•  

    L'essence des ténèbres (Tom Clearlake)

    Disponible sur Amazon

     

    Love in 56K (Clémence Godefroy)

    Auteur : Tom Clearlake

    374 pages numérique (epub)

    Thème : Thriller, horreur, policier

    *******

     

     

    Résumé :

    «La petite ville de St. Marys est frappée par des disparitions d'enfants inexpliquées. Cinq au total, en l’espace de quatre mois. Bien qu’aucun indice formel n’ait été relevé par les forces de police, tout porte à croire qu’il s’agit d’enlèvements. Le FBI est chargé du dossier.
    L'agent spécial Eliott Cooper est envoyé sur place pour enquêter.
    Peu à peu, il va être confronté à des faits qui ne relèveront plus de ses compétences d'agent, mais de sa capacité à lutter contre un mal obscur qui semble s’être emparé des forêts alentour de la ville.
    Et ça n’est que le début de son enquête...
    » 

     
     

    La bête du Bois de Boulogne (Christine Béchar)

    L'essence des ténèbres (Tom Clearlake)

     

    Me voici de retour avec un nouvel ouvrage de Tom Clearlake, par le biais du site simplement. L'auteur a su m'appâter avec son résumé et c'est tout naturellement que j'ai dit oui. Thriller, policier, horreur et un soupçon de magie indienne, rien de mieux pour ma part et de laisser libre cour à mon imagination ? Concernant la couverture, la dernière en date est plus attirante (celle tout en bas de l'article) que celle que j'ai eue au départ, un très bon choix.

     

    Allez, go ! Elliott Cooper est un homme d'environ trente ans qui travaille avec le FBI. Agent spécial, il a une formation particulière de par ses origines et aussi par son bon vouloir. Agile, capable de se dissimuler en toutes circonstances, Elliott est un homme qui a déjà vu pas mal de choses dans sa vie. Lorsqu'il est appelé à aider à résoudre l'affaire des enlèvements d'enfants, il est bien loin de ce qu'il a déjà connu. Son destin ne va pas rester longtemps entre ses mains et devenir... autre chose.

     

    « Il avait l’aspect d’un grimoire usé, couvert d’un cuir brun épais, presque noir, poli par les années, ou peut-être les siècles. Sur la couverture apparaissait une série de signes qui lui étaient inconnus, appartenant sûrement à un alphabet mystique d’un autre âge. Les pages jaunies qui s’entassaient formaient une tranche d’au moins huit centimètres, grossière, d’où émanait une forte odeur de moisissure. Il ne l’avait pas ouvert et se contentait de le regarder en éprouvant un intense sentiment de répulsion à la pensée de parcourir ses pages. Rien qu’à sa vue, il ne pouvait empêcher les scènes abominables de remonter par vagues successives. »

     

    Une enquête d'enlèvements qui arrive sur toute autre chose. Pourquoi des enfants si jeunes ? Qui est derrière tout cela ? L'auteur nous fait suivre son raisonnement avec une logique implacable. Les recherches sont minutieuses, nous suivons le premier protagoniste avec l'envie de retrouver les enfants vivants. Des ruines en cercle dont les pierres ne s'effritent pas... Nous ne nous attendons pas du tout à ce qui va lui arriver et encore moins à ce qui se trame réellement derrière cela. Ce n'est qu'une goutte d'eau dans la mer. Le processus est déjà enclenché, l'Humanité n'a plus qu'à bien se conduire dès maintenant. Nous plongeons au cœur d'une machination qui a été très, extrêmement patiente. Des milliers d'années avant de reprendre les pleins pouvoirs. Nous suivons des hommes et des femmes prêts à tout pour retrouver ces enfants, peu importes les circonstances.

     

    Elliott pense avoir trouvé le lieu qui aurait pu voir les enfants. Se retrouvant face à des femmes, il n'hésite pas à user de son arme. Ce lieu est empreint d'une aura, maléfique. Quelque chose se trame derrière lui et en lui. Plus rien ne sera comme avant une fois cette rencontre effectuée. Difficile de parler plus de l'histoire, car je serais capable de donner des détails dont il vaut mieux découvrir au fil de l'écriture. Ce que je peux dire c'est que j'ai été captivé par les personnages, leurs gestes, la façon de procéder pour la résolution de cette affaire complexe. Je n'oublie pas la plume qui m'a fait dévorer le livre d'une traite (maudit sois-tu le sommeil fuyant dans ces cas !) L'enquête en elle-même est recherchée, complexe avec ce qu'il faut de détails et de personnages pour avoir envie de continuer ce chemin. Il faut une sacrée imagination pour aller sur autant de voies et réussir à retrouver son chemin. Des détails insignifiants au départ qui ont toutes leurs importances.

     

    « — Le vieux paléographe t’a bien enseigné, dit l’Ancien cruellement.
    Il tenta encore de repousser la force qui l’enveloppait de noirceur et se refermait lentement sur sa raison. Mais il se rendit bien vite compte que ces créatures l’avaient jusque-là laissé faire à son gré.
    — Oui, le vieux avait raison lorsqu’il nous a prévenus du péril que vous représentez.
    — Cesse de résister.
    — Mais qu’est-ce que vous attendez de moi, bon sang ! »

     

    Lorsque de "simples" enlèvements ouvrent sur une autre voie, Elliott n'est pas au bout de ses peines. Lauren, une de ses collègues et accessoirement amante, décide de l'aider, il va d'abord refuser. Il ne veut pas la mettre en danger, mais si personne ne l'aide, est-ce qu'il réussira à s'en sortir ? Sa perception lui échappe, ses sens s'affûtent, quelque chose en lui prend possession de ses moyens et veut l'obliger à aller ailleurs pour accomplir une destinée. Une véritable course contre la montre pour que son état d'esprit reste le plus sain possible est en marche. Les dossiers sont complexes. Du départ ses supérieurs lui cachent des choses, des pièces à conviction disparaissent. Une seule règle : fais ton boulot et tais-toi. C'est bien mal connaître cet homme qui veut aller jusqu'au bout, quitte à en perdre la tête. Qui tire les ficelles ? Quel est l’intérêt de cacher des éléments qui semblent importants dans une telle recherche ? Tant de questions qui trouvent réponses et font froid dans le dos.

     

    Elliott est un solitaire, par définition, il parle peu, ne se montre que très rarement et vit quasiment dans une grotte. Lorsqu'il doit aller en Pennsylvanie, il est dans son élément. Personne autour de lui, pouvant bouger à sa guise. Il est fort, fluide et a une volonté de fer, prêt à prendre des décisions qui seraient capables de lui faire du ma, mais tant que cela peut sauver les autres... Lauren est le seul point d'ancrage qu'il a et qu'il garde. Leur relation est décrite rapidement et donne du poids à la suite des événements. Leur attachement est juste ce qu'il faut en pointe d'espoir. Ce qui va lui arriver et entraîner avec lui la jeune femme est innommable, indescriptible. J'ai été happé par l'histoire et cette façon de la raconter. Et cette façon de mettre de côté l'église ou l'apparition de l'homme par une autre idée est remarquable. L'auteur ne manque pas d'imagination et adore jouer avec les ténèbres. Ce qui se passe entre eux est unique, Lauren est capable de beaucoup d'actions pour sauver celui qu'elle aime.


    « La propagande psychologique, implacable, orchestrée dans l’ombre par les stratèges adeptes, instillait inexorablement le désespoir dans l’esprit des hommes. La fin de l’humanité, l’abandon, la renonciation à l’existence, autant de termes inconcevablement destructeurs, étaient martelés dans la conscience collective et commençaient à trouver une réalité. »

     

    L'enquête se complexifie au fil du temps. Les différents peuples interviennent, les pays prennent part à une guerre sans vraiment comprendre d'où elle provient. La planète prend un coup et l'économie s'écroule. Il faut faire vite, très vite. Le récit s'accélère, les événements s'enchaînent et les personnages deviennent des fantômes. J'ai volontairement parlé très peu des personnages justement, car avec le bol que j'ai, je me suis attaché à certains et couic ! Ils disparaissent. J'ai beaucoup aimé le mélange des thèmes, avec cette touche de magie fantastique qui apporte ce petit plus qui aurait pu manquer s'il n'était pas là. J'ai adoré plonger dans cette histoire qui m'a fait oublier tout ce qu'il y avait à mes côtés ! Encore merci pour cette lecture.

     

    PS : J'ai adoré la toute fin !

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    The Bourbon Street Boys, tome 4 : A contresens (Elle Casey)

    Disponible sur Amazon

     

    Love in 56K (Clémence Godefroy)

    Auteur : Elle Casey

    434 pages numérique (pdf)

    Thème : Romance

    *******

     fait partie de la saga

     The Bourbon Street boys

     

    Résumé :

    « Le jour où Tamika Cleary renverse Thibault Delacroix en empruntant une rue à contresens, elle ne se doute pas que cet accident va bouleverser sa vie… Mais Mika est pressée et elle n’a pas de temps à perdre avec un type qui n’est même pas capable de regarder des deux côtés avant de traverser la route, même s’il a un beau visage, un corps à se damner et les cils noirs les plus épais qu’elle ait jamais vus.

    Note de l'éditeur

    Elle Casey, ancienne avocate et enseignante, est une auteure américaine dont les ouvrages figurent aux classements de best-sellers du New York Times et du USA Today. Elle vit en France avec son mari, ses trois enfants et de nombreux chevaux, chiens et chats. Elle aime dire qu’elle propose de la fiction à tous les parfums. Ces parfums incluent la littérature sentimentale, la science-fiction, l’urban fantasy, l’aventure, le suspense et le paranormal.
     
     

    La bête du Bois de Boulogne (Christine Béchar)

    12/20

     

    Je remercie Netgalley ainsi que Amazon publishing pour cette découverte. Il s'agit du tome 4 et comme indiqué sur le site, il peut être lu indépendamment des autres.

     

    Tamika, appelée plus souvent Mika, travaille pour LE mafieux du moment, Pavel. Comptable pour lui, elle n'admet pas ce qu'il fait et lui a fait et décide depuis peu de tout balancer aux flics, ce qui n'est pas une chose facile. Alors qu'elle revient d'un entretien loupé avec l'inspecteur en charge de l'enquête, elle prend une route à contresens et tombe sur le genou de Thibault. Ce dernier a traversé sans regarder des deux côtés, mais en même temps il s'agit d'une route à sens unique alors... Alors qu'il va pour l'engueuler, elle a de plus en plus de crampes, pour finalement accoucher quelques minutes plus tard par l'aide de Thibault. Les problèmes s'accumulent pour Mika et le manque de confiance en autrui risque de bien lui jouer des tours.

     

    Le déni de grossesse, tout le monde le connaît, personne ne l'a jamais vu, pourtant c'est ce que Mika vit au tout début du livre. Elle ne sait pas qu'elle est enceinte et se voit accoucher dès les premières pages. Sa vie est un désastre monumental et plus nous avançons dans le récit plus nous en apprenons sur elle. Mika a touché le fond plus d'une fois, sans parler de son enfance qui fut un sacré ballottement. Seule au décès de sa grand-mère, elle cherche un emploi pour subvenir à ses besoins et payer son école. Elle tombe dans les mains de Pavel, un mafieux russe notoire qui n'hésite pas à s'occuper des filles de son genre : paumé, sans personne. Devenue comptable pour lui, elle cherche un moyen de le fuir lui et ses mains baladeuses. Elle a peur pour sa vie, vu qu'il est capable de tuer comme bon lui semble, mais encore plus pour celle de son enfant qui vient de naître. Les 9 mois de préparations lui sont passés sous le nez et pour cause. Lorsque l'on lit ses dernières années, c'est même étrange qu'elle ne soit pas dans ce cas depuis un moment.

     

    « En pensant à elle et à ses paroles de sagesse, je sens un regain de courage. Je peux faire mieux que ça. Je le sais. Je ne resterai pas dans cet état, et je deviendrai la meilleure mère du monde. Ti n’a pas demandé à naître, c’est le seul innocent dans cette histoire. Je n’ai peut-être pas non plus choisi de le mettre au monde, mais ça n’a aucune importance. Je suis sa mère, et j’ai le devoir d’assurer sa sécurité et son éducation, pour qu’il devienne un homme bon, un bon mari et un bon père. Je m’en sens capable. Bientôt. Quand je serai libre.

    J’ai juste besoin d’un plan pour m’enfuir loin de toute cette folie. Une seule idée me paraît cohérente, même si elle me fiche une trouille bleue : je dois prendre contact avec l’inspecteur Holloway et lui faire savoir que je suis prête, en échange d’une protection, à témoigner contre Pavel et tous les malfaiteurs impliqués dans son organisation criminelle. »

     

    Sa rencontre avec Thibault est complètement tordue. Perdue dans ses pensées, cherchant un foutu café pour son boss, elle se retrouve à contresens et tape dans le genou de cet homme. Pour un superhéros, un superman, il se pose bien là avec ses béquilles. Il fait partie de l'agence de sécurité des Bourbon Street Boys. Très rapidement sans avoir lu les précédents, nous comprenons qu'ils sont soudés, nombreux et prêts à tout pour aider leur prochain, surtout Thibault qui n'hésite pas à la harceler ou presque pour savoir ce qu'elle a. Pourquoi fuit-elle, pourquoi elle ne veut appeler personne, pourquoi elle se cache. En fin de compte, il l'embarque grâce à sa sœur chez lui afin d'en savoir plus et de dénouer ce qui lui fait penser à une future affaire.

     

    Je l'avais commencé il y a un moment, puis mis de côté, me disant qu'il passerait mieux entre deux lectures plus sombres, malheureusement cela n'a pas pris. Mika m'a gonflée, impossible de dire autrement. Elle a 27 ans et sincèrement j'ai cru qu'elle en avait beaucoup moins au vu de certains de ses comportements. Je peux comprendre son manque de confiance, sa façon de réagir durant un temps, car personne ne sait qui est réellement en cheville avec qui, mais lorsqu'un groupe est prêt à vous aider et vous le prouve, rester en arrière et se taire alors que sa vie et celle de son bébé sont en danger, j'ai du mal. L'histoire est uniquement concentrée sur Mika. J'aurai aimé avoir un peu de ressenti de Thibault et surtout en voir plus du côté de Pavel, même à la 3ème personne. Nous n'avons que ce qu'elle voit ou entend et pourtant il arrive beaucoup de choses à Pavel que nous découvrons par des intermédiaires. C'est dommage, cela aurait donné plus de poids et surtout plus de compréhension sur le pourquoi de son devenir. Je n'ai pas réussi à m'attacher aux personnages, Thibault encore moins. Il est représenté comme un homme qui n'a pas pu sauver sa sœur comme il l'aurait voulu et depuis vole au secours de toutes les femmes sans qu'elles ne lui demandent. D'où le fameux superman qui est répété un certain nombre de fois. (J'avoue qu'à un moment donné on a bien compris qu'il était catalogué de cette façon...) Le final était couru d'avance avec les indices laissés à droite et à cause. Je pense surtout à Alexeï, qui est un personnage qui revient facilement dans les histoires depuis quelque temps.

     

    Le fait de ne pas avoir le côté de Pavel m'a beaucoup ennuyé, nous n'avons que des bribes pour maintenir un puzzle plutôt bancal. Nous aurions pu avoir les manigances, ses recherches, le pourquoi il la veut elle, car il peut en avoir bien d'autres. Il y a trop de discussions et pas assez d'action. J'imaginais, par exemple, lorsque Sébastian la retrouve dans un grand magasin que leur boss serait présent à la sortie, avec l'attirail du bon méchant, mais non, rien, juste l'angoisse de Mika qui a peur d'être retrouvée. Pour un mafieux pareil, il ne fait pas grand-chose pour la tuer ou la récupérer au final. Les autres personnages sont peu présents.

     

    Le côté romantique est bien là, un superhéros qui va tout faire pour aider une demoiselle en détresse, la sortir des griffes d'un mafieux. Beaucoup d'émotions des deux côtés, d'amour en veux-tu en voilà, ce qui est contradictoire avec ce qu'ils disent. Les sentiments amoureux sont bien là, mais très tôt, en quelques heures. C'est assez redondant, une histoire de tourne-en-rond avec un "je l'aime, mais je n'ai pas le droit, je dois fuir" et un "je l'aime, mais c'est ma potentielle cliente" sans oublier l'éternel "avenir, sera-tu là ?".

     

    « Je marque une pause et me racle la gorge pour ravaler mes larmes. Ma vie n’était pas géniale, mais elle est devenue déplorable en l’espace de cinq ans. Je l’ai laissée me filer entre les doigts, et j’ai l’impression de me noyer dans un océan de regrets, penchée sur mon enfant.

    — Je ne pouvais plus rester là sans rien faire... Laisser ces filles se faire utiliser et malmener comme ça. Certaines sont très jeunes, et contrairement à moi, aucune ne l’a voulu. Quand elles ont quitté leurs pays d’origine, elles pensaient avoir une vie meilleure. Il fallait que je fasse quelque chose. »

     

    En conclusion, je n'ai pas adhéré à ce tome, une écriture très sympa, mais un récit trop peu fourni à mon goût. Je tenterais le premier tome, car j'ai déjà eu ce désagrément de ne pas aimer un tome 3 ou 4 comme ici et d'avoir beaucoup aimé le premier. Donc à voir.

     

    #AContresens #NetGalleyFrance

     

    Partager via Gmail

    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique