• Eloge de la peur (Gérard Guerrier)

     

    Eloge de la peur (Gérard Guerrier)

    Disponible sur Amazon

     

    Love in 56K (Clémence Godefroy)

    Auteur : Gérard Guerrier

    344 pages papier

    Thème : Essai

    *******

     

     

    Résumé :

    « La peur est aujourd’hui au cœur de nos sociétés. Elle nous surprend, nous paralyse, nous fragilise. Pourtant des femmes et des hommes choisissent de la vivre au quotidien en prenant des risques et en exposant leur vie. Ce sont les aventuriers, les explorateurs, les sportifs extrêmes.

    Pourquoi ont-ils choisi de vivre dangereusement malgré la peur ? Quel rôle joue-t-elle dans leur vie? Est-il possible ou même souhaitable de la maîtriser ? Quel est leur secret ? Leur force ? Que peuvent-ils nous apprendre afin de l’éviter ou mieux la vivre ?

    Pour mieux comprendre ces peurs choisies, Gérard Guerrier s'est tourné aussi bien vers les philosophes que vers les neuroscientifiques et les psychiatres. Surtout, il s’est entretenu de longues heures avec de nombreux aventuriers et sportifs extrêmes, comme Isabelle Autissier, Pierre Mazeaud, Géraldine Fasnacht, Loïc Peyron, Stéphanie Bodet, Bertrand Piccard. Ici, philosophes et sociologues, base-jumpeurs et freeriders, explorateurs, montagnards et marins dialoguent par-delà l’Histoire et la Géographie, le temps et l’espace sur la peur, leurs peurs. Et comme en la matière, rien ne vaut l’intime, Gérard Guerrier nous livre également ses peurs vécues… de la simple appréhension à la terreur pure.
    » 

     
     

    La bête du Bois de Boulogne (Christine Béchar)

    15/20

     

    J'ai été choisie par la tour Babelio pour découvrir ce titre. Je ne connaissais ni l'auteur ni même la maison d'édition. Le sujet en lui-même m'interpellait, comment cela allait ressortir dans le texte ? La question était de savoir si cela allait être long et fastidieux tel un récit philosophique que nous sommes obligés de lire au lycée ou au contraire instructif et nous donner un moyen de combattre cette peur. Ce sentiment qui nous prend aux tripes et nous laisse sans voix, la bouche ouverte, les yeux écarquillés, le ventre noué ne pouvant rien manger. Il existe tellement de gestes et de non-gestes pour ce cas que cela serait difficile de faire un listing et nous n'en sommes pas là.

     

    « Au même titre que la tristesse, la joie ou la colère, la peur est l'une de nos émotions primaires : une réaction à un événement qui affecte tout à la fois notre psychologie et notre corps. Une émotion se ressent et s'exprime. On distingue en général les émotions, instables par définition, des humeurs - comme le stress ou son opposé, la quiétude -, réputées stables. Les émotions s'expriment sans délai dès l'identification de l’événement déclencheur : moins d'un dixième de seconde dans le cas de la peur. »

     

    C'est un livre bien différent de ce que j'ai pu lire auparavant, le thème est intéressant, reste plus qu'à me plonger dans les mots qui ont formés des phrases. L'auteur, Gérard Guerrier est un "ancien" baroudeur. Je dis bien ancien, pas dans le sens péjoratif, mais plutôt dans le sens où il a de l'expérience dans le domaine de la peur. Ce n'est pas un psychologue ni un médecin ni philosophe, c'est un homme qui a vécu la peur sous différentes formes. Sportif, aventurier (je l'aurai qualifié de fou également au vu de tout ce qu'il a vécu, mdr) il décide par ce livre et l'aide de plusieurs personnes, de mettre la peur sous un microscope et de décrire ce qu'il a ressenti, d'où cela peut bien venir, qui en est la cause. Le livre se lit quasiment comme un roman, il enchaîne les expériences, les siennes, celles des autres, les échanges avec des professionnels et nous les déroule les uns après les autres. Il en découle deux sujets : la peur que nous ne pouvons que subir, celle qui est présente, tapie en nous, enfouie et impossible à dégager ET la peur que nous décidons de surmonter, même si les membres tremblent de partout et que ce qui nous sert de cerveau nous crie de ne pas le faire.

     

    Il y a un avant/après l'acte qui va résulter de la peur. L'auteur est un adepte des sensations : plongée, vol, alpinisme, il n'a eu de cesse de rechercher le frisson. Ce même frisson qu'il a donné à son fils. La frayeur fait partie intégrante de sa vie, de sa famille. Il joue avec sa vie et continue. L'adrénaline est dans les veines et semble ne pas vouloir s'échapper, au contraire. Danger contrôlé ou non, Gérard semble nous écrire sa vie comme il l'a vécu et continue encore. Le seul hic ? Pas de réelles réponses. Il faut regarder en nous et chercher à comprendre d'où vient cette peur. Comme il l'indique à un moment donné, un enfant n'a pas peur, il va la prendre en lui dès qu'il sera proche d'une personne qui la ressent, la montre. Pourquoi ? Qu'est-ce qui nous donne ce sentiment ? La peur de l'oubli, de ne pas réussir, de se perdre... Ce sentiment englobe tellement qu'il n'est pas simple de mettre un seul mot dessus.

     

    « Le psychiatre Christophe Bador distingue parmi les alpinistes extrêmes ceux qui ont vécu une expérience intime et physique avec la mort, en général les plus prudents, et les autres pour qui la mort n'est encore qu'une idée lointaine et désincarnée, souvent les plus téméraires. Pendant longtemps, j'ai appartenu à cette dernière catégorie. Rien d'étonnant dans une société moderne qui cache ses morts au point de les réduire en cendres pour les rendre moins visibles. Lorsque mes parents sont décédés, prévenu trop tard, j'ai refusé d'aller voir leur corps à la morgue pour garder d'eux une image intacte. Pendant soixante ans, je n'ai jamais vu de mort, autrement que sous un drap ou sur un écran. »

     

    La question de la phobie est prise en compte, celle des araignées, du trop de monde autour de soi, de la maladie, des microbes, tout est bon pour en faire partie. Et si la solution était celle qu'il a choisi ? Celle de vivre à 100 à l'heure, d'affronter ce vertige et de se dire qu'on l'a fait dès que c'est terminé ? Il est vrai que l'enfant est insouciant, cela serait donc nous qui le mettons ainsi, notre capacité d'être adulte nous préserve plus, nous ralentit, nous fait devenir vieux avant l'âge. Il faut savoir accepter de vivre avec et pas de la contrer perpétuellement ou de se cacher. Ce qu'il faut, c'est aussi être capable de la contrôler. J'ai souri à un moment lorsqu'il arrive tout en haut de cette montagne, encordé à son ami, sans savoir qu'il n'y a pas la place de plus d'un pied sur le sommet. La seule façon de ne pas tomber c'est de se jeter à l'inverse de l'autre dans le vide opposé. Sourit car c'est de la folie pure, mais je n'ose imaginer le moment où arrivés en haut, ils ont pu découvrir un panorama que l'on ne peut voir en restant au sol. C'est une histoire de choix.

     

    L'auteur apporte des éléments avec ses diverses rencontres : Isabelle Autissier, Christian Clot, et bien d'autres qui donnent plus de poids encore au récit. La peur est amie avec l'angoisse, l'anxiété, des émotions qui motivent ou pas celui ou celle qui la subit. Il parle de ce qu'il connaît et forcément cela tourne essentiellement autour de la peur du vide. en avion, en parachute ou sans, en chute libre, sur une montagne, glissant contre une paroi gelée. C'est juste ce côté répétitif qui est dommage. L'humour relève certaines parties qui pourraient nous donner encore plus de tristesse. La mort d'un être cher, d'un ami est cité, mais on passe à autre chose très vite.


    En conclusion, un récit quelque peu autobiographique sur la peur qui vit avec nous. Il faut la voir de cette façon et ne pas se dire que nous vivons avec elle, c'est nous qui devons la contrôler, pas l'inverse. Facile à dire, hein ? 

     

    Eloge de la peur (Gérard Guerrier)

     

    « Défi fb #70 (Aout 2019)Paulsen Editions »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    8
    Mardi 6 Août à 13:39
    wolkaiw

    J'avoue que ce titre pique ma curiosité, c'est le genre de livre que j'ai prendre le temps de souvenir par moments.

      • Mardi 6 Août à 15:21

        Je suis morte de rire, oui des voisins très sympa ^^ Alors oui je comprends mieux comme cela :)

        Bon courage !

      • Mardi 6 Août à 15:08
        wolkaiw

        J'ai écrit des mots à la place des autres, on voit les ravages d'une mauvaise nuit (vivent les voisins) xD

        Donc je la refais : J'avoue que ce titre pique ma curiosité, c'est le genre de livre que j'aime prendre le temps de savourer par moments. C'est mieux comme ça je crois :p

      • Mardi 6 Août à 14:26

        Je n'ai pas tout compris dans ta phrase, désolée ><

    7
    Lundi 5 Août à 08:55

    Au début je pensais que ce livre aurait pu me plaire mais finalement non

      • Lundi 5 Août à 15:15

        Aucun problème, au moins tu as eu un aperçu :)

    6
    Vampilou
    Dimanche 4 Août à 22:08
    Malheureusement, ce ne sera pas pour moi cette fois...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :