•  

    Des mots sur vos lèvres # 98

    des mots sur vos lèvres

     

    Hello mes mordus,

     

    Depuis hier soir, je m'amuse comme une petite folle avec ce livre :


     

    Titre :  Sauvages  
    Auteur :   Quentin Leruitte
     Édition Auto-édité

     

    Des mots sur vos lèvres # 98

     

    En vente ICI

     

    Résumé :

     

     " Il y a cinq ans, une équipe de huit scientifiques est parvenue à élever l’homme au rang de surhomme par le biais de la modification génétique. Aujourd’hui, les Wild Factor ont envahi la place publique et côtoient le commun des mortels. Arthur, jeune diplômé, assiste impuissant au déclin d’une société qui creuse encore plus les inégalités entre les hommes enfavorisant toujours les plus riches. Le jour où lui et son meilleur ami décident de visiter le Vietnam, ils se retrouvent bien malgré eux englués dans une affaire qui les dépasse complètement. Rien ne les a préparés à un tel dessein, rien ne peut arrêter la machine infernale qu’ils ont déclenchée contre leur gré.Plongez dans une époque pas si lointaine qui vous fera voyager entre l’Europe, l’Asie et l’Amérique du Sud. Dans son ouvrage posthume « Brèves réponses aux grandes questions. », le physicien théoricien Stephen Hawking dit craindre l’avènement des surhommes. Imaginez ne fût-ce qu’un instant qu’il ait eu raison."

     

     

    Alors, qui est tenté ?

     

     

    Partager via Gmail

    8 commentaires
  •  

    Des mots sur vos lèvres # 97

    des mots sur vos lèvres

     

    Hello mes mordus,

     

    Depuis hier soir, je m'amuse comme une petite folle avec ce livre :


     

    Titre :  Comment sauver la peau d'un mort-vivant    
    Auteur :   Hailey Edwards
     Édition MxM Bookmark

     

    Des mots sur vos lèvres # 98

     

    En vente ICI 

     

    Résumé :

     

     " Grier Woolworth passe ses nuits à parcourir les rues du centre-ville de Savannah pour conter à des touristes des histoires d’âmes perdues et autres tragédies à vous glacer le sang. Exception faite de la crinoline et de l’ombrelle, ce n’est pas le pire des boulots. Et même si le salaire est merdique, les pourboires suffisent à payer les factures d’électricité de son propre manoir hanté, et à approvisionner les placards en Ramens.

    Pour une ex-assistante nécromancienne qui se cache parmi les humains, la vie est presque normale. Jusqu’au jour où la société qui a excommunié Grier lui offre une seconde chance d’être davantage qu’une fille ordinaire. Dommage qu’on n’ait pas jugé bon de la prévenir qu’être extraordinaire peut vous faire tuer.

    Avertissement : Ce livre raconte l’histoire d’une ex-tôlarde/ex-héritière, qui a une perruche zombie pour animal de compagnie et dont le voisin n’est autre qu’un ex-soldat/ex-béguin. Attention, tous ces ex pourraient bien en cacher d’autres. "

     

    Extrait :

     

    "... L’inconnu s’avança doucement dans la faible lueur de la lune, la peau dénuée de toute imperfection et le regard insondable. Sa présence me cloua au sol et, pour la deuxième fois de la soirée, je me sentis sondée par des yeux de prédateur, bien que ceux-ci ne possédaient pas l’attirance primitive de ceux de Volkov. Il s’agissait donc d’un vampire transformé.

    — Pouvons-nous bavarder ?

    — Il est tard, et je suis fatiguée.

    Et j’avais judicieusement développé un certain instinct de survie.

    — Il faudra reporter à une prochaine fois.

    Bon point pour lui : il se décala pour me laisser accéder au porche.

    — Je représente une personne désireuse de faire votre connaissance.

    Un frisson de mauvais augure se propagea dans mes bras, et je raffermis ma prise sur le pieu.

    — J’ai suffisamment d’amis, merci.

    — N’êtes-vous pas curieuse de savoir pour quelle raison vous avez été libérée d’Atramentous ? s’enquit-il en s’approchant d’un pas nonchalant, sa démarche fluide. Seuls les pires criminels sont envoyés dans ce trou, et seulement au bout d’interminables délibérations. Vous n’étiez qu’une enfant lorsque les grilles se sont refermées derrière vous. Seize ans. La plus jeune détenue de sa longue et triste existence. Et, si l’on en croit la rumeur, vous n’avez même pas eu droit à un procès.

    Ma bouche devint sèche. Arrête ça tout de suite. Arrête. Ça. Tout de suite.

    — Vous êtes l’unique dérogation accordée par une Grande Dame, une grâce exceptionnelle. Pourquoi ? demanda-t-il en tapotant l’une des ailes de son nez. À votre place, une telle dette me rendrait nerveux.

    Le sol se déroba sous mes pieds tandis que la bombe qu’il venait de lâcher explosait.

    J’aurais dû mener mon enquête sur les raisons de ce petit miracle personnel bien avant, mais j’avais été si heureuse de recouvrir ma plaie d’un pansement et de faire semblant que les centaines de coupures ne me vidaient pas lentement de mon sang. Depuis que j’avais recouvré ma liberté, j’avais repris ma petite vie, une vie paisible, une vie sans danger. Il faut croire que le danger rôde toujours, pas vrai ?

    La main qui m’avait guidée vers la lumière pouvait tout aussi bien me rejeter violemment dans l’obscurité.

    La Grande Dame m’avait épargnée, et je lui en étais reconnaissante. Au lieu de ça, une chaleur fiévreuse fit frissonner mon corps tout entier.

    — Je vais me coucher.

    J’eus les chocottes en lui tournant le dos pour agripper la poignée de la porte d’entrée.

    Je tenais toujours la sphère en laiton lorsque sa main se retrouva sur mon épaule dans un contact qui appelait mon attention. J’eus à peine le temps de comprendre le danger que cela représentait que Woolly lui envoya une décharge électrique à travers moi. Je fis volte-face alors que le vampire était éjecté du porche et rencontrait violemment la pelouse, avant d’atterrir parfaitement accroupi dans un réflexe félin.

    — Bonne nuit, Grier, dit-il, un éclat de rire dans la voix, comme s’il avait trouvé la décharge amusante.

    Je me glissai à l’intérieur de la maison et fermai à clé derrière moi.

    J’avais vu deux vampires en une soirée. Quelles étaient les chances pour que cela relève de la coïncidence ?

    Maigres, voire nulles. J’insiste sur le nulles.

    En admettant qu’il ait raison au sujet de la grâce de la Grande Dame, qu’attendait-elle en retour ? Et surtout, étais-je en mesure de lui donner ... "

     

     

    Ma chronique sera en ligne dès lundi :)

     

    Alors, qui est tenté ?

     

     

    Partager via Gmail

    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique