• Le secret du vent (Mélanie de Coster)

     

     

    Disponible sur Amazon

    Auteur : Mélanie de Coster

    175 pages numérique (epub)

    Thème : Romance fantastique

      *******

     Résumé :

    « Comment survivre sur une petite île de Bretagne quand on est une sorcière ? En refusant d’accepter ses pouvoirs.
    C’est le choix que Gwenaëlle a fait des années plus tôt.
    Mais le vent souffle, les légendes se réveillent… Et le passé de Gwenaëlle et de celles qui l’ont précédée la rattrape.
    Alors que les éléments se déchaînent et que les événements se précipitent, comment assumera-t-elle son héritage ? »   

    La bête du Bois de Boulogne (Christine Béchar)

    Le secret du vent (Mélanie de Coster)

    14/20

     

    Lorsque j'ai reçu cette proposition de lecture, cela m'a amusé pour plusieurs raisons qui me sont propre. Je remercie l'auteur Mélanie pour cette lecture, offerte par le biais du site simplement.

     

    Une petite île de Bretagne pour décor. Gwénaëlle a 27 ans, son père est malheureusement décédé depuis deux années. Cette jeune femme est isolée du reste du monde et des habitants de l'île. Reconnue comme une sorcière par les autres, elle préfère rester dans son coin et aider ceux qui en ont le plus besoin, même si ces derniers semblent la craindre. Un nouvel arrivant débarque tranquillement au port. Nouveau ou ancien habitant ? La question ne se pose pas trop longtemps. Le passé semble vouloir emporter dans ses filets la jeune sorcière, mais jusqu'où cela peut aller ?

     

    J'ai eu des doutes en lisant le début et puis il a fallu que j'arrive à la scène avec Lisette que je me suis dit, non, mais je l'ai déjà lu ! Je l'ai relu pour être certaine et oui, c'est bien le cas. J'avais déjà fait un rapide avis il y a trois ans, car cette histoire se trouvait dans un recueil "Rencontres au clair de lune". Bref, je ne redirais pas ce que j'ai écris et avec le temps je me rend compte que je suis un peu plus exigeante.

     

    « La jeune fille craignait qu’une parole maladroite ne déclenche une colère contre laquelle elle serait impuissante. Les îliens accordaient tellement de pouvoir à Gwenaëlle qu’aucun d’eux ne l’aurait affrontée directement. Durant les veillées, ils débitaient leurs vilenies sur elle et répétaient les gestes de protection que leur avaient transmis leurs ancêtres. Personne n’était dupe, mais les apparences étaient préservées. Les plus jeunes, comme elle-même, se moquaient de leurs parents et préféraient les soirées devant la télévision. Lisette aurait pourtant donné beaucoup, ce jour-là, pour pouvoir rendre visite à sa grand-mère et écouter tout ce qu’elle n’avait jamais voulu entendre jusque-là : les incantations qui tenaient le mal éloigné, les plantes qui le repoussaient, les pierres qui protégeraient… Gwenaëlle n’était peut-être pas mauvaise, mais il ne faisait aucun doute qu’elle était bien une sorcière et, plus que pour toute autre femme, il était difficile de dire de quoi celles-là étaient capables. »

     

    J'aime toujours l'atmosphère du livre. La magie de la Bretagne avec ses légendes, ses idées préconçues pour certains coins très reculés. Le mystère qui entoure la jeune femme du départ nous laisse nous poser pas mal de questions. Qui est-elle réellement ? Les premières pages nous montrent un bébé arrivant de nulle part qu'un homme va prendre en main. Il s'agit de Gwénaëlle. 27 ans après, nous la retrouvons devant la maison de son père, le seul habitat qu'elle connaît. Elle se considère comme une guérisseuse et non une sorcière, mais la vie est rude sur cet îlot. Le moindre phénomène surnaturel lui est mis sur le dos. Une mort ? Elle a jeté le mauvais œil. Une blessure grave qu'elle soigne ? Et voilà le malade qui est prêt à courir tel un lapin. Malgré sa réputation qu'elle fait tout pour ne pas entretenir, les gens viennent la voir pour le moindre bobo, ou avoir un chocolat chaud entre les mains.

     

    Elle a peu de choses matérielles et un don particulier pour se mettre autant dans les ennuis que pour les éviter. Enfant elle a vécu un traumatisme. Et ce dernier revient en la présence du nouveau venu. Il était là lorsque c'est arrivé, mais a survécu. Il revient dans sa propre maison, celle qui est "baptisée" la malédiction. Car lui et toute sa famille se sont enfuis et seraient morts... Bizarre pour un revenant il est bien en chair. Tout deux ont beaucoup de choses à se dire, à comprendre aussi ce qui s'est réellement passé. Avec Lisette dans les parages qui a besoin cruellement de Gwénaëlle, les choses se corsent. Les événements s'accélèrent sans pour autant tomber dans le glauque, la noirceur profonde. Seuls des habitants et plutôt des habitantes décident de passer à l'action et d'éradiquer toutes formes de sorcellerie. On se retrouverais presque des siècles en arrière avec cette chasse aux sorcières.

     

    « – Je suis vraiment désolée pour toi, Maël. Mais ne t’inquiète pas, je vais faire ce qu’il faut pour te sauver. Tu vas bientôt récupérer tes esprits.
    Maël tenta de la retenir, mais elle s’écarta brusquement, une note d’hystérie dans la voix :
    – Ne me touche pas ! Excuse-moi, c’est que…
    Elle lui caressa presque la joue, arrêta sa main
    à deux centimètres de son visage.
    – Bientôt, tu ne seras plus sous son emprise, je te le promets. Tout ira mieux, alors, tu verras…
    En attendant, il est préférable qu’on n’ait pas trop de contact.
    Elle sortit sans un au revoir. Maël ne s’inquiéta pas de ses propos. Il croyait Gwenaëlle assez forte pour se défendre toute seule.
    La légende disait pourtant que les sorcières n’avaient jamais pu se sauver elles-mêmes. »

     

    Par contre, il y a des points qui auraient mérités d'être plus approfondis. La relation entre Gwénaëlle et Maêl est assez en surface, dans le sens où on devine plus qu'on ne lit qu'ils ont des sentiments l'un envers l'autre. Je n'aurai pas voulu que la romance soit mise en avant, par contre un peu plus pour montrer que les émotions sont bien présentes auraient été un plus. Le second point est le personnage de Jonas. Il apparaît trop succinctement. Il mériterait d'avoir beaucoup plus de place, surtout avec ce qui se passe avec lui, en lien étroit avec la sorcière. Un dernier point, celui de l'enfant. entre la fin de l'histoire et l'épilogue, cela aurait été bien d'avoir un peu plus que ce que nous avons.

     

    En conclusion, une belle histoire ensorcelante qui manque de détails dans certains domaines (cités ci-dessus). Une belle plume qui sait nous emporter dans un récit plus fantastique que romancé.

     

    Défis sur Fb Logo Livraddict babelio Vous pouvez me retrouver : Vous pouvez me retrouver :

     

     #PumpkinAutumnChallenge

     

    « Le marais de la vengeance (Christelle Rousseau)Fairy Valley, série (Moon Calista) »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    4
    Vendredi 26 Octobre à 19:15

    belle chronique merci

    3
    Vampilou
    Vendredi 26 Octobre à 18:42
    Oooh, je dois dire que l'univers me tente beaucoup, je note !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :