•  

     

     

    Tréfonds (Tom Clearlake)

    Disponible sur Amazon

     

    Love in 56K (Clémence Godefroy)

    Auteur : Tom Clearlake

    409 pages numérique (epub)

    Thème : Thriller, policier, horreur

    *******

     

     

    Résumé :

    « Luca Ferrand est un jeune lieutenant de la brigade criminelle de Paris. Suite à une intervention qui tourne au drame, il écope de six mois de suspension. Au matin d’une nuit d’errance, il rencontre une jeune femme : Tanya. Elle lui dit être menacée et le supplie de l'aider. Ils vivent une nuit d’amour qui les marque du fer de la passion. Lorsqu’il lui apprend qu’il est flic et qu'il peut l'aider, elle disparaît. Quelques jours plus tard, le corps d’une femme correspondant au signalement de Tanya est retrouvé décapité dans un container. L’autopsie révèle que la défunte était une esclave sexuelle... assassinée par ses maîtres. Convaincu qu’il ne s’agit pas de Tanya, Luca va se lancer dans une enquête qui va l’amener peu à peu à découvrir une réalité souterraine effroyable. Mais les voies qu’il empruntera seront sans espoir de retour.  »  

    Note de l'éditeur

    Vous êtes en quête d'un polar noir horrifique ? Vous avez frappé à la bonne porte. Mais êtes-vous prêt pour ce thriller ? Avant de vous lancer, nous tenons à vous informer que ce roman est destiné à un lectorat adulte averti.

     

    La bête du Bois de Boulogne (Christine Béchar)

    18/20

     

    Par le biais de Netgalley, j'ai eu la chance de plonger dans ce type de livre que j'affectionne particulièrement. Je connaissais déjà l'auteur par un autre site, car j'ai un autre livre à chroniquer sous peu et je me suis dit que la lecture fut bonne, autant continuer sur ce chemin. Difficile pour moi de ne pas être tentée de lire ce récit avec une couverture pareille. Sombre, le symbole de Satan, une sorte de cave, des bougies de cérémonies... Le résumé est intrigant et apporte des éléments qui me titillaient les neurones restants après cette canicule.

     

    Luca Ferrand, lieutenant de police à Paris, se retrouve dans un piège. Son coéquipier vient de perdre la vie des suites d'un braquage qui a mal tourné pour eux. Une jeune femme est morte sous un tir croisé provenant de l'arme de Luca. Ce dernier s'en veut à mort et décide de sombrer dans l'alcool. Alors qu'il tente de s'en sortir, tout en apprenant qu'il est relevé de ses fonctions pour 6 mois, il fait la rencontre d'une jeune femme non voyante, Tanya qui fuit quelque chose ou quelqu'un. Une nuit ensemble et le voilà mordu, cherchant à la retrouver après cette nuit de passion. La mort d'une femme sans tête ni mains le confortera dans le fait que Tanya est bien en danger, un tatouage semble se distinguer sur ces deux femmes. Bien qu'il soit suspendu, il va mener une enquête et plonger au cœur de dépravations sans nom. 

     

    « Le monde lui paraissait sombrer dans le chaos d’une manière irréversible, et lui, Luca Ferrand, simple lieutenant de police, ne pouvait rien y changer. Il préféra terminer son bol de céréales dans le silence et arrêta la radio. Seul le tic-tac de l’horloge murale s’élevait dans la cuisine. En bas dans les rues, les premiers conducteurs véhéments entamaient leurs concertos de klaxon. Les yeux dans le vague, il regarda quelques secondes le ciel maussade avant de se lever pour enfiler son blouson.
    — Encore une journée pourrie, laissa-t-il échapper en quittant son appartement. »

     

    Un récit qui fait froid dans le dos et j'assure dorénavant que je ne verrais plus la butte Montmartre de la même façon. Le début est rapide, les personnages se mettent en place. Nous apprenons un bout de leur vie, un instant qui va s'effondrer. Difficile du départ de se dire que tout va aller pour le meilleur des mondes. Luca ne sait plus où donner de la tête. L'enquête menée en sous-bassement est une échappatoire à ce qu'il vit en ce moment même. Les épreuves sont douloureuses. L'écriture est si fluide que même par certains moments gores, on continue pour savoir. Ce besoin de connaître la toute fin des personnages. Vont-ils s'en sortir entièrement ? Sain d'esprit ? C'est l'une des questions que l'on se pose. L'auteur apporte un raisonnement bien trop logique pour que tout ce qu'il écrit ne soit qu'une histoire. C'est réaliste, criant de vérité. Il existe tellement de timbrés en tout genre qui croient en un être maléfique suprême que pourquoi cette confrérie n'existerait pas ? De ce côté, je n'en dis pas plus, mais il est évident que la folie rôde autour de nous et peut-être même qu'elle fait partie de nous... à surveiller de près.

     

    Une histoire intense qui fait grincer des dents hérisse les poils des bras (en tout cas les miens ont eu envie de se barrer de là). L'imagination de l'auteur est forte, apportant des sujets de réflexions dérangeants. Il va droit au but, un chat reste un chat, un coup de scalpel aussi. Dante et ses 9 cercles... Les premiers de 1 à 5 sont le haut enfer, tandis que les 4 derniers font partie du bas enfer. L'histoire de cette pointe vers Satan est bien trouvée et logique (une fois de plus) Le fameux labyrinthe et son unique façon de pouvoir sortir de ces enfers, car il s'agit bien de cela. Il y a toujours un vieillard un peu fou dans l'histoire, des bourreaux qui semblent humains. Tom nous envoie dans le 4ème puis le 5ème avant de nous faire plonger jusqu'au fin fond du gouffre. J'ai beaucoup aimé cette comparaison, le bien le mal est-ce qu'en fait il ne s'agit que de cela ? Non, bien entendu, il y a bien plus. Cela serait juste un moyen de prendre les grandes lignes de l'Humanité et de laisser derrière tous les détails et nuances qu'ils pourraient y avoir.

     

    Cette notion du mal est tout aussi physique que mentale. Les personnages en bavent royalement. Pas de quartier pour eux, ce n'est pas parce que Luca est flic que cela le sauvera des innombrables épreuves qui le toucheront à jamais. Il y a tout un monde derrière cette "confrérie", des personnages dans l'ombre dont nous ne savons rien, jusqu'à la fin. C'est rageant de ne pas avoir plus de détails sur certains, particulièrement ce Josh. Arrivée à l'épilogue, je me suis dit qu'une suite serait plus que possible. Car même si nous savons parfaitement comment tout cela va se terminer, j'aimerais en avoir plus. La mort n'est pas qu'un simple état, Satan n'est pas qu'un simple mot et ses adorateurs sont aussi fous que logiques. L'angoisse est permanente, impossible de rester confortablement installée dans un recoin du canapé. Il peut arriver n'importe quoi derrière vous !

     

    « Les yeux gris bleu de Franck Andréani ne décollaient pas des optiques braquées vers les grandes baies vitrées du deuxième étage de l’immeuble d’en face. Il observait les allées et venues de Monsieur Georges sur la moquette blanche de son salon. Celui-ci était au téléphone, et apparemment pris dans une discussion tendue avec son interlocuteur. Assis devant la table d’écoute, le casque sur les oreilles, Lobovsky se marrait.
    — C’est qui ? lui demanda Andréani.
    Lobovsky libéra une de ses oreilles du casque audio.
    — Tu dis quoi ?
    — C’est qui ? répéta Andréani.
    — Encore sa maîtresse. Des histoires de fric.
    Andréani nota dans ses observations : 10 h 40 - discussion houleuse avec sa maîtresse sur son téléphone fixe. Cela dura encore cinq bonnes minutes, puis le proxénète raccrocha le combiné, se déshabilla et passa un peignoir de bain. Il se rendit dans sa salle de bains et disparut du champ de la surveillance.
    Ce fut la dernière fois qu’Andréani le vit dans ses jumelles. »

     

    Niveau personnages, comme indiqué plus haut, ils en bavent. Entre la mort de plusieurs enquêteurs, des courses poursuites, une chaîne alimentaire perturbante, des suppliciés, de la barbarie et des combats styles gladiateurs (j'en oublie volontairement, car le récit est très complet sur ces sujets), bref il y a de quoi faire frémir dans les chaumières. Nul n'est à l'abri de ce complot gigantesque. Luca, Tanya, Radko, Franck, Berthelot, Bernard, Lea... tous ont un point commun sans le savoir : ils vont mettre les pieds où il ne faut pas ! Plus nous avançons dans l'histoire plus le cœur bat à tout rompre. La noirceur humaine est bien plus prononcée et la petite parcelle de "fantastique" arrive juste au bon moment, sans que cela ne fasse tache. C'est une suite logique (eh oui encore ce mot) de tout ce qui se passe dans le texte. Qui peut avoir confiance en qui ? Cruel dilemme que voilà. L'église semble hors d'atteinte, et pourtant elle sait des choses. Croyant ou non, il y a des termes et des situations qui font réfléchir.

     

    En d'autres termes, j'ai passé un très bon moment de lecture. Attention tout de même aux âmes sensibles voire fleur bleue qui risquent de se perdent, certaines scènes sont intenses et peuvent heurter la sensibilité. Pour ma part, c'était très bien, j'aime le sombre, le chaos et tout ce qui va avec !

     

    https://s3.amazonaws.com/netgalley-covers/cover163088-medium.png

    #Tréfonds #NetGalleyFrance 

    Partager via Gmail

    4 commentaires
  •  

    La librairie des rêves suspendus (Emily Blaine)

     

    Disponible sur Amazon

     

    Love in 56K (Clémence Godefroy)

    Auteur : Emily blaine

    307 pages numérique (epub)

    Thème : Romance

    *******

     

     

    Résumé :

    « Entrez dans un monde où tout devient possible…

     

    La bête du Bois de Boulogne (Christine Béchar)

    15/20

     

    Par le biais de Netgalley, j'ai eu l'occasion de découvrir cette histoire. Après avoir lu pas mal de thrillers, j'avais envie d'un peu de douceur. Je remercie le site ainsi que la maison d'édition Harlequin pour avoir accepté ma demande. Je n'avais pas lu un seul des livres de cette auteur, il faut bien commencer quelque part, pas vrai ?

     

    Sarah a hérité de la librairie de sa grand-mère. C'est tout ce qui lui reste de sa famille. Elle ne compte pas la vendre et espère pouvoir débloquer un peu d'argent pour la remettre à flot. Elle adore les livres, c'est toute sa vie, vivre dans ses histoires qui la passionnent, la déconnectant de la vie réelle. Maxime est l'égérie du moment, l'acteur en vogue autant pour ses films que pour ses déboires avec la police. Après une énième bagarre qui risque de l'envoyer au trou pour pas mal de temps, un compromis est mis en place. Soit il fait 2 mois d'intérêts généraux dans une librairie au fin fond d'un village, soit il passe une partie de sa vie derrière les barreaux. Le choix est vite fait, bien que ce ne soit pas un véritable choix. Beaucoup de monde se décarcasse pour cet homme qui ne veut pas d'aide. Pourtant, lorsqu'il rencontre Sarah... il reste le même : ingrat, inconscient, teigneux. Les jours passent et leurs vies risquent de prendre un tournant inattendu.

     

    Une romance entre un homme célèbre a qui la vie semble lui donner le meilleur, mais qui s'acharne à vouloir détruire tout ce qui touche et une jeune femme timide au plus haut point qui ne vit que pour les livres. Deux êtres que tout sépare, les passions, la ville, leur envie, rien ne pourrait les rapprocher et pourtant... Pourtant il suffit qu'elle arrive à le toucher en restant elle-même, sans chercher à poser des questions, en le laissant venir tel un animal blessé pour qu'il ouvre les yeux sur ce qu'il vaut. Le chemin est long et dangereux pour un homme tel que lui qui détruit tout ce qu'il touche. La gentillesse de Sarah le prend au dépourvu. Quelle femme, quel homme serait capable de vouloir aider un inconnu ? Tous les deux ont des problèmes d'un genre différent, une vision de la vie bien différente également, pourtant il y aura cette étincelle entre eux qui risque de bouleverser toutes leurs croyances.

     

    C'est un thème différent que j'ai déjà eu l'occasion de lire auparavant. Ici Sarah ne veut pas rencontrer Maxime, celui qui est en vu par toutes les femmes du monde, elle s'en tape royalement. Elle le voit dans les films, mais n'a jamais cherché à le rencontrer. Bien qu'elle adore être dans son monde idéal où la vie est un livre ouvert, elle garde la tête sur les épaules et sait parfaitement que l'arrangement pour cet homme ne va pas aller plus loin. Elle a besoin d'aide pour remettre en bon état la librairie qu'elle tient et lui doit montrer qu'il est capable de ne plus frapper et de travailler. Il adore son métier d'acteur, mais trop de pression ? De non-dits ? De passé sombre ? Il a besoin d'user ses poings régulièrement et c'est ce qui l'amène au pays des ploucs comme il aime si bien le dire. Sauf que ces fameux ploucs sont les seuls à bien vouloir l'aider, lui redonner une seconde chance, probablement la dernière. Entrer dans le monde de l'autre est difficile pour lui comme pour elle. Maxime ne pense qu'à partir, retrouver Paris, Sarah veut sa tranquillité et vivre un conte de fées. Tout cela est bien loin de l'autre.

     

    Sarah n'a plus personne en famille, mais le village l'a accepté et accompagné tout au long des années depuis qu'elle y vit. C'est une sorte de mascotte. Elle anime les rues, fait en sorte que chacun trouve son bonheur dans sa librairie, sauf que les livres ne sont plus ce qu'ils étaient. Elle ne cesse de dénicher des œuvres un peu partout, d'occasion pour leur redonner une nouvelle vie. J'ai beaucoup aimé la façon dont l'auteur parle de ces romans qui ont une seconde chance. La couverture ne dit pas tout, comme le résumé il y a toujours des surprises à l'intérieur, comme un homme. C'est le regard de Sarah qui va faire changer celui de Maxime. C'est sa façon de faire qui va le rendre plus... souriant.

     

    « — Laisse-moi deviner… Plus de livres ?
    Son sourire s’élargit et son regard luit d’un éclat coupable. J’éclatai de rire et parvins ainsi à la faire rougir davantage. Elle termina son verre et reposa le livre sur son interminable pile.
    — C’est presque trop facile, dis-je finalement.
    — Peut-être. Désolée de ne pas être une femme mystérieuse.
    — Tu es mystérieuse. Mais sur certains points, tu es un peu trop prévisible !
    Un nouveau sourire étira ses lèvres. Elle posa ses yeux sur moi, avec cette même façon désarmante qu’elle avait eue en détaillant mon tatouage. Elle descendit de son tabouret et passa près de moi pour déposer son verre dans l’évier.
    — Je me fiche d’être prévisible, je suis parvenue à mon but. Je voulais t’entendre rire. »

     

    Maxime est en colère perpétuellement. Une enfance dure, une adolescence compliquée, une vie d'adulte dans la douleur et la souffrance. Son métier d'acteur l'aide parfois, il apprend énormément dans ses rôles et s'adapte facilement, sans compter sur l'aide précieuse de son agent Mathilde. Un secret les lie, rien de terrifiant ni de sensuel, mais un secret tout de même. Il a des idées préconçues, connaissant déjà ce village qu'il a voulu quitter il y a de nombreuses années pour ne plus y revenir. c'est grâce à l'un de ses amis, Damien, qui est également un proche tel un frère pour Sarah, que tout va se jouer. Grâce à cet homme, Maxime va devoir se reprendre en main.

     

    Damien, tout comme Anita sont des personnages que l'on voit dans le récit, faisant office de "tampon" entre Sarah et Maxime. Tous deux désirent leur ouvrir les yeux. Anita est une femme qui a un cœur énorme et plus le livre défilait, plus je comprenais l'amitié entre les deux femmes. Il y a également Frédéric, le voisin, fleuriste qui drague ouvertement Sarah depuis longtemps et qui est à la fois gentleman et très long à la détente. Les liens d'amitié sont forts, l'amour navigue entre deux eaux. Entre Frédéric et Sarah, l'histoire semble en suspens, comme attendant que l'autre décide d'avancer. C'est à la fois amusant et en même temps énervant. La timidité des deux fait sourire et un passage encore plus.


    « — On se voit pour notre déjeuner ?
    — Avec plaisir, chantonnai-je.
    Avec un dernier sourire, il s’éclipsa. L’instant suivant, je m’effondrai derrière mon comptoir, épuisée de mon comportement.
    J’étais un désastre ambulant.
    Je gémis de frustration, maudissant ma capacité à ruiner une relation… même pas commencée. Après quelques minutes de lamentation et d’autoflagellation, je repris le travail, rédigeant deux recommandations et listant des prochains thèmes possibles pour la vitrine. »



    Il y a également Élise, Baptiste et toute la population qui suit avec intérêt la vie amoureuse de leur libraire. Entre Maxime et Sarah, tous deux savent que rien de bon ne surviendra s'ils se laissent aller, pourtant la raison semble enfouie sous le désir. Chacun d'entre eux doit s'éloigner, le temps est contre eux. deux mois... Trois semaines pour réussir à avoir une conversation potable et une flamme qui explose entre eux un peu plus tard. La jalousie semble toujours fonctionner. Les bagarres ne s'arrêtent pas en un claquement de doigts et vu l'épilogue nous comprenons que rien n'est facile. Avec ce type de romance, nous connaissons la fin, nous savons où l'auteur nous emmène. Il s'agit juste de découvrir le chemin que les personnages vont prendre pour y arriver. Ce qui est sympa, c'est le fait d'avoir les deux versions en continuité.



    « Peu à peu, avec patience, elle avait repoussé ce voile sombre qui obscurcissait ma vie. Elle avait refusé que je la tienne à distance.
    Sarah avait mené sa petite guerre personnelle contre moi, butant contre un mur mais trouvant de nouveaux moyens de le contourner, avant de finir par l’abattre pour me mettre à nu.
    Je n’étais pas tombé amoureux, j’avais rendu les armes. J’avais laissé cette femme gagner contre moi.
    Je me surpris à sourire. Sarah était ma plus grande et ma plus belle défaite, celle dont j’étais le plus fier. »


    Je regrette juste que les détails de leur passé soient si peu décrits. Nous apprenons ce qui s'est produit dans les grandes largeurs, mais pas dans le détail. J'ai apprécié cette découverte et je lirais de nouveau cette auteur. Les mots filent rapidement sous nos yeux, les phrases sont à la fois légères et pleines d'émotions. Cela reste un beau rêve pour les filles qui croient aux contes de fées.

     

     

    #LaLibrairieDesRêvesSuspendus #NetGalleyFrance

    Partager via Gmail

    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique