•  

    D'amour et de haine, tome 2 : La trahison (Sonia Alain)

    En vente sur Amazon.ca et Ada

    amazon.fr

     

     

    Auteur : Sonia Alain

     

     

    450 pages papier

    Thème : Historique Romance

      *******

    Fait partie de

    D'amour et de haine

     

    Résumé :

    « La désertion d’Aidan sur le quai de Québec a dévasté le coeur d’Adélaïde. Il l’a abandonné de manière abrupte, brisant le lien qui les unissait. Ravagée par le chagrin, elle fera tout ce qui est en son pouvoir pour entamer un nouveau chapitre de sa vie.

    Par chance, elle trouve une échappatoire lorsque son oncle se voit attitrer le poste de gouverneur dans une colonie britannique au Nigéria, une terre qui l’a toujours fascinée. Mais la guerre est partout, et le pays voisin, le Cameroun, est sous tutelle allemande. Y sera-t-elle vraiment en sécurité ? Les éléments se liguent contre elle, un ennemi refait surface, menaçant son intégrité. Une fuite sans fin s’ensuit, entrainant Adélaïde aussi loin que dans le désert en Égypte. Comment faire face au danger imminent qui la guette dans l’ombre… Mais surtout… Comment survivre à la présence d’Aidan qui lui est de nouveau imposée… »  

    La bête du Bois de Boulogne (Christine Béchar)


     

    La couverture est magnifique, même si j'ai une préférence pour celui du tome 1. Celle-ci représente un large passage du livre en pleine oasis qui est très complet d'ailleurs.

     

    J'avais hâte de découvrir la suite des aventures de Adélaïde après le final du premier tome. Se retrouvant seule, Aidan étant parti pour sa mission (je ne dévoile rien, le résumé l'indique) elle a du mal à se reprendre. Plus sieurs semaines sont passées et la voilà dans l’obligation de partir avec son oncle et sa tante au Nigéria. La guerre est toujours présente en Europe, mais elle s'est est également dans la majeure partie du monde. Les allemands cherchent la moindre faille pour obtenir le résultat voulu : une mainmise sur le monde. L'oncle d'Adélaïde, Henry Brand, a une mission de la plus haute importance : récupérer des données qui pourraient affaiblir l'ennemi. Mais les plans ne sont pas toujours fait pour réussir. Il faudra qu'il fasse appel à Aidan MacBain pour lui ramener sa chère nièce. Adélaïde veut absolument prendre partie dans cette guerre monstrueuse et son concours sera plus que précieux.

     

    « Pour quelqu'un qui ne l'aurait pas côtoyée par le passé, son mutisme persistant aurait pu se confondre avec de la condescendance, mais Aidan la connaissait bien et ne s'y laissa pas tromper. De toute évidence, elle était harassée de fatigue et commençait sans doute à prendre la pleine mesure de son choix. Il était prêt à parier qu'elle aurait préféré se retrouver à mille lieues de cet endroit, et il n'était pas loin de la vérité.  »

     

    J'ai été soufflé par le tout. L'histoire qui démarre sur une Adélaïde qui a changé. Le départ de celui auquel elle s'était attachée la profondément modifiée. Elle se fiche de ce que les autres peuvent dire dorénavant. Plus dure, plus froide, elle peine à sourire lorsqu'ils arrivent elle et ses oncle et tante au Nigéria. Une guerre qui n'est pas montré comme quelque chose de "tout va bien, les méchants vont mourir vite, la guerre c'est quelque chose de joyeux". Au contraire, Sonia nous dépeint ce qui est la folie des hommes dans son ensemble. L'Afrique n'est que le début du voyage. Lorsqu'elle va s'engager dans une voie quasi sans issue, se retrouvant face à ses démons, Aidan MacBain Major de son équipe, elle ne sait pas ce qui l'attend jusqu'à ce qu'il lui ouvre les yeux. Une menace sous-jacente, venant du passé ressurgit. La rendre entière à son oncle est devenue une priorité. L'Afrique n'est qu'une étape, vint ensuite les pays Arabe, puis l'Egypte, et ce n'est que la moitié du chemin. Le monde est devenu fou, la guerre éclate un peu plus dans le moindre recoin, les trahisons, les complots, les combats sont incessants. Et pourtant, entre les deux qui se battent mutuellement contre leur propres sentiments, ils pensent d'abord à tous ceux qui vont peut-être mourir dans les rangs de l'armée. Un terrain difficile pour une véritable explication entre les deux personnages principaux.

     

    Concernant ces derniers, ces personnages. Sonia n'hésite pas à les mettre dans des situations précaires, (abusives aussi hein !!!) le danger est partout ! Lorsqu'un monstre du tome 1 (oui elle l'est avait pas tous tué pfff) revient, nous suivons Adélaïde avec des frissons d'angoisse. Une course poursuite sur deux tableaux : celle de réussir à arrêter une guerre et celle d'un vengeance qui date depuis bien des années. Elle passe par bien des émotions, les montagnes russes n'ont l'air que de simple train-train pour enfant. Elle a tellement souffert, qu'elle n'attend plus rien de la vie. C'est également devenue une combattante au final, une survivante. Mais l'auteur est une véritable sadique en puissance. La jeune femme va avoir bon nombre d'épreuves qui aurait pu faire devenir fou n'importe qui. Ce n'est pas bien loin à un moment donné lorsqu'elle en apprend encore plus sur Aidan. En parlant de cet homme, je dois dire que je ne suis pas d'accord avec tout ce qu'il fait. La fin ne justifie pas les moyens. Ses manières ne sont pas celles d'un gentleman, mais lorsque l'on est en guerre, impossible de le rester. Les bonnes manières ? On s'en fiche, ce qu'il faut c'est du résultat.? C'est un combattant hors paire, qui arrive à être touché physiquement, donc pas un invincible. Mais je reste sur ma position et celle de Percy : Non, il n'aurait jamais dû faire cela. Je comprends parfaitement le choix d'Adélaïde à la fin du livre !

     

    « - Saisis-tu toutes les implications de ces danses ?

    - Oui ! répondit Adélaïde d'un ton catégorique.

    - Es-tu prête à aller si loin pour te venger?

    - Davantage, s'il le faut. J'éprouverai assurément un malaise face au sergent Fraser, mais ce ne sera rien en comparaison de la satisfaction que je retirerai à rendre au major MacBain la monnaie de sa pièce, déclara-t-elle, résolue.

    Nabila jubila. Elle adorait cette petite ! Celle-ci démontrait un aplomb que peu d'Européennes possédaient, et c'était ce qui faisait son charme, la raison pour laquelle MacBain peinait à détacher son regard d'elle.  »

     

    Entre les deux c'est devenu très compliqué. Au début, aucun des deux ne veut admettre qu'il a des sentiments pour l'autre. Par moment j'ai eu envie de mettre des baffles à l'un comme à l'autre. Mais au final je comprends parfaitement le fait qu'ils veulent se préserver. Il y a tellement d'horreur dans ce monde que vivre une idylle n'est pas possible, surtout lorsque l'on est traqué ! Ils se cherchent mutuellement, à tour de rôle sans pour autant dire ce qu'il pense. Mais à un moment donné, il va y avoir un déclencheur. Trop tard, trop tôt, peu importe l'un des deux <ne va pas vouloir entendre les mots.

     

    Il y a des personnages secondaires qui sont vraiment impressionnants de réalisme. Esther, la tante d'Adélaïde est un soutien infaillible autant pour elle que pour son époux. Ce dernier est un véritable père pour la jeune femme. Le couple est admirable dans tout ce qu'ils entreprennent et sait écouter. J'ai eu mal au cœur pour ce qui va leur arriver. Les trahisons viennent forcément de gens qu'on ne croirait pas. Il y a ces peuples qui vivent en Afrique et qui n'ont rien, mais qui se contente du peu. La barrière de la langue n'est pas un problème lorsque c'est le cœur qui parle. Et puis il y a Percy que nous retrouvons, pour mon plaisir. Il est important même s'il fait partie des secondaires. C'est un pilier sur qui les autres peuvent se reposer.

     

    Des personnages intenses, des situations travaillées, une histoire qui ne s'arrête pas. J'avais adoré le premier tome, j'ai aimé encore plus ce second tome. L'Afrique n'est pas un pays auquel nous pensons lorsque nous parlons de la première guerre mondiale. C'est rare, mais c'est très instructif de voir comment les autres pays voient ce qui se passait en Europe. Et au final, qui se passait dans leur propre pays, ou terre proche.

     

    La romance et l'histoire se partage le récit. Un coup nous avons la romance en premier plan, la fois d'après elle passe au second plan. Plus de sexe dans ce livre, mais les personnages ont évolués. Ils vivent dans des communautés plus ouvertes à l'intimité, moins contraintes des "bonnes manières de la société". Le paraître est vraiment une plaie. Beaucoup d'actions, de scènes psychologiques qui mettent à mal les nerfs et les esprits des personnages. Sonia a une plume magique qui m'envoute à chaque fois.

     

    « - J'ai croisé votre route, et celle du major MacBain. Voila ce qui m'est arrivé... Il devait me protéger de vous, mais on aurait dû également me préserver de lui... murmura-t-elle d'une voix désincarnée. Il nous a tous bernés avec ses belles paroles. Par sa faute...

    ... Elle s'étrangla sur ces dernières paroles. Dans l'instant, elle se referma sur elle-même, alors que ses prunelles s'éteignaient comme si quelqu'un venait de moucher la flamme qui l'animait. Elle avait été torturée, trahie, abandonnée sans parler de la terreur qui avait été son lot quotidien. Pouvait-on se surprendre dans ces conditions qu'elle craque, se coupe du reste du monde et se retranche dans un recoin secret de son esprit ? Tout ce qui la définissait auparavant n'était plus...  »

     

    En conclusion, un second tome encore meilleur. Beaucoup de tout, pour faire simple (actions, drame, histoire, historique, romance, sexe, trahison, combats, vengeance, survit, tristesse, découverte et j'en passe encore pour faire plus compliqué) Une fin qui ne peut pas s'arrêter ainsi, comme tout le livre qui a été sadisme sur sadisme. Des us et coutumes peu dévoilés ailleurs que j'ai découvert ici et que j'ai aimé. Vivement le troisième tome !

     

    PS : je suis sure et certaine que j'en ai oublié, mais sincèrement, le principal est là !

     

    L’histoire qui nous est racontée, dès le début est captivante, surtout du fait que ça se passe à bord de l’Empress of Irelan, ce paquebot qui fit naufrage dans les eaux du Fleuve Saint-Laurent. De partir d’un fait historique véridique pour créer une histoire de fiction, c’est une bonne manière de donner de la crédibilité à ce qu’on raconte. De plus, l’auteure, avec sa plume très raffinée et imagée, nous permet de nous faire sentir partie intégrante des événements et nous donne le goût suivre avec beaucoup d’intérêt la tentative de survie de ces passagers alors que le bateau s’enfonce vers les fonds du Fleuve.

    Ensuite, le roman se transforme en histoire d’amour, en jeu du chat et de la souris, en poursuite entre les bons et les méchants, bref, une série de moments d’actions et quelques moments de frissons d’excitations s’alternent dans ce roman d’amour, alors que le destin d’Adélaïde semble se lier constamment à celui de Aidan, qu’elle ne cesse de trouver sur son chemin de vie.

    Personnellement, le personnage de Adélaïde ne me rejoint pas beaucoup, avec sa candeur, sa fragilité, sa naïveté, sa peur constante de ce que les gens vont penser. Mais il est certain aussi que ce livre se passe au début des 1900, alors que les riches Britanniques sont tous empreints de convenances, de règles à suivre, de gestes de bonnes séances à respecter, ce dont l’auteure décrit très bien dans son histoire, et cela fait en sorte que l’on peut se transposer dans cette époque et voir comment les gens y vivaient et comprendre le comportement d’Adélaïde.

    Ce roman est des plus intéressants à lire d’abord et avant tout, à cause de la plume de Sonia Alain. Elle sait créer dans l’imaginaire de son lectorat,  un savant mélange de scènes chaudes et érotiques,  tout en ajoutant des moments d’actions captivants. Ainsi, le lecteur passe par une belle gamme d’émotions à tout moment, si bien qu’il ne s’ennuie jamais pendant ses plus de 450 pages. Avec une imagination aussi fertile, on peut penser que le tome 2 La trahison, qui est également en librairie, sera tout aussi palpitant que le premier.

    - See more at: http://info-culture.biz/2016/10/31/damour-et-de-haine-tome-1/#.WCXI7ckY-M8

    L’histoire qui nous est racontée, dès le début est captivante, surtout du fait que ça se passe à bord de l’Empress of Irelan, ce paquebot qui fit naufrage dans les eaux du Fleuve Saint-Laurent. De partir d’un fait historique véridique pour créer une histoire de fiction, c’est une bonne manière de donner de la crédibilité à ce qu’on raconte. De plus, l’auteure, avec sa plume très raffinée et imagée, nous permet de nous faire sentir partie intégrante des événements et nous donne le goût suivre avec beaucoup d’intérêt la tentative de survie de ces passagers alors que le bateau s’enfonce vers les fonds du Fleuve.

    Ensuite, le roman se transforme en histoire d’amour, en jeu du chat et de la souris, en poursuite entre les bons et les méchants, bref, une série de moments d’actions et quelques moments de frissons d’excitations s’alternent dans ce roman d’amour, alors que le destin d’Adélaïde semble se lier constamment à celui de Aidan, qu’elle ne cesse de trouver sur son chemin de vie.

    Personnellement, le personnage de Adélaïde ne me rejoint pas beaucoup, avec sa candeur, sa fragilité, sa naïveté, sa peur constante de ce que les gens vont penser. Mais il est certain aussi que ce livre se passe au début des 1900, alors que les riches Britanniques sont tous empreints de convenances, de règles à suivre, de gestes de bonnes séances à respecter, ce dont l’auteure décrit très bien dans son histoire, et cela fait en sorte que l’on peut se transposer dans cette époque et voir comment les gens y vivaient et comprendre le comportement d’Adélaïde.

    Ce roman est des plus intéressants à lire d’abord et avant tout, à cause de la plume de Sonia Alain. Elle sait créer dans l’imaginaire de son lectorat,  un savant mélange de scènes chaudes et érotiques,  tout en ajoutant des moments d’actions captivants. Ainsi, le lecteur passe par une belle gamme d’émotions à tout moment, si bien qu’il ne s’ennuie jamais pendant ses plus de 450 pages. Avec une imagination aussi fertile, on peut penser que le tome 2 La trahison, qui est également en librairie, sera tout aussi palpitant que le premier.

    - See more at: http://info-culture.biz/2016/10/31/damour-et-de-haine-tome-1/#.WCXILMkY-M8

    L’histoire qui nous est racontée, dès le début est captivante, surtout du fait que ça se passe à bord de l’Empress of Irelan, ce paquebot qui fit naufrage dans les eaux du Fleuve Saint-Laurent. De partir d’un fait historique véridique pour créer une histoire de fiction, c’est une bonne manière de donner de la crédibilité à ce qu’on raconte. De plus, l’auteure, avec sa plume très raffinée et imagée, nous permet de nous faire sentir partie intégrante des événements et nous donne le goût suivre avec beaucoup d’intérêt la tentative de survie de ces passagers alors que le bateau s’enfonce vers les fonds du Fleuve.

    Ensuite, le roman se transforme en histoire d’amour, en jeu du chat et de la souris, en poursuite entre les bons et les méchants, bref, une série de moments d’actions et quelques moments de frissons d’excitations s’alternent dans ce roman d’amour, alors que le destin d’Adélaïde semble se lier constamment à celui de Aidan, qu’elle ne cesse de trouver sur son chemin de vie.

    Personnellement, le personnage de Adélaïde ne me rejoint pas beaucoup, avec sa candeur, sa fragilité, sa naïveté, sa peur constante de ce que les gens vont penser. Mais il est certain aussi que ce livre se passe au début des 1900, alors que les riches Britanniques sont tous empreints de convenances, de règles à suivre, de gestes de bonnes séances à respecter, ce dont l’auteure décrit très bien dans son histoire, et cela fait en sorte que l’on peut se transposer dans cette époque et voir comment les gens y vivaient et comprendre le comportement d’Adélaïde.

    Ce roman est des plus intéressants à lire d’abord et avant tout, à cause de la plume de Sonia Alain. Elle sait créer dans l’imaginaire de son lectorat,  un savant mélange de scènes chaudes et érotiques,  tout en ajoutant des moments d’actions captivants. Ainsi, le lecteur passe par une belle gamme d’émotions à tout moment, si bien qu’il ne s’ennuie jamais pendant ses plus de 450 pages. Avec une imagination aussi fertile, on peut penser que le tome 2 La trahison, qui est également en librairie, sera tout aussi palpitant que le premier.

    - See more at: http://info-culture.biz/2016/10/31/damour-et-de-haine-tome-1/#.WCXILMkY-M8

    L’histoire qui nous est racontée, dès le début est captivante, surtout du fait que ça se passe à bord de l’Empress of Irelan, ce paquebot qui fit naufrage dans les eaux du Fleuve Saint-Laurent. De partir d’un fait historique véridique pour créer une histoire de fiction, c’est une bonne manière de donner de la crédibilité à ce qu’on raconte. De plus, l’auteure, avec sa plume très raffinée et imagée, nous permet de nous faire sentir partie intégrante des événements et nous donne le goût suivre avec beaucoup d’intérêt la tentative de survie de ces passagers alors que le bateau s’enfonce vers les fonds du Fleuve.

    Ensuite, le roman se transforme en histoire d’amour, en jeu du chat et de la souris, en poursuite entre les bons et les méchants, bref, une série de moments d’actions et quelques moments de frissons d’excitations s’alternent dans ce roman d’amour, alors que le destin d’Adélaïde semble se lier constamment à celui de Aidan, qu’elle ne cesse de trouver sur son chemin de vie.

    Personnellement, le personnage de Adélaïde ne me rejoint pas beaucoup, avec sa candeur, sa fragilité, sa naïveté, sa peur constante de ce que les gens vont penser. Mais il est certain aussi que ce livre se passe au début des 1900, alors que les riches Britanniques sont tous empreints de convenances, de règles à suivre, de gestes de bonnes séances à respecter, ce dont l’auteure décrit très bien dans son histoire, et cela fait en sorte que l’on peut se transposer dans cette époque et voir comment les gens y vivaient et comprendre le comportement d’Adélaïde.

    Ce roman est des plus intéressants à lire d’abord et avant tout, à cause de la plume de Sonia Alain. Elle sait créer dans l’imaginaire de son lectorat,  un savant mélange de scènes chaudes et érotiques,  tout en ajoutant des moments d’actions captivants. Ainsi, le lecteur passe par une belle gamme d’émotions à tout moment, si bien qu’il ne s’ennuie jamais pendant ses plus de 450 pages. Avec une imagination aussi fertile, on peut penser que le tome 2 La trahison, qui est également en librairie, sera tout aussi palpitant que le premier.

    - See more at: http://info-culture.biz/2016/10/31/damour-et-de-haine-tome-1/#.WCXILMkY-M8
     
    Défis sur Fb Logo Livraddict babelio Vous pouvez me retrouver : Vous pouvez me retrouver :

     


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique