• L'Ombre de l'Ame (David Gibert)

    Auteur : David Gibert (Lokomodo)

    Date de parution : 23 Janvier 2014

    L'Ombre de l'Ame (David Gibert)

    4ème page de couverture:  

    Sam, un jeune écrivain en herbe, a bâti un monde imaginaire où son âme désenchantée vient se ressourcer. Sur cette terre d’évasion, il conte la quête de Zgor, un chevalier qui passe un pacte avec la Mort. Mais sa création va peu à peu échapper à son contrôle pour devenir un véritable cauchemar. Son héros maudit hante son esprit et ceux de ses proches jusqu’à leur faire commettre des crimes atroces. Mais qui se cache derrière Zgor ? Son créateur, emporté par la folie ? Osgeir, le guerrier viking dont il s’est inspiré ? A moins qu’il ne s’agisse d’un démon tapis depuis l’aube de l’humanité dans l’ombre de notre âme…

    Avec l’Ombre de l’âme, David Gibert mélange Fantastique et Fantasy en une parfaite alchimie. Un périple épique à travers les mythes du Haut Moyen-Âge et une plongée effrayante dans les abîmes ténébreux de l’esprit humain.

    Mary Wollstonecraft (Salyna Cushing-Price)Lorsque l’on m’a proposé plusieurs titres des sorties chez Lokomodo, je n’ai pas cherché longtemps à savoir lequel je voulais lire. La quatrième de couverture m’avait fait de l’œil, entre fantastique et fantasy, sans oublier guerrier viking, chevalier, pacte avec la mort, j’étais déjà conquise. Le titre aide pour beaucoup également et la couverture, que je trouve magnifiquement approprié aux mots couchés sur le papier. A la lecture de ces quelques pages (604) je l’étais encore plus. La lecture au début c’est faite lentement, pour bien imprégner les personnages, le contexte et éviter d’oublier des éléments, cherchant moi-même des réponses, sans en trouver une de raisonnable ou même de valable. Les deux premières parties ont donc été lues sur ce rythme, mais arrivé à la troisième et dernière, il n’y avait pas moyen de lâcher le livre. Les réponses étaient apparentes et pourtant les solutions ne me semblaient pas logiques en comparaison de ce qui était écrit auparavant. C’est pourquoi cette partie, je l’ai lue d’une traite, me demandant où l’auteur, David Gibert, allait nous amener, qu’allait-il nous faire découvrir et surtout pourquoi passer par des chemins tortueux pour arriver à une fin si… explosive ? En rassemblant toutes les pièces du puzzle, je n’ai pas pu m’empêcher de jeter un ‘Waouh’ dans les dernières pages, comprenant d’où venait tout ce charivari impressionnant.

    Tout commence avec la mort d’un oncle de Sam, Nathaniel, prêtre de surcroit, dont le suicide hypothétique ne trompe pas Sam. Suicide ou coup de main d’une personne ? Dur à savoir, mais Sam, un jeune homme qui trouve un semblant de paix dans l’écriture, va mener son enquête d’une manière peu conventionnelle. Les ennuis étaient déjà présents sans qu’il ne le sache et va entrainer ses amis en plein cœur d’une épopée formidablement mortelle sans le vouloir réellement. Sam est un jeune écrivain, qui aime imaginer un monde où il pourrait se ressourcer. Son histoire est intéressante, un certain Zgor, chevalier qui, lors d’un retour de combat, va apprendre la perte de toute sa famille dans d’atroces souffrances. Cette perte va le faire devenir un assassin notoire, ne regardant pas qui il écrase sous ses pieds, tranchant de son épée tout ce qui s’approche de lui. Zgor va passer un pacte avec La Mort.

    Comme l’indique la quatrième de couverture, cette création va échapper au contrôle du jeune écrivain et va faire vivre un cauchemar digne des contes d’horreurs. Zgor, considéré comme un héros aux yeux de Sam, va vite devenir un héros maudit, réussissant à hanter les esprits et corps de certains de ses proches allant même jusqu’à leur faire faire accomplir des actes d’une violence inouïe. Comment savoir si Zgor, n’est pas juste une invention de Sam afin qu’il puisse se débrider et accomplir ses plus bas desseins ? Et si Zgor existait réellement ? Et s’il n’était pas le fruit d’une imagination, mais le résultat d’une âme d’un guerrier existant il y à de cela des siècles, mais détourné de sa propre humanité ? Tant de questions et d’événements produits, s’enchainant les uns aux autres, déclenchant ainsi la curiosité du lecteur.

    Les proches de Sam ne vont pas être en reste. Nous avons Joshua, Yann, Léa, Franck et Marianne, mais également le père de Sam et l’oncle Nathaniel, sans oublier le professeur de psychologie Charles Benedict. Je vais commencer par ses amis. Marianne est une jeune femme, fragile et amoureuse de l’écrivain. Elle est douce en apparence, mais également à l’intérieur, ne pensant pas un seul instant que l’un de ces amis est capable de faire du mal à un autre. Les circonstances vont la faire évoluer rapidement, le fait de perdre un proche va lui faire perdre pied sans compter des rêves qui ne vont pas lui être de tout repos. Ce qui lui arrive du début à la fin est comme un renouveau pour cette jeune femme ; c’est un personnage que j’apprécie énormément. Continuons avec Léa, l’autre jeune femme de la bande. Elle est plus expansive que son amie certes et pas la dernière à vouloir faire la fête. Mais lorsque les ombres envahissent son champ de vision, elle devient rapidement sérieuse. Son esprit n’est pas aussi fort qu’elle l’aurait peut-être voulu et va apprendre à ses dépends qu’être la marionnette d’un manipulateur en puissance n’est pas de tout repos.

    Franck et Yann sont deux jeunes gens adorant les jeux de rôle, grandeur nature, allant jusqu’à assouvir cette passion en revêtant l’armure de chevalier des temps ancien. Alors que le premier va plonger dans les ténèbres en une seconde, emportant sur son passage son passé, le contraignant ainsi à disparaitre durant un certain temps… Le second reste dans la partie d’une manière plus douce. Yann sait faire la différence entre la réalité et le jeu, mais sera un appui certain lorsque ces amis auront besoin d’une tête qui saura par où commencer et où chercher essentiellement. Franck et Yann sont des amis de longues dates, mais également des confidents et lorsque l’un des deux sera en danger de mort, l’autre tentera de le sauver, malgré lui.

    « Le visage du jeune homme s’éclaira et il disserta sur un principe fondamental de la mythologie nordique. Un jour le monde serait détruit lors d’un combat titanesque entre les forces de l’ordre, menées par Odin, et celles du Chaos. Ce serait le Ragnarok, littéralement « consommations des puissances ». Après cette guerre ultime, tout serait détruit et une ère nouvelle commencerait où les hommes vivraient en harmonie avec la nature et où seuls règneraient les dieux sages, détachés de toute compromission avec l’ancienne civilisation, au-delà de l’ordre et du désordre, au-delà du bien et du mal.

    - Cette vision coïncide avec les propos entendus dans mes rêves, conclut Marianne…. »

    Joshua serait le plus terre-à-terre du groupe. Il ne vit pas dans des rêveries de chevaleries, ne croit pas qu’il puisse exister autre chose que des pathologies cliniques et surtout les fantômes et autres créatures n’existent pas. Il est rationnel et tente de trouver une solution réaliste à tout ce qui va leur arriver. Sera-t-il celui qui se rapproche le plus de la vérité ? Nul n’est à l’abri de la folie qui peut guetter n’importe lequel d’entre nous. Aider un ami n’équivaut pas à se perdre soi-même un peu ? Joshua ne verra plus de la même façon les légendes racontées au coin des feu, il va apprendre qu’il vaut mieux savoir ouvrir son esprit, plutôt que de se calfeutrer derrière des mots savants de psychiatre au risque de se retrouver armé d’un couteau de cuisine pour tuer l’une de ses amies.

    Trois autres personnages sont importants. Il s’agit du père de Sam, son oncle, mais également Charles Benedict. M. Nuisant, géniteur du jeune écrivain, ayant perdu sa femme d’une part et son frère Nathaniel par la suite ne va pas aller très bien. ‘Un esprit fragile dans un corps fragile…’ C’est une phrase qui m’ait souvent revenus en tête à chaque fois que l’auteur parle de lui. A cause de lui, ou grâce à lui, suivant le point de vue du lecteur, divers incidents seront connus, mais également cachés. Le bien, le mal, des notions qu’il n’a plus forcément en tête, et l’absence de sa femme depuis de nombreuses années n’a fait qu’empirer son état. L’oncle de Sam, Nathaniel, dont nous découvrons au fur et à mesure ce qui lui ait arrivé est un homme bon. Plusieurs récits de ces derniers jours et même des documents trouvés attesteraient qu’il se serait bien donné la mort et ainsi disparaitre dans l’oubli, mais est-ce la vérité ? Un petit mot pour le professeur de psychologie, ami de Joshua qui va tenter de percer le mystère autour de Franck.

    Deux personnages seront un peu moins présents au début, mais vont se faire connaitre et ils le méritent, car ils seront des maillons essentiels dans cette histoire. Il s’agit d’Astrid et Alaric, venant des temps anciens. Alors que la première pourrait être comparé à une prophétesse, le second serait un grand guerrier qui à déjà connu les affres de la douleur, mais la douleur elle-même de mourir en dehors des combats. Je n’en dirais pas plus sur eux, juste que de lire leurs histoires fait comprendre beaucoup d’éléments et que le Mal existait déjà bien avant la venue de l’homme sur terre.

    Ce que j’ai vraiment apprécié, c’est le fait que le roman est à la troisième personne, laissant ainsi le point de vue de chacun des amis se dévoiler au fur et à mesure, nous donnant un avant-goût de ce qu’ils ressentent, voient, subissent et font subir. J’ai beaucoup aimé la plume de l’auteur, vive par moment, fluide tout du long, laissant un souffle se faire par endroit pour nous tenir en haleine plus loin. Je n’ai pas cessé d’avoir des frissons d’appréhension et de peur pour la plupart de ces personnages, non en fait pour tous les personnages. La folie régnant en maitre durant une bonne partie du livre, c’était à se demander si nous n’étions pas entré dans la quatrième dimension tellement les comportements des uns et des autres changeaient en un claquement de doigts. Diverses émotions apparaissent tout au long de l’intrigue : joie, tristesse, peur, colère, extase, excitation et j’en laisse encore beaucoup de coté, il n’y à pas une seule page où nous ne pouvons pas être touché d’une quelconque manière. L’auteur apporte toujours des éléments pour faire avancer l’histoire et lorsque vous avez des explications, des connaissances qui vous sont développés au niveau de la mythologie Nordique, sans oublier le passé dont nous foulons la terre, vous ne pouvez pas passer à coté.

    Bonne lecture !

    Logo Livraddict

    babelio

    « Marathon lecture (24/02 au 02/03/2014)Petite musique de nuit (Anne Rossi) »

  • Commentaires

    9
    Mercredi 5 Mars 2014 à 15:10

    Tu aimes quoi comme types de livres letizia?

    8
    Les Mots de Letizia
    Mercredi 5 Mars 2014 à 15:04

    Pourquoi pas un jour :)

    7
    Mardi 25 Février 2014 à 23:13

    c'est vrai que ça serait bête de pleurer pour si peu mdr ^^ 

     

    6
    Mardi 25 Février 2014 à 23:00

    Pas le choix et puis pleurer pour une Pal plus haute qu'un mur? Jamais xD

    5
    Mardi 25 Février 2014 à 22:56

    mdr !! t'es toujours optimiste ! lol ^^ 

    4
    Mardi 25 Février 2014 à 22:55

    Mais si, mais si, nous seront juste un peu trop en retard par rapport aux nouveautés c'est tout !

    3
    Mardi 25 Février 2014 à 22:52

    sauf, qu'elle augmente dangereusement mdr !! je crois que je vais me retrouver avec des ouvrages que j'aurai pu envie de lire !! tsssss 

    2
    Mardi 25 Février 2014 à 22:51

    Je te comprends que trop bien, tenter de vider sa PAL avant de la remplir de nouveau et surtout plus vite!

    1
    Mardi 25 Février 2014 à 22:47

    en effet, il a l'air très intéressant ! je pense le mettre dans ma pal ! mais je vais d'abord essayer de la vider ;) 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :