•  

    Némésis (Xavier Massé)

    disponible sur le site de l'éditeur

    Auteur : Xavier Massé

    320 pages

    Thème : Thriller

     

     

    Résumé :

    «« David… ? C'est moi, c'est Vincent ! Il faut que tu viennes ! Il faut que tu me rejoignes dans notre village d'enfance… il s'est passé quelque chose… c'est horrible, je n'ai jamais vu ça !… »
    Une disparition anormale, un meurtre sans précédent, un village divisé entre croyances et superstitions, une atmosphère étouffante…
    David et Vincent, deux gosses d'Assieu devenus flics, vont s'immerger dans cette enquête, et sans le savoir vont descendre aux portes de l'enfer…
    »   
     
     

    La bête du Bois de Boulogne (Christine Béchar)

    Némésis (Xavier Massé)

     

     
    Je remercie Joel et la maison d'éditions Taurnada pour cette nouvelle découverte. Ce que j'aime dans cette maison d'éditions, c'est le fait que je suis toujours ravie, à plus ou moins grande dose, mais pour le moment, je suis encore plus que ravie. Comment un livre de poche peut faire autant d'effet ? Ne cherchez plus, les auteurs qui nous offrent leurs histoires sont terribles. J'avais déjà eu la chance de lire Xavier Massé autant dans cette maisons d'éditions que dans celle d'IS éditions et j'avais déjà passé un très bon moment à chaque fois. Pourtant le sujet est complexe, il démarre avec beaucoup de douleur. Deux gosses d'Assieu devenus flics vont être confrontés à des meurtres de nourrissons...
     
     
    Tout commence avec Gaëlle, fille d'un gars d'Assieu, un enfant du pays, retrouvée dans l'église, pas en bon état. Un bébé qui a vécu une telle souffrance, c'est inhumain. David et Vincent vont devoir prendre en charge l'enquête afin de trouver très rapidement qui est derrière tout cela. Qui a bien pu faire du mal à un bébé ? Qui a bien pu faire ça ? Seul un monstre est capable d'autant d'atrocités. Promis, l'auteur nous en révèle assez pour nous faire notre propre idée, mais ne s'amuse pas à en faire des tonnes. Il reste succinct, froid comme le légiste qui donne tous les détails. David est propulsé dans le village qu'il connaissait si bien, lorsqu'il était enfant. Adolescent il est parti avec ses parents et son retour n'est pas forcément bien vu. Il n'est plus cet enfant du pays, car il l'a quitté et par-dessus tout il ne reconnait plus son village. La modernité à pris un sacré chemin jusqu'à des drones qui propulsent des produits sur les champs.
     
     
    Bien qu'il s'agisse de nourrissons, nous suivons l'enquête en s'arrachant les cheveux. Le ou les tueurs sont capables de se déplacer sans qu'il ne soit vu. (Vous voyez la nuance entre un ou plusieurs ^^) Des doutes, j'en ai eu, j'ai eu beau chercher, il faut dire que la solution se dessine jusqu'à ce qu'elle soit brute, devant nous. Ces fameux doutes deviennent des certitudes que la folie ne soit pas uniquement dans un asile. L'enquête piétine lourdement, pourtant ce n'est pas faute de poser des questions, d'avoir de l'aide d'autres gendarmes ou autres fonctions. Le problème ? C'est que le village est comme tous les villages qui n'aiment pas les étrangers : les anciens veulent faire justice eux-même et par conséquent vont enquêter de leur côté pour attraper celui, ou celle ou ceux qui sont dans le coup. dès que David ou Vincent trouve un indice, il est détruit, enfoui, perdu dans un puzzle gigantesque qui ne voit pas se mettre en place. Ces pièces séparément ne sont rien, juste des faits, de vieux faits, des trouvailles, mais ensemble avec le fil conducteur : là, il y a matière à trouver.
     
     
    Le fil rouge, ou la ligne blanche, ou peu importe comment cela s'appelle, mais lorsqu'on le tient en main, le souffle se coupe. Un village qui a des croyances extrêmes, préférant se garder de toutes aides extérieures c'est déjà un élément central imposant, mais alors ce qui va avec, cette découverte et tout simplement de la pure folie. Je me suis dis que non, l'auteur ne pouvait pas aller jusque là, qu'il n'oserait pas... Eh bien si ! La fin est complètement dans le style de cette folie qui au final ne l'est peut-être pas. Et si tout simplement il suffisait de faire une forme de sélection naturelle ? Les animaux le font bien, le blessé est en dernier, pour ainsi donner une chance à sa troupe de s'enfuir alors que lui serait pris en chasse. Il ne faut pas rester terre-à-terre pour ce récit, autrement elle n'est pas pour vous. Impossible de comprendre cette logique qui fait à la fois peur et réfléchir.
     
     
    Concernant le duo, David et Vincent il fonctionne du tonnerre. Ils ne se sont pas vus depuis longtemps mais ils ne se sont pas oubliés. Si Vincent est toujours considéré comme un enfant du village, il rame autant que son ami à trouver des indices. Pourtant des choses se passent, des événements étranges, des questions se posent. Le passé n'est jamais très loin, même si cela fait 25 ans que tout a commencé. Enfin non, pas 25 ans, bien plus que cela. Qu'importe, même en sachant cela, il faut s'accrocher, car nul ne sait vraiment depuis combien de temps il se passe des choses étranges ici ou ailleurs. David et Vincent... David Vincent qui a vu les envahisseurs ? Hum, pardon je m'égare. Nos deux personnages principaux sont à la fois complices sachant cacher des secrets. Lorsque l'un boit trop, l'autre aussi, lorsque la fatigue les prends c'est d'un seul coup. Les nerfs sont tendus, les visages tirés et ce n'est pas cet énergumène qui vient dont ne sait où qui va les aider. Quoique... Peut-être ?
     
     
    Une sorcière dans la forêt ? (Le souvenir d'une sorcière dans mon propre village alors que j'habitais encore chez mes parents me fait sourire, car cette façon de décrire les gens est tut simplement réaliste) Un vieillard qui parle dans le vent d'une folie ? De vieilles familles ancestrales presque qui vivent de cette terre ? Des secrets enfouis, des traditions barbares ? LE plus gros secret de tous les temps est à notre porte. Qui saura y échapper ? La tension est à son comble, les villageois sont plus que menaçants, mais au final qui est réellement le plus dangereux ? Celui qui croit en une chose invisible, ou celui qui croit que cette chose invisible n'est pas capable de l'atteindre ? au final qui est le plus monstrueux ? Une fois le livre refermé, il y aura forcément de la réflexion, car il est impossible de se pas se demander si le raisonnement de l'un ou l'autre des "camps" est valable. Quelle folie peut bien prendre possession de nous ?
     
     
    Les émotions sont bien là, les sentiments ancrés dans les personnages. Le fait de comprendre ce qui se passe n'est pas moins difficile à digérer et pourtant... pourtant après autant d'actions, de course-poursuite à pieds ou en voiture dans des champs, de recherche de cadastres, de questionnements, de boisson aussi (Non, promis je ne me suis pas bourrée la G., mais j'aurai pu pour ne pas me retrouver face à ces personnages torturés qui tentent de faire leur travail avec les moyens du bord), sans compter les échelons supérieurs qui pensent pour tout le monde et décident pour les autres. Plus nous grattons la couche supérieure de cette terre, plus nous tombons sur des secrets de plus en plus lourds. Au final, Assieu est comme la plupart des villages qui n'aiment pas que les étrangers viennent et encore moins que l'un des leurs puissent être capable de quelque chose causant du tort.
     
     
    En conclusion, j'adore cet auteur. Il a de l'imagination, du talent pour m'embarquer dans ses histoires quel que soit la trame. L'histoire est captivante, intéressante et amène à se poser des questions sur notre propre existence !
         
     
    Extrait choisi :
     


    « « —  Je n'ai pas non plus la science infuse, alors je suis allé voir Internet. C'est un peu sommaire, mais voilà ce que ça dit : "Dans la mythologie grecque, 'Némésis' est le nom de la Déesse de la juste colère. Elle est parfois assimilée à la vengeance et à l'équilibre. Signifie 'répartir équitablement, distribuer ce qui est dû'. Dans la mythologie romaine, on retrouve cet aspect sous la forme 'd'Invidia', soit 'l'indignation devant un avantage injuste". Némésis est également interprétée comme étant un messager de mort envoyé par les Dieux en punition, et désigne la colère ou la vengeance divine."»
    Il y eut un silence dans la salle.
    « Super ! Formidable ! Il ne manquait plus que ça ! »
    Vncent semblait désespéré.
    « J'ai envie de vous dire deux choses : primo, votre tueur n'en a pas encore fini...
    Magnifique nouvelle, merci !...» »

     

    Day's Reading # 187

     

    Partager via Gmail

    14 commentaires
  •  

    La Guilde des aventuriers, tome 1 (Zach Loran Clark et Nick Eliopulos)

    disponible sur Amazon

    La Guilde des aventuriers, tome 1 (Zach Loran Clark et Nick Eliopulos)

    Auteur : Zach Loran Clark et Nick Eliopulos

    448 pages

    Thème : Jeunesse Fantasy

     *******

    Fait partie de la série

    La guilde des aventuriers

     

    Résumé :

    « Bienvenue dans la Guilde des Aventuriers.
    Nul ne connaît leur nombre exact. Elle est composée d’illuminés à la cervelle ensorcelée et autres créatures corrompues par les démons, tous lourdement armés.
    Voici la consigne : rester en vie jusqu’à demain matin.
    Pierrefranche est l’une des dernières cités survivant à l’assaut des monstres qui ont envahi le monde. Différentes guildes y organisent la résistance. Parmi elles, celle des Aventuriers a mauvaise réputation :
    Ses apprentis sont recrutés de force.
    Ses membres meurent jeunes.
    Zed, un demi-elfe aux pouvoirs magiques, est désigné pour rejoindre la guilde des Aventuriers. Son meilleur ami Brock décide alors de se porter volontaire pour l’accompagner. L’intrépide Liza, elle, née d’une famille de nobles, a toujours rêvé d’entrer dans la Guilde.
    Zed, Brock et Liza vont peu à peu découvrir, derrière les murailles de la ville, un monde aussi dangereux que merveilleux. Or, les Aventuriers sont la dernière ligne de protection de la ville…
    »   
     
     

    La bête du Bois de Boulogne (Christine Béchar)

    17/20

     

     
    Je remercie la maison d'éditions Bayard Jeunesse pour cet envoi, par le biais de Babelio. Il est certain que nous sommes en présence d'un jeunesse, avec une couverture dont les trois personnages principaux étant au cœur même de l'histoire, sont peu âgés. Sans lire le résumé nous savons déjà qu'il y a un ^personnage qui a du sang d'elfe (il suffit de voir les oreilles). Et le décor autour d'eux me semble tout sauf pacifique. J'aime beaucoup toucher ce type de livre, une couverture semi-rigide avec des bords intérieurs et des illustrations. Nous tombons sur celle-ci en premier. Le soucis du détail, le tracé, j'adore tout simplement.
     
     
     

    La Guilde des aventuriers, tome 1 (Zach Loran Clark et Nick Eliopulos)


     
    La cité de Pierrefranche, sacré prénom pour une ville d'ailleurs est une cité qui est protégée par tout un tas de rempart de pierre et magique. S'il faut bien tout cela pour protéger les habitants c'est qu'il y a eu de cela des années une guerre avec d'autres terres, d'autres créatures qui ne venaient pas de ce monde : les Dangers. Ces créatures portent bien leurs noms et par-dessus n'ont ni foi ni loi. Autour des diverses remparts, ces créatures sont toujours là, en moindre nombre, mais bien présentes, prête à tout pour ? La question se pose encore, mais nous le saurons bien assez tôt. La forêt les cachent, mais protège également ces habitants non voulus. La cité est coupée en deux, comme dans de nombreux livres fantasy : la Haute-ville et la Basse-ville. Les plus riches avec le roi et sa cour et les plus pauvres avec ce qui restent de personnages qui travaillent comme des forcenés pour tenter de vivre décemment.
     
     
    C'est dans cette cité que vivent de nombreux adolescents qui vont voir leur avenir transformés du jour au lendemain. Une cérémonie a lieu sur la place de la cité afin que les dirigeants des guildes puissent choisir ceux et celles qui feront partie de leur "clan". La "forteresse" me fait penser aux temps médiévaux, avec les latrines et le langage qui s'en approche, sans pour autant aller trop loin. Il faut rester dans le jeunesse et je dois avouer que les mots utilisés sont à la fois simples et en même temps il y a de la découverte, ce qui est très intéressant. Zed et Brock attendent avec impatience leur nomination. Zed, demi-elfe veut intégrer la guilde des mages et Brock celle des marchands. Alors que Zed est appelé par la fameuse guilde des mages, Alabasel Frond, nommée Basilic, la dirigeante de la guilde des aventuriers l'appelle. Il est obligé de se soumettre, car cette guilde est celle qui doit protéger les habitants de la cité à n'importe quel prix. Brock ne voulant pas laisser son meilleur ami, se présente comme volontaire pour intégrer ladite guilde.
     
     
    Les deux jeunes gens vont se serrer les coudes et devenir une équipe avec Liza, une jeune noble qui a également été appelée (pour une raison qu'elle connait) et Jett, un nain. Tous se connaissent d'avant, tous ne s'appréciaient pas forcément, car ils ne sont pas de la même "ville", mais dans cette guilde, ce n'est pas du chacun pour soi. Il faut être capable de sauver ses fesses et d'emmener les siens avec soi, car cela devient une famille. C'est ce qu'ils vont apprendre. En plus du fait que la guilde des aventuriers est une guilde différente des autres : ils sont capables de tuer pour protéger ceux qui ne font pas cas de leurs vies. Ils ont de nombreuses fonctions en plus de la protection, faire des tours de gardes, explorer les environs, avoir de nouveaux membres quels qu'ils soient. Si Zed est déçu au départ de se retrouver dans ce clan, il va vite découvrir qu'il peut être lui-même, malgré ce qu'il apprend. Il a un don qui est extrêmement rare et sera très utile. Brock a déjà une idée derrière la tête qui ne vient pas uniquement de lui, tout comme Liza. Jett est plus en retrait, pour une raison qui est très bien détaillé dans le récit.
     
     
    En dehors de l'apprentissage de la magie ou des armes, la première nuit en forêt est impressionnante et de plus elle montre bien la manière dont ils se complètent. Les complots font partie intégrante de l'histoire, il y a un roi, il y a forcément des gens qui veulent soit le pouvoir, soit sa place, soit sa mort. Pourtant pour le coup, il s'agit plutôt de la place de Frond qui est vacillante. Certains bien pensants imagine qu'un autre qu'elle serait plus à même de faire fonctionner correctement. C'est tellement risible qu'on se demande bien qui a envie de prendre cette place si peu sure. La traitrise va de paire avec le contexte et je me suis laissée prendre au jeu de savoir qui est derrière tout cela.Nous n'avons pas toutes les réponses et la fin nous apportent encore des questions. L'action est au rendez-vous et vu la façon dont tout s'arrête, je suis certaine que ce n'est pas terminé !
     
     
    Les créatures sont nombreuses et un bestiaire à la fin du livre est vraiment très intéressant. Des schémas, des annotations, nous avons de quoi nous remettre les gentilles bêbêtes en tête. Les descriptions sont vraiment assez pour nous donner l'illusion de voir débarquer un Kobolt, une créature de l'enfer ou même un Blob. Pour ces derniers, nul doute que pour tous ceux qui connaissent Hotel transylvanie version films d'animation la description est parfaite. Le fameux Blob qui absorbe tout et n'importe quoi sans s'en rendre compte. Je ne sais pas si c'est fait exprès, mais j'ai adoré !
     
     
    En conclusion, un jeunesse qui a su me convaincre tant sur l'aventure que sur l'écriture. Les personnages sont attachants, il y a beaucoup d'actions et d'apprentissage. Les liens entre les personnages, surtout entre Zed et Brock sont forts, surtout que le deuxième se considère comme le protecteur du premier. La complicité se propage sur les autres membres, même si un petit cailloux va tout de même commencer à faire grincer la machine. La quête de vérité n'est pas bien loin. J'ai hâte de découvrir la suite de leur aventure magique !
     
     
     
    Extrait choisi :
     


    « —  Tu as droit à un essai, l'avertit Frond. Ça me permettra d'évaluer ta technique. Va-y, tape.
    — Je..., bredouilla Brock, en levant les poings. On dirait que mon souhait le plus cher est sur le point de se réa...
    D'un revers de main, Frond lui décocha un coup en pleine figure, à une vitesse telle qu'il ne vit rien venir. Tout ce qu'il se rappela, c'était qu'à un moment donné, il la regardait en face, l'instant suivant il était étalé par terre sur le dos, et quelques secondes plus tard sa joue était en feu.
    — En société, tu te sers des mots comme d'un bouclier, constata Frond, mais ce genre d'arme ne te sera d'aucune utilisé à l'extérieur des murs.
    Brock se releva péniblement avant de s'épousseter tant bien que mal. Frond lui saisit les poignets et les leva devant son visage.
    — Voila une position de défense efficace face à un adversaire terrestre bien droit sur ses deux jambes.
    — Je ne dirais pas que vous êtes si droite que...
    Elle l'envoya de nouveau s'écraser au sol.»

     

    La Guilde des Aventuriers - Bayard Editions

     

    Partager via Gmail

    16 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique