• Destins Obliques (Nicolas Wolters)

     

     Destins Obliques (Nicolas Wolters)

    Disponible sur Amazon

    Sasha Urban, tome 1 : la fille qui voit (Dima Zales)

    Auteur :  Nicolas Wolters

    378 pages papier

    Thème : Thriller

    *******

     

     

    Résumé :

    « Cédric, 50 ans, est depuis plusieurs années le gérant belge d'une petite affaire de foresterie implantée au Brésil. Tout paraît se dérouler normalement jusqu'au jour où, à l'heure-même où ses associés arrivent afin de prospecter avec lui de nouvelles terres, il disparaît volontairement.
    S'il emporte une partie de la caisse, il prend soin de laisser sa femme...

    Roman librement inspiré de faits réels qui se sont principalement déroulés au Brésil entre 2014 et 2016. Certains de ces évènements ont eu des conséquences qui se font encore sentir aujourd'hui. »
     
     

    La bête du Bois de Boulogne (Christine Béchar)

    15/20

     

    Je remercie Nicolas pour m'avoir envoyé son livre par le biais du site simplement. Le résumé est tentant, la couverture un peu moins.

     

    Disparaitre définitivement. C'est ce que Cédric fait au moment même où nous ouvrons le livre. Fuir avec de l'argent, se faire oublier, et ne plus exister pour tous ceux qui le connaissent. Vaste programme que voilà. Il est parti, laissant derrière lui femme, enfant, compagnons de travail et des dettes. Pourquoi est-il parti ? Qu'est-ce qui se passe dans la tête d'un homme pour prévoir son coup des mois à l'avance et faire sa valise sur un coup de tête. Illian et Nils, ses associés arrivent le jour même de sa disparition. Si rien ne pouvait prévoir cette fuite en avant, la suite des événements restent un véritable brouillard pour ceux qui restent.

     

    Cédric est un homme de 50 ans, pas un jeunot qui aurait pu partir avec une donzelle, quoi que cela pourrait être possible. Associé avec une entreprise belge, vivant au Brésil et travaillant la terre, il prépare le terrain. Dans tous les sens du terme. Les événements suite à son départ précipité amènent ses associés à se poser de nombreuses questions. Pourquoi ? Depuis quand ? Comment ? Qui était au courant ? C'est un combat qui risque de porter préjudice au Belge. Ils ne vivent pas là-bas, ne font que passer quelques jours tous les deux mois environ. Ils ne peuvent pas voir ce qui se passe, ni même comprendre réellement leur vie. Comment les suivre de cette façon, car nul n'est à l'abri d'un mauvais coup. Le Brésil est un pays de rêve pour les touristes, mais ceux qui y vivent ne sont pas de cet avis. L'inégalité est plus que présente, pour survivre il faut souvent magouiller et couper dans le tas.

     

    To Kill A Man Film GIF - Find & Share on GIPHY

     

    Un pas après l'autre.

    Si au départ Maria, la femme de Cédric ne sait rien (et en plus est complètement abasourdie), la suite des événements nous montre qu'elle est futée, avide d'argent et totalement timbrée. C'est un personnage qui est fort, son passé dévoilé, nous comprenons ce qu'elle a déjà vécu. Au lieu de montrer un instinct maternel, elle répète les mêmes gestes pour Pedro, son petit-fils. (Pas de réel spoiler, nous l'apprenons très vite). Maria est présente pour ses intérêts, complètement bloquée dans ce qu'elle pense lui revenir de droit. La bataille juridique avec la firme Belge est dure, surtout que les certains hauts fonctionnaires peuvent être achetés.

     

    Illian et Nils vont devoir se battre. C'est une guerre des nerfs qui débute et qui prend de l'ampleur. Fourberies, cachotteries, coups bas, tout est bon pour récupérer de l'argent. Nos deux hommes vont avoir du fil à retordre pour se maintenir à flots. Trouver des hommes de valeurs, de principes devient difficile. Le Brésil est un rêve, pourtant il va devenir un cauchemar. Le manque d'argent, les personnages secondaires qui prennent de l'importance et montrent les crocs, c'est un tout qui va leur mettre des barrières. Je ne vous dis pas comment tout cela se termine. J'ai apprécié voir les moyens mis en œuvre pour contrer un système pareil. Rien n'est évident, si en France cela se serait déjà résolus en trois coups de cuillères à pot, là-bas, il faut des mois et des mois pour tenter d'aboutir à un objectif acceptable.

     

    L'intrigue reste focalisée sur ceux qui restent avec des flashbacks de la vie de Cédric, mais surtout de Maria et de Rosse. Des souvenirs pour les amis de Cédric lorsqu'ils ont découvert ce paysage où tout était possible. L'auteur nous apporte des éléments, des descriptions sur ce qui les entoure. Il est clair que la forêt est importante, tout comme la terre qui n'est pas forcément la meilleure pour les plantations. Les pensées de chacun nous montre la façon dont ils perçoivent ce destin tortueux. Il faut lire pour comprendre la manière dont ils fonctionnent tous. Si certains sont plutôt zen, attendant ce qui va se passer pour tenter de gérer, d'autres sont déjà sur les nerfs.

     

    Mr. Bean - The Holiday Suitcase GIF | Gfycat

     

    Être abandonné n'est pas anodin pour quiconque, surtout lorsque l'on est un enfant de 6 ans. Celle qui fait office de mère a la rage. Elle est capable de tout, d'aller chercher la moindre parcelle pour obtenir ce qu'elle désire, quitte à aller voir un puissant magouilleur. Elle veut garder ce qui ressemble à un ranch familial, la Fazenda laja. Ce lopin de terre, avec sa maison qu'elle n'entretient pas, ses animaux dont elle ne s'occupe pas, ce jardin où ne pousse que des herbes folles. Cette propriété qui est celle de la filiale Belge, qui devrait ne pas lui revenir, car ce n'est pas elle l'associée. Elle n'est rien, juste un détail dont il faut réussir à composer avec. Et pourtant, pourtant il n'y a pas de solution de facilité. Il y a l'Humain avec un grand H. Personne n'est vraiment bien avec sa conscience lorsqu'il faut mettre une femme dehors, surtout avec un enfant.

     

    L'écriture est assez froide et va parfaitement bien avec cette affaire. C'est objectif, il n'y a pas de moment où nous pourrions chouiner pour un oui ou un non. Nous avons les éléments bruts, tels qu'ils arrivent. Suivre les aléas sans prendre parti est un bon point également. C'est complexe comme affaire, imaginez un homme qui part avec la caisse et pouf, plus rien. Seuls quelques mails qui viennent sur sa boite dont ils n'auront jamais de réponses. Quelques mots de certains personnages, mais sont-ils vraiment les derniers échanges ? La trahison semble être de mise et cacher des choses prend le pas. Rosemeir laisse un gout étrange en bouche. Il sait, ne dit que ce qu'il veut et son franc-parler est froid, glacial. C'est un personnage très intéressant qui arrive à tirer les ficelles à sa façon et apporte un suspense supplémentaire.

     

    Défauts ? Quelques longueurs par endroit sur des points qui n'avancent pas vraiment l'histoire et à contrario, nous ne voyons que très peu Cédric. En d'autres termes, nous en savons pas réellement ce qu'il a fait, après sa fuite. Je pensais que l'histoire allait tourner autour de lui, et c'est différent (ce qui n'est pas un défaut, je précise même si c'est dans ce paragraphe) Au final, nous avons peu d'éléments sur ce personnage, le récit étant plus basé sur tous les autres. Nous avons tous les autres personnages et ce qu'ils pensent ou agissent. C'est dommage, même si la fin laisse prévoir une hypothétique suite. Il m'a manqué un peu (beaucoup) au sujet des cartels. Nous sommes au Brésil et au vu de certains personnages, il est évident qu'ils ont le nez fourré dans cette affaire d'une manière ou d'une autre. Surtout que nous avons des passages à la fin qui vont dans le sens de la vengeance froide.

     

    En conclusion, l'intrigue est complexe. Il y a beaucoup de choses autour de ce vol, car il s'agit bien d'un vol qualifié. Pas de violence, mais ce délit va changer la vie de tous ceux qui restent. L'auteur a fait ce choix de ne pas s'attarder sur celui qui part, mais ceux qui vont être dans la panade. Enquêter n'est pas forcément une seconde nature. Ce récit n'est pas de tout repos et montre ce que l'Homme est capable de faire, dans le bien comme le mal.


    « — C'est ce que je veux dire : tout porte à croire qu'il a disparu. Et si tout cela n'était qu'une apparence, un décor ? Et si nous étions les jouets de quelque chose de plus vaste plutôt que les victimes d'une simple disparition ? Et si tous ces gens étaient liés ? Et s'ils étaient en train de nous observer comme des rats dans une cage ? Et si nous étions dans un appartement dont le décor a été conçu par quelques-uns - Cédric, Maria, Rosemeir... et d'autres sans doute - Complotant pour nous plumer ?
    Comme absorbé par les mouvements extérieurs, Nils s'imprègne de l'interrogation de son associé.
    — Ce serait énorme - répond-il après un long silence - Maria avait l'air réellement choquée par la disparition de Cédric. Elle n'aurait pas pu jouer aussi bien, aussi fort si c'était une mise en scène. Ils n'auraient tout de même pas tant fait souffrir Pedro pour crédibiliser un tel scénario, si ?
    — Je n'en sais rien - Reprend Ilian - mais je pense que nous ne devons pas exclure cette hypothèse.  »

     

    Destins Obliques (Nicolas Wolters)

     

     

    « Ma douleur, mon regret (Amélia Varin)Sang rancune (Jordan Breton) »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    10
    Lundi 4 Mai à 19:22

    Je vois que nous avons relevé les mêmes points négatifs :)

      • Lundi 4 Mai à 21:33

        Je ne me souviens pas de la tienne mais je te crois sur parole xD

    9
    Kimysmile
    Dimanche 3 Mai à 07:44
    Je n'aime pas trop la couverture ni l'intrigue. Je passe :)
      • Dimanche 3 Mai à 13:27

        Pas de soucis, chaque livre ne peut pas plaire à tout le monde :)

    8
    Vampilou
    Samedi 2 Mai à 15:28
    Je ne pense pas que ce soit pour moi malheureusement...
      • Samedi 2 Mai à 15:31

        Pas de soucis, il faut aimer suivre des histoires en entreprise.

    7
    Samedi 2 Mai à 14:17
    Satine's books

    Pourquoi pas ! :) 

    J'avoue que je ne savais pas si je le lirai ou pas mais ton avis me tente =)

    6
    lheuredelire
    Samedi 2 Mai à 14:17

    En effet la couverture ne m'attire pas non plus des masses. Vu ton avis pourquoi pas un jour !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :