•  

     

     

    Disponible sur amazon

     

    Sa déesse celte (Lyndsay Sands)

    Auteur : Mélanie De Coster

    267 pages numérique (epub)

    Thème : Science-fiction/Dystopie

    *******

     

     

    Résumé :

    « Morane a la vie devant elle.
    Une vie pour parcourir le monde, pour vivre des aventures, pour tomber amoureuse…
    Une vie sans vieillir, comme tous les signataires du contrat Dorian Gray.

    Mais cette fontaine de jouvence a une date de péremption. Lubin, le père de Morane, connaît des secrets pour aller au-delà. Quand il est enlevé par des personnes qui refusent d’accepter les petites lignes du Contrat Dorian Gray, Morane mettra tout en œuvre pour le retrouver et le sauver.

    Est-ce vraiment une bonne idée ? »
     

    La bête du Bois de Boulogne (Christine Béchar)

    18/20

     

    Cela fait un moment que je lis des histoires écrites par l'auteur, depuis qu'elle est venue toquer à mon écran pour la découvrir. Alors qu'elle était plus dans le côté magie celtique, je l'ai retrouvé avec cette dystopie que j'ai beaucoup aimé. Je la remercie pour cette nouvelle lecture. En passant, j'aime beaucoup la couverture.

     

    Le monde est coupé en deux (pour une dystopie c'est mieux tout de même ^^). Il y a ceux qui ont décidé de vieillir normalement, avec les maladies qui peuvent survenir et il y a les autres, ceux qui veulent avoir une apparence jeune, non pas éternellement mais 50 ans. Le fameux contrat Dorian Gray. Qui n'a jamais entendu parler de cette histoire ? Celle de Dorian Gray, celle où son portrait est caché depuis des décennies ? Ici, il n'y a pas de tableau, juste une envie de rester jeune le plus longtemps possible et de vivre comme un jeune de vingt ans, ou presque. Car la chute est rude lorsque le temps vous a rattrapé. Les "toujours" jeunes ont du mal avec l'apparence de ceux qui préfèrent le naturel. Quant aux "vieux", ils ne comprennent pas cette idée de vouloir ressembler à un jeunot alors que la soixantaine bien tassée est présente. 

     

     

    La peur de l'apparence, celle de la différence, le mépris... Entre les deux "clans" qui s'opposent, il y a des avantages et des inconvénients. Non en fait, je suis comme Morane, je préfère vivre et voir mon apparence se modifier plutôt que de subir l'intervention : une puce que le gouvernement va camoufler dans la nuque et tout ce qui va suivre. Nous suivons Morane qui vit avec son père, cachés à cause du gouvernement. Le pourquoi est très bien expliqué au fur et à mesure des pages. Sans compter que la mère de la jeune femme est décédée de maladie. La tristesse a été grande, tout comme le fait de partir précipitamment de leur maison pour vivre devant la mer.

     

    Les villages et les villes semblent quelque peu étrange. Des groupes vivent en autarcie, loin des grandes villes. La méchanceté existe comme partout. L'envie, le désir, le besoin d'obtenir quelque chose, les personnages sont tous différents. Il y a autant de bons que de mauvais. Des surprises, des rebondissements, l'histoire est stressante. Morane n'est pas la seule dans ce récit. Fille de Lubin, ils vont découvrir sur le pas de leur porte Emrys, une vraie jeune, comme Morane, qui semble perdue, échappée d'un asile peut-être ? Toujours-est-il qu'elle va avoir le droit de rester une nuit, une unique nuit avant d'être obligée de repartir le lendemain. Les circonstances vont chambouler ce plan : des hommes se sont introduits chez Lubin et la jeune Emrys va être blessée. Impossible de la virer manu militari, il faut la soigner et la garder jusqu'à ce qu'elle puisse marcher, seule. A partir de cet instant, les ennuis ont déjà commencé. Qui sont ces gens qui sont intervenus ? Pourquoi l'avoir blessé et être reparti sans avoir apparemment volé quoique ce soit ? Ce n'est que le début des questions car l'auteur s'amuse avec nos nerfs pour nous embarquer dans un road trip qui n'est pas de tout repos.

     

    La rencontre avec d'autres personnages va les confronter à ce qu'il y a de meilleur et de pire dans l'Humain. Un soupçon de chance, un brin de folie, Morane et Emrys sont à la recherche de Lubin. Que lui est-il arrivé ? Sur ses traces, elles continuent leur chemin et tombe sur Timeon, un homme qui cache pas mal de secrets. Puis Lomen et ses parents qui sont adorables, enfin juste les parents. Le road trip se poursuit avec Lomen pour échapper à des poursuivants. Je ne donnerai pas plus d'informations sur les personnages, car je risquerai de spoiler l'histoire, tout ce que je peux vous assurer c'est que l'auteur a gardé des surprises jusqu'au dernier moment. Certaines sont à tomber par terre, d'autres font froid dans le dos. Difficile de ne pas se demander où l'auteur va nous emmener ?

     

    Le mythe de la fontaine de jouvence est bien présent. Avec un peu de chance, certains pourraient y toucher du doigt, ou se faire des frayeurs !

     

     

    Si pour cela il faut détruire l'être humain pour y parvenir, certains en sont capables. La jeunesse, celle qui reste 50 ans pour ceux qui le désirent doit être modifiée. Rester jeune éternellement, ça c'est un sujet qui fâche énormément. Qui aurait envie de vivre pour toujours ? Et si une formule existait ? Et si elle avait été crée à plusieurs pour que certains humains puissent en profiter ? Un combat de tous les instants, un acharnement sur tout ce qui pourrait être détruit en un claquement de doigts. Détruit ? Oui, chaque chapitre débute avec un article du contrat. N'importe quel humain peut être considéré comme indésirable.
     


    Il y a beaucoup de tensions, de retournement de situations. Morane va apprendre à se découvrir, à se comprendre et à ouvrir les yeux sur tout ce qui l'entoure. Les trahisons peuvent venir de n'importe qui et si j'avais vu venir pour l'un des personnages, je n'avais absolument rien vu d'ailleurs. La lecture est fluide, les personnages sont travaillés, les relations étudiées, sans oublier les descriptions des lieux qui se dessinent sous nos yeux.

     

    J'ai vraiment plongé dans cette histoire ayant du mal à en sortir. La fin semble s'ouvrir sur une hypothétique suite. Si c'est le cas, j'ai hâte de savoir ce que Mélanie compte nous offrir, parce qu'il y a encore des choses à dire, j'en suis certaine.

     

    « Lomen ne déguisait même pas le mépris dans sa voix. Je passai outre. Son assistance pouvait nous faire gagner un temps précieux.

    – Tu pourras nous déposer chez lui. C’est beaucoup plus près que la ville et tu seras plus vite de retour. Ce que tu veux, c’est te débarrasser de nous, n’est-ce pas ? Alors là ou ailleurs, ça ne change rien pour toi.

    Seul un grognement me répondit et je décidai de le considérer comme un assentiment. La hâte de partir, d’atteindre enfin notre but, me poussait. Jackson saurait comment retrouver Lubin, j’en étais persuadée. Nous nous mîmes rapidement d’accord pour partir le plus vite possible. Ce qui ne voulait pas dire immédiatement. Il fallait réviser l’engin, recharger ses batteries, vérifier que rien ne s’était dégradé. »

     

     

    Partager via Gmail

    7 commentaires
  •  

     

    Les dossiers de l'homme de l'ombre, dossier 2 : Vengeance (JPB)

    Disponible sur amazon

     

    Sa déesse celte (Lyndsay Sands)

    Auteur : JPB

    86 pages numérique (epub)

    Thème : Policier

    *******

     Fait partie de la série

    Les dossiers de l'homme de l'ombre

    Résumé :

    « « Vengeance » dossier 2
    Pour ce deuxième dossier, Marc et son assistante vont mener l’enquête au cœur de Nantes. Leur cliente ne fera rien pour les aider, et sa culpabilité ne fait aucun doute. Mais pourquoi a-t-elle poussé un député sous le tramway ? Que cache son mutisme ? Dans un jeu de dupes et de faux-semblants, une affaire qui finira par les emmener vers une vérité saisissante et inattendue.
    Le deuxième dossier des aventures de ce duo très spécial.»
     

    La bête du Bois de Boulogne (Christine Béchar)

    15/20

     

    Je remercie l'auteur, JPB pour la suite des aventures de Marc et Virginie. Un avocat aveugle et une assistante précieuse. Non, il n'y a rien de plus entre eux qu'une forte amitié, un profond respect et c'est tant mieux ainsi. De plus la façon dont ils se gèrent mutuellement et leur technique pour éviter que des femmes ou des hommes puissent tenter de les approcher de manière séductrice est imparable.

     

    Deuxième enquête et les ennuis sont encore présents pour nos deux personnages, à croire qu'ils les cherchent. En même temps être avocat (à Nantes) n'est pas de tout repos. Il y a des mystères à élucider partout. Marc a le don de trouver la faille. Un homme, un député est mort, sous un tram, poussé par une femme. Cette dernière est dans un état lamentable, son esprit semble s'être fait la malle. Est-ce une folle passée par là par hasard ? S'est-elle échappée d'un asile ? Sauf que pour notre avocat, il y a anguille sous roche. Elle a  beau être dans un état catatonique, il y a quelque chose qui le chiffonne. Et puis tuer un homme grâce à un tramway, c'est une arme redoutable. Instinct de conservation ? Non, c'est bien plus profond que cela, sauf que notre chère accusée ne compte pas parler.

     

    Résultat de recherche d'images pour "gif tramway"

     

    Le député Chardant est un homme de pouvoir, il était proche d'obtenir un poste haut placé, tel ministre ou secrétaire d'état. Alors que s'est-il passé pour qu'il finisse écrasé de cette façon ? Plusieurs suppositions nous viennent en même temps que celles de Marc et Virginie. La vengeance semble être le moteur le plus fort, mais le pourquoi reste toujours ancré dans leurs esprits. Si la police et l’État veulent boucler cette affaire vite en emprisonnant la femme dont Marc va enfin réussir à avoir l'identité après bien des peines, pour cet avocat c'est trop rapide. Il va montrer un visage et faire en sorte de continuer à enquêter. Oui elle est coupable, oui elle n'est pas bien, elle est peut-être folle, mais ce pourquoi le travaille et nous aussi.

     

    Pourquoi une femme, dont nous découvrons au fur et à mesure son passé, aurait fait ce geste ? Préméditations ? Folie passagère ? La thèse du viol est plausible, sans pour autant convaincre Virginie. Ce personnage a montré une nouvelle facette qui ne m'a pas plu. Ses réactions m'ont laissé un gout étrange en bouche. Sa façon de fuir des événements ne lui ressemble pas, pourtant l'auteur nous dis à plusieurs reprises qu'elle est arrivée là, un peu par hasard, un peu parce qu'elle l'a voulu. Je ne sais pas trop où l'auteur veut en venir avec elle, je trouve dommage qu'il n'y ait que son coup d'état et qu'ensuite il occulte en grande partie son geste, tout comme Marc qui préfère faire l'autruche. Peut-être pour mieux la questionner plus tard ? En tout cas, je sens que lorsque nous aurons le fin mot de l'histoire sur le passé de Virginie, nous risquons de nous faire mal.

     

    J'en reviens à notre accusée, qui de toute façon a été vu en train de pousser le député. Il n'y a pas de doutes sur sa culpabilité. Si la justice s'arrête sur ses faits, ce n'est pas le cas de Maître Marc. Non il veut le fin mot de l'histoire, une histoire vieille de plusieurs années qui a réussir à détruire la vie de plusieurs personnages. L'équilibre est précaire, l'esprit humain ne peut pas toujours tout supporter. C'est grâce à l'acharnement de Marc que nous savons le fin mot de l'histoire, son acharnement et sa manière un peu fourbe aussi.

     

    https://media.tenor.com/images/a0d797925a8e6939e4831e603e0ac6f7/tenor.gif

     

    La vérité est enfin complète à la toute fin du livre.  Nous avons le pourquoi elle a fait cela, ce qui glace le sang. Le temps est à la fois un ennemi et un allié. L'enquête est rondement menée, un peu rapide à mon gout, c'est le pourquoi elle est notée un peu en dessous du premier volet de ces dossiers de l'homme de l'ombre. Je l'ai trouvée plus rapide, c'est peut-être juste une idée.

     
    En conclusion, même si je n'ai pas été aussi emballée que pour la première histoire, j'ai apprécié de retrouver les personnages. Nous en savons un tout petit peu plus sur Virginie même si cela nous laisse avec beaucoup de questions sans réponses.

     

    « « Benoît nous appelle à la place du proc et nous invite au Carnivore, cela me semble faire beaucoup pour la soirée. - Je trouve aussi. Quoiqu’il en soit, ne traînons pas trop et nous pourrons descendre à pied »

    Le Carnivore était un restaurant spécialisé dans les viandes où l’on pouvait déguster du bison et de l’autruche. C’était une sorte de grande maison coloniale sur le cours des 50 otages. De temps en temps, ils y déjeunaient car la cuisine y est de bonne qualité pour un prix correct. Ils arrivèrent à 8 heures et Benoît les attendait à une petite table dans le fond de la salle. Après l’apéritif, c’est Marc qui entra dans le vif du sujet :

    « Tu as reçu un coup de fil du collaborateur de Chardant...  »

     

    Les dossiers de l'homme de l'ombre, dossier 2 : Vengeance (JPB)

     

    Partager via Gmail

    16 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique