•  

     

    Le tour d'écrou (Henry James)

     Disponible sur le site de l'éditeur

     

    Auteur : Henry James

    186 pages papier

    Thèmes : Fantastique, Fantômes, Classique

    *******

     

     

    Résumé :

    « Une jeune fille se retrouve pour la première fois engagée comme gouvernante. Elle doit s’occuper de Miles et Flora, deux enfants étranges et magnifiques qui la déroutent tant ils se montrent distants et silencieux.
    Jour après jour, nuit après nuit, des visages apparaissent aux fenêtres poussiéreuses – des fantômes qui peu à peu se rapprochent. La jeune femme comprends alors l’horreur de la situation : ces créatures diaboliques s’intéressent aux enfants, souhaitant corrompre leur corps, leur esprit, leur âme…
    Mais le pire, c’est que Miles et Flora n’ont pas peur, au contraire ils semblent attirés par ces esprits malfaisants… »
     

    La bête du Bois de Boulogne (Christine Béchar)

    16/20

     

    Enfin un livre de ma propre bibliothèque ! Mais avant d'écrire sur cette histoire un petit topo sur l'auteur.

    " Henry James est un écrivain américain, naturalisé britannique.

    Né(e) à : New York , le 15/04/1843
    Mort(e) à : Londres , le 28/02/1916
    Il reçoit une éducation éclectique et peu conformiste de la part de son père, un intellectuel, disciple de Swedenborg et d’Emerson qui vit grâce à la fortune de son père. Dès son jeune âge, Henry lit les classiques des littératures anglaise, américaine, française et allemande mais aussi les traductions des classiques russes, et trouve sa voie après s'être essayé à la peinture: il sera écrivain. A partir de ce moment, il voyage en permanence entre l'Europe et l'Amérique.
    C’est à Londres, où il s’établit à partir de 1878, qu’il écrit ses plus grands chefs-d’œuvre. Il aborde aussi le genre fantastique avant de trouver sa voie propre dans les histoires de fantômes (Ghost Tales), où il excelle, comme le prouve notamment "Le Tour d'écrou" (1898). Il est devenu une figure majeure du réalisme littéraire du XIXe siècle, et il est considéré comme un maître de la nouvelle et du roman pour le grand raffinement de son écriture. "

    Tiré du site Babelio


    Revenons à nos moutons, ou plutôt à nos fantômes. Un homme recherche une jeune femme pour aller vivre en pleine campagne afin de s'occuper de deux enfants, ses neveux : Miles et Flora. Notre jeune femme accepte avec engouement. Deux enfants, un garçon et une fille et cet homme qui lui indique qu'elle devra se débrouiller pour tout. Rien ne doit lui être revenu aux oreilles. Curieuse demande, mais après un accord entre eux, elle part pour Bly, petit village de caractère où Mrs Grose, l'intendante de la maison, l'attend. Les enfants sont adorables, quoiqu'un peu en retrait. Doux, calmes, Miles et Flora ne font pas le moindre bruit, mais paraissent... étranges. Ils semblent ailleurs. Jusqu'à ce que notre institutrice comprenne : ils ne sont pas seuls ! Des êtres surnaturels peuplent les lieux.

     

    Résultat de recherche d'images pour "gif fantomes"

     

    Deux fantômes ont élu domicile et pour cause : ils ont vécu dans cette demeure avant que l'institutrice n'arrive. Mrs Grose les a connu, ils ne sont pas si vieux que cela. Que c'est-il passé pour qu'ils disparaissent et reviennent hanter les lieux ? Pourquoi sont-ils présents ? Leurs présences est quelque peu dérangeantes, surtout lorsque l'on apprend comment ils étaient de leur vivant. Le début du récit est plutôt lent, déposant les bases, pour autant nous ressentons une certaine excitation : celle de notre institutrice qui va travailler.

     

    Peter Quint et Miss Jessel. Deux personnages qui sont omniprésents et pour cause : ils sont capables d'avancer en terrain connu. L'air ambiant est stressant : c'est palpable dans le texte, dans la façon dont les personnages principaux agissent. Leurs regards est un élément déclencheur pour augmenter le stress du lecteur. La jeune femme de 20 ans a beaucoup de cran pour son âge. Il s'agit d'une époque où les responsabilités étaient différentes.Les relations également et le langage aussi. Nous nous retrouvons dans un autre style d'écriture et je dois avouer que c'était passionnant. Je ne dirais pas que j'en lirais plusieurs à la suite, mais de temps en temps cela ne fait pas de mal.

     

    Des points restent en suspend : est-ce que l'oncle est au courant de ce qui se passe ? Est-ce pour cela qu'il ne veut rien savoir ? De nombreuses questions arrivent au fur et à mesure du texte lu et nous en avons un certain nombre de résolues. J'ai beaucoup aimé le langage de cette époque. Avec de l'imagination, des tournures de phrases qui nous font chercher le moindre indice. Entre les deux femmes il y a beaucoup de non-dits, de questions, de sous-entendus. J'aime cette manière détournée de l'époque dans un livre. Dans la réalité je déteste cela, je préfère quand il y a de la franchise et qu'on se dise franchement les choses. Mais nous sommes en 2020, ce qui signifie que nous avons modifié de nombreux éléments.

     

    Les descriptions de la maison de campagne est parfaite. Il est impossible de dire que nous n'imaginons pas la maison et les tours qui la compose. Mrs Grose y vit depuis des années. Elle est au courant de certains points de détails qui nous donnent des moments d'effrois. Les sueurs froides s'invitent à la lecture. Surtout que nous apprenons que Miles a été viré du collège où il était. Pourquoi ? Les semaines passent et les événements s'enchaînent. Un homme sur l'une des tours qui les observe. Les accidents deviennent de plus en plus fréquents. La vision de Miss Jessel plus "visible" qu'auparavant. Et ce lac qui est tentant...
     


    Résultat de recherche d'images pour "gif enfants maudits"

     

    Vous le sentez là le sourire forcé ?

     

    L'étrange devient un élément de leur vie. Les apparitions sont-elles bien réelles ? N'y aurait-il pas plutôt un type d'hallucination ? Les enfants ont leur quota de bizarreries. Sont-ils au cœur de ce qui se passe, ou sont-ils innocents ? La fin nous laisse avec plus de questions que de réponses. Je l'ai relu plusieurs fois pour tenter de trouver un sens caché. Je ne l'ai pas trouvé. Avoir le récit sous le regard de la jeune femme nous oblige à voir et à entendre ce qui l'entoure. Une pression est toujours présente, cette même pression qui nous indique que la fin n'est pas forcément celle que nous pensions au départ.

     

    Beaucoup de réflexions, de recherches complètent le récit. Les actes viennent tranquillement, laissant la place à l'esprit. La psychologie est décryptée, nous cherchons encore si ce n'est juste pas une histoire qui est racontée pour faire peur aux autres un soir devant un feu de cheminée... Non, impossible, le lien ressenti entre les personnages est trop fort. Les mots sont forts, la présence de quelqu'un d'autre est palpable entre les lignes du texte.  Les fantômes du passé reviennent en force. Le fantastique est amené de manière naturelle, comme si tout ce qui se passait était normal. Le côté dramatique est poussé à l'extrême.

     

    En conclusion, un récit fantastique que j'ai beaucoup apprécié de part la qualité du texte. Je n'ai pas parlé des illustrations, mais elles sont magnifiques ! Mina M. a encore fait un très beau travail.

     

    « Et la pauvre femme fondit en larmes.

    À partir du lendemain, ainsi que je l'ai dit, une surveillance rigoureuse les suivit partout : néanmoins, combien de fois pendant cette semaine ne revînmes-nous pas sur ce sujet avec passion ? Bien que nous l'eussions discuté à perte de vue, ce dimanche soir, je fus encore hantée, surtout aux premières heures de la nuit, - car l'on peut imaginer si je dormis, - du soupçon qu'elle ne m'avait pas tout dis. Pour ma part, je n'avais rien dissimulé, mais Mrs Grose me cachait quelque chose.

    D'ailleurs, vers le matin, je me persuadai que ce n'était pas par manque de franchise, mais pare que les périls nous entouraient.

    Oui, passant et repassant au crible toutes ces choses, il me semble que lorsque le soleil haut dans le ciel, j'avais, dans mon trouble et mon agitation, tiré des faits presque tout le sens que de plus cruelles circonstances devaient mettre en lumière plus tard. »  

     

    Le tour d'écrou (Henry James)

     

     

    Partager via Gmail

    12 commentaires
  •  

     

    Les dossiers de l'homme de l'ombre, dossier 4 : Surenchère (JPB)

     Disponible sur Amazon

    La guilde des marchands de pluie, tome 2 : Avis de tempête (Robin Buisson)

    Auteur : JPB

    99 pages numériques (epub)

    Thème : Policier

    *******

    Fait partie de la série

    Les dossiers de l'homme de l'ombre

     

    Résumé :

    «« Surenchère » dossier 4 Pour ce quatrième dossier, Marc et son assistante vont plonger dans un univers de mystères et de croyances. Ils vont devoir mettre de côté leurs doutes car les enjeux et les forces qu'ils affrontent pourraient mettre l'équilibre du monde en péril. Une aventures ou tout sera une question de confiance et de choix. Le quatrième dossier des aventures de ce duo très spécial. »
     

    La bête du Bois de Boulogne (Christine Béchar)

    17/20

     

    Un grand merci à JPB pour cette nouvelle lecture de la suite des aventures de Marc et Virginie, par le biais du site simplement. La couverture reste dans les mêmes tons que les précédentes, avec un soupçon de couleurs doré en plus. Un léger rappel des personnages principaux est toujours bon à prendre et j'ai trouvé que plus c'est succinct, mieux c'est, comme dans ce tome.

     

    Quatrième enquête pour notre avocat, toujours aveugle et son assistante surnommée Vigie. Deux hommes assez âgés viennent les voir pour qu'ils accèdent à une ventes aux enchères, afin d'acheter un lot, le numéro 21 pour leur patron. Marc et Vigie ont beau poser des questions, ils n'ont pas beaucoup de réponses. Non, ils ne sauront pas qui est derrière tout cela. Oui, ils auront l'argent, qui est déjà prêt. Il faut coute que coute qu'ils puissent acheter le lot et à n'importe quel prix. Les deux petits vieux ont mis largement ce qu'il fallait pour qu'ils ne soient pas à court.

     

    Le lot est acheté, non sans mal, mais avec panache ! Dans tous les cas, c'est avec brio que Virginie est propriétaire d'une table, chaises en bois qui ont un bel âge. La nuit même où elle obtient ses résultats, les deux petits vieux se font tuer, pim, pam, pouf ! D'un coup ! Enfin disons que les tueurs sont des acharnés, limite la mitraillette aurait été moins moche niveau résultats. Bref, ces deux-là (qui étaient également des avocats) n'ont pas fait long feu. Une simple demande d'acheter pour quelqu'un d'autre et voila Marc et Vigie embarqués dans une sacrée histoire, à se demander qui est derrière tout cela et qui veut ce foutu lot ! Un peu de baston, un semblant de méfiance, un soupçon de sadisme, l'enquête est encore plus complexe que les précédentes.

     

    Résultat de recherche d'images pour "gif surenchère"

     

    Le lot 21, tout le monde le veut. Pourquoi ? surtout que Benoît, leur ami flic qui s'y connait très bien en vieilleries et autres objets leur a bien indiqué que cela avait de la valeur, mais pas trop. Qu'est-ce qui se cache derrière tout cela ? De la jalousie, de l'envie, oui, mais de quoi ? L'enquête est menée de tous les côtés sans que l'on ne puisse y faire grand-chose. De nombreux personnages font leur apparition. Qui sont-ils réellement ? Pourquoi faire suivre Marc et Vigie de cette façon ? Qui a les pleins pouvoirs ?

     

    L'affaire est intrigante, tout comme les protagonistes. Je pense surtout à cette madame Leperle et son garde du corps Joshua. Est-ce que par hasard il n'y aurait pas un brin de fantastique dans ce récit ? Nous nous posons des questions à leur sujet, surtout celui d'Augustine Leperle. Quel âge a-t-elle vraiment ? De nombreuses suppositions peuvent se faire, un tableau, une idée, une illustration, des mots sous-entendus, hum, j'adorerais en savoir plus sur eux. Revenons-en à notre affaire. C'est un personnage charismatique qui connaît son monde. Elle a une forme de pouvoir qui fait qu'on plie souvent sous son regard. Il fallait bien entendu que Marc soit aveugle pour lui faire comprendre qu'il n'est pas l'un de ses jouets.

     

    Dire que tout a débuté avec une simple affaire de ventes aux enchères ! Nous imaginons bien que l'auteur s'est amusé avec ses personnages pour les emmener encore plus loin que d'habitude. Lorsqu'ils (Marc, Benoit et Vigie) découvrent ce qui se cache derrière cette affaire de meubles à acheter, il est clair que les ennuis grossissent de plus en plus. Il ne faut pas grand-chose pour que les rats débarquent de tous côtés. Si le danger ne leur fait pas peur, les armes si. Pour une fois, ils vont être obligés de se cacher pour survivre.

     

    Le personnage de Virginie s'étoffe encore plus. Elle a eu une réaction surprenante pour quelqu'un qui ne se souvient pas de son passé, pas totalement, pourtant son instinct de survie semble proche du zéro. Seule la vérité lui parle et elle préférerait mourir pour une cause qu'elle croit juste plutôt que de se vendre d'une quelconque manière. Elle prend plus de place, même si c'est l'assistante de Marc, elle a sa place dans ce duo. Elle n'est pas que celle qui bosse pour l'avocat, elle a de bonnes idées

     

    Résultat de recherche d'images pour "gif armes a feu"
     

    Une suite sans que ce soit une suite réellement, c'est une affaire qui peut se lire sans avoir lu les précédents. L'auteur en met assez dans le texte pour que nous ne nous perdions pas. J'avais senti une légère faiblesse dans le tome 2, l'auteur s'est bien rattrapé avec le précédent et celui-ci ! Les enjeux sont importants, il s'agit de vie ou de mort. L'immortalité peut-être ? Toujours est-il qu'il y a du monde qui désire obtenir le précieux sésame. Tous les moyens sont bons et il est difficile de savoir qui est vraiment le commanditaire, qui est vraiment le gentil, le méchant. Il n'y a rien de tout blanc ou de tout noir dans cette histoire, les variantes sont énormes.


    En conclusion, une enquête rondement menée qui nous laisse sur les genoux. Elle va très vite, et au final cela passe bien. La preuve, je l'ai lu d'une traite. Ce n'est pas un policier à proprement parler, ni un thriller, c'est un mélange de tout cela. Il faut également rajouter du suspense, du stress, un brin de poésie. Je me demande si nous retrouverons certains personnages passés dans les futures histoires. À découvrir !

     

    « La phrase venait de claquer et aussitôt l’enchaînement tomba :

    « 1 500 000 euros - 1 600 000 euros » Marc venait de reprendre la main. Après un moment de flottement il sentit un message de Virginie dans la bague : « Gagné ».

    Depuis la dernière enchère, elle observait et elle venait de voir que le petit gros avait lâché le morceau, et venait de faire non de la tête à son avocat.

    Le commissaire-priseur reprit donc la parole : « 1 600 000 euros une fois, 1 600 000 deux fois, adjugé pour votre client maître Corin »

    Dans la salle la rumeur courait, mais déjà le prochain lot arrivait. À la grande surprise de Benoît, Marc ne quitta pas la salle mais vint se rasseoir avec eux. Sans rien dire, il attendit le passage de plusieurs lots puis sans raison apparente se leva et invita son ami et Virginie à en faire autant. Une fois dehors la question qu’il attendait arriva :

    « Tu peux me dire ce que l’on attendait ?  »  

     

    Les dossiers de l'homme de l'ombre, dossier 4 : Surenchères (JPB)

     

    Partager via Gmail

    14 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique