• L'arpenteur de mondes (Jean-Christophe Chaumette)

     

    L'arpenteur de mondes (Jean-Christophe Chaumette)

    Disponible sur le site de l'éditeur

    Ghosts of L.A. (Nicolas Koch)

    Auteur :  Jean-Christophe Chaumette

    306 pages numérique (epub)

    Thème : Horreur

    *******

     

     

    Résumé :

    « Après trois années passées à enquêter sur les gourous, voyants et magiciens que le changement de millénaire semble faire proliférer, Vigdis Gehrke est lasse de leurs élucubrations. Aussi s’efforce-t-elle d’oublier les inquiétants propos que lui tient un guérisseur australien de passage en France. Pourtant, le hasard s’acharne à lui délivrer des indices troublants, et elle devient peu à peu hantée par une question qui l’amène au bord de la folie : L’Arpenteur de mondes, fléau de Dieu, Antéchrist ou Bête de l’Apocalypse, vient-il réellement de surgir d’une autre dimension pour préparer la fin de l’espèce humaine ? »  
     
     

    La bête du Bois de Boulogne (Christine Béchar)

    18/20

     

    Je remercie de nouveau la maison d'éditions Evidence pour la lecture de ce second livre de Jean-Christophe Chaumette. Une couverture qui met en évidence sur quoi nous risquons de tomber et que cela ne sera pas de tout repos.

     

    En vérité, je vous le dis, le monde devient fou. Les pauvres ères avancent en état de choc, après un massacre en bonne et due forme de toute sa famille. Mais soyez attentifs, et retenez ceci : il faut toujours se méfier de l'eau qui dort, car la surface a beau être la plus propre possible; ce qui se cache en dessous est bien plus sombre qu'un marais.

     

    La première enquête est macabre, des morceaux partout, des corps en lambeaux, déchiquetés, du sang sur les murs, la nouvelle décoration de noël par des intestins est tout simplement en accord avec la période du Père Noël. Des recherches afin de déterminer ce qui s'est passé et le pourquoi ? Pourquoi des symboles sataniques au sol ? Des chiffres qui font échos au Mal absolu. Suicide collectif ou meurtre, peu importe, les cadavres sont là et les questions en manquent pas. L'horreur sans nom est capable de mettre à mal même le plus aguerri des policiers.

     

    Vigdis Gehrke, journaliste finlandaise enquête depuis trois ans afin de pouvoir écrire un livre sur tout ce qui se rapporte aux chamans, médiums, magiciens, guérisseurs et autre personnage qui pense avoir une science infuse de ce qui se passe en dehors de notre monde réel. Le paranormal qu'elle découvre commence sérieusement à lui taper sur le système et encore plus lorsqu'elle rencontre un dernier personnage : Lamond Kerr, un homme qui se prétend guérisseur et qui a des preuves sur tout autre chose. Il s'agit de trouver les quatre éléments et les rassembler pour sauver le monde de l'apocalypse.

     

    Son règne arrive et seule une poignée de personnes seraient capable de le combattre et de l'anéantir. La prophétie est claire et nette, le seul vrai problème, c'est qu'il est difficile de découvrir qui sont ses personnes qui vont faire partie de l'Histoire. Si nous avons les deux premiers, les deux suivants sont plus exigeants à débusquer, sans compter qu'il y aura toujours le problème de savoir comment combattre une entité de cette... forme. L'apocalypse est en marche depuis bien avant le commencement du livre. Le Mal a réussi à entrer en douce sur notre terre et diffuse des actions et des pensées afin d'appuyer SA position. Car IL est capable de tout et surtout de patience.

     

    Apocalypse Now Creep GIF - Find & Share on GIPHY

     

    La Patience est une vertu, pourtant IL en regorge pour obtenir ce qu'IL désire. Tandis que nous, pauvres humains ne pouvons que subir. Enfin, subir est un bien grand mot, car il suffit de ne pas être un mouton, mais pour cela il faut user de conscience et de curiosité et non de suivre LA voix. Non, pas de "ici la voix qui vous parle", nous ne sommes pas dans une téléréalité, nous sommes dans LA réalité. Ce monde où tout homme est capable du pire comme du meilleur, mais ce fameux meilleur est de plus en plus faible. Les bons sentiments s'étiolent, l'amour, l'amitié sont devenus de simples émotions dont la plupart mette de côté, ne voulant plus faire le Bien autour d'eux. L'égoïsme a pris le pas sur tout le reste, l'égoïsme et l'envie d'avoir toujours plus.

     

    Les personnages sont nombreux sans l'être. Des milliards d'humains qui vont vivre une aventure hors du commun, pour un but ultime sans le savoir et une bonne poignée que nous suivons dans un périple tortueux. Le physique et le mental vont devoir travailler durs pour trouver une solution, car il s'agit de notre monde, tel qu'il est, qu'il soit bon ou non. Car nous avons toujours notre libre-arbitre, celui de choisir ce que nous voulons être, ce que nous voulons faire. Le libre-arbitre est ce qui fait qu'il nous distingue des animaux, même si certains êtres humains sont bien pires. La bêtise humaine est capable de mettre le monde a mal et il suffit d'une faille pour qu'IL s'engouffre et s'amuse à nos dépens.

     

    Livre de la messagère, les éléments de l'air, du feu, de la terre et de l'eau sont en place. La direction est à prendre, il s'agit dorénavant de choisir la bonne et de ne pas garder trop longtemps les visières d'un autre monde. En ces temps froids, l'hiver a pris place, décembre est un mois de fête, mais il ne s'agit pas que de ce moment festif. Son arrivée, le bienheureux a montré la voie, croyant mourir pour une faute, alors qu'il n'était sur la croix que pour revenir plus fort. Mais il n'était pas le seul, car s'il est la main droite du Bien, la main gauche du Mal est aussi celle à laquelle nous ne pensons pas toujours. Il faut un équilibre, le bien n'existe pas sans le ma et inversement. L'apocalypse est lancée, les écrits l'ont prédit. Il y aura toujours le pouvoir de lire les mots et de les comprendre car une page ne peut vivre sans être décrypté.

     

    L'écriture est un art pour cet auteur. Capable de nous emporter dans son monde et de nous indiquer les chemins qu'il faut suivre. L'ambition d'une seule personne est capable de créer de nombreux dégâts. Notre propre passé nous l'a déjà montré, nul besoin d'une entité d'une autre dimension pour le comprendre. Le Mal est ancré en chacun de nous, c'est à nous de faire LE bon choix. Ce monde dépeint n'apporte pas toutes les réponses à nos propres problèmes, il est là pour nous faire prendre conscience de ce que nous faisons. Chacun de nos gestes, chacune de nos paroles est capable de faire autant de bien que de mal. Cette dualité est en nous. Le fameux libre-arbitre qui fera que nous sommes ou non sur la bonne voie. Il est clair que l'entité ici ne fait que confirmer qu'il ne faut pas grand-chose pour nous pousser sur le mauvais chemin.

     

    The Apocalypse GIF | Gfycat

     

    Alors oui, il y a une partie énorme sur Dieu et ses saints, sur La bible et son contraire, sur tout ce que nous ne voyons pas et que certains pensent qu'ils existent. Le thème est fort, puissant, pouvant entraîner dans son sillage même le plus réfractaire à ce côté fantastique. Pourtant l'horreur est bien humaine, c'est de la main de l'Homme que tout se produit, pas celle de cette entité, pas LA sienne. Car nul doute qu'IL en est capable, ce dont nous ne pouvons douter. Faire partie de l'élite sous la forme d'un veilleur, d'un messager, d'un archiviste ou d'un maître de combat est un rêve et une malédiction à la fois. Des personnages qui pensent devenir fous, d'autres qui sont certains de ce qui va arriver. Bien entendu tous ne s'en sortent pas, nous sommes en pleine apocalypse, silencieuse, furtive et parfaitement contrôlée (sauf quelques dérapages comme partout) tous ne s'en sortiront pas.

     

    Petit bémol, le glouton aurait pu être un peu plus exploité, tout comme son ami qui a de sacrées connaissances. Ah oui et pour un titre où il y a écrit "horreur" sur la couverture, je m'attendais à bien plus que les scènes que nous avons qui au final pourraient passer plus pour un thriller. Ce n'est pas un bémol, juste une constatation et dans un sens, le fait qu'il n'y en ai pas beaucoup, pour ceux et celles qui pensent avoir du mal avec ce thème peuvent le découvrir sans laisser de cris intempestifs.

     

    J'ai omis certains détails, mais en relisant entre les lignes je les donne déjà. Une quête qui n'est pas sans armes, sans moyens humains, sans moyens financiers. Le monde tel que nous le connaissons est pris d'assaut. La planète ne sait plus où elle en est, car le casque qu'elle porte ne l'aide pas, bien au contraire. Le côté fantastique est tellement bien amené que nous ne pouvons que nous laissez prendre au jeu. Le démon n'a jamais bien loin, les vices, le jeu, l'argent, tout est lié. Et encore je en parle pas des diverses croyances, des religions, de la race, de croire ou non en un autre monde, en un autre esprit.

     

    En vérité, je vous le dis, l'arpenteur de mondes a encore de beaux jours devant lui, même s'il a du soucis à se faire. Tant que l'homme ne comprendra pas qu'il est maître de son destin, il y aura toujours un personnage qui reprendra le flambeau, la preuve ? Dans l'épilogue bien entendu, mais avant d'en arriver là, il vous faudra traverser de nombreuses épreuves, voyager dans plusieurs pays et ne pas avoir peur de mettre les pieds dans une combinaison. Sauver le monde, cela a l'air facile, hein ? Bon, moi je vais préparer les armes, on ne sait jamais...

     


    « J’ai vu des hommes brûlés vifs, un pneu rempli d’essence passé autour du cou, des femmes et des enfants amputés à la machette de leurs pieds et de leurs mains, des prisonniers enterrés jusqu’au cou, sur les têtes desquels on faisait passer les chenilles d’un char. J’ai recueilli les témoignages des rescapés de centres de torture, de camps d’extermination, de villages livrés à la fureur des soudards. Plusieurs fois, en Haïti, au Rwanda, en Afghanistan, au Sierra Leone, en Bosnie, j’ai imaginé avoir atteint mon but. Mais toujours j’ai continué à couvrir de nouvelles guerres, et toujours j’ai découvert de plus grandes atrocités.
    Maintenant je suis convaincu qu’il n’existe aucune limite à la barbarie humaine, qu’elle est pareille à un gouffre obscur, insondable. Pourtant, je continue à chercher, à quitter mon foyer dès qu’un conflit éclate, pour tenter de trouver le cœur des ténèbres, et pouvoir enfin remonter à la surface, revenir vers la lumière. »

     

     

     

    « Le Niwaâd (Jean-christophe Chaumette)Dans ma boite il y a... #212 »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    10
    Mardi 12 Mai à 13:17

    Entre ta chronique et la couverture, je bave déjà : quelle classe !!! 

      • Mardi 12 Mai à 15:42

        Waouh merci, bon la couverture c'est pas moi xD

    9
    Dimanche 10 Mai à 15:24
    Games Of Books

    Pas vraiment mon style mais contente que tu aies aimé ! :)

      • Dimanche 10 Mai à 21:09

        Oui vraiment je l'ai beaucoup apprécié  :)

    8
    Kimysmile
    Dimanche 10 Mai à 07:33
    Pas mon genre j'avoue !
    7
    Samedi 9 Mai à 21:44

    ça me tente bien et en même temps je me demande si ça me plairait... merci pour la découverte !

      • Samedi 9 Mai à 22:43

        Pour le savoir, à part le lire, je ne sais pas trop comment faire dans ce cas :)

    6
    Vampilou
    Samedi 9 Mai à 21:35
    Celui-là, il me fait extrêmement envie !
      • Samedi 9 Mai à 22:42

        Je l'ai préféré à "le niwaad" xD en même temps ils sont différents mais véhiculent beaucoup de thèmes

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :