• L'interview de Lola T.

    L'interview de Delphine Wysocki

    Merci de bien vouloir m’accorder cette interview.

    Delphine, parles-moi un peu de toi, qui es-tu ?

    Et bien, j’ai 32 ans et j’habite dans le nord de la France. J’ai récemment entamé un projet de reconversion et ai donc obtenu mon diplôme d’esthéticienne cette année. En parallèle de certaines activités, je passe une grande partie de la journée à écrire et/ou peaufiner mes écrits. Ah oui, et j’ai 2 chats que j’adore ! Je me sens très proche de la nature et des animaux, et avec les moyens dont je dispose, j’essaye de faire le maximum pour eux, et cela passe par le moindre petit geste du quotidien.

     

    D’où t’es venu cette envie d’écrire et à vouloir être édité ?

    Pour ce qui est de l’envie d’écrire, c’est à cause de mes rêves incessants ! Au bout d’un moment, à force de faire des rêves tous plus étranges les uns que les autres, je me suis dis, pourquoi ne pas écrire ce qui s’y passe ? Et je me suis prise au jeu… Pour ce qui est de l’envie d’être éditée, je n’y avais jamais songé, jusqu’à ce qu’un de mes cousins, N., ne lise les premiers chapitres du tome 1 de Lucynda et m’incite à me lancer. « Qu’as-tu à perdre à tenter ta chance » qu’il m’a dit alors, j’ai donc envoyé mon manuscrit à droite et à gauche, et voilà !

     

    Au niveau de l’écriture, as-tu un moment favori, un lieu plus apprécié qu’un autre pour noircir les pages ?

    Quand je commence à écrire, je m’enferme dans ma chambre. Seuls mes chats restent avec moi dans ses moments-là (comme pendant cet interview d’ailleurs, c’est étrange comme mes chats peuvent m’empêcher d’écrire par moment J ). Pour ce qui est du moment, je me laisse guidée par mes idées, qui surviennent n’importe quand ! Bien souvent, l’inspiration pointe le bout de son nez juste avant que j’aille me coucher…

     

    Comment c’est passé ton parcours pour être publié ? Est-ce que cela à été réalisable rapidement ?

    Etrangement, cela a été assez rapide. Je m’étais renseignée sur les délais d’attentes, et j’avais pu ainsi me rendre compte qu’il n’était pas rare d’attendre une année, minimum… Mais j’ai eu une réponse en moins de 2 mois ! Ce qui a été le plus long, c’est que j’ai reçu cette réponse positive durant ma formation, et, les examens approchants, j’ai du mettre tout cela entre parenthèses durant quelques mois.

     

    En quelques mots, pourrais-tu décrire l’univers de :

    "Lucynda Dubois, un avenir compromis".

    Drame. Humour. Mort (s). Amour. Action. Aventure… Il y en a tellement qui correspondent à l’histoire. Il m’est toujours difficile de décrire le tome 1 de mon roman, car j’ai toute l’histoire en tête, et toujours cette petite peur de trop en dire ! Lucynda est, je pense, comme beaucoup de jeunes filles actuelles : elle se sent exclu de tout ce qui l’entoure, elle n’arrive pas à trouver sa place et se sent seule. Mais elle le cache admirablement bien face aux autres! Seulement voilà, des évènements s’accumulent, lié à un drame qui la touchera profondément, et qui vont changer sa perception même du monde qui l’entoure. Ce drame sera, finalement, la porte ouverte vers sa véritable destinée… Pour ceux qui ont lu le tome 1, si vous pensez avoir cerné les grandes lignes de l’histoire, je peux vous affirmer que vous n’êtes pas au bout de vos surprises !

     

    Quel(s) est(sont) ton ou tes personnages préférés et pourquoi ?

    J’adore Thomas ! ça, je pense que tous ceux qui suivent ma page le savent :p Je ne voulais pas rester entouré de personnages que l’on a déjà tous vu et revu. Certes, j’adore les vampires, mais on en voit partout ! Il m’en fallait tout de même un dans l’histoire… Mais Thomas, c’est tout autre chose ! Il réunit à lui seul toutes les qualités qui font de lui le meilleur ami idéal. Il est attentionné, il a de l’humour, il se plie en 4 pour les personnes qui lui sont cher, il vous surprend sans cesse, ou parfois (et même souvent) il n’en fait qu’à sa tête et n’a cure de votre avis ! Il est touchant, et très sexy… Et je ne révèlerai pas sa véritable nature, mais c’est aussi un grand atout chez lui qui fait que j’adore ce personnage !

     

    Quels sont les scènes les plus marquantes à ton esprit ? La plus facile à écrire par exemple, comme la plus difficile et pourquoi ?

    Certaines scènes étaient plus difficile à écrire, mais pas parce que les idées n’étaient pas au rendez-vous, non, parce que je me plonge totalement dans l’histoire et me met à la place de mon héroïne. J’ai souffert et pleuré avec elle, lorsque j’écrivais certaines scènes. Comme la scène des chapitres 4 et 5, par exemple, je me suis demandée ce que je ressentirais si j’étais confrontée à un tel évènement. La scène qui se passe vers la fin du tome 1 également, près d’une cascade, J’en ai eu des frissons et les larmes aux yeux. Mais ce n’est rien comparé à ce que je ressentais en écrivant la scène de fin du tome 2…

     

    Quelle à été ta première réaction lorsque le premier livre à été vendu ?

    Le premier livre a été acheté par un membre de ma famille, qui connaissait l’histoire. Donc, pour les premiers exemplaires, on est content. Mais lorsqu’une personne, qui vous est inconnue, achète votre livre, vous ressentez diverses émotions. De la joie, que quelqu’un que vous ne connaissez pas soit intéressé par votre livre, mais aussi une certaine appréhension : « va-t-il lui plaire ? »

     

    Des avis positifs et négatifs sont toujours présents lors de la publication d’un livre, comment prends-tu ces commentaires ?

    Les avis des lecteurs sont toujours intéressants et constructifs. Ils nous permettent de savoir si quelque chose ne va pas, ou s’il y a des choses à revoir, donc je prends cela très bien, même si, recevoir un mauvais commentaire peut faire mal. Pour le moment, j’ai reçu plusieurs avis sur Edilivre et Amazon, ainsi que plusieurs chroniques, toutes positives, à une exception près, donc pour le moment, ça plait, et je suis heureuse que mon univers plaise à autant de gens. Il ne faut pas s’arrêter à une critique négative car un livre ne peut pas plaire à tout le monde !

     

    As-tu d’autres projets ? Et si oui, lesquels ?

    Le tome 2, qui sortira durant le 1er semestre 2014.

    Je ne me suis pas encore planchée sur l’écriture du tome 3, il devra attendre un peu. Car je débute un nouveau projet, une histoire que j’ai dans ma tête depuis pratiquement le début de mon écriture de la saga Lucynda, mais que j’avais enfouie dans un coin. Cette nouvelle histoire est beaucoup plus sombre, d’ailleurs, et sera destinée à un public adulte. (libre à quiconque de lire le livre, mais vous êtes prévenus J ). Il y aura plus de drame, plus de sang, plus de violence… Je ne suis pas fan de tous ces romans qui se vendent à des milliers d’exemplaires car ils sont bourrés d’érotismes. Certes, il y en aura dans cette nouvelle histoire, mais ce ne sera pas le point central ! J’ai voulu explorer un tout nouveau côté que l’on ne trouve pas dans les romans actuels. Si vous voulez en savoir plus, venez voir mon blog et ma page !

     

    Les derniers mots pour conclure cette interview sont pour toi.

    Je n’avais pas pour but premier de me faire publier, donc tout ce qui ce passe depuis ce jour n’est que du bonus. C’est ce que je me dis depuis le début. J’adore écrire, et je le fais avant tout pour moi-même. Si cela plait à beaucoup de monde, tant mieux, j’en suis la première heureuse ! Mais si tout devait s’arrêter demain, je ne pleurerai pas et ne m’apitoierai pas sur mon sort, je continuerai d’écrire, parce que je ne peux plus m’en passer ! Donc, un grand merci à tous ceux qui me lisent <3 !


    Merci d'avoir répondu à toutes mes questions et pour Thomas je l'avais bien compris, surtout vu le concours que tu as fait pour lui d'une certaine manière! J'avoue que je suis curieuse concernant ton autre projet, dans tous les cas, très bonne continuation et au plaisir de te reparler à nouveau!

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • L'interview de Lola T.

    L'interview de Lydie Lemaire

    Je voulais déjà te remercier de prendre du temps pour répondre à mes questions.

    C’est moi qui te remercie ! C’est très agréable et flatteur d’être sollicité.

     

    Parles-moi de toi Lydie, qui es-tu ?

    Je suis une maman comblée, une amie, une voisine…une femme en fait. Il est difficile de parler de moi. Mais je peux parler de mon chat si tu veux. Je plaisante ! Elle n’aime pas que je parle d’elle. (là, il faut rire).

     

    D’où t’es venu cette envie d’écrire ?

    Aucune idée ! C’est arrivé comme ça. Des chansons, puis « Regarde-moi ! »…C’est arrivé tout naturellement. Je pense que j’avais besoin de m’exprimer. C’est un moyen comme un autre, et une passion.

     

    Quels sont les meilleurs moments en tant qu’auteure, mais également ceux qui ne le sont pas ?

    Le tout premier moment, c’est lorsque qu’un de mes lecteurs m’a annoncé qu’il avait pleuré en lisant « Regarde-moi ! » et qu’il me remerciait pour ça. J’étais tellement fière que je pleurais en lisant son message. Ensuite, les meilleurs moments sont ceux où je lis tous les messages de compliments, et ceux où il est écrit : « Vite ! La suite ! Je ne peux pas attendre ! » Il y a également toutes ces personnes qui se déplacent pour venir faire dédicacer leur exemplaire. C’est ma plus belle récompense.

    Ceux qui ne le sont pas ? Je me souviens d’une de mes premières séances de dédicace. Ce jour-là, j’ai signé un livre. Là, c’est tout un monde qui s’écroule. Remise en question, doutes, tristesse…Enfin bref ! Heureusement que mon mari était là pour me relever.

     

    As-tu des regrets parfois ? Et si oui, lesquels ?

    J’imagine que tu parles de l’écriture. Je n’ai pas de regrets. Dans la vie, on fait de mauvais choix, en effet, mais il ne faut jamais regretter.

     

    Pourrais-tu nous dire le parcours pour l’édition de tes livres ? Qu’attends-tu de la part des maisons d’éditions ?

    Comme tous les auteurs, j’ai envoyé mon manuscrit à quelques maisons d’édition, et comme beaucoup d’auteurs, refus, refus, refus…Puis un jour, j’ai croisé le chemin de Françoise des éditions « Atout Lignes ». C’est grâce à elle que « Regarde-moi ! » est naît. Nous avons retravaillé sur le livre, puis il a été édité à compte d’auteur. Aujourd’hui, « Regarde-moi ! » passe à compte d’éditeur aux éditions « Les manuscrits d’Oroboros ». Le rêve pour un auteur ! Une maison d’édition classique ! C’est un nouveau départ, une renaissance pour mon premier roman. Une chose est certaine, sans Françoise, « Regarde-moi ! » serait encore dans un tiroir. Merci ma Françoise ! Je t’adore ! Il faut quand même que j’avoue quelque chose. Lorsque que j’ai signé mon contrat d’édition avec « Les manuscrits d’Oroboros » j’ai eu très peur. Pas peur pour l’avenir de mes livres, mais que mon chemin se sépare de celui de Françoise. Oui, j’avais peur, mais pour ma plus grande joie, il est certain aujourd’hui que cela ne sera jamais le cas.

     

    Pourrais-tu résumer tes livres ? De manière à ce que des lecteurs ne connaissant pas ou hésitant encore, aient envie de se les procurer.

    « Regarde-moi ! » est un pilote. Dans ce premier roman, je vous présente Morgane, psychologue dotée du don d’empathie. Nous éprouvons tous de l’empathie lorsqu’un ami vient vous annoncer la perte d’un de ses proches. Sa tristesse vous touche. Le don d’empathie est différent. L’empathe ressent exactement les mêmes émotions que les personnes qui se trouvent autour de lui. La même colère, la même tristesse, le même amour mais aussi la haine ! Imaginez un empathe à un concert, dans un magasin ou un autre endroit public. Seriez-vous en mesure de canaliser toutes ces émotions en même temps ? Morgane en est capable est arrive à mettre une barrière entre elle et son don, jusqu’au jour où le petit Rémi entre dans son service de psychologie. Ce jour-là, Morgane ressent une terrible douleur à l’estomac qu’elle n’avait pas ressenti depuis des années. L’arrivée de Rémi va changer la vie de Morgane, ainsi que beaucoup d’autres…Morgane entre alors dans une enquête policière que je vous laisse découvrir.

    « De fil en aiguille » est le second tome de la trilogie « Les aventures de Morgane ». Nous entrons dans un thriller. Morgane travaille avec le capitaine Benafi (déjà présent dans le premier tome), au 36 quai des Orfèvres, en tant que consultante. Nous y retrouvons les personnages principaux de « Regarde-moi ! » dans une autre aventure.

     

    Quelles sont les réactions que tu aimerais voir, lire ou entendre des lecteurs qui n’ont pas encore lus tes histoires ?

    « Je suis impatient de plonger dans Les aventures de Morgane ». Voilà ce que j’aimerai voir, entendre et lire.

     

    Quel est ton ou tes personnage(s) qui se rapproche le plus de toi et peux-tu en donner les raisons ?

    Tous ! Mais bien évidemment un peu plus dans Morgane. C’est une femme très sensible qui ne sort jamais sans son armure par peur d’être blessée. Elle aime les enfants. Elle a vécu des drames et fait des choix difficiles. Je pense que beaucoup de femmes se retrouvent dans Morgane. Peut-être trop…

     

    En parlant des lecteurs, des avis positifs et négatifs sont toujours présents, comment réagis-tu face à ces commentaires ?

    Toute critique est constructive. Les positives m’aident à avancer et me confortent dans mes choix, et les négatives m’aident pour améliorer mon écriture.

     

    Entre le thriller et la jeunesse, comment fais-tu pour passer de l’un à l’autre ? Est-ce une volonté de ta part d’avoir deux genres totalement différents ? Et surtout pourquoi ?

    J’entre dans une bulle. Une bulle pour les thrillers ou autres écrits pour adultes, et une pour les petits Loups. Je pensais qu’il me serait impossible d’y arriver, mais je me suis surprise moi-même à adorer ça.

    Non, pas du tout. Ma maison d’édition « A contresens éditions » m’a demandé de poursuivre deux collections de contes pour enfants. Alors pourquoi pas ? J’ai essayé, et mon premier conte sortira en 2014. Et là, je remercie encore ma Françoise ! Voilà pourquoi nos chemins ne se séparent pas. « A contresens éditions » est la maison d’édition classique de son mari.

     

    As-tu des projets ? Et si oui, lesquels ?

    Et bien oui. Tout d’abord mon premier conte pour enfant qui sortira en 2014, et peut-être un second. J’écris également des nouvelles…je t’en dirai plus un peu plus tard. Pour finir, le troisième et dernier tome des aventures de Morgane.

     

    Un dernier mot pour finir ?

    Merci ! Merci pour ce petit moment de complicité, je suis vraiment flattée. Merci pour ces interviews, ces chroniques et merci pour tout le travail effectué qui aide à faire connaître les auteurs. Pour finir, merci à tous mes lecteurs, merci pour votre fidélité et bienvenue dans le monde de Morgane. Sans son lecteur, un livre ne peut prendre vie…


    Moi aussi un Grand merci pour m'avoir répondu d'une part, mais aussi pour avoir donné un petit plus sur toi, sur tes futurs projets et longue vie à Morgane !

    J'espère que nous pourrons bientôt nous voir !
     

     

    Partager via Gmail

    8 commentaires
  • L'interview de Lola T.

    L'interview de Jessica Lumbroso

     

    Avant de commencer, merci de bien vouloir répondre à mes questions.

    Pas de souci. Merci toi de m’accorder une petite place sur ton blog pour me présenter, c’était une grosse surprise, et très agréable !

     

    Parles-moi de toi, qui es-tu Jessica ?

    Oula… te parler de moi ?... Ah ah ! Après une petite heure, je ne sais toujours pas quoi dire… C’est une question assez difficile, en fait. Disons que je suis une fille plutôt banale de 25 ans. J’ai toujours été seule. Enfant unique, je lisais beaucoup pour m’occuper : c’était mon seul moyen d’évasion. L’écriture s’est imposée à moi de fil en aiguille.

     

    Depuis quand as-tu commencé à écrire et pourquoi ?

    J’ai réellement commencé à écrire en 6e, à l’âge de 10 ans. Pourquoi ? Simplement parce que j’avais beaucoup d’imagination, beaucoup de choses en tête. Petite, j’inventais tout un monde imaginaire avec mes poupées Barbie. Quand j’ai été un peu trop grande pour continuer à y jouer, il a fallu que je trouve autre chose pour m’exprimer. J’ai tenté le dessin, mais je n’étais pas assez douée pour exprimer tout ce que j’avais en tête.

    Les livres ont toujours eu une place très importante dans ma vie, et c’est tout naturellement que j’ai commencé à écrire un peu. Très vite, je me suis rendue compte que j’arrivais à jouer avec les mots, moi aussi. Et, petit à petit, l’envie de faire un jour voyager les autres s’est imposée à moi.

    Finalement, j’écris surtout pour faire le tri dans ma tête. J’ai toujours été très à l’aise avec l’écrit. C’est plus facile de se cacher derrière des mots et de se faire oublier, que de devoir s’exprimer de visu. J’aime l’idée de pouvoir, à travers mes écrits, faire oublier l’auteur au profit de l’histoire. De parvenir à jouer si bien avec ma plume que mes mots prennent vie. Qu’on en vienne réellement à croire et imaginer ; qu’on en vienne à rêver, rire et pleurer, espérer aussi…

     

    Pourrais-tu me dire ce que tu aimes et ce que tu détestes dans l’écriture ?

    Ce que j’aime dans l’écriture ? Eh bien, le fait d’imaginer tout un monde qui n’existe que dans ma tête et de m’amuser à tenter de le coucher sur papier. J’aime jouer avec les mots, j’aime gratter sur mon calepin et réécrire au propre sur mon ordinateur. Et par-dessus tout, ce que j’aime, et c’est là mon plus grand rêve d’auteur, c’est de tout tenter pour parvenir à faire réagir mes lecteurs… Comment ? Ça m’est égal. Je veux juste qu’ils ressentent quelque chose, qu’ils s’amusent en me lisant. Ce que j’aime aussi énormément, c’est concevoir des personnages aussi vrais que possible, qu’on imagine pleinement, et auxquels on peut s’identifier. Pour moi, aucun intérêt à créer des personnages parfaits, pleins de qualité et sans aucun défaut. Je cherche constamment à ce qu’ils aient des réactions logiques par rapport à leurs caractères.

    Ce que je déteste dans l’écriture ? Pas grand-chose… Quoi qu’en y réfléchissant, le plus difficile à vivre, je pense, ce sont les moments de pages blanches. Dans ces moments-là, l’écriture est difficile, elle ripe un peu, et la lecture en est encore plus désagréable. Il ne faut jamais se forcer à écrire, dans ce cas-là. Mais le souci, c’est qu’à trop laisser passer les jours, on en vient à ne plus être imprégné de l’histoire, et on peine à remettre le pied à l’étrier.

     

    Comment se passe ta recherche de maisons d’éditions ? Qu’attends-tu d’eux ?

    Ma recherche a commencé il y a moins d’un an. Jusqu’à mes 22 ans, j’avais honte de faire lire mes romans. Il a fallu attendre ma rencontre avec une jeune auteur sur un forum d’écriture pour parvenir à prendre l’assurance nécessaire. C’est grâce à elle que j’ai terminé un de mes romans, celui dont je suis le plus proche, et le premier que j’ai tenté de vendre à la publication.

    La recherche a donc commencé il y a peu. Et à vrai dire, je n’y passe pas énormément de temps. Imprimer, relier et envoyer aux différents éditeurs a un certain coût. J’ai deux romans en voyage, ça multiplie les frais.

    Du coup, comme je n’envoie pas beaucoup de manuscrits, j’essaie de sélectionner les maisons d’édition pour qu’elles correspondent réellement à mon style d’écriture. J’essaie d’éviter les gros groupes, simplement parce qu’ils reçoivent des centaines de manuscrits par semaine, et que les miens se noieraient sûrement dans la masse. Aussi, j’essaie de tabler sur une recherche d’éditeurs à l’échelle un peu plus humaine, des petits et moyens éditeurs.

    Ayant travaillé dans une maison d’édition, je sais à quel point le diffuseur/distributeur d’une maison d’édition joue un rôle important dans la vente des livres. Ça me force à essayer de trouver un éditeur avec un diffuseur. Avant d’envoyer mes romans, je cherche donc à savoir si l’éditeur propose un genre littéraire similaire au mien, puis s’il a un diffuseur.

    Ce que j’attends de cette publication, c’est simplement de pouvoir faire un peu voyager mon roman, le faire sortir du cercle restreint des amis proches. Je n’ai pas la prétention de croire que j’ai écrit le roman de l’année, aussi je ne m’imagine pas diffusée dans tous les foyers, sur toutes les tables de chevet. Non, je veux juste avoir quelques lecteurs qui ne me connaissent pas, quelques amateurs du genre qui pourraient faire vivre mes personnages ailleurs que dans ma tête.

     

    Comment définirais-tu le thème de chacun de tes livres à tes futurs lecteurs, afin de lui donner l’envie de te lire dès que tu seras publié ?

    Pour l’instant, j’ai deux romans en cours. Le premier, Le Temps d’un hiver, est un roman sentimental dont l’intérêt premier reste les sentiments. Je voulais m’arrêter sur tout ce qui se passait dans la tête et le cœur de mes protagonistes. L’intérêt était les aléas de l’âme humaine… Ce roman d’amour parle du passage de l’enfance à l’âge adulte, de la peur de grandir, de celle du changement. Il parle des relations amicales, familiales et amoureuses, pour traiter de tout ce qui touche quelqu’un au plus profond de lui. Il cherche à transmettre un message d’espoir. Que quoi qu’il arrive dans la vie, tout peut s’arranger. Que quand on pense avoir touché le fond, il est toujours possible de reprendre courage et espoir en la vie. Bref, je vous invite à le lire, vous pourrez vous en faire une idée plus précise !

    Mon second roman est une saga Fantasy. Exit les vampires et loups-garous et bonjour à la féérie. J’avais envie de créer un univers magique différent de celui dont on a l’habitude : adieu le médiéval et bonjour la modernité. Mon premier tome, Les Terres de l’Oubli, raconte l’histoire d’une adolescente qui, le jour de ses dix-huit ans, découvre que sa vie n’a été qu’un simple mensonge : elle est en fait une Fairie, une magicienne qu’on cherche à tuer. Là commence son voyage, au côté de Bastien, son Gouarner (son gardien), qui la conduira dans un autre monde. Je ne vous en dis pas plus, j’espère que ça suffira à vous donner envie de lire !

     

    En parlant des futurs lecteurs, qu’aimerais-tu qu’ils ressentent en lisant tes écrits ?

    Ah ! Tout. Je veux qu’ils ressentent absolument TOUT ! Je veux les faire rire lorsque mes personnages disent des âneries, qu’ils se retrouvent dans des situations cocasses ; je veux qu’ils pleurent avec eux dans les moments tristes ; je veux qu’ils réfléchissent à l’intrigue, qu’ils cherchent constamment à savoir où je veux en venir, pour tenter de mieux les surprendre à revers ; je veux qu’ils s’insurgent devant les personnages et situations les plus énervantes, qu’ils se demandent constamment ce qu’ils auraient fait à leur place… Bref, je veux qu’ils puissent voyager et ressentir tout et n’importe quoi.

     

    Quel est ton meilleur moment pour l’écriture ?

    Quand l’inspiration vient ? ^^ Sincèrement, je n’ai pas de meilleur moment. J’écris quand j’en ai envie, tout simplement. Ça peut arriver n’importe quand. Mais par contre, j’ai remarqué que lorsque j’étais fatiguée, j’écrivais souvent mieux. C’est comme si mon cerveau était bridé par toutes les règles du genre, et que la fatigue l’ouvrait au reste. Il m’arrive d’employer alors des mots qui ne me seraient jamais venus autrement, et de les trouver le lendemain tout simplement géniaux !

     

    Concernant tes livres :

    . Qu’est-ce qui t’a donné envie de faire un roman sentimental et de continuer avec un autre en Fantasy ?

    Alors, à vrai dire, j’ai imaginé le roman Fantasy avant le roman sentimental. J’ai imaginé ce premier roman au collège, mais depuis, il a beaucoup changé. Je pense que c’est parce qu’à l’époque, j’étais imprégnée par l’univers féérique, par les histoires de magie, et ça m’est venu tout naturellement.

    Concernant le roman sentimental, il vient en fait de l’imagination d’une amie. D’un de ses rêves, pour être plus précise. On avait toutes les deux commencé à écrire un roman pour raconter ce rêve. Mais ce projet a peu à peu été abandonné. Néanmoins, j’aimais tellement nos personnages, qui étaient, il faut le dire, complètement imprégnés de nous, que j’ai voulu les reprendre pour refaire cette histoire à ma sauce. Avec son autorisation, c’est ce que j’ai donc fait. Je crois que ça me plaisait aussi parce que j’ai toujours eu une vie amoureuse plutôt chaotique, et que c’était l’occasion pour moi de vivre, même par procuration, un peu de ce que je ne parvenais pas à avoir dans la vie réelle.

     

    . Quel est, à tes yeux, le personnage qui est le plus marquant dans chacune de tes histoires et pourquoi ?

    Eh bien, c’est un peu difficile à dire… Disons que dans Le Temps d’un hiver, mes trois protagonistes sont les plus intéressants. Jenna, mon personnage principal, reste indéniablement le personnage le plus marquant pour moi, notamment parce qu’elle est énormément pompée sur ma propre manière de penser et de vivre. Ou du moins, sur celle que j’étais, adolescente complexée et pleine de peurs. Mais Ryan et Alec, mes deux autres protagonistes, sont aussi atypiques, à mon sens, parce qu’ils ont une relation avec Jenna différente, teintée de passion, d’envie, d’amour, d’amitié. Toutefois, on ne peut pas restreindre ce roman à ces trois seuls personnages… Certains de mes personnages secondaires sont aussi marquants par leur caractère bien trempé : pour n’en citer que deux, la mère autoritaire a séduit certains de mes lecteurs, de par sa complexité ; le père absent a plu tout autant.

    Il est un peu plus difficile pour moi d’établir quels sont mes personnages dans Les Terres de l’Oubli qui sont les plus marquants. Éva, la magicienne qui voit sa vie bouleversée du jour au lendemain, est un personnage fort et indépendant. Elle représente sûrement tout ce que j’aurais aimé être. Je sais qu’elle plaît à quelques-uns de mes lecteurs (je n’en ai pas eu beaucoup, certes…).

    Toutefois, comme je l’ai déjà dit plus haut, j’adore jouer sur la complexité de mes personnages, sur leur caractère, et je jongle de telle sorte qu’ils sont tous différents et quelque part atypiques. En règle général, ils plaisent tous, même les plus exécrables. Aussi, il est difficile pour moi de juger de l’intérêt de mes personnages. Sûrement pour la simple et bonne raison que je prends un malin plaisir à les inventer, à les façonner et à les faire agir. Pour moi, il n’y en a pas un de plus important qu’un autre. Même le simple serveur d’auberge doit avoir une manière d’être qui laisse à penser qu’il a quelque chose d’intéressant à dire, à penser. Ce n’est pas juste un personnage effacé, présent pour les besoins de l’histoire à un instant T. Chaque personnage, même le plus insignifiant, à quelque chose à dire.

     

    . Quel(s) passage(s) serait pour toi celui qui t’as procuré le plus de plaisir à écrire, mais également celui qui t’aurait le plus rebuté ? Et pourquoi ?

    Sincèrement, je n’en ai aucune idée… J’ai adoré écrire le personnage de Ryan, dans Le Temps d’un hiver, parce que c’est quelqu’un d’impulsif qui laisse s’exprimer ses tripes plutôt que sa raison. Et c’était un défi, en tant que femme, de penser comme un homme amoureux sans le rendre imbuvable. Mais j’ai aussi beaucoup aimé écrire celui d’Alec, dans le même roman, parce qu’il est sûrement l’ami que je n’ai jamais eu et qui m’a manqué. Un de mes personnages secondaires des Terres de l’Oubli a également été un vrai délice à écrire. Il n’apparaît pourtant pas beaucoup. Il s’agit de Claude Herberte, un vieil homme seul un peu bourru mais au cœur d’or. J’ai aussi adoré écrire le personnage d’Éva, parce que sa force de caractère devait se ressentir dans mes propos. J’aime les personnages féminins forts et indépendants, et c’était un réel plaisir d’essayer de la rendre ainsi.

    Je n’ai eu aucun personnage qui m’a rebuté. J’aime tellement travailler mes personnages, même les plus insignifiants, que j’ai un réel plaisir à les mettre en action, y compris les plus insupportables.

     

    Te sens tu proche d’un ou plusieurs personnages et quelles seraient les raisons de ce(s) choix ?

    Je me sens proche de tous mes personnages. Ils sont tous une partie de moi, même infime. Certains sont plus proches, notamment Alec et Jenna, du Temps d’un hiver, parce qu’ils proviennent essentiellement de mes tripes. Mais je mets dans chacun d’eux ce que je vois autour de moi, dans mon entourage, à la télé, dans les livres, ou ce que je ressens moi-même. Ils ont tous un intérêt particulier, ils sortent de mon cœur, de mes tripes, et je m’en sens vraiment proches.

     

    As-tu des projets ? Et si oui, lesquels sont-ils ?

    Ah ça oui, j’ai des projets. De nombreux projets, d’ailleurs. Tout d’abord, je souhaite fini ma saga Fantasy. Je suis actuellement en cours d’écriture du tome 2. À vrai dire, je ne sais pas combien de tome comprendra cette saga, mais j’ai encore énormément d’idées à coucher sur papier ! Après, j’ai envie de revenir à ces romans sentimentaux, et d’écrire un roman sur une relation mère-fille si intense et fusionnelle qu’elle prend le pas sur le reste et finalement empêche toutes relations.

    J’ai également en projet d’écrire un roman sur la danse, en tant que passion, parce que c’est justement une de mes passions. Elle me permet de m’exprimer physiquement, là où l’écrit me permet seulement d’exprimer à visage couvert mes pensées. À travers la danse, c’est moi que je montre, sans pour autant dire quoi que ce soit. Et j’ai envie de coucher cette vision des choses sur papier.

    J’ai aussi un autre projet un peu complexe : j’aimerais écrire une histoire d’amour incestueuse entre un frère et une sœur. Pourquoi ? Simplement pour savoir jusqu’où peut aller l’amour. À quel point les gens peuvent-ils être compréhensifs ?

    Enfin, j’aimerais beaucoup changer de genre littéraire et me mettre aux thrillers. Mais pour l’instant, je n’ai aucune idée. Peut-être plus tard ?

     

    Un dernier mot pour finir ?

    Un grand merci à toi d’avoir voulu me consacrer cet article. J’en suis toute émue. Et j’espère être parvenue à témoigner de ma passion pour l’écriture.

     

    Un Grand merci pour m'avoir répondu si vite et surtout avec autant d'enthousiasme. Merci pour autant de franchise, j'apprécie énormément et je pense que tous ceux qui liront tes réponses aimeront aussi sans compter que je reste persuadé que tes livres sauront trouver leur éditeur, mais surtout leur public! 

     
     
         
    Partager via Gmail

    7 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique