• Jamais d'eux sans toi (Alex Sol)

     

    Jamais d'eux sans toi (Alex Sol)

    Disponible sur Amazon

     Jamais d'eux sans toi (Alex Sol)

    Auteur : Alex Sol 

    348 pages numérique (epub)

    Thème : Thriller

    *******

     

     

    Résumé :

    « Vous êtes Karen.
     
    Imaginez que vous pensiez avoir enterré le plus gros secret de votre vie dix ans auparavant. Que depuis, pas un jour ne se passe sans que vous ne regardiez par-dessus votre épaule, alerte au moindre danger, au moindre soupçon. Imaginez que votre fille Judith est désormais tout ce qu'il vous reste. Que feriez-vous, alors, si au beau milieu de la nuit, le drame frappait de nouveau à votre porte ?
    Le laisserez-vous entrer ?
    » 
     
     

    La bête du Bois de Boulogne (Christine Béchar)

    16/20

     

    Sur le site simplement, l'auteur est venue me proposer son livre. La couverture a su me convaincre en plus du résumé. Un thriller sombre qui semblait être dans mes cordes et c'est le cas. Je la remercie pour cette découverte.

     

    Le début du roman nous présente les personnages, Karen et sa fille Judith. Karen est perpétuellement stressée, une colère sous-jacente qui ne la quitte pas. Judith est une presque femme qui va bientôt voler de ses propres ailes. Elles ne sont que toutes les deux. Karen fabrique elle-même des vêtements qu'elle vend, les aidant à vivre correctement. Une maison près de la forêt, des oies, un chien, un chat, les deux femmes vivent sans trop se poser de questions, surtout la fille. Le regard de sa mère est hanté par quelque chose, mais quoi ? Nous ne pouvons qu'imaginer tout et n'importe quoi. Et puis le regard des autres semble oppressant, venir au marché très tôt sans qu'il n'y ai encore les touristes est toujours de mise. Une phobie du monde ?

     

    10 ans. 10 Années de secrets, de non-dits, d'oublis volontaires. Karen a un lourd, très lourd secret qui la ronge depuis toutes ces années. Pourtant elle fait tout pour que sa fille, Judith, soit heureuse. Un soir, alors qu'elles sont toutes les deux prêtes à dévorer des pizzas dans leur maison, un bruit sourd à leur porte les fait sursauter. C'est leur voisine, Marion qui est en panique. Un "monstre" serait à sa poursuite. En la laissant entrer, c'est un huit-clos qui se met en place. Les trois femmes sont enfermées à l'intérieur, cherchant le moyen de s'en sortir contre cet "homme" qui n'attend qu'une chose : les attraper, surtout Marion. Pourquoi ? Qui est-il ? Que fait-il ici ? Et si tout était orchestré depuis un moment ? Que se passe-t-il réellement ? Il y a de nombreuses questions que nous nous posons sans pouvoir y répondre.

     

    « Encore ce reproche. C'est comme un coup de poing dans l'estomac. Judith recule dans le couloir de l'étage et disparaît. Vous avez envie de la prendre avec vous et de vous enfuir d'ici, mais il y a Maggie. Vous ne pouvez pas vous enfuir, c'est ridicule. Vous sortez de la maison, les larmes aux yeux et une douleur lancinante dans l'estomac. Ce n'est pas la première fois que Celynen vous accuse d'avoir tué Elizabeth. Ces derniers temps, il vous le reproche souvent. Et quand ce n'est pas votre faute, c'est celle de vos parents pour ne pas vous avoir aidés financièrement afin de vous permettre de ne pas travailler. Ce n'est jamais sa faute, il ne se sent jamais coupable. Pourtant, c'est lui qui avait insisté pour que vous travailliez avec lui, encore et encore. Mais vous, vous n'avez pas dit stop. Alors, oui, c'est votre faute, vous auriez dû dire stop. Comment pouvait-il savoir à quel point c’était dur pour vous ? »

     

    Les chapitres s'alternent, le passé, le présent et nous commençons à comprendre ce passé maudit. Il y a tellement de monstruosité dans le monde que le lire entre ses pages reste toujours une abomination. Karen était jeune, belle, insouciante, amoureuse surtout. Et puis le temps passe, les gens changent, la vie dont elle rêvait ne ressemble plus à ses désirs. Et d'ailleurs ses fameux désirs sont étouffés, enfouis trop loin pour réussir à les ressortir. Seuls ses enfants comptent, seule la génération future doit être heureuse. Karen est prête à toucher le fond pour mieux remonter. L'angoisse est présente dans les gestes, les actes. L'horreur n'est pas que physique, elle est aussi psychologique. Impossible d'en dire de trop pour ne pas remuer le couteau (ou le tisonnier) dans la plaie.

     

    L'auteur a joué sur le mental. Les forces et les faiblesses de Karen sont exploitées au maximum. Nous ne pouvons que comprendre ses réactions, plus l'auteur creuse dans son passé, plus les poings se serrent de rage. Sans compter tout ce qui entoure ce personnage. 10 années, c'est long, c'est un poids difficile à garder. Pourtant, Karen a une force incroyable, elle tient à bout de bras ce qui lui reste de famille. Le huit-clos devient une prison, sa maison devient son tombeau mental. Karen, Judith, Marion, trois femmes qui ont peur et qui réagissent de manière différente. Les questions fusent entre elles, les mots également. Le secret si bien gardé par Karen risque de se rompre. Les nerfs sont à fleur de peau. Enfermées la peur leur fait faire des choix impensables pour ceux qui sont de l'extérieur, mais pour elles, la logique n'intervient pas forcément dans le bon sens.

     

    Le stress monte graduellement entre les personnages. Diverses émotions entraînent des gestes incompréhensibles pour certaines. La colère, la peur, l'angoisse, l'espoir, le désespoir sont des émotions violentes. Et puis il ne faut pas oublier tout ce qu'il y a autour : l'envie de protéger son enfant, sa mère, l'envie de donner cette étrangère pour être tranquille, le besoin de se protéger, le besoin de rester dans son cocon. La violence est omniprésente dans le passé comme dans le présent. Ce monstre qui en veut après Marion, que veut-il ? Et puis vint Paul, le mari de Marion. Paul le sauveur, gendarme du village. Paul qui sait garder les secrets, Paul qui est rongé par les remords. Il y a peu de personnages, mais il n'y a pas besoin d'en avoir plus. Chacun à un rôle bien précis dans cette histoire.

     

    « Il gémit en posant une main sur sa blessure, mais vous le rattrapez par le col de son pull. Vous le tirez en avant et plantez vos dents dans sa joue. Il hurle encore plus fort et vous frappe pour se libérer. Il n'a pas conscience que vous ne ressentez plus rien, que la douleur n'a plus d'importance. Il a omis ce détail. Ce détail qui va complètement renverser l'issue de sa chasse, car vous ne le laisserez jamais vous prendre en vie et vous ne mourrez pas seule. Vous n'êtes plus et cette chose qui prend possession de votre corps pour vous protéger, ce n'est pas vous. Non, ce n'est pas vous qui plantez et plantez encore la lame dans son ventre. Ce n'est pas vous qui hurlez. Ce n'est pas vous non plus qui avalez son sang alors que vous serrez encore plus vos mâchoires contre sa joue. Enfin, et alors que vous sentez la chaleur de son sang traverser vos vêtements, il tombe sur vous, lourd et immobile. Vous le repoussez et roulez sur le côté. »

     

    J'ai adoré ce méchant qui sort dont ne sait où. Nous sommes dans le flou total jusqu'à la presque toute fin. Il est là, caché dans l'ombre, proche du secret. Pourquoi et comment ? Personne n'était au courant, ou presque et c'est ce dernier mot qui est important. Vivre de cette façon sur un mensonge fait ressortir les travers des gens. Je ne voyais pas cette fin, j'avais espéré autre chose. Comme quoi il me reste encore un peu d'espoir dans certaines situations. L'auteur a été loin dans la psychologie humaine et concernant Karen elle n'a pas été tendre avec, à la fin, après le point final, Alex nous donne des chiffres qui font peur. Nous ne savons pas ce qui se passe en dehors de chez nous, qui sait si chez le voisin n'est pas dans ce cas ? L'alternance de passé et de présent augmente le stress. Seul bémol : la narration est à la seconde personne du pluriel. J'ai du mal lorsque parfois les personnages parlent au lecteur, là c'est tout le temps. Je n'ai pas réussi à entrer totalement dans le récit.

     

    En conclusion, un huit-clos prenant malgré la narration. Le thriller est bien ficelé, tout comme l'histoire. Il y a énormément de travail sur les personnages et les situations. L'auteur a su détailler la psychologie humaine de manière poussée. Le courage d'une femme ne se juge pas forcément à sa présentation, mais à ses actes. Je recommande ce récit !

     

    Jamais d'eux sans toi (Alex Sol)

     

    « Dans ma boite il y a... # 187Top Ten Tuesday # 138 »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    14
    Dimanche 1er Décembre à 14:21
    Sorbet-Kiwi

    J'ai actuellement une PAL qui déborde par tous les côtés donc je vais passer mon chemin, mais merci pour la découverte ! 

      • Dimanche 1er Décembre à 20:35

        Je sais ce que c'est j'en ai partout aussi xD

    13
    Lundi 25 Novembre à 10:09
    Steph*
    C'est peut-être un peu trop anxiogène pour moi
    12
    Dimanche 24 Novembre à 15:53

    Tout cela me semble vraiment intéressant et intrigant ! 

      • Dimanche 24 Novembre à 16:48

        Chouette, j'espère que tu le lira et que tu appréciera :)

    11
    Mercredi 20 Novembre à 17:29
    Satine's books

    Je le vois beaucoup passer ces derniers temps. Je me le note :) 

    Merci pour ton formidable avis

      • Mercredi 20 Novembre à 20:45

        Ah bon ? Je ne l'ai vu qu'avec l'auteur, mdr. Merci à toi !

    10
    Mercredi 20 Novembre à 16:53
    Je passe mon tour pour celui-ci !
      • Mercredi 20 Novembre à 20:45

        Pas de soucis, le thriller ne peut pas plaire à tout le monde :)

    9
    Mardi 19 Novembre à 07:54

    Tu le vends bien, je note !

      • Mercredi 20 Novembre à 20:44

        Merci, je me débrouille :p

        Bonne future lecture !

    8
    Vampilou
    Lundi 18 Novembre à 20:30
    Eh bien, le résumé est intrigant en tout cas, alors pourquoi pas !
      • Mercredi 20 Novembre à 20:44

        Ah c'est super ! J'espère que tu le lira :)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :