•  

    Les nouvelles de l'été - le jour (Collectif d'auteurs Editions du Saule)

    Disponible sur Amazon

     

    La terre des Vikings (Margaret Moore)

    Auteurs :



    258 pages numérique (epub)

    Thème : Nouvelles

    *******

     

     

    Résumé :

    « Les vacances d’été…
    Être en vacances, c’est profiter d’une parenthèse durant laquelle il est enfin possible de se reposer, voyager, faire des rencontres, prendre du temps pour soi et ceux que l’on aime. Neuf auteurs ont abordé ce sujet des vacances, pour vous faire rêver, voyager, explorer et replonger dans vos souvenirs d’enfance.
    Venez vous changer les idées aux Bahamas, explorer l’Australie et l’Inde, profiter de la famille, vous ressourcer dans votre village d’enfance ou découvrir la vie au XIXème siècle.  »  

     

    La bête du Bois de Boulogne (Christine Béchar)

    Les nouvelles de l'été - le jour (Collectif d'auteurs)

     

    Je remercie la maison d'édition du Saule pour cette nouvelle lecture. La couverture est fraîche, le cocktail fait envie et la plage donne des idées de... vacances ! C'est tout à fait le thème des 9 nouvelles qui composent le livre. À savoir qu'il existe son jumeau "les nouvelles de l'été - la nuit" dans un thème plus sombre. Neuf auteurs nous racontant des histoires de vacances plus ou moins méritées.

     

    Humdrum d'Emma Leryo qui nous raconte une maman qui en a assez et décide de partir sur un coup de tête, laissant enfants et mari derrière elle. Elle a besoin de vacances tout de suite sinon elle risque de tout plaquer. Une histoire sympathique, très peu réalisable, par contre on comprend très bien ce raz-le-bol surtout lorsque l'on vit la même chose.

     

    Une simple de cabane de Dominique Koun : trois enfants partent chez leur grands-parents maternel pour les vacances. Leur maman est malheureusement décédée et le père ne peut pas les garder durant leurs congés car il travaille. Ils vont faire une très belle découverte. C'est un récit qui est très émouvant de part les trouvailles que les frères et soeurs vont avoir. C'est ma nouvelle préférée.

     

    « — En me promenant, je cherchais des insectes sur les troncs et je suis tombé sur cet arbre gigantesque. C’est un chêne qui doit avoir des centaines d’années. Et en l’admirant, j’ai rapidement vu qu’il y avait quelque chose de bizarre dans les branches. Quand j’ai compris qu’il s’agissait d’une vieille cabane en bois, j’ai essayé d’escalader le tronc, mais je n’ai pas réussi.
     Jules parlait de plus en plus vite, il semblait revivre la scène de la découverte.
     — J’ai voulu aller chercher une échelle, mais elle était trop lourde pour moi tout seul, alors j’ai demandé à Julie de m’aider.
     — Et pourquoi pas à moi ?
     — Ben… toi... la nature… c’est pas trop ton truc. Depuis que nous sommes arrivés, t’es restée tout le temps dans ta chambre. »

     

    Voyage de noces entre amies de Sam Castel est du genre humoristique (pour moi bien sur). Clara va se marier mais à 10 minutes de passer devant le prêtre, elle trouve son futur-ex-mari dans les bras d'une autre. Le voyage de noce aura bien lieu, mais avec Roxane, l'une de ses meilleures amies. Il y a de quoi avoir de bonnes surprises en partance pour l'Australie.

     

    Itinéraire Bis de Céline Poullain emmène Julie dans un périple pour un voyage initiatique. La fin est surprenante l'amenant dans mon top 3.

     

    « Je pourrais presque sentir l’odeur du repas qui doit embaumer leur cuisine. Je suis également avec Cécile. J’assiste à son inquiétude de ne pas avoir déjà reçu le SMS indiquant que je suis bien arrivée. Je perçois tout ce qui se passe à l’instant présent. Partout où je souhaite aller. Je distingue la mer. Je perçois par-dessus l’océan. Il me suffit de penser à un endroit ou à une personne et instantanément, je vois ce qui se passe. »

     

    Dans Des vacances étonnantes de Morgane Scheinmeer. Une famille part en vacances en Auvergne. Romane, la fille décide que le trou est pourri, paumé, et sans réseau (la loose!) Jusqu'à ce que le coin apporte de nouveaux arrivants et de potentiels nouveaux amis ? J'avais déjà eu l'occasion de découvrir cet auteur en fantasy avec "les Brumes du Sortchor" que j'avais beaucoup aimé. Cette histoire, je ne l'ai pas apprécié plus que cela, je pense qu'elle s'adresse à plus jeune que moi.

     

    Un été indien de Florence Metge en Inde (en même temps avec le titre hein). Miquela hérite d'un père qu'elle n'a pas connu : un hôtel en Inde. Elle veut le vendre, mais bien des péripéties vont peut-être lui faire changer d'avis. C'est une nouvelle sympathique qui se laisse lire sans accroc.

     

    Retour aux sources de Franck Dozion emmène Colin dans son village natal. Il a besoin de s'éloigner de Marion pour y voir plus clair. Je pense être passée à côté de cette histoire, malheureusement.

     

    Trois semaines en août de Christine Jean où comment avoir du temps pour soi avec ses enfants en camping. Partir en vacances avec ses trois enfants n'est pas de tout repos, surtout quand le premier est en âge de se trouver une copine de vacances et que le dernier a trois ans et s'amuse à voler les jouets des autres. Trois semaines où chacun y va de son petit grain de sel : c'est comme une histoire de déjà vu dans la réalité ! Et pourtant je n'ai qu'un enfant. L'auteur use d'ironie comme j'aime ! C'est la dernière nouvelle qui grimpe dans mon top 3.

     

    « — Si tu avais été avec nous, comme tu dis, ça ne serait pas arrivé. Tu aurais pu l’emmener à temps faire pipi.

    — Je sais pas où c’est.

     Je souffle bruyamment. J’étriperai ma fille plus tard. En attendant, je voudrais bien que mon mari termine de remplir le constat pour que nous puissions rejoindre le mobil-home, ou je sens que je vais hurler. Tiens, mais qui voilà ? Le bel Estéban nous honore de sa présence ! Il s’installe à côté de sa sœur, hilare. »

     

    Vichy été 1853 de Anna Walders nous embarque dans une suite de lettres afin de nous faire découvrir Vichy-les-Bains au travers du personnage principal.  J'aime beaucoup cette période, malheureusement j'ai eu du mal avec l'écriture de ce texte et j'en suis navrée.

     

    Je dois admettre que la plupart sont très romancées, ce qui n'est pas vraiment ce que je préfère mais ce n'est pas vraiment le souci principal. La majeure partie de ces textes me semblent incomplet. La fin pour plusieurs d'entre elles nous laisse sur notre faim, difficile de se faire une idée de ce qui pourrait se passer. C'est un livre de nouvelles très légères en comparaison de celui de "la nuit" qui était plus pointu.

     

    Tous les récits ont ce point commun de vacances : partir, y être, seule ou accompagné, les situations varient, le pays aussi. Camping, maison d'hôtes, hôtel luxueux, en famille, entre amis ou en solitaire, il y a toujours de quoi faire, de quoi être surpris dans le bon comme dans le mauvais sens.

     

    En conclusion, un ensemble de nouvelles qui fait voyager. Mes préférées sont : Trois semaines en août de Christine Jean, itinéraire bis Cécile Poullain, une simple cabane de Dominique Koun. Une lecture sympathique pour le livre en lui-même, même si certaines mériteraient plus de contenu.

     

    Défis sur Fb Logo Livraddict babelio Vous pouvez me retrouver : Vous pouvez me retrouver :

     

     

    Partager via Gmail

    2 commentaires
  •  

    Ville condamnée (Nicolas Villeneuve)

    Disponible sur Amazon

    Ville condamnée (

     

    La terre des Vikings (Margaret Moore)

    Auteur : Nicolas Villeneuve



    220 pages numérique (epub)

    Thème : Fantastique horreur

    *******

     

     

    Résumé :

    « Bienvenue à Mersin ». C’est l’affiche qui accueille Marc et ses compagnons à l’entrée de la petite ville calme. Peut-être même trop calme. Pas de bruit, pas d’habitant... simplement des questions qui se bousculent dans les têtes et l’étrange sensation d’une présence qui murmure de fuir.  »  

     

    La bête du Bois de Boulogne (Christine Béchar)

    Ville condamnée (Nicolas Villeneuve)

     

    Je remercie L'auteur, Nicolas Villeneuve pour m'avoir proposé de découvrir son livre. Un résumé intriguant, une couverture qui nous guide dans un monde post-apocalyptique, bref de quoi égayer ma journée.

     

    Marc, Jessica sa fille de 8/9 ans et Henri, le frère de Marc, sont en voiture, en train de chercher leur route. La sortie de l'autoroute semble être la bonne pourtant il n'y a pas âme qui vive dans le secteur. Une panne d'essence à quelques centaines de mètres de leur arrêt forcé. Marc décide d'y aller pour acheter un jerrican d'essence tandis que les deux autres restent dans la voiture. Entre deux, un véhicule passe sans s'arrêter conduit par une certaine Clara qui cherche également sa route. Bizarre bizarre ce début où tout le monde semble avoir perdu son chemin. Lorsqu'elle s'arrête à la station service, elle va rencontrer Marc et un vieil homme dur de la feuille qui adore proposer du café infect à tout le monde. Et puis sa voiture va avoir les pneus crevés, pas d'essence dans une station qui n'en a plus depuis une semaine... Et tout cela juste dans les premières pages !

     

    « Il se souvenait du voyage, de la panne d’essence. Le vieil homme bizarre de la station qui leur avait proposé de dormir sur place. De la jeune femme qui s’était pointée et du sale coup que lui avait fait Henri. L’ambiance avait été bizarre et ils s’étaient réveillés en sursaut après ce bruit. Comme celui du tonnerre qui avait résonné.
    Il avait les mains posées sur le visage. Les images brouillées lui revenaient peu à peu en tête. Ses efforts étaient payants et il s’en sentait rassuré. Tout n’était peut-être pas perdu. Sauf que...
    Les relents de mémoire apparaissaient puis se brouillaient comme de la vapeur d’eau. Mais il devait s’accrocher. Le seul moyen de ne pas perdre pied, de comprendre la situation, et peut-être, de sortir d’ici. Les vagues de chaleur que soufflait le ventilateur ne l’aidaient pas, et il pensa un instant à essayer de l’arrêter. Mais il n’osait pas bouger. Il devait se calmer, ne pas perdre une once de concentration pour tirer ça au clair. »

     

    Une histoire qui tient la route, malgré le fait que les personnages eux, se retrouvent bloqués au milieu de nulle part, sans un réseau pour téléphoner, sans voiture, sans essence, juste leurs pieds pour tenter une percée. La station service est tenue par un vieil homme qui attend le retour de sa fille. Par chance un certain Thomas passe par là (enfin passe, il roule vers la station) pour déposer des colis, alors que c'est son père qui doit le faire habituellement. Grâce à lui, Marc, Henri, Clara et Jessica ont une porte de sortie, entrer dans sa camionnette et aller au village/ville, le plus proche. Sauf que cette ville est condamnée... Ville où habite Thomas depuis toujours ? Il en est parti le matin même et en quelques heures, pouf, plus rien. Les habitants ont disparu...

     

    Le livre a un côté fantastique qui se montre petit à petit sans pour autant plonger dans un vrai fantastique. Le côté horreur... Pour ma part, il n'est pas horrifique : quelques scènes montent en puissance sans gore, sauf une scène et encore, j'en ai ri (oui je ne suis pas très nette, je le sais !) Par contre il y a un suspense qui donne des frissons. Le livre est découpé en plusieurs parties, elles-mêmes composées de chapitres. Nous suivons tous les personnages, mais plus souvent Marc. Ce personnage semble être la clé, mais de quoi ? Peut-être parce qu'il est père ? Ou qu'il a changé de vie ? Qui sait. Toujours est-il que l'auteur sait amener les éléments avec parcimonie. On se ronge les ongles de savoir ce qu'il se passe réellement. Comment la ville peut faire cela ? Qu'est-ce qui est vraiment réel ? Qu'est-ce qui ne l'est pas ? Difficile de savoir. J'ai cru me retrouver dans un épisode de Buffy... Une légende urbaine semble reprendre vie.

     

    « Tu aurais dû garder les yeux fermés espèce d’idiote !
    Le regret amer s’accentua lorsqu’elle comprit que la silhouette prostrée dans le coin de la vieille baraque abandonnée ne pouvait être autre chose que son pire cauchemar.
    Les flammes craquelaient et lui permirent de voir la chevelure blonde de l’ombre. Mais le visage restait caché.
    Tu as trouvé la pire cachette du monde. La prochaine fois, réfléchis avant de foncer dans un endroit qu’auparavant tu n’aurais jamais eu l’idée de visiter.
    Elle aurait pu s’enfuir. »

     

    Les personnages apportent une sensation de malaise. Henri qui est "pote" avec un gang qui viendrait bien le chercher mais pour le tabasser. D'ailleurs c'est le type même capable de dégonfler les pneus d'une voiture... Marc qui n'est jamais sur de rien. Clara qui a tout juste 20 ans et qui s'en veut de s'être trompée de route, prête à se défendre au péril de sa vie. Jessica qui est une petite fille attachante mais qui a des idées particulières. Le vieil homme avec son sourire en coin et ses demandes éternelles de "qui veut un café ?" Thomas qui n'est qu'un gosse et qui va vivre de terribles choses. Et puis il y a des personnages qui gravitent, comme la dame aux dents, Aline, monsieur Harc... Chacun apporte sa contribution à ce mal-être persistant.

     

    Pour démêler le vrai du faux, il faut aller jusqu'au bout, jusqu'à la dernière ligne. Et encore, je me demande si c'est vraiment la réalité.

     

    En conclusion, une histoire pleine de bon sentiment (hein ? Quoi ? Nan que dalle, on reprend !) Donc je disais une histoire pleine de sable, de maisons abandonnées, de ville fantôme. Le rêve, la réalité, difficile de trouver la solution sans aller jusqu'au bout. Un léger fantastique, un thriller surprenant... Un cauchemar ambulant ! Bienvenue à Mersin, ville qui a perdu toute humanité !

     

    Défis sur Fb Logo Livraddict babelio Vous pouvez me retrouver : Vous pouvez me retrouver :

     

     

    Partager via Gmail

    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique