• Des mensonges dans nos têtes (Robin Talley)

     

     

    Des mensonges dans nos têtes (Robin Talley)

    Lien pour l'acheter sur Amazon

     

    Des mensonges dans nos têtes (Robin Talley)



    Auteur


    367 pages numériques

    Thème : Contemporain

    *******


     

    Résumé :

    « Les filles sont faites pour se marier… Les Noirs et les Blancs ne doivent pas se mélanger… Une fille ne doit pas embrasser une autre fille… Linda ne doit pas aimer Sarah. Rien que des mensonges? 1959, en Virginie. C’est l’histoire de deux filles qui croient qu’elles se détestent — parce qu’elles n’ont pas la même couleur de peau et qu’elles ne sont pas nées du même côté. C’est l’histoire de Sarah et Linda qui croient qu’elles se détestent… mais c’est aussi l’histoire de l’année où tout va changer — parce que les mensonges des autres vont voler en éclats et que les vies, les coeurs de Sarah et Linda vont s’en trouver bouleversés pour toujours…»
     

     

    Yem, tome 1 : le grand rift (Gilles Milo-Vacéri)

    Des mensonges dans nos têtes (Robin Talley)

     

    Je remercie Netgalley ainsi que Mosaïc pour l'envoi de ce livre numérique dans le cadre de notre partenariat. Je me souviens avoir lu le résumé et je l'avais trouvé intéressant.

     

    "Lycée Jefferson, Davisburg, Virginie 2 février 1959
    Les Blancs nous attendent"

     

    Tout et rien n'est dit. 1959 est une date de transition, celle où les noirs ont eu l'autorisation de suivre des cours dans les mêmes lycées que les blancs. Le racisme dans toute sa splendeur sera au coeur des événements. Mais pas totalement car les sentiments vont se mêler aux paroles "bien pensantes"

     

    Sarah est une lycéenne noire qui, avec 9 autres, vont tenter de pénétrer dans ce lycée. C'est réellement les mots, tenter de pénétrer en restant debout. Les lycéens blancs ne veulent pas d'eux dans leur locaux et font masse devant les portes. La police est là pour le cas où un noir s'amuserait à frapper un blanc, mais l'inverse ? Ils s'en fichent. Les professeurs ? Ils ne sont présents qu'à l'intérieur du bâtiment. Crachats, insultes, coups, rien n'est trop beau pour les repousser. Mais ils tiennent bon car ils sont dans leur droit. Mais ces fameux blancs pensent si forts qu'il n'y a que EUX qui ont des droits pas des "négros"... Et ce n'est que la première scène décrite.

     

    « Je suis aussi mauvaise que le disent les Blancs. Sale. Misérable. Contre nature. Je n’ai même jamais imaginé une chose pareille, je n’aurais pas osé, en revanche je sais pourquoi je suis passée à l’acte : ça fait des mois que ça dure, plus je la voyais, plus je perdais la tête. Je me suis mise à avoir les pires pensées. Sur elle. Sur ce que ça ferait d’être avec elle. Comme un garçon veut être avec une fille — dans le péché.
    J’ai perdu le contrôle. Ça ne doit pas arriver. Jamais plus.
    Je me suis laissé emporter. Je me suis raconté des histoires sur elle, sur qui elle est vraiment. Malgré tout ce qu’elle disait, je continuais à vouloir me persuader qu’elle n’était pas comme les autres. Je repensais au jour où elle est venue à la rescousse de Ruth dans le couloir, à l’hésitation dans son regard chaque fois que je lui tenais tête… Bref, je me suis fait des idées. J’ai refusé de regarder la réalité en face.»

     

    L'histoire est écrite par Sarah et Linda – et Ruth la petite soeur de Sarah pour le dernier chapitre. Nous avons donc les deux points de vue de la jeune fille noire et de la jeune fille blanche. Seule la couleur de peau est différente, mais toutes les deux ont des rêves, des objectifs, des envies. Elles sont humaines ! Et c'est ce qui ne va pas pour une partie de la société. Comment une noire, comment des noirs peuvent vouloir la même chose que les blancs ?

     

    Je suis amer, pas de la lecture, mais de notre passé. Nous avons fait du chemin sur l'égalité de chacun, mais il en reste toujours à faire. L'intégration est forcée par le tribunal mais il ne fait rien pour que cela aille au mieux. Ils doivent y entrer et étudier, mais pour le reste ils doivent se débrouiller. Certains professeurs ne font aucune différences, tandis que d'autres seraient presque les premiers à leur cracher dessus. La note de l'auteur est tout aussi importante, car même si le récit n'est qu'une fiction, l'auteur s'est basée sur des faits réels et encore elle a fait soft. En parlant de l'auteur, elle a mis une touche de douceur basée sur les émotions des deux jeunes filles. De nombreuses questions se posent sur la normalité des événements, des ressentis.

     

    « Les adultes font comme si c’était difficile pour eux — mais ils n’ont pas la moindre idée de ce que nous devons endurer. Nous sommes des pions dans leur jeu — les parents blancs contre les parents noirs. Bo, Eddie et tous leurs copains ne sont que des pions eux aussi. Comme elle. Combien de pions les adultes de chaque camp seraient-ils prêts à sacrifier pour la victoire ? »

     

    Entre la violence journalière que subit Sarah et ses amis, il y a les insultes qui varient en fonction de leurs envies. En creusant un peu plus, il s'agit uniquement de PEUR ! Que se soit pour les uns ou les autres. La peur de l'inconnu, la peur de la différence, la peur des adultes, la peur de l'autre, la peur de ne pas être normal, la peur de se retrouver seul et je pourrais continuer ainsi longtemps. C'est la peur qui dicte la conduite de beaucoup – il y a aussi la méchanceté gratuite qui va avec – mais sans la peur il y aurait moins

     

    Les mensonges continuent jusqu'à ce qu'enfin la vérité va éclater. Et si l'autre n'était pas si différent ? Et si elle était meilleure que moi ? Pourquoi Dieu a décidé cela ? Et si tout ce qu'ils ont appris n'étaient que mensonges éhonté pour pouvoir être un peuple fort asservissants ceux qui sont différents ?

     

    « PARTIE V
    Amazing Grace
    Première Vérité
    C’est moi qui décide »

     

    Sarah et Linda vont apprendre au contact l'une de l'autre. Le fait d'être obligé de travailler ensemble sur un projet, avec Judy, va démontrer bien des choses. Leur joute verbale les force à réfléchir, à évoluer dans une société qui a du mal avec la différence. Linda va affronter son père qui ne mérite pas de porter ce nom. Il n'est que haine, se réfugiant derrière ce problème des noirs. C'est elle qui va évoluer le plus. Sarah de son côté va énormément travailler sur tous les pourquoi de sa tête : être ou ne pas être normale, telle est la question.

     

    « C’est à cause des histoires de ce genre que mes parents ont quitté l’Alabama pour Chicago. Ils ne voulaient pas nous voir grandir dans les mêmes conditions qu’eux. En tout cas, c’est ce qu’ils disent toujours. Alors, pourquoi nous avoir emmenés vivre ici ? Pourquoi ne sommes-nous pas restés à Chicago, où nous pouvions passer une semaine sans croiser un seul Blanc et où les histoires de croix qui brûlent avaient autant de réalité que le croque-mitaine et les monstres sous le lit ? »

     

    J'ai beaucoup aimé ce livre car même si ce n'est pas la réalité, il montre un passé peu reluisant pour la société. Il aide à comprendre la façon dont les esprits sont obtus. La justice n'existe que d'un côté, seule l'injustice est présente. Il s'agit de deux femmes que tout oppose et pourtant avec du temps elles vont s'apprivoiser pour apprendre à se connaître. Un monde où rien n'est permis, où tout n'est que méfiance. Heureusement que nous n'en sommes plus là, mais il faut continuer à se battre pour détruire les murs de la peur qui restent encore malgré tout.

     

    En conclusion, un récit qui est bouleversant tant par les actes que les paroles. Il est toujours temps de réfléchir sur un monde meilleur.


    « Et soudain, je sens que cela vient. Oui, c’est vrai, je ne comprends pas tout, mais tout doucement les paroles de Sarah s’éclaircissent : « C’est toi qui sais vraiment.  »

     

     Logo Livraddictbabelio

    Défis sur Fb 

     

    « Inconscience, l'intégrale (Sébastien Tissandier)Les Imhumvamps, tome 2 : La recouvrance (Sylvie Ginestet) »

  • Commentaires

    14
    Mardi 12 Juillet 2016 à 09:36

    C'est vraiment le genre de roman que j'adore, je note. Merci.

    13
    Mardi 12 Juillet 2016 à 09:19

    Ton avis m'a charmé! Je note ce titre et le découvrirai lors de mes vacances!

      • Mardi 12 Juillet 2016 à 17:14

        Très contente ! Bonne lecture pour tes vacances :)

    12
    Mardi 12 Juillet 2016 à 08:42

    J'ai déjà lu ce livre et j'ai été " choqué " par les scènes de violence tellement qu'elles sont réalistes. Un très beau livre qui devrait passer entre toutes les mains. 

      • Mardi 12 Juillet 2016 à 17:13

        Je suis tout à fait d'accord avec toi !

    11
    Sabrina Desremp
    Mardi 12 Juillet 2016 à 08:19

    Jais déjà lu quelques avis et cette histoire semble bouleversante. Le sujet m'intéresse beaucoup!

      • Mardi 12 Juillet 2016 à 17:13

        Le sujet remonte des souvenirs qui ne sont pas de tout repos, mais c'est un bon rappel de ce que l'homme est capable de faire à un autre. Merci à toi :)

    10
    Mardi 12 Juillet 2016 à 08:05

    ca fait un moment qu'il me fait de l'oeil celui-ci!!!

    merci pour ta chronique, je le remonte dans ma liste!

      • Mardi 12 Juillet 2016 à 17:12

        Tiens donc ! Bonne future lecture :)

    9
    hamisoitil
    Lundi 11 Juillet 2016 à 23:25

    J'avais bien aimé mais loin du coup de coeur quand même ! J'ai préféré Sweet sixteen de loin :)

      • Mardi 12 Juillet 2016 à 17:12

        Je ne connais pas sweet, mais je vais le noter pour plus tard :) Merci d'être passée !

    8
    Vampilou
    Lundi 11 Juillet 2016 à 21:14
    Ah, là, là, celui-ci me fait de plus en plus envie et ce n'est pas ton avis qui va me faire changer d'avis !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :