• Galénor, tome 2 : le dernier gémini (Audrey Verreault)

    disponible sur Amazon

    Galénor, tome 1 : le livre des portes (Audrey Verreault)

    Auteur : Audrey Verreault

    355 pages

    Thème : Fantasy/ Fantastique

     *******

    Fait partie de la saga

    Galénor

     

    Résumé :

    « Et si vous étiez liés à quelqu'un... quelque part...
    « Asmodée est de plus en plus radical avec sa politique anti-inferniths… Il veut qu’on les envoie tous à la prison d’Astheroth pour les interroger et les pister… Puis il y a ces magiciens avec leurs masques en forme de têtes de corbeaux qui rôdent à travers Galénor et attaquent des villages. Personne ne sait d’où ils viennent. Ni ce qu’ils veulent. Moi je m’en doute. Ils ont assassiné mes parents adoptifs… Je pense qu’ils cherchaient ce qu’ils m’ont légué… J’essaie de chasser tout ça de mes pensées…
    Nous avons presque tout épuisé nos réserves de poudre d’artanis et nous, magiciens, ne pourrons bientôt plus exercer notre magie.
    Asmodée a mis la main sur une pierre de Kartane qui pourra peut-être remplacer l’artanis et mettre fin à la pénurie magique qui plane sur notre monde. Or, le Kartane figure parmi les substances les plus convoitées de l’univers…
    Nous avons été mandatés, moi et les autres géminis pour protéger cette pierre jusqu’à ce que les alchimistes aient terminé leurs recherches.
    Nous sommes en fonction. Cette nuit, j’ai la pierre, dissimulée sur moi. La fête bat son plein. La salle est bondée. Un homme encapuchonné franchit la porte d’arche. Des ailes noires pendent à son dos. Il sort du lot, mais il y a autre chose… »
    - Daphnée
    Fantasy, magie et romance vous attendent dans ce deuxième tome de Galénor où nous suivons cette fois-ci Daphnée, accompagnée de ses amis géminis - JudyAnn, Tom et Kyle, ainsi que de Vincent, leur nouvel allié vampire. »
       
     
     

    La bête du Bois de Boulogne (Christine Béchar)

    Galénor, tome 1 : le livre des portes (Audrey Verreault)

     

     
    Vous vous souvenez peut-être d'un titre il n'y a pas longtemps où je ralais sur l'auteure pour la fin de sa duologie ? #auteursadiqueenpuissance ? Vous savez, cet auteur qui avait crée un personnage, on s'y attache, il a une vie, un passé sombre, un présent incertain, des amis, des ennemis, un probable futur qui se dessine. Et là, on s'attache à cette bête-là, on se dit que l'auteur a été sympa dans le tome 1 de cette quadrilogie (oui je parle de toi Audrey) en sauvant un personnage qui aurait pu faire des dégâts. Alors on s'attache bêtement à ce personnage sombre qui dévoile un peu d'humanité, qui montre qu'il n'est pas ce que tout le monde croit et crack, c'est la dégringolade. Le coup de massue, celui qui fait mal. Jusqu'au bout on y croit, que c'est une mauvaise blague, que l'épilogue va nous faire sourire, que ce n'est pas la fin qui pourrait amener bien d'autres complications... Eh NON, perdu !!!!! Comment un auteur si gentil (enfin un peu, parce que dans le tome 1 les personnages prennent chers tout de même), pourquoi dans celui-ci c'est l'hécatombe ? Non parce que franchement, il ne va plus rester grand-monde. Il est vrai qu'il y avait des indices aussi gros que des arbres, mais comme un personnage le dis souvent, l'avenir n'est jamais écrit définitivement. Au moins une chose est sure : l'auteur sait martyriser ses personnages, physiquement et psychiquement !
     
     
    Sachez que des personnages sombres il y en a plusieurs, dont nous pourrions presque donner le bon Dieu ou toutes armes dont ils auraient besoin pour un peu plus de pouvoir qu'ils n'en ont, bref des nouveaux, des anciens qui ont le mérite de nous faire vibrer. Ici nous ne suivons pas uniquement Judy-Ann qui est relégué en second voire troisième plan. Le personnage principal est Daphnée, l'elfe qui a des pouvoirs plutôt sympa, un passé sombre, des cauchemars et des parents tués par des monstres. Daphnée, la "soeur" de Judy-Ann, l'amie de Vincent, Kyle, Tom, Mérindol qui les protège à sa façon. Un personnage qui mérite qu'on s'attarde, parce qu'elle va vivre une aventure hors du commun. Après les nombreuses péripéties du tome 1 qui nous ont montré combien les géminis pouvaient être soudés, nous arrivons dans ce paysage où les futurs sauveurs sont pris en chasse, car considéré comme dangereux.
     
     
    Être un humain avec des pouvoirs, OK, un elfe, déjà ça craint un peu, mais quand vous êtes un vampire, une chimère, un hybride, un démon ou même autre chose, c'est la cata ! Imaginez-vous dans une forêt en train de tenter de récupérer une pierre ultra importante et dangereuse pour eux et que ceette dernière fait des siennes et vous lie à votre pire ennemi ? Le monde dans lequel vivent les géminis ne va pas aimer du tout et ce n'est plus une chasse, mais une traque jusqu'à ce que mort s'en suive, sauf... sauf si votre ennemi veut récupérer ce que vous avez volé sans le vouloir et donc va sauver vos fesses. Trahison ou peur de ce que vous pourriez devenir ? Les gardes de votre gentille petite ville semblent vouloir vous tuer coute que coute, comme le fameux "suzerain" qui veut enfermer tous les infernith (c'est le nom qui regroupe une certaine catégorie de créatures, comme des muses, des loups-garous, les mages noirs, vampires, sphinx..) car ils sont dangereux. Mouais, quand nous suivons la plupart d'entre eux ils sont doux comme des agneaux. Bref tout cela cache bien des choses.
     
     
    Nous retrouvons les premiers personnages et d'autres qui vont faire dérouler le récit d'une manière plutôt rapide. L'auteur a crée des chapitres avec des sortes de "sous-chapitres" qui comportent le prénom des personnages, ainsi nous les avons quasiment tous en tête. Ils sont tous présents et même s'il y a des répétitions par moment, avoir leurs pensées à l'instant T est très intéressante. Ainsi nous sommes encore plus proche qu'eux pour notre plus grand bonheur ou non. Judy-Ann et Vincent semblent avoir passé la vitesse supérieure, Kendrick est toujours aussi vilain, mais finalement est-ce vraiment lui le pire ? Un nouveau, Logan fait son apparition en tant que Gémini ? Tiens donc un de plus, donc il y en a forcément un autre quelque part, mais où ? Mystères et boule de fées vilaines. Le Ténébreux Danik qui tente par tous les moyens de sauver sa peau en se vendant au plus offrant, en quelque sorte. Trahison une fois, trahison mille fois ! Un certain Liam fait une apparition plutôt sympathique, enfin trois pour être plus précise. Artémis qui est un sacré personnage ne se laissant pas faire. Des démons qui vendraient père et mère s'ils étaient encore en vie, des fées vengeresses, un Kartane fort et puissant qui est capable de rendre fou n'importe quel sorcier, Asmodée qui est un pourri, mais ça on le savait déjà du départ...
     
     
    Vous l'aurez compris, un second tome qui part fort et qui ne s'éteint pas. J'en ai encore la gorge nouée, du dénouement final, mais également de toutes ces aventures et combats qu'ils vont devoir donner. L'univers crée est riche et facile à suivre. Des portails interdimensionnels, des visites impromptues, une pierre du temps (ils auraient pu l'utiliser hein à un moment donné, je dis ça...) de nouvelles créatures qui dévoilent leur vraie nature, des anciens qui montrent réellement ce dont ils sont capables et une Daphnée qui va prouver à tous et toutes que les émotions et le passé font ce que nous sommes : des êtres complexes, empli de vies et d'espoir pour le reste du monde. Les descriptions de ces lieux divers, des marchés, des forêts, de ces autres personnages, de chacun de leurs gestes font que nous sommes avec eux, à chaque instant. Nous en apprenons un peu plus à chaque tome, à chaque page. Les temps morts sont essentiellement dans une bibliothèque où qu'ils soient. Les livres sont de véritables ressources, même si par moment les informations ne se recoupent pas.
     
     
    Ah ces livres, ces mondes crées de toutes pièces avec les habitants, les bons comme les moins bons, ceux dont nous avons des doutes, ceux dont nous sommes certains. Avoir le regard de chacun montre leur force et faiblesse, leur peur et leur doute, mais aussi la rage de vaincre, la force de s'en sortir, de sauver l'un d'entre eux. Le savoir est important et lorsque la mémoire revient nous sommes bien plus que surpris. Rien en pouvait nous préparer à cela, rien ne pourra nous préparer à la suite, car dorénavant, il y aura toujours des doutes comme des certitudes dans l'esprit de chacun. L'auteur fait fort dans les sortilèges, la manière de cacher les éléments, de décortiquer les émotions, les combats et ces fichus corbeaux qui sont un peu partout !
     
     
    Mérindol et Calchas sont des personnages qui sont un peu moins présents dans le récit, mais au final, ils sont toujours présents dans le coeur des géminis et surtout présents quand il le faut. Ce second tome tourne autour de Daphnée et de sa façon de voir les choses, car même si le texte est avec la vision de chacun d'entre eux, ils sont tous là pour lui sauver la vie. Cette chose en elle est vraiment un calvaire et le lien qu'elle avait déjà et celui crée porte vraiment sur les nerfs. Le final, bien qu'il soit ce qu'il est apporte quelques questions pour la suite : comment vont-ils faire ? Que va-t-il se passer ? L'espoir est toujours au bout du chemin et continuer à vivre pour soi et pour les autres où qu'is soient. J'ai vraiment hâte de découvrir la suite de leurs aventures, de replonger dans ce monde qui m'a fait oublier mon quotidien le temps de la lecture et même après.
     
     
    En conclusion, une quête qui ne se fait pas sans casser des oeufs de dragons. Le pouvoir, l'immortalité au détriment des autres ? Jamais, quitte à ne pas se relever. Si certains traîtres sont enfin enfermés comme il se doit, il en reste un certain nombre. Pour sauver leur monde il faudra du courage et de la patience. La magie n'est qu'un plus, ce second tome nous l'a prouvé à maintes reprises : il faut avoir confiance en soi ! Merci Audrey Verreault pour cette lecture poignante.
      

     
    Extrait choisi :
     
     
     « Vincent
     
    Lilith envoya un tourbillon de magie de couleur noire et mon bouclier vola en éclat. Je n'avais jamais vu de sortilèges de cette couleur. Je m'écroulai sur le sol, encore conscient. Conscient que Daphnée venait d'être capturée. Conscient que nous avions échoué.
    Lilith s'approcha de moi et son sourire narquois se dessina sur son visage. Elle agita la main vers moi, une lumière m'aveugla et le monde autour de moi disparut.
     
    Daphnée
     
    Lilith venait de jeter un sort à Vincent. J'ignorais s'il était mort ou toujours vivant. Je pouvais sentir mon coeur battre dans mes tempes. »

     

     

     
    Partager via Gmail

    6 commentaires
  •  

     

    La confrérie de la Piptarquie (Patricia Philippe Company)

    disponible sur le site de l'éditeur

    La confrérie de la Piptarquie (Patricia Philippe Company)

    Auteur : Patricia Philippe Company

    310 pages

    Thème : Jeunesse fantastique

    *******

     

     

    Résumé :

    « Une dose de magie, un zeste de légendes, une bonne louche de solidarité, un brin d’humour, voilà le cocktail qui va donner naissance à une belle amitié entre dix petits sorciers.
    Ils vont créer une confrérie secrète à la manière des chevaliers de la table ronde, et partir à la rencontre d’êtres mystérieux.
    Ces histoires sont parsemées de petits faits historiques.
    Enfourchez votre balai et partez à l’aventure avec eux, Arthur et ses amis vous attendent.
     »   
     
     

    La bête du Bois de Boulogne (Christine Béchar)

    16/20

     
     

     
    Par le biais de Babelio, j'ai eu la chance de découvrir ce livre jeunesse. Je les remercie, ainsi que la maison d'éditions qui me l'a envoyé. La couverture est douce en terme de couleur, fine dans les traits du personnage et indique que la lecture est parfaite pour les dyslexiques.
     
     
    Une intégrale où 10 petits sorciers vont vivre des aventures extraordinaires. 5 tomes et une histoire en plus pour cette intégrale qui entraîne les jeunes lecteurs et les plus vieux. "Katia poils aux pattes", "La fée Ynéha", Taïssa la sirène", "Hippolyte l'hippogriffe", "Litha et le secret du temple" et enfin "Lyncoln le Lamagon". Pierre, Iris, Prisca, Tatiana, Arthur, Romane, Quentin, Ursuline, Isidore, Étienne composent la fameuse confrérie de la Piptarquie. En cherchant bien, vous allez trouver le pourquoi ce nom. 5 garçons et 5 filles, dont deux sont amoureux, mais ne se le disent pas, pourtant ils s'en rendent tous compte. Mais ça, c'est une autre histoire.
     
     
    Arthur, sorcier, balai, confrérie... Originaire de Bretagne, je ne peux que comparer Arthur et les chevaliers de la table ronde (qui était en bois) alors qu'ici elle est en pierre et surtout c'était des adultes. Des enfants/préado qui s'identifient à ces chevaliers des temps anciens, à leur façon. C'est à la fois drôle et sympathique de les voir partir en expédition régulièrement. Ces adosorciers sont soudés, malgré les jalousies ou le fait que l'un d'entre eux râle toujours, ou que l'une d'entre elle soit la plus intelligente. Bien qu'Arthur ne soit pas un roi, il en a les compétences et c'est souvent lui qui joue le rôle de chef, sans vraiment le vouloir. Ces dix petits sorciers ont de nombreuses qualités et même des défauts qui les rendent attachiants.
     
     
    Chacune des histoires a un fil conducteur, celui de l'apprentissage. Nos dix héros sont dans l'obligation de faire des recherches pour leur école. Des quêtes dans l'histoire, les créatures mythologique ou même inexistantes, enfin est-ce que ces "animaux" n'existent réellement pas ? Les contes des "pieds-sur-terre", nous pauvres humains sans pouvoirs, racontent des histoires sur tout et n'importe quoi. Pensez aux contes d'Andersen, ou de Grimm, la façon dont nous voyons les créatures telles les sirènes, les fées, les sorciers. Tout n'est pas toujours très gentil, parfois même les chasses aux sorcières qui ont fait de nombreux dégâts. Salem n'est pas indiqué de cette façon, mais le livre recèle de nombreuses références sur des faits historiques. Tout est bien adaptés à l'âge des lecteurs prévus en gardant les grandes lignes et leur faisant comprendre que tant qu'on ne vit pas avec les personnes, on ne peut pas savoir qui ils sont vraiment.
     
     
    Sorcières, fées, mère nature, sirènes, hippogriffes, chauve-chat, chauve-souris, chats, temple, intrigues passagères ou tout simplement lieux de culte qui a été crée pour faire peur, nos dix héros sont confrontés au monde qui est le leur, jusqu'à la dernière histoire qui les emmène bien plus loin qu'ils ne l'auraient cru. D'ailleurs je trouve dommage cette fin ouverte qui appelle à un autre texte derrière, indiquant qu'il s'agit d'un premier tome et non d'une intégrale. Des aventures entraînantes, apportant bon nombre de questions et de réponses. Chacune de ces nouvelles liées entre elles apporte une morale et l'idée qu'à plusieurs c'est plus facile. D'ailleurs en parlant de ces aventures, devant les premiers mots, une ombre de sorcière chevauchant son balai est imprimée. J'en viens au second point qui m'a chiffonné : je m'attendais à une illustration pour chaque histoire, voire un peu plus, mais il n'y a rien. c'est dommage pour un livre jeunesse qui a pourtant de quoi montrer.
     
     
    Ces aventures ont de nombreux rebondissements et montrent que chaque membre de cette confrérie a un rôle plus ou moins important. Il est clair que 10 personnages cela fait beaucoup malgré tout, et sont souvent mis en avant Arthur, Romane ou encore Quentin et Ursuline. Nous voyons moins souvent les autres, mais ce n'est pas pour autant qu'ils sont moins important. Ils font partis d'un groupe soudés et ils ne font rien séparément. C'est ce qui fait leur force. Leurs esprits se mêlent les uns aux autres et le fait de vouloir faire le bien et de montrer qu'ils sont capables de s'en sortir sans l'aide des adultes est fait de manière intelligente.
     
     
    La plume est fluide aussi bien pour les petits que pour les grands. L'usage de mots inventés passe très bien et sont facilement identifiables. Les descriptions nous amènent dans des lieux magiques : l'école, les maisons, la forêt, les sources et temples. Les voyages sont soit spirituels soit physiques et apportent ce qu'il faut de magie à la lecture. De plus, les adultes sont présents sans pour autant envahir l'espace vital. Entre les professeurs qui ont des noms rigolos et les parents qui suivent tout de même les péripéties de leurs enfants, ils ne sont pas seuls. L'apprentissage par eux-mêmes est un point crucial qui permet de démontrer que les parents sont toujours là quoiqu'ils fassent.
     
     
    En conclusion, j'ai passé un bon moment de lecture, emporté dans une magie qui m'a rappelé mon enfance. Seuls deux points m'ont chagriné : le manque d'illustrations et la fin ouverte. Passés ces deux points, la lecture est entraînante, passionnante même avec des faits historiques pour que plus jeunes ils se posent déjà les bonnes questions. L'ouverture vers un autre monde, vers une autre forme de vie, vers la magie et ses conséquences, sans oublier les différentes recherches pour apprendre soi-même est une très bonne idée à leur mettre dans la tête dès le plus jeune âge.
     
     
     
    Extrait choisi :
     


    « Quentin était avec Arthur, un des garçons les plus âgés de la confrérie de la Piptarquie. Aussi grands l'un que l'autre, il voulait mener ses amis à la baguette, amis ils préféraient tous écouter Arthur. Comme tous les jeunes sorcier, il avait les cheveux d'un noir profond. Il les coiffait en brosse avec une tonne de gel pour les faire tenir. L'apparition de cette mèche blanche le contrariait énormément. Il était né avec un sens de plus que les autres, la râlerie. Il n'arrêtait jamais de se plaindre, de dire que ça n'allait pas, qu'il ne ferait pas ça, qu'il n'irait pas là. Il râlait toujours et encore, mais il faisait pourtant tout le contraire de ce qu'il disait. Au fond c'était un gentil sorcier serviable. »

     

    La confrérie de la piptarquie - Babelio

    Partager via Gmail

    10 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique