• Karmenyta, tome 3 : Les voyageurs du temps (Chris Red)

     

     Résumé 

     

    « Sur Terra IV, les amazones ont pris le pouvoir et colonisent déjà Encartia pour asseoir leur empire naissant. Les mâles sont chassés alors que les femmes sont capturées dans l'espoir d'être converties et de rejoindre leurs rangs.

    Obligés de fuir, Oscar Maltanar, Dalfo Mercantorus, le roi Gola Khol et le roi Kamuni espèrent trouver refuge auprès du roi Leonidas sur Animotopia afin de bénéficier d’un soutien précieux, ignorant qu'ils comptent un traître au sein de leur groupe de rescapés.

    De leur côté, Esteban et Leonida, prisonniers de la fosse, planifient leur évasion. De la réussite de leur entreprise dépend grandement l’issue du conflit intergalactique à venir. Pourtant, un voyage long et incertain les guette.
    »   
     

     Ma chronique 


    Merci Chris pour ce manque de répit, mdr, mais il est vrai que j'attendais avec impatience cette suite.
     
     
    « — Et alors ? Cela serait aussi dramatique que tu le penses ? As-tu réellement envie que d’autres femmes innocentes se fassent agresser comme toi tu l’as été ? Que des jolies jeunes femmes se fassent harceler voire violer simplement pour la beauté de leur apparence ? Crois-tu qu’elles l’aient désiré ? Les choses doivent changer. Cela fait des siècles voire des millénaires que ces comportements ne cessent d’affecter des millions de femmes, quelles que soient leur couleur de peau, leur espèce ou leur origine planétaire. Il y a tant de crapules qui continuent de vadrouiller dans les rues. Si la justice patriarcale ne veut pas s’attaquer à ce fléau, il faut bien que des femmes s’en chargent.
    — Et endosser nous-mêmes le costume de bourreau ? »
     
     
    Nous avions laissé Esteban et sa douce Leonida dans une posture plus que dangereuse, aux mains des amazones. Alors que nous pensions qu'ils allaient réussir à tout détruire, à faire en sorte que les femmes arrêtent ce jeu de massacre, il n'en est rien. Leonida et Esteban ont fort à faire et déjà ils va leur falloir se débrouiller pour s'en sortir en un seul morceau. Et pendant ce temps là, Terra IV est en très mauvaise posture, enfin surtout les hommes.
     
     
    LE POUVOIR AUX FEMMES ! Quoi ? Qui est contre ? Non franchement, personne n'a envie de contrer des femmes qui sont capables de tout. L'idée que nous (car oui jusqu'à preuve du contraire je suis une femme) sommes capable d'obtenir ce que nous désirons, sans subir d'outrage. Que ce soit des hommes qui se prennent pour des Dieux, les malhonnêtes, les violeurs, les menteurs, nous en avons assez. Une vision radicale de la société dans laquelle nous vivons en ce moment même, mais qui est tout de même assez approchant. Il n'y a pas une semaine dans n'importe quel journal où une femme a été battue par son mari, violée par un voisin et c'est sans compter sur les faits qui ne sont pas écrits. Oui, l'homme est un loup, un animal qui ne sait pas se tenir, il faut lui mettre des laisses, le frapper pour qu'il comprenne que ce qu'il a fait c'est mal et le tuer s'il n'arrive pas à comprendre et à se soumettre surtout. Il y a des extrémités qu'il vaut mieux ne pas approcher et pour tout vous dire, en étant une femme forte (dans tous les sens du terme) et indépendante je suis contre le fait d'enlever des hommes et les réduire à de simples esclaves.
     
     
    Changer la vision du monde oui, faire attention à la nature, vivre mieux, tout cela est quelque chose qui me convient parfaitement, mais de là à aller à de telles extrémités, non. Il y a du bon en chaque homme comme en chaque femme, comme le fait qu'il y a du mauvais partout. Nous ne pouvons pas nous amuser à créer une société où les femmes seraient au pouvoir en écrasant les autres. Pourtant cela pourrait être sympa si et seulement si il y avait d'autres méthodes prises. Chris nous entraîne de nouveau dans ce périple où les hommes subissent les foudres des femmes bafouées, oubliant leur "humanité". C'est un sujet où chacun à son avis, ses mots et sa façon de voir. Ici les Amazones nous montrent ce dont elles sont capables pour obtenir leur but ultime : la paix pour toutes les femmes et la technologie au plus bas. C'est amusant comme ce point est bien indiqué par moment et le fait que justement celles qui sont au cœur de ces machinations les utilisent. Parce qu'elles en ont cruellement besoin pour arriver à leurs fins. Cette contradiction entre les mots et leurs gestes montre l’ambiguïté entre ce qu'elles veulent et leurs actes.
     
     
    Alors que Leonida et Esteban arrivent à s'en sortir non sans dégâts et font un sacré saut dans le temps, nous suivons certains qui ont réussis à s'enfuir, pour mieux trouver une solution. Oscar, Dalfo, les roi Gola et Kamuni partent pour Animotopia et rencontrer le roi Leonidas et la reine Yaëlle. La demande d'aide est en marche, malgré des différends, malgré des positions instables et surtout le fait que l'un des traitres est à leurs côtés sans le savoir. La délégation ne se rend compte de rien et commence à voir qu'il va y avoir de nombreux combats pour retrouver leurs planètes comme avant. Cette partie est très intéressante car elle montre les dessous de la royauté et qui tire réellement les ficelles. Le paraître est aussi important que la couronne et tout ce qui se passe en coulisse n'est pas toujours bon à dire. Oscar en a bavé, mais il reste un homme prêt à défendre sa position. Les choix de la reine Yaëlle sont à la fois impressionnant et plein de sagesse. Sa vision des choses est écoutée et respectée, comme quoi tous les hommes ne sont pas forcément mauvais.
     
     
    La plus grosse partie du livre est sur le voyage temporel de Leonida et Esteban. Ces quelques jours à chercher une manière de rentrer chez eux, de partir à la rencontre de personnages qui font partie de l'histoire depuis le tout début est enrichissant. Certains personnages ont déjà un destin tout tracé et rien ne pourra y changer cela. C'est comme vouloir retourner dans le passé pour y changer une petite chose qui nous a dérangé et une fois revenu le monde entier a changé ? C'est exactement ce que nos deux tourtereaux vont tout faire pour éviter qu'un drame n'arrive. Ils n'ont pas eu le choix de changer de temps, mais à quel prix ? L'enquête qu'ils vont devoir mener, récupérer de quoi rembourser les travaux à faire sur leur papillon, sans oublier les nombreuses recherches pour mieux comprendre ce qui se passe dans leur monde montre l'influence que l'un peut avoir sur l'autre et inversement. En plus de des aventures qu'ils vivent, ils sont dans une telle connexion que j'en suis jalouse. Esteban démontre que même s'il n'est pas enquêteur comme sa dulcinée, il n'a rien à lui envier au vu de la façon dont il gère certaines situations. Je n'en dis pas plus sur ses capacités car il faut vraiment les découvrir dans ce tome, même si nous avions un avant-gout dans le précédent.
     
     
    Je ne sais absolument pas qui détient le pouvoir chez Chris, mais maintenant je ne me pose pas de questions. Avoir le pouvoir sur quelqu'un c'est comme obtenir quelque chose, hors nous sommes tous des êtres vivants. J'allais dire humain, mais les diverses espèces que composent cette série est vraiment diversifiées. Sirène, humain, centaure, rhino, guépard et bien d'autres encore, il y a de quoi faire et de quoi découvrir. Chacune des espèces à une manière de vivre, de se parler, de s'adapter à l'une ou l'autre des planètes. Chacun à sa manière de présenter les événements comme il veut, comme il le perçoit, comme il l'entend. L'heure est grave et il va falloir que tous se serrent les coudes. Cela risque d'être compliqué, car les 4 femmes qui sont à l'origine de tout cela ont de la répartie et surtout une envie d'enrôler un maximum d'autres femmes dans leur rang. Ce ne sont plus des épouses aimantes, ou des femmes emplies de joie, elles deviennent des guerrières sans pitié. Qu'est-ce qu'un peu de sang étalé sur les routes ou les murs si on peut obtenir des esclaves hommes ? Et dans n'importe quelle espèce, bien entendu. C'est si amusant de les voir ramper pour demander d'avoir le droit de vivre... Hum, pardon je m'égare !
     
     
    La liberté des uns ne doit pas empiéter sur celles des autres et vouloir un monde meilleur ne signifie pas qu'il faut aller jusqu'à assouvir une certaine catégorie pour y parvenir. Chris nous emmène dans un combat qui n'est pas simple. Il y a ceux qui ont souffert et qui réclament vengeance et il y a ceux qui ont utilisé le pardon pour continuer à vivre. D'un côté comme de l'autre, il y a de bonnes raisons, il s'agit surtout de comprendre que la manière forte ne donne jamais de bon résultat. La façon dont la dernière cavalière est mise dans le jeu des 4 est très intéressante. Elle montre le fonctionnement de Medusa et la façon dont elle a plus ou moins accepté de faire partie de ce grand plan. Sa véritable vie, son mode de fonctionnement, son envie de bien faire en tant que guérisseuse et tout ce qui va avec. La rencontre avec l'une d'entre elle et les petites phrases insidieuses qui vont et viennent dans l'esprit pour mieux distiller la sensation qu'elle fait partie des leurs.
     
     
    C'est un ensemble d'événements qui font que chacun des personnages avaient déjà un destin tout tracé dans ce combat. C'est amusant d'apprendre qui ils étaient plus jeunes et comment ils ont pu parvenir à ce qu'ils sont devenus. Les vies sont entrecroisées de telles manières qu'il faut faire attention où mettre les pieds. Au-delà de ces quêtes incessantes de vérité, nous avons aussi l'amitié à un certain niveau. Entre ces "soeurs" il n'y a pas de jugement, seul un but d'adoucir leur vie. Soudées comme jamais, les 4 ont démontré qu'elles savaient s'écouter et surtout comprendre ce que l'oracle pouvait bien leur révéler. Les sciences exactes et les sciences occultes qui se mêlent afin de tracer une ligne temporelle. Et si quelque chose avait réussi à ne pas laisser le destin avancer correctement ? Et si cette fameuse ligne était sur le point de se détruire, vers quoi vont-ils tous ? L'amitié est un point fort, tout comme l'amour. Leonida et Esteban ont le droit à leur intimité et fermer la porte du vaisseau pour les laisser tranquille est une très bonne idée. Nous n'avons pas besoin de détails dans ce type de lecture, c'était donc parfait. Leurs sentiments sont assez forts pour ne pas s'encombrer de scènes intimes qui n'apporteraient rien. Au contraire, les voir si soudés est ce qu'il y a de plus beau.
     
     
    C'est un troisième tome qui nous montre les débuts de l'hécatombe. Comment des êtres vivants en arrivent à ce point ? De nombreux événements qui se sont enchaînés, des moments clés, des idées partagées et bien d'autre choses encore. Jeter la pierre à ces femmes bafouées n'est pas non plus la solution, car il y a un fond de vérité pour chacune d'entre elles. Le temps est un ennemi et ce n'est pas la présence de cristaux blancs flottant dans l'air devant les yeux de Mamadou qui diront le contraire : les mots s'envolent les écrits restent, mais pas toujours. Est-ce que le résultat sera le même ? Et si le pire était à venir ? Je suis bouche bée face à la manière dont Chris à su mettre en place les enchaînements et à m'emporter dans les aventures des uns et des autres. En conclusion ? Si vous ne connaissez pas encore cette série : foncez ! Elle dégage bien plus que de la science-fiction, et nous apporte de nombreuses valeurs qu'il ne faut pas oublier. Et surtout une chose : le jugement est facile lorsque nous ne sommes pas dans leurs souliers.
     

     Extrait choisi : 

     
     
     « — Mes très chères sœurs ! La première phase de notre plan d’attaque a été couronnée d’un succès presque parfait. Nous avons perdu un vaisseau, un seul, ce qui est plus que ce que nous avions envisagé, mais quand on connaît le caractère imprévisible de la vie… Peu importe, je m’adresse à vous, mes très chères dresseuses, vous qui avez été formées pour chasser et dompter les créatures masculines ! Votre heure est venue ! Vous avez pour ordre d’entrer en piste ! Traquez sans relâche tous les mâles errants qui ont survécu au bombardement. Vous pouvez me faire confiance, il y en a ! Capturez-les tous, sans la moindre exception ! Nous avons besoin de serviteurs pour asseoir notre règne et pour poursuivre notre œuvre sur d’autres planètes ! Cela dit, si certains opposent trop de résistance, vous avez le permis de tuer sans hésitation… En revanche, je vous demanderai de traiter avec beaucoup d’égard les femmes qui ont été abandonnées à leur triste sort. Aveuglées par la propagande patriarcale qui a imposé son joug durant des siècles, elles ne voient pas au-delà du voile illusoire qui couvre leurs yeux.  Elles l’ignorent, mais au fond d’elle, elles sont unies par un lien indéfectible, la[…]   »

     

     

    « La fréquence fantôme, série (Matt Clayne)Top Ten Tuesday # 205 »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    16
    Kimysmile
    Mardi 2 Mars à 09:17

    Quelle belle chronique !

    15
    Lundi 1er Mars à 18:53
    Satine's books

    C'est un auteur que Kathleen aime beaucoup =) 

    Merci de me faire penser à elle :) 

    Ce roman n'est pas pour moi mais bravo pour cette chronique 

      • Lundi 1er Mars à 20:34

        Merci beaucoup et oui avec Kathleen, nous avons quelques auteurs en commun  ;)

        Merci à toi !

    14
    Lundi 1er Mars à 18:12
    Honnêtement, malgré ta chronique et ton plaisir communicatif, le résumé me rebute trop. L'inversion des rôles avec les femmes qui deviennent les grandes méchantes et des héros masculins, même si, à te lire, je me doute qu'il y a plus que ça, franchement, non merci =/
      • Lundi 1er Mars à 20:32

        Aie, j'ai dû mal m'exprimer car il ne s'agit que d'une partie des femmes (les amazones) qui veulent ce changement. Le couple phare est composé de Leonida et Esteban un homme et une femme. Et le combat n'est pas uniquement les hommes contre les femmes ^^ 

        Bonne soirée  ;)

      • Chris Red
        Lundi 1er Mars à 19:08
        Ba vous êtes un peu à côté, les héros du roman, les deux protagonistes majeurs forment un couple. Il n'y a aucune motivation misogyne dans mes écrits. Ce n'est pas les gentils hommes contre les méchantes femmes, c'est bien plus complexe que ça. Il y a également la reine Yaelle dans les personnages féminins, fin bref...
    13
    Vampilou
    Lundi 1er Mars à 16:44
    C'est une série qui me fait toujours autant envie en tout cas !
    12
    Lundi 1er Mars à 15:31
    Dis donc belle chronique ! Malgré que ca soit pas mon style ca m’a intéressée
    11
    Chris Red
    Lundi 1er Mars à 14:18
    Chris Red

    "je suis contre le fait d'enlever des hommes et les réduire à de simples esclaves."

     

    Tu m'en vois rassuré xD

     

    Merci pour ta chronique en tout cas, elle est top, passionnante à lire, tu décortiques bien certains éléments importants de l'intrigue sans rien dévoiler franchement de l'histoire, nickel ;)

     

    Franchement, ça me donnerait envie de me replonger tout de suite dans l'écriture du quatrième volet, moi aussi j'adore cet univers. Mais bon, j'ai d'autres projets sur le feu, donc il faudra attendre pour la suite.

      • Chris Red
        Lundi 1er Mars à 21:15
        Chris Red

        Oui, ça m'arrive de le dire qu'il n'y a pas assez d'heures dans une journée.

      • Lundi 1er Mars à 20:35

        C'est génial d'avoir autant de projets, autant d'idées pour nous faire rêver et de nous emmener ailleurs surtout dans des époques lointaines ;)

        Il fait des journées avec plus d'heures xD

        Bonne soirée !

      • Chris Red
        Lundi 1er Mars à 16:51
        Chris Red

        A moins de me séquestrer comme le font les amazones, tu ne sauras rien venant de moi... Et encore, ma femme viendrait me sauver. Donc, il faut attendre. C'est dur pour moi aussi, je te rassure. J'ai au moins plusieurs histoires qui attendent d'être écrites, le tome 4 de Karmenyta, le tome 2 des Gardiens des Mondes Infinis (auquel il faudra rajouter le tome 3 ensuite), une histoire que j'ai commencé il y a quelques mois, Le Prix de la Liberté, une autre que j'ai commencé en début d'année, El Dorado, Les chroniques d'Edgar Stone... 

        Merci pour les encouragements.

      • Lundi 1er Mars à 14:59

        J'essaye toujours de ne pas trop en dire, mais juste assez pour donner envie :p

        Bon, le fait de ne pas les asservir c’était le bon côté du bon jour quand j'ai écris ma chronique, parfois je me dis que c'est peut-être pas mal xD

        Si j'ai bien compris, je ne vais pas en savoir plus sur l'oracle et le papillon, tu me désoles, tu est bien un homme va xD  Bon courage pour la suite !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :