• L'Ordre d'Horus, tome 1 : Réminiscences (Luna Wolf)

     

    L'Ordre d'Horus, tome 1 : Réminiscences (Luna Wolf)

     Disponible sur Amazon

     

    Le sanctuaire de Nienor, braconnage à Saline (C. Nouvel, L. Major)

    Auteurs : Luna Nyhm et Vanessa Wolf

    285 pages papier

    Thème : Fantastique

    *******

     fait partie de la série

    L'Ordre d'Horus

     

    Résumé :

    « Iâh est la fille d'un haut fonctionnaire de Thèbes qui la méprise. Rongée par la culpabilité depuis la mort de sa mère, la jeune fille renie le don de voyance qui lui a été offert par le Dieu Faucon. Cependant Apotrop, fidèle de l'Ordre d'Horus, la remarque alors qu'elle est assaillie d'une vision qui pourrait la mettre en danger. C'est ainsi qu'elle quitte, reconnaissante et sans remords, son ancienne vie pour Seba, la ville des Temples. En ces lieux, elle va nouer des relations complexes et uniques et apprendre à maîtriser son talent à travers un enseignement spirituel déroutant et une discipline quotidienne. Malgré sa foi, elle transgressera l'unique règle pouvant la conduire à la peine de mort en vivant une relation passionnelle et charnelle avec un Maître de l'Ordre. Cet Amour met en danger non seulement leur place au sein du Temple, mais également le destin de l'Égypte. Ce livre parle de la rencontre de Flammes Jumelles. C'est un mélange de passion, de magie, d'érotisme et de spiritualité. C'est une aventure à la découverte de Soi.  » 

     
     

    La bête du Bois de Boulogne (Christine Béchar)

    L'Ordre d'Horus, tome 1 : Réminiscences (Luna Wolf)

     

    Je remercie les auteurs pour m'avoir proposé la découverte de leur premier tome. La couverture est magnifique, souple et douce.  Le papier est épais, j'adore ce type de livre. C'est déjà un bel objet avant de l'ouvrir.

     

    Iâh est une jeune femme que la vie a bouleversée lorsque sa mère est décédée comme dans sa vision. Son père lui en a tenu rigueur, entrainant son frère et ses deux sœurs à la haïr depuis qu'elle est toute petite. Les années ont passées, la petite fille est devenue une grande, perdue encore dans la haine et la colère de son père. Rien n'a pu atténuer sa douleur et il lui en veut toujours. Un jour, alors qu'elle est partie acheter du papyrus pour son géniteur, elle tombe sur une scène qui va déclencher une fois de plus ce don qui l'a fait souffrir. Un messager de l'Ordre d'Horus, Apotrop, en prend connaissance en étant présent lors de cette vision bruyante et décide de la ramener auprès de leurs maîtres, afin qu'elle devienne l'une des leurs. Elle est plus âgée que la plupart des élèves et va devoir apprendre tout ce que les autres ont déjà en leur possession. Un chemin qui ne sera pas sans embûches afin de comprendre ce don et tout ce qui l'entoure.

     

    Lorsque j'ai débuté la lecture, le premier "chapitre" porte sur deux personnages dont nous ne connaissons rien, pourtant il y a un lien qui existe. Une intensité entre les deux qui réussit à supprimer tout ce qui les entoure. Pourquoi ? Comment ? Qui sont-ils ? Tellement de questions qui ne restent pas sans réponses. Nous continuons avec Iâh et ce qu'elle vit chez son père. Il la prise pour responsable de la mort de sa femme, sa mère et n'arrive pas à faire son deuil. Il est clair que c'est un événement majeur dans la vie de cette famille, pourtant Iâh n'a rien fait. Elle a juste eu cette vision et le lui a dis. Un peu comme le mauvais œil qui leur tombé dessus, il a rejeté sa fille, entrainant dans son sillage ses autres enfants. Si le grand frère reste froid, cynique, il n'insulte pas sans cesse cette sœur, contrairement aux deux autres qui s'amusent à ses dépends. C'est dans ses conditions que Iâh décide de partir. Ce besoin de se redécouvrir, de devenir quelqu'un d'autre, d'être appréciée à sa juste valeur.

     

    Ce don est précieux pour ceux qui y croient. Les pharaons sont toujours en vie, les Dieux sont plus présents que maintenant. Les visions sont utilisées par LE Pharaon pour son pouvoir, pour connaître l'avenir, pour rester LE Pharaon. L'Ordre d'Horus est là pour aider les jeunes à avoir ses visions, à être complets, à retrouver son Soi. Apprendre à se connaître est la clé pour être soi. Si vous vous attendez à un livre rempli d'action, il vaut mieux passer son chemin, par contre vous rateriez ce qu'il peut apporter : une forme de paix intérieur, un début de compréhension sur ce qui nous entoure. Ce premier livre donne matière à réflexion. Le pardon est plus dur que la haine, il faut du courage, passer des épreuves pour réussir à pardonner celui qui vous a giflé (façon de parler bien entendu)

     

    « Avant de dormir, elle eut l'étrange sensation que sa présence était plus nécessaire à Margalit que l'inverse. Elle eut à peine le temps de se poser la question que déjà son esprit était avalé par le néant. Le lendemain, Iâh était à l'heure dans la salle de repos indiquée par son Maître. L'appréhension et l'excitation la dominaient toujours. Elle avait choisi de porter, pour ce deuxième cours, un pantalon large et clair. Sa poitrine était recouverte d'un tissu léger qui dévoilait son ventre basané. Ses longs cheveux noirs tombaient dans son dos et contrastaient avec la brillance des nombreux bijoux qui ornaient sa tenue. La jeune fille était magnifique et elle avait conscience de son charme. »

     

    Les auteurs ont fait de cette histoire un tout. L'Egypte est un pays que j'ai eu la chance de visiter il y a très longtemps, mais pas au temps de Sethi II le petit fils de Ramsès II. C'est dans cette époque qu'elles nous plonge et nous raconte l'histoire de cette jeune femme perdue. Les années passent (c'est le seul reproche que je pourrais faire, j'ai eu l'impression qu'il y avait juste des jours par endroit, alors qu'en fait les mois ont défilé) Bref, la jeune femme est perdue dans une ancienne Egypte, le soleil tape fort, la vie est différente. Les descriptions dessinent sous nos yeux les pyramides, les lieux, le temple, les villes, le peuple, les personnages. Il n'est pas difficile de les voir apparaître et de montrer leur talents. Méditer, réfléchir, se positionner en tant qu'être humain isolé ou appartenant à ce fameux tout qui est souvent mis en avant. Les croyances sont plus qu'évoquées et si certains sont en parfait accord avec, d'autres l'offrent en apprentissage pourtant ils n'en sont pas totalement convaincus.


     

    Il y a cette fragilité dans la vie de Iâh qui va lui ouvrir bon nombre de portes. Celle du temple, et celle de l'amour. Elle aime la vie d'une manière générale, ressent les choses et cache ses dons. Avoir eu des années dans le doute, touchée par la haine de sa propre famille, elle va s'épanouir au contact de ses nouveaux amis et de son maître. La connaissance apporte son lot de questions, elle qui est si avide de connaître. Son cœur et sa raison se battent et lorsque c'est le cœur qui gagne cette bataille sa passion est aussi forte pour ce qu'elle désire que sa raison pour l'apprentissage. Elle sait où est sa place et n'hésite cependant pas à aller à l'encontre de certains préceptes. Elle apprend énormément et apporte également sa connaissance à son maître. C'est cet échange qui est tout aussi important. Avant d'être ce qu'ils deviennent, il y a ces échanges, même s'ils débutent tardivement pour des raisons expliquées dans le récit, importants pour l'un comme pour l'autre. Et il ne faut pas nous oublier. J'étais avide de découvrir leur savoir.

     

    Une destinée, une quête, qui place les personnages au centre d'un tout. Iâh est le principal, avec ses dons, ses questions, sa vie. Nous en apprenons beaucoup sur elle, sur ses craintes, ses espoirs et l'amour qu'elle porte aux gens malgré tout ce qui lui arrive. Autour d'elle, nous avons Apotrop, celui qui sera présent lors de son voyage. Il m'a fait penser au père qu'elle n'a pas vraiment eu, étant présent lorsqu'elle avait besoin de réponse. Vint ensuite les filles du temple qui la prenne pour amie. Je pense surtout à Margalit et Ayélet. La première étant devenue la confidente et la seconde une petite sœur. Les liens d'amitié sont forts et la confiance prend du temps mais s'épanouit. Margalit est une jeune femme qui a beaucoup souffert également et sans qu'elle ne le dise nous savons déjà ce qu'elle a pu vivre. Savoir que leur maître ne peut rien faire, tout au mieux les protéger dès qu'il le peut est intolérable. Certains se prennent pour des Dieux, alors qu'ils sont mesquins, sournois et mentent comme ils respirent. Et il y a des moments qui nous apportent des réponses.

     

    « Nous sommes tous issus de cette Source. Lorsque ton âme en est sortie pour s'incarner sur un monde, elle a décidé de se scinder plusieurs vies éloignées l'une de l'autre pour apprendre ce qu'elles doivent apprendre et se nettoyer de la séparation originelle. Puis, elles se retrouvent pour accomplir ce qu'elles doivent accomplir. »

     

    Maître Kaour-Râ n'est pas de cet acabit. Il dit, il pense, il agit différemment. Il a ses propres croyances étant un très bon maître pour Horus. Nous découvrons au fur et à mesure sa vraie nature, le pourquoi il est ici et pas ailleurs. Il est craint, les nombreux ragots ne sont pas en reste. La beauté de cet homme est sombre, ténébreuse. Entre lui et Iâh c'est beaucoup plus qu'une simple romance. L'élève et le maître apprennent mutuellement avant de partager des moments de plaisir. L'élévation spirituelle prend une importance dans le texte qui est fascinant. Leur passion est touchante à lire surtout qu'ils risquent gros s'ils sont découverts. Cela devient magique, qu'ils travaillent ou non. Dès qu'ils sont dans la même pièce il est impossible de ne pas ressentir le lien qui se forme de plus en plus fort.

     

    Le livre est écrit à quatre mains et pourtant cela ne se ressent pas. Il y a une fluidité dans le texte qui donne envie de lire le récit vite et bien. Ce qui a été le cas. L'intrigue est un plus. Il y a quelque chose de sournois qui se met en place. Les visions affreuses de Iâh nous laissent perplexe et nous savons pertinemment qu'il va se passer quelque chose d'horrible. Lorsque cela arrive, la gorge se noue. Il est difficile de comprendre ce choix, pourtant Horus nous avait prévenu, sans compter sur le premier chapitre qui aurait dû nous mettre la puce à l'oreille. Et lorsqu'enfin nous revenons au début de l'histoire, nous comprenons parfaitement que ce n'est que le début du voyage. Bien entendu, il y a des points de l'histoire que je n'ai pas évoqué, il faut le lire pour apprécier ce récit. J'ai hâte de connaître la suite de leurs aventures.

     

    En conclusion, ce premier tome apporte bien plus qu'une romance fantastique. Un voyage en Egypte Ancienne où les Dieux sont toujours vénérés. Des personnages attachants, mystérieux. Une quête du Soi profond qui donne matière à réfléchir et une plume délicieuse.

     

     

    « Dans ma boite il y a... # 185Top Ten Tuesday # 136 »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    12
    Samedi 16 Novembre à 09:25

    Quel couverture ! J'aime vraiment ce style épurée, mais qui en jette ! 

    Je me laisserai bien tentée aussi par l'histoire. Merci, ma belle, pour cette belle découverte !

      • Samedi 16 Novembre à 13:41

        Yououuuuuh je suis super contente ! J'espère que tu aimeras :)

    11
    Mercredi 6 Novembre à 07:43
    Pourquoi pas... Merci pour la découverte en tout cas !
    10
    Mardi 5 Novembre à 14:45
    Sorbet Kiwi
    Je ne pense pas que ce roman soit pour moi, mais merci de la découverte
    9
    Mardi 5 Novembre à 09:45
    Satine's books

    Depuis le temps qu'il me fait de l'oeil celui là ♥ 

    Je le veuuuuux

      • Mardi 5 Novembre à 21:15

        J'avoue que j'ai eu de la chance, ceux sont les auteurs qui m'ont repéré ^^

    8
    Mardi 5 Novembre à 09:27

    Ça c'est du coup de cœur !

    7
    Vampilou
    Lundi 4 Novembre à 21:05
    Ah oui, ça, ça pourrait beaucoup me plaire et c'est vrai que la couverture est sublime !
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :