• La Croisade des Carpates (Vanessa et Diana Callico)

    La Croisade des Carpates (Vanessa et Diani Callico)

    La bête du Bois de Boulogne (Christine Béchar)

    Auteurs : Vanessa et Diana Callico 

    470 pages papier

    Thèmes : Fantastique, post apocalyptique

      *******

    Fait partie de la trilogie

    Les sept portes de l'apocalypse

    de Vanessa et Diana Callico

     

    Résumé de l'éditeur :

    «  Comment réagiriez-vous si, au lieu de mourir, vous vous trouviez projeté dans le corps d’une jeune aristocrate du XVe siècle promise à Vlad Drakul ?

    C’est ce qui arrive, de nos jours, à Eva, étudiante en littérature, qui est poussée dans une faille volcanique par le linguiste qu’elle voulait retrouver. Celui-ci, possédé par l’esprit d’un légat du pape de Drakul, n’a que ce moyen pour sauver les deux époques de l’Apocalypse.

    Commence alors pour Eva une étrange quête qui doit la mener à comprendre pourquoi, au XXIe siècle, une étrange maladie ravage le monde et au XVe, de monstrueuses créatures surgissent au cœur de la plaine du Danube. »  

    La bête du Bois de Boulogne (Christine Béchar)

    Nous sommes un (James G & Frédéric Gobillot)

     

    Avant de commencer à écrire mon avis, je tenais à remercier chaleureusement Vanessa Callico pour m’avoir permis de lire ce premier livre écrit à quatre mains, avec sa maman Diana. Lorsque qu’une personne me l’avait présenté au salon du fantastique à Champerret en novembre 2013, il y avait eut une confusion sur ce qu’il y avait à l’intérieur et je suis heureuse d’avoir décidé de le lire.

    Je trouve que la couverture ne rend pas justice à l’écrit, même s’il y à les deux personnages, pas forcément principaux, vous allez comprendre rapidement pourquoi, le château est bien là, tout comme l’oiseau qui à une place importante dans le récit, mais je la trouve trop fade en comparaison, bien que la lumière travaillée lui donne un bel aspect, il manque un je-ne-sais-quoi qui aurait pu lui apporter un plus. Elle est belle, certes, mais si, pour ma part, il manque la noirceur d’une partie du roman que je n’arrive pas à toucher avec cette couverture, mais ce n’est pas le plus important, le plus important c’est l’écrit en lui-même.

    Passionnant, instructif, divertissant, très élaboré également. Des qualificatifs qui ne manquent pas pour ce premier volet d’une longue série j’espère. Leur manière de décrire, les tournures de phrases sont bien plus recherchés et élaborés qu’un simple livre fantastique et c’est très appréciable, donnant une bonne qualité à cet ouvrage. Avant chaque début de chapitre, nous pouvons découvrir un passage de La Légende des Siècles ou l'Apocalypse de Saint Jean,Victor Hugo, qui sont tout à fait dans le ton donné, laissant présager de ce qui va suivre dans le chapitre, voire rappeler ce qui c’est passé. Il faut savoir que c’est un nouveau roman fantastique certes, mais très différents de ce que j’ai pu lire. Des recherches historiques monumentales ont été effectuées par les auteures, cela se ressent autant dans les descriptions des lieux, que dans la légende même de Vladimir, dit Vlad l’empaleur, sans oublier tout le coté apocalyptique/religieux de l’époque du XVème siècle. Attention, il faut bien comprendre que l’histoire qui est raconté se passe avant la légende, avant donc le fait que Vlad devienne le célèbre Dracula à cause de son gout prononcé pour le sang, avant que tous le prennent pour un vampire. Je pensais bien connaitre l’histoire de Vlad Tepes de Valachie, un souverain autoritaire et dangereux, c’était mon idée, mais en fermant ce livre, je me suis rendu compte des lacunes que je pouvais avoir en la matière, même si cela à été romancé. C’est un homme qui à énormément de responsabilités, il est autoritaire, certes, juste quand il faut et impitoyable au besoin avec ses ennemis, mais il est également passionné et protecteur envers les siens, ce qui est tout à son honneur. Il ne s’agit donc pas de vampire, mais d’un homme, tout ce qu’il y à de plus normal, avec un lourd passé, une enfance peu heureuse et un pays à garder en un seul bloc. Empaler est une technique qui semble courante à cette époque et ne semble pas non plus juste émaner de ce souverain, beaucoup le font également, pour une justice et non un acte de barbarie. Vlad se sert de rumeurs pour faire courir le fait qu’il aime les voir ainsi sécher au soleil, mais est-ce vrai ? Difficile à deviner et ce n’est pas le plus important dans cette histoire.

    « Eva croisa alors le regard puissant d’un homme couronné d’or à la cape grenade, qui l’observait comme un loup regarde une brebis perdue dans la forêt : avec gourmandise. Sa longue main broyait la sienne comme pour l’inciter à l’épouser en toute connaissance de cause. Une balafre durcissait un peu plus un visage pour le moins atypique, mais dont l’inquiétante étrangeté laissait émaner une beauté particulière et ténébreuse. »

    Eva quand à elle est une jeune femme de ce siècle qui à une vie des plus insipide, à part sa passion pour l’eschatologie, elle ne se raccroche à rien d’autres. Entre un petit ami qui me parait être un malotru vu sa façon dont il lui parle et lui dicte en partie sa conduite, sans oublier la belle-mère d’Eva qui est détestable au plus haut point. C’est une jeune femme qui est bourré de doutes sur elle-même, n’ayant pas du tout confiance en elle dès le premier chapitre, se trouvant trop peu intéressante, pourtant elle à cette passion qui va la mener à rencontrer le célèbre linguiste Xavier Perti. Des phénomènes étranges à notre époque vont démontrer que la fin du monde est proche, les maladies vont pulluler, des langues anciennes longtemps oubliées vont se dévoiler dans la bouche de personnes qui ne pouvaient pas la connaitre… Elle sera celle par qui tous les maux de la terre, à notre époque et en 1462, disparaitront, selon Xavier Perti. Si le XXème siècle est ravagé par une catastrophe mondiale, la plaine du Danube est infesté de monstres dont personne n’aurait pu imaginer l’aspect ni même leur provenance. Seul l’enfer pourrait engendrer de telles horreurs.

    « Le prince Valaque s’assit confortablement sur la marche du perron de la chapelle, disposé à attendre ainsi les quelques heures que durerait le principe de Dan.

    Il aimait le travail bien fait et ne partirait pas des Gorges de Turda avant d’être certain que son ennemi ait trépassé. Au bout de quelques minutes à peine, la surface de la tombe commença à présenter. Haussant un sourcil étonné, Vlad se releva et s’approcha du phénomène, du dessous duquel les cris de panique semblaient redoubler de vigueur. Aucun être humain n’était assez fort pour soulever ainsi tant de tonnes de glaise.

    En dessous de Vlad Tepes, la terre grondait. »

    Certains passages sont riches en émotions, la douleur est très présente lorsqu’il s’agit du prêtre De Mordrussa. Des souffrances que nous ne pouvons imaginer autant dans son corps que dans son esprit torturé. Des actes ignobles, la perversité, un semblant de cannibalisme, pourrait dégouter le lecteur, nous glacer le sang, mais la manière dont ces scènes sont approchées, la folie étant de mise, nous ne pouvons que nous demander si tout cela est bien réel ou non. Les détails affolants de bestioles grouillant dans la masse m’ont fait perdre le sourire me demandant à quel moment cette épreuve allait s’arrêter pour lui. Ce passage n’est pas long, ni court, je trouve qu’il donne un sacré point de vue de la monstruosité humaine et malgré le fait qu’il soit répugnant, il apporte énormément pour la suite et surtout plus de compréhension dans les derniers chapitres. Ce qui va lui arriver est improbable et pourtant ce prêtre va devenir tout ce qu’il déteste, nous laissant un gout amer sur l’idée de l’enfer et du paradis. L’enfer serait-il sur terre ? Une question qui se pose probablement depuis des millénaires et pas sur qu’il y ait une véritable réponse.

    Le roman débute par une carte du XVème siècle, puis par notre époque, puis le chapitre suivant au XVème siècle et ainsi de suite jusqu’à ce que les deux protagonistes se retrouvent lors d’un mariage. J’ai adoré la façon dont les auteures sont passées d’un monde à un autre, d’un lieu à un autre. Les points de vue différents montrent au final l’ennemi commun à abattre sans que les diverses clans ne le sachent et ils leur faudra du temps pour comprendre qu’il vaut mieux s’unir pour anéantir les ennemis commun, plutôt que de continuer à se faire ou guerre où la mort sera inéluctable. Le premier échange entre Vlad et Eva est amusant, surtout lorsque nous savons qu’une femme de notre époque n’agit pas du tout comme celles des siècles passés. Son langage n’a absolument rien à voir avec ce qu’elle devrait utiliser comme mots, ce qui apporte souvent des sourires ou des remontrances selon le personnage face à elle. Mais ils vont réussir à s’écouter parler et le fait qu’Eva est divertissante, rafraichissante même et très drôle dans certains passages, sans compter que Vlad à beau avoir un caractère fort, il sait également être doux et attentionné après la partie de chasse qui était un fiasco à ses yeux, mais la suite à permis un certain rapprochement entre Eva et lui. La jeune femme va évoluer, énormément, consentant à des sacrifices qu’elle n’aurait probablement pas fait en temps normal, mais elle à murit, beaucoup plus réfléchit et mature dans ce jeune corps. Son évolution c’est faite de manière naturelle, sans brusquerie, de la découverte du monde auquel elle à été jeté, à l’environnement qui l’entoure et dont les légendes sont bien plus ancrées et vivaces dans la mémoire des gens que dans la notre où tout n’est que contes sur papier.

    Les scènes se suivent et ne se ressemblent pas, le fait d’avoir les pensées du sultan Mehmed II, mais aussi celle de son vizir Mahmud Pasha, de lire les faits et gestes de ses hommes, la peur qu’il puisse engendrer au sein même de sa garde, mais aussi les femmes du harem présentes et surtout une certaine Ileana de Hunedoara-Nelipic qui montre des scènes touchantes, mais aussi de cruauté mêlées. Les improvisations de certains personnages pour tenter de survivre sont amusantes, surtout lorsque cela fonctionne, je pense à l’intermède entre Eva et le sultan justement. Il n’y à pas trop de massacre ou trop peu de romance, il s’agit d’un livre basé sur l’apocalypse et par ce biais comment pourrions-nous avoir juste des fleurs bleues ? Impossible ! J’ai apprécié chacune des scènes, chacun des personnages avec leurs forces et leurs faiblesses, leurs doute, mais aussi leurs courage, car ils en ont bien besoin. La fin est grandiose, tant par le combat intérieur de chacun des personnages que dans la bataille qui est mené. Pour ma part, j’ai trouvé que Eva et Vlad ne sont pas de vrais personnages principaux, il n’y à pas qu’eux deux, car les autres sont autant présents voire plus vis-à-vis d’Eva, mas ce n’est pas un reproche juste une constatation. Le seul bémol, c’est que j’aurais aimé avoir la suite dans la foulée, mdr, tout simplement au vu des événements qui nous tombe dessus.

    « Mahmud Pasha était sur le point d’arriver à la salle d’audience, lorsqu’il se reprocha d’avoir été injuste avec le garde. Après tout, lui aussi était né chrétien et non musulman, il n’aurait donc pas dû le traiter d’infidèle avant de l’occire… »

    Il y à une telle maitrise du sujet, des personnages de l’histoire, de l’Histoire en elle-même, qu’il est impossible de ne pas apprendre un élément, comme l’île des indésirables, des atlantes. Bien entendu, l’histoire est brodé sur certains points, mais ce livre est véritablement passionnant, il suffit juste de se laisser porter par la véritable histoire des personnages et non par les contes de vampires déjà paru.

    Logo Livraddict

    babelio

    « Le temps d'un hiver (Jessica Lumbroso)Liste des Chroniques en 2014 (135 livres) »

  • Commentaires

    4
    Mardi 4 Février 2014 à 23:08

    Contente que tu ais eut l'avis qui t'intéressait, pour l'ebook, je ne suis pas sur de l'avoir vu, mais je n'ai pas fait de recherches.

    3
    Mardi 4 Février 2014 à 22:45

    Ah je voulais voir un avis construit et complet sur ce livre en vue de l'acheter, maintenant je sais ce qu'il me reste à faire ^^ je vais voir cependant s'il existe aussi en ebook, sinon il va me falloir attendre XD

    Merci pour cet avis ;)

    2
    Samedi 18 Janvier 2014 à 22:29

    Nous n'avons plus l'habitude, je pense pour ma part bien sur, de lire des livres qui sont si travaillés, tant au niveau de l'histoire que de l'écriture. Je ne l'ais pas lu en une journée, j'ai pris mon temps pour celui-ci, pour bien assimiler le tout, car si on plonge directement dedans pensant trouver le vocabulaire habituel, il est clair que l'on passe à coté de beaucoup de choses. (la preuve, j'ai recommencé à le relire en étant au second chapitre pour me remettre dedans )

    1
    fantasybooksaddict
    Samedi 18 Janvier 2014 à 16:13
    C'est vrai que le sujet est très maîtrisé et l'histoire très bien élaboré! et même si j'ai beaucoup apprécié ce roman, j'ai trouvé qu'il n'était pas forcément très facile à lire...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :