise Odeur | Gfycat

     

    L'écriture reste fluide et amène l'histoire dans le comique, oui, c'est cela, il s'agit plus d'un chick-lit que d'une simple romance fantastique. Surtout qu'il n'y a rien de simple. Les chemins pour arriver à un but sont détournés. Les personnages tombent sur plus d'un os et comprennent vite que pour rester en vie, enfin ceux qui ont encore un cœur qui bat, ils doivent faire des sacrifices. Le cœur ou la raison, la vie amoureuse ou la vie de travail, le choix devient compliqué. Et puis la soirée d'halloween semble parfaite pour créer des liens. Il est clair que les créatures peuvent circuler au milieu des humains déguisés sans être perçus comme des monstres.

     

    Je ne peux pas nier qu'il y a beaucoup d'humour, au détriment du manque de descriptions pour certains passages. L'histoire va beaucoup trop vite à mon gout, l'amour fou les prend en un regard, voire un troisième pour Shelley et sinon tout va bien. Le fait que Théo et la demoiselle deviennent des inséparables en moins d'une nuit. Dans un monde où il ne devrait exister que des humains, les créatures sortent de l'ombre et personne ne trouve ça anormal. Surtout lorsqu'elle le dis à sa meilleure amie Kim, il ne lui faut qu'à peine une heure pour sauter de joie. OK, il faut dire aussi que la plupart des habitants sont des créatures surnaturelles, donc pour le coup, la normalité se pose bien là. J'ai trouvé qu'il y avait énormément d'éléments en peu de pages, nous n'avons pas toujours le temps de nous y faire. C'est dommage, étoffer un peu plus pour expliquer plus en détails le passé des parents de Shelley par exemple, surtout avec cette histoire avec Lucy aurait été intéressant. Ou encore avec le fait que la magie est si puissante (ils sont où les cours de magie pour apprendre à la maîtriser ?) Quant à la façon dont ils s'en sortent, je suis désolée, mais pour le coup je suis dubitative. Le grand Satan qui se fait avoir de cette manière, c'est risible.

     

    En conclusion, d'une manière générale je me suis amusée avec cette histoire, pas de prise de tête c'est ce dont j'avais besoin, même s'il y a de nombreux points que j'ai trouvé trop légers. Le côté burlesque a été un peu de trop pour moi, mais je suis certaine que c'est un livre qui plaira énormément à un bon nombre de lecteurs.


    « — Parce que ce n’est qu’une légende. Les vampires n’existent pas.
    — C’est vraiment prétentieux de croire que toi, une femme humaine, puisses exister, mais qu’un homme vampire comme moi est forcément une illusion. En tout cas, tu ne t’en plaignais pas lorsque je t’embrassais.
    — Lorsque tu m’as légèrement mordue.
    — Je me suis laissé emporter. Je n’avais pas à le faire, mais c’est plutôt agréable, pour nous deux.
    Je me souvins de la brûlure intense dans mon bas-ventre.
    — Et qu’en est-il du sexe ? Cela se passe-t-il différemment qu’avec un homme humain ?
    — Non, à part le fait que j’ai perdu ma virginité à 16 ans, ce qui fait que j’ai 110 ans d’expérience en la matière. J’ai appris une ou deux astuces grâce à ça.
    Il me fit un clin d’œil.
    Je sentis mon ventre papillonner.
    Mon rythme cardiaque s’accélérer. »

     

    Agence Matrimoniale Supernaturelle, série (Andie M. Long)

     

     

    Partager via Gmail

    6 commentaires
  •  

     Les Chroniques de Kelton, tome 1 : l'appli vérité (Jack Heath)

    Disponible sur le site de l'éditeur

    Ghosts of L.A. (Nicolas Koch)

    Auteur :  Jack Heath

    320 pages papier

    Thème : Jeunesse

    *******

     fait partie de la série

    Les chroniques de Kelton

     

    Résumé :

    «  Il règne une étrange ambiance à Kelton. Pensant inventer une application destinée à déceler les mensonges, Jarli se retrouve au cœur d'un complot qui le dépasse. Personne ne semble prêt à voir ses secrets révélés, et très vite, pour le jeune homme, la vie devient un enfer... »  
     
     

    La bête du Bois de Boulogne (Christine Béchar)

    18/20

     

    Kelton, Australie.

     

    Merci aux Flammarion Jeunesse éditions pour cette découverte. VERITE. Encore heureux vu que c'est la vérité. Une couverture digne des suspenses pour les adultes et une lecture plus que plaisante.

     

    Trois parties composent le livre, L'assassin, Paria et Fugitif. Trois étapes importantes dans la vie de Jarli, avec un J et pas Charlie ! Une fin de soirée très peu enjouée à la sortie d'une réunion parents-professeurs où son père et lui rentre chez eux tranquillement... jusqu'à ce qu'un 4X4 les percute de plein fouet à deux reprises. Pas de coïncidence, une fois aurait pu passer, deux c'est trop. On cherche à les tuer ! Pourquoi ? Pour l'application Vérité que Jarli a créée et qui est téléchargée gratuitement par des millions de gens ? Oui, car Jarli a programmé une application et l'a mise sur la toile. 90% est de lui, le reste sont des codages qu'il a pris, mais il a nommé les créateurs. Et puis c'est une application qui indique qui ment, à la seconde près. Tentative de meurtre pour ça ? Probablement, car l'appli fonctionne parfaitement bien et pourrait poser des problèmes. Et si ce n'était pas cela ? Qu'est-ce que cela pourrait bien être ?

     

    Quelles sont les raisons de nos mensonges?

     

    Une enquête intrigante qui nous entraîne dans une petite ville d'Australie où les serpents s'amusent à glisser sur les doigts de jeunes filles. Scène très sympathique à découvrir. MENSONGE. OK, j'avoue que j'en ai eu des frissons. Qui voudrait tuer Jarli et son père ? Et si ce n'était qu'une illusion ? Car cette route est dangereuse, il y a déjà eu 2 accidents mortels peu de temps avant. Sans compter qu'il n'y a pas de traces au sol, pas de témoins. La police ne comprends pas ce que dis le jeune collégien, surtout que le père accidenté leur avoue ouvertement qu'il ne se souvient de rien. MENSONGE. Pourquoi son père dirait des mensonges, à moins qu'il ne sache quelque chose ?

     

    Beaucoup de questions sans réponses et nous restons focalisés sur le fait qu'il y avait bien un petit vieux au volant d'un boui-boui pas possible qui les a fracassé. Par la suite, les ennuis n'arrêtent pas de tourner autour de Jarli. Pauvre gamin, il échappe de peu à la mort à plusieurs reprises. Il dérange quelqu'un ce petit, on pourrait presque pleurer pour le sort qui pourrait lui tomber dessus. DEMI-VERITE. Non je ne vais pas pleurer pour son sort, quelle idée aussi de créer une appli pareille ? Un coussin mortuaire, des balles qui fusent, un saut du haut d'une falaise pour échapper à ces fichus balles, MENSONGE, bon ce n'était pas une falaise, c'était bien plus petit, mais il a été obligé de plonger dans une eau boueuse : Beurk !

     

    C'est une course contre la mort, la sienne, celle de ses amis, de sa famille. Jarli doit découvrir ce qui se passe, surtout que l'accident semble être un début de piste. Un cambriolage qui les laisse sans un gramme de modernité (autant dire de suite que la télé, les PCs et autres accessoires ont été volé) et tout cela en très peu de pages. Alors la suite part au quart de tour. Difficile pour Jarli de suivre tout ce qui se passe. Le livre se déroule sur 2 jours. Deux malheureuses journées où sa vie prend un tournant et pas le meilleur. Entre les journalistes qui sont sur le qui-vive, la police qui ne comprend rien, les menaces de mort et tout ce qui suit, oui, nous pouvons dire que la vie de Jarli et ses amis est bouleversée ET mouvementée.

     

    Et des amis, il en a encore, même si depuis qu'il est sur le devant de la scène avec cette appli, il perd des soi-disant amis. Bess est sa meilleure amie et Anya le devient de plus en plus. Tous les trois vont montrer ce dont ils sont capables. Bess a beau être en béquilles, elle a un cerveau en parfait état de fonctionnement et les béquilles sont des instruments pouvant être considérées comme des armes. Anya est plus intrigante dans le sens où l'auteur divulgue un tout petit peu sur elle et sa famille, qui vient de Russie. C'est une jeune fille qui en connait un rayon sur beaucoup d'éléments. J'adorerais en savoir plus encore maintenant que l'auteur m'a mis l'eau à la bouche. Quant à Jarli, il ne supporte pas le mensonge, c'est pour cela qu'il a crée l'appli, mais toute vérité n'est pas forcément bonne à dire ni à entendre. Pourtant il y a des moments de vérité qui font mal.

     

    La vérité en 3 Gif. C'est pas toujours facile, facile... — Zebible

     

    Tout le monde ou presque utilise cette appli ce qui donne de bons moments d'humour. MENSONGE. Si pour le lecteur c'est drôle de voir, ou plutôt d'entendre tous ces petits "bip" lorsque quelqu'un raconte n'importe quoi. Si certains adultes pensent qu'il ne s'agit que de petits secrets sans grande importance, le logiciel détecte surtout ceux et celles qui racontent des idioties pour un sujet grave. Et quand il s'agit de la police, il vaut mieux jouer carte sur table, ou savoir fuir sans se faire repérer. Ce qui n'est pas toujours le cas, de ne pas se faire repérer.

     

    Venons en à la famille de Jarli, le père travaille dans  une petite entreprise qui garde des informations, la mère est un peu folle et ne comprends pas toujours ses enfants, quant à la sœur et bien je me dis que bientôt nous pourrions peut-être avoir un avis sur elle et son journal intime qui a disparu. Affaire à suivre donc. Et en parlant d'affaires à suivre, nous connaissons ceux qui sont derrière tout cela et le pourquoi. Enfin, presque, car il y a un gros bonnet dans les parages bien dans l'ombre et le pourquoi reste encore un peu flou malgré tout. Que se passe-t-il réellement au final ? Pourquoi la gentille petite note pour Jarli ? Aurait-il mis le doigt dans quelque chose ?


    En conclusion, un récit qui démarre sur une tentative de meurtre et qui finit en menace, tout cela sans oublier que Jarli est obligé de courir pour sauver sa peau et celle de ses proches. Pas de temps mort pour les personnages et beaucoup de stress passé et à venir !


    « De l'extérieur, cela ressemblait davantage à un festival de musique qu'à un hôpital. Des centaines de personnes allaient et venaient. Des projecteurs balayaient la foule. Des caméramans essayaient de cadrer leurs propres reporters, qui s'égosillaient dans leurs micros. Des journalistes de la presse écrite jonglaient avec des carnets, des enregistreurs et des thermos de café. Mais l'hôpital lui-même restait sombre et silencieux.

    Jusqu'à ce qu'il se passe enfin quelque chose.

    Dès que le rideau de fer commença à s'élever, les caméramans se précipitèrent. Tout le monde voulait filmer en premier. Une image où n'apparaîtrait aucun confrère d'une chaîne rivale vaudrait cher. »

     

    Les chroniques de Kelton, série (Jack Heath)

     

     

    Partager via Gmail

    12 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique