•  

    le « Cycle de Barcil », Yencil Le Stratège (Dopffer Jean-Marc)

    disponible sur Amazon

    le « Cycle de Barcil », Yencil Le Stratège (Dopffer Jean-Marc)

    Auteur : Dopffer Jean-Marc

    68 pages

    Thème : Nouvelle Fantasy

    *******

     fait partie de la saga

    Le cycle de Barcil

     

    Résumé :

    « Yencil, le Dieu de la Guerre, veille sur les peuples foisonnant à la surface de Barcil. Son œil diaphane scrute du plus profond des âges le destin des mortels. Sa volition façonne leur destin ; ses Bainges font régner sa loi sur le monde. Son obsession, conserver l’Équilibre entre les morts et les vivants. Mais la quiétude des royaumes vacille. Essaimés à travers le continent, les conflits secouant les peuples menacent l’Équilibre. L’harmonie rompue, ce sera l’avènement d’une nouvelle ère de chaos.

    Alors, du fond de son domaine, Yencil scrute le parcours du Nain Ikor. Ce dernier, un valeureux émissaire aux qualités incontestables de baroudeur, a été lancé par son roi sur les traces de Linn, son confrère et prestigieux membre de la Phalange des Cinq. Disparu en quête de formidables rubis enfouis dans l’antre d’un dragon, Linn n’a plus donné de signe de vie depuis des lunes.

    Chaperonné par la Bainge Orglin, le parcours d’Ikor le pousse à traverser les paysages millénaires de la sylve des Elfes et du désert graniteux des Nains.

    Cependant les vices des mortels sont un puits sans fond. Et faire main basse sur le trésor hante bien des esprits. Malgré leur alliance historique, Elfes et Nains rivalisent, envenimant chaque jour un peu plus la situation. Cupidité et orgueil, arrogance et ambition font trembler l’alliance. La guerre et ses calamités sont proches.

    Ikor saura-t-il éteindre l’hostilité entre les deux peuples ?
    Yencil parviendra-t-il à conserver l’harmonie du monde ?
     »  
     
     

    La bête du Bois de Boulogne (Christine Béchar)

    15/20

      

    - Yencil, êtes-vous certain que ce que vous faites ne va pas occasionner une guerre monumentale ?
    Le Dieu de la guerre observe l'une de ses créatures ailées le temps d'un instant, puis retourne à son homme de main qui ne sait pas ce que son avenir lui réserve.
    - Non, car je serais là bien avant que les peuples se déchirent... Enfin je l'espère...
     
     
    Ikor, nain espion pour le compte de son "roi" revient avec de très mauvaises nouvelles. Son ami, Linn le Nain est mort dans une bataille qui a détruit tous ses hommes. Il est arrivé alors que Gienah l'Elfe mercenaire rendait les derniers hommages à Linn et les autres tombés au combat. Cette nouvelle ne rend pas honneur, au contraire. Le roi Nain Harakuk-Dûm décide que c'est la faute des elfes si l'un de ses hommes n'est plus et décide de batailler contre ce peuple. Un peuple qui était en paix depuis plus de mille ans, un peuple avec qui ils ont de bonnes relations. Mais quelque chose dans l'ombre se trame et quelqu'un veut les voir se déchirer. Créer la discorde, détruire les peuples, abolir la paix... Yencil a beau être le Dieu de la Guerre, il n'est pas l'instigateur de ce qui se produit. Qui alors ?
     
     
    L'affrontement semble inéluctable entre les nains et les elfes. Et ce n'est pas le fait de retrouver Ikor au milieu d'un carnage qui va aider à garder cette paix fragile. Les restes d'elfes, accompagnés d'autres créatures monstrueuses autour de ce nain en territoire elfique ne rend pas les choses faciles. Ikor va devoir tenter de démontrer que tout n'est qu'un piège. Mais lorsque la Reine des Elfes en décide autrement et ne prend pas en compte ce qu'il peut lui dire, de bonne foi et en toute vérité... L'assaut semble prévu efficacement, sans s'encombrer de détails superflus avec juste les armes qu'il faut. Le nain capturé sera tué, et la bataille s'engagera. Oui, mais, car il y a un mais dans cette histoire, le fameux nain Ikor ne sera pas tué, mais sauvé et la bataille qui doit avoir lieu risque de mal se terminer.
     
     
    - Orglin, va le rejoindre et fais en sorte qu'il reste en vie.
    - Bien.
    D'un bruissement d'ailes ( de papillon ? Non, je rigole) la Bainge, l'une des créatures de Yencil, reste auprès de Ikor pour le seconder dans chacun de ses combats. Son bras armé ne faiblit pas grâce à son impact sur lui.
     
     
    Impact que Ikor ne sait absolument pas, mais il se pose malgré tout des questions. Comment arrive-t-il encore à se battre, à combattre des orques monstrueux bien plus grands et forts que lui sans en mourir ? Ikor est intelligent, courageux et n'hésite pas à donner de sa personne. Il est réfléchi et même si cette question le taraude, il est tout de même inquiet sur ce qui se passe autour de lui et en lui. Yencil est le Dieu de la Guerre. Il devrait être heureux de voir des peuples se déchirer, mais c'est tout le contraire. Il n'est pas là pour cela. C'est un fin stratège qui déplace les pions d'un lieu à un autre tout en protégeant les plus importants afin d'obtenir ce qu'il désire.
     
     
    Ikor et Yencil sont les personnages principaux de cette nouvelle. Le cycle de Barcil est composé d'une dizaine de textes qui ne sont pas encore tous parus et chacun d'entre eux décrit un ou plusieurs personnages principaux que nous retrouverons dans un roman, un peu plus tard. Histoire de les comprendre à l'avance, d'avoir déjà le passé et ses actions. Pourquoi ne pas tout mettre dans le roman ? La question ne devrait même pas se poser. Le contexte est intense, fourni, un travail est apporté sur le monde crée par l'auteur. La fantasy de base est déjà complexe avec les personnages, les prénoms, le contexte si on rajoute à cela une intrigue, un roman peut devenir vite lourd. Avec cette idée de débuter par des nouvelles sur les personnages principaux est une très bonne idée pour ma part. Nous avons déjà de bonnes bases sur les liens entre certains personnages.
     
     
    - Et si les choses avaient déjà dégénérées plus vite qu'on ne le pense ? Et si,
    - Cela suffit, je trouverais la solution. Quant à toi tu ferais bien d'arrêter de venir me narguer.
    Yencil perd patience et décide de s'effacer quelque temps. Durant ce temps, la Reine des Elfes est en colère, véritablement en colère. Et il faut savoir que cette émotion n'est pas bonne conseillère du tout.
     
     
    Oh que non, cette colère va rendre des actions mauvaises. L'aventure est un véritable labyrinthe pour nos personnages. Ils leur faut composer avec des rois, des reines, des Dieux qui jouent sur leur corps, leur santé mentale pour obtenir leur but. Ikor est un peu plus qu'un pion, il est un cavalier un peu fou sachant manier sa hache telle une tour imprenable. Il veut croire en une paix durable entre son peuple et celui des elfes, même si tout semble vouloir prouver le contraire. Le peu que nous découvrons de Gienah la mercenaire m'incite à vouloir découvrir sa propre histoire.
     
     
    Et puis il y a ce personnage de l'ombre qui veut mettre le bazar un peu partout. On se demande encore à quel fin il veut absolument que les nains et les elfes se fassent la guerre. Des peuples qui étaient en paix depuis si longtemps et que maintenant un rien va mettre dans une guerre qui ne sera que destruction. Sauf si... Yencil y met fin d'une manière ou d'une autre. La fin de cette nouvelle est originale et montre l'ampleur des pouvoirs des personnages. Le monde crée prend de plus en plus d'ampleur. Entre les orques, les dragons, les trolls, le royaume d'Oukta n'est pas sans danger. L'équilibre est menacé et il faudra plus d'un seul personnage pour le maintenir.
     
     
    - La quête d'Ikor n'est pas terminée. La paix est bien trop fragile. Il va nous falloir garder cet équilibre et le contrer pour éviter que les plaines ne deviennent pourpres. La vie humaine est précieuse et nul, à part moi, n'a le droit de jouer avec.
     
     
    Il est clair que cette quête ne se termine pas totalement dans ce récit. Les scènes d'actions sont prenantes et le rythme est rapide, en même temps il y a peu de pages. c'est toujours l'inconvénient d'une nouvelle, mais elle apporte de bonnes bases à ce monde que nous pourrons découvrir au fil des épisodes. Il s'agit d'une part de l'échiquier qui se met en place avec ce récit et les aventures d'Ikor Le Nain, sans oublier Yencil le Dieu de la Guerre qui est tout de même l'un des plus importants de ce passage. En conclusion, j'ai passé un bon moment de lecture. Merci à l'auteur pour me l'avoir proposé par le site simplement !
     
     

    « C'est alors que la Mère, créatrice de toutes choses, anima les Dieux. Elle pétrit la matière lunaire. Roche et poussière. Une souffla sur ses sculptures et la chair apparut. Yencil, ainsi, naquit. Et ceux de sa condition avec lui.
    À son premier souffle de vie, Yencil ouvrit les yeux sur la Mère. Une silhouette aussi immense que translucide, surmontée de cheveux ondulant dans le lointain des vents cosmiques.
    Ainsi la Mère déposa l'Équilibre dans le creuset des Dieux.
    À eux d'être les gardiens des affaires du Monde. Harmoniser les destins des mortels. Hommes, Elfes, Nain, Dragons, Rahus, insectes, reptiles, arbres et plantes. Tout ce qui recelait la vie participait au flux, ce grand échange des énergies.
    Puis, de l'ongle elle avait marqué son œil ; celui-ci retrouva la couleur argent de la lune. Yencil hurla sa douleur. Ensuite la Mère avait relevé d’une main gracile le menton de sa progéniture. Alors il vit clairement : chaque brin de la chevelure de la Mère était un fil de vie. Enchevêtrement vertigineux, inimaginable. Devant sa pupille scintillante défilait le temps. Les ramifications infinies de sa coiffure proposaient à Yencil les perspectives – les opportunités – de chacun des choix de vie. »

     

     

    Partager via Gmail

    16 commentaires
  •  

    " Yencil, le Dieu de la Guerre, veille sur les peuples foisonnant à la surface de Barcil. Son œil diaphane scrute du plus profond des âges le destin des mortels. Sa volition façonne leur destin ; ses Bainges font régner sa loi sur le monde. Son obsession, conserver l’Équilibre entre les morts et les vivants. Mais la quiétude des royaumes vacille. Essaimés à travers le continent, les conflits secouant les peuples menacent l’Équilibre. L’harmonie rompue, ce sera l’avènement d’une nouvelle ère de chaos.

    Alors, du fond de son domaine, Yencil scrute le parcours du Nain Ikor. Ce dernier, un valeureux émissaire aux qualités incontestables de baroudeur, a été lancé par son roi sur les traces de Linn, son confrère et prestigieux membre de la Phalange des Cinq. Disparu en quête de formidables rubis enfouis dans l’antre d’un dragon, Linn n’a plus donné de signe de vie depuis des lunes.

    Chaperonné par la Bainge Orglin, le parcours d’Ikor le pousse à traverser les paysages millénaires de la sylve des Elfes et du désert graniteux des Nains.

    Cependant les vices des mortels sont un puits sans fond. Et faire main basse sur le trésor hante bien des esprits. Malgré leur alliance historique, Elfes et Nains rivalisent, envenimant chaque jour un peu plus la situation. Cupidité et orgueil, arrogance et ambition font trembler l’alliance. La guerre et ses calamités sont proches.

    Ikor saura-t-il éteindre l’hostilité entre les deux peuples ?
    Yencil parviendra-t-il à conserver l’harmonie du monde ? "

     

     

     

    Le projet se composera à terme de 10 courts récits, avec à chaque fois un personnage différent (toutes les aventures peuvent se lire séparément les unes des autres et dans l’ordre que vous souhaitez ;-) ).
    Le tout sera finalisé par un roman qui regroupera tout ce beau monde dans une grande aventure sous forme de roman.
    Actuellement, les 5 premières aventures sont parues.

    Si vous voulez en savoir plus sur le projet, rendez-vous sur le site Internet : www.dopffer.fr/le-concept

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique