• Le souffle des ténèbres (Frédéric Livyns)

    Le souffle des ténèbres (Frédéric Livyns)

     Résumé 

     

    « Bryan et Suzy se rendent en Bretagne afin de se ressourcer.
    À proximité d’un étrange village que Bryan ne connaît qu’à travers les récits de son grand-père, ils découvrent les ruines d’un vieux château qu’aucune carte ne mentionne, mais que tous les villageois paraissent craindre.
    Ils décident d’ignorer les avertissements et, animés par la curiosité, entreprennent de s’y rendre. Ils vont bien malgré eux réveiller la force maléfique qui y sommeillait.
    Un huis clos surprenant oscillant entre légendes bretonnes et fantastique contemporain.  »   
     

     Ma chronique 

     
    Je remercie Jennifer ainsi que la maison d'éditions Evidence pour cette lecture, dans le cadre de notre partenariat.
     
     
    Bryan a vécu un drame qui l'a profondément bouleversé, tout comme Suzy. Ils ont besoin de se ressourcer, de repartir de l'avant sans pour autan faire table rase du passé. Les ancêtres de Bryan vivaient en Bretagne et son grand-père n'a eu de cesse de lui raconter des contes et légendes lorsqu'il était tout petit. Ceux sont ces histoires qui donnent envie à Bryan d'y retourner pour se rapprocher de sa famille. Il n'a jamais vu ses arrières-grands parents en photo et cela le travaille malgré tout. Eux qui on vécu dans cette région si prompte à vous embarquer dans son histoire. Arrivés à Munoz, petit village de caractère dans le Finistère Bryan et Suzy n'ont pas le même avis sur ces lieux. Si Bryan est heureux d'y être afin de découvrir les endroits que son grand-père a pu lui raconter, Suzy a une sensation étrange. Il faut bien avouer que le village dans lequel ils sont n'est pas des plus accueillants.
     
     
    Petit village où les légendes ont la vie dure, les touristes sont les bienvenus s'ils ne vont pas auprès du château noir qui n'est sur aucune carte d'ailleurs. Ces pierres sombres qui ont un passé où la noirceur de la nuit n'est pas assez foncée. Une légende à propos de ce lieu que les habitants ne veulent plus entendre de peur de réveiller le malin, le mal. Des choses ont déjà été vécu il y a des années, des décennies, des siècles, alors se taire est la solution. Se croire plus malin que ce que les gens croient ne fera que passer de l'autre côté. Mourir deviendra dans ce cas la solution la plus appropriée. Bryan et Suzy sont embarqués dans une histoire qui va les dépasser. Une petite visite en plein cœur du château noir, une chute, un peu de sang et leur vie va prendre un tournant inattendu. Les diverses rencontres avec l'aubergiste Maz, le médecin et surtout le Père Samuel vont les amener à croire en autre chose que le rationnel. J'allais oublier Matthéo qui a lui-même vécu un grave traumatisme dans ce village et revenir pour un crime ne lui plaît pas du tout, mais il n'a pas le choix : il est flic.
     
     
    Père Samuel, nous débutons avec lui, avec un cauchemar qui semble récurent. Gardien des archives depuis la mort de son père, il vit dans ce village depuis longtemps, avec des souvenirs plus ou moins bons. Son passé le hante, mais d'où viennent tous ces idées noires qui se propagent lorsqu'il dort ? Un passé qui touche tout le monde, pour de nombreuses raisons que l'auteur nous dévoile essentiellement vers la fin. C'est un homme de foi vivant dans une église qui fait aussi peur que de parler du château. Lui est tout aussi impressionnant et il vaut mieux rester dans ses petits papiers. Le couple Bryan et Suzy va devenir la proie de quelque chose de plus gros, plus gros qu'une nuée de gens qui vivent dans ce village et qui ont peur de leurs légendes. Les contes ont tous une part de vérité et c'est de cette part que les peurs les plus profondes s'épanouissent. Cette recherche de sa famille les entraîne sur un chemin où il vaut mieux ne pas ouvrir la porte, ne pas sortir en pleine nuit et surtout courir, vite, très vite pour tenter d'échapper à une perte non négligeable.
     
     
    Je crois bien que c'est le premier livre de Fred qui ne m'a pas fait sauter de joie ni frissonner comme les autres. Et pourtant j'en ai lu un certain nombre de ses histoires. Je la classerais dans le côté gentillet, par rapport à toutes celles qui sont déjà passées entre mes mains. L'écriture est toujours aussi fluide, pas de doute là-dessus. Mon vrai bémol est le fait que je n'ai pas eu peur un seul instant. Les légendes bretonnes sont comme qui dirait dans ma chair. Ma grand-mère vivait là-bas, j'ai passé plus de 15 ans dans le Morbihan avec toutes sortes de légendes et de contes qui m'ont bercé. Nous parlons de l'Ankou, du Mal en puissance, de ce que des hommes et des femmes croient plus que leur propre vie. Ce coté du village, les regards étranges lorsque des étrangers arrivent sont totalement vrais ! Même entre villages il peut y avoir des tensions de ce type, parce que ce sont des étrangers qui mettent à mal des croyances si profondément ancrées dans leur vie, leur passé et leur avenir.
     
     
    Tout ce qui arrive est forcément de la faute de ce château caché ! Les pierres noires ont gardé un passé peu reluisant, bien plus que le château de Tiffauges qui a pourtant vu des horreurs sans nom. Le sang a assez coulé et pourtant il y a quelque chose qui vient, quelque chose qui a terriblement faim et qui compte obtenir ce pour quoi il a été appelé. Le danger n'est pas forcément ce qui se cache, mais dans les croyances de chacun qu'elles soient perdue sou non. Le folklore est bien amené, trop léger à mon gout, il faut dire aussi que le livre est court. Je n'aurai pas dis non à plus de descriptions tout au long, surtout sur la fin qui se termine vite. La scène finale est vraiment trop rapide pour moi. Je reste sur ma faim. De nombreux points sont évoqués, comme la fameuse pierre philosophale et tout ce qui va avec : le pouvoir, la puissance absolue, la vie éternelle, mais à quelle condition ?
     
     
    En conclusion, un récit sur une légende de Bretagne (oui, il y en a beaucoup) dont le côté horrifique est très léger pour des habitués comme moi qui aiment les sensations fortes. Pour ceux qui débutent, il sera parfait pour se mettre en appétit avant de lire d'autres textes de cet auteur, car il a à son actif un certain nombre de récits qui ravira petits et grands !
     

     Extrait choisi : 

      
     

    « Le pasteur Samuel se réveilla en hurlant.
    Encore ce rêve ! pensa-t-il.
    Chaque nuit, son cauchemar se faisait plus précis, plus menaçant. Il se redressa sur son séant et épongea la sueur qui ruisselait sur son front avec la manche de son pyjama. Son souffle commençait seulement à redevenir régulier. L’effet de la peur s’estompait.
     — Papa ? Ça va ?
    La voix de sa fille provenant de l’autre côté de la porte de la chambre acheva de le ramener à la réalité.
    — Ça va, ma chérie. Ne t’inquiète pas, dit-il d’un ton qu’il aurait voulu plus assuré.
    — Tu es sûr ?
    — Oui. Va te recoucher. Je vais bien.
    Il entendit les pas de sa fille s’éloigner, suivis bientôt par le bruit d’une porte qui se referme. Il s’allongea à nouveau et baissa les paupières. Il avait l’intime conviction que quelque chose allait se passer, quelque chose de terrible.
    »

     

    Le souffle des ténèbres (Frédéric Livyns)

     

     

    « Dans ma boite il y a... #274Top Ten Tuesday # 225 »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    14
    Diament
    Mardi 20 Juillet à 15:47

    Oh, je suis bien curieuse de découvrir ce roman !

    13
    Kim
    Mardi 20 Juillet à 11:15

    Oh pourquoi pas ^^

    12
    lheuredelire
    Lundi 19 Juillet à 22:57

    J'aimerais bien lire l'auteur un jour mais si je comprends bien, ce n'est pas par celui-ci que tu me conseillerais de commencer :p 

    Avec un tel titre, c'est dommage que le livre ne fasse pas plus peur que ça !

      • Mardi 20 Juillet à 00:25

        Si tu veux commencer sans crier toutes les 5 minutes, il faut commencer par celui-ci. Après il en a tellement écrit mais tu as "Danse de sang" de la même maison d'éditions qui est plus sombre et frissonnant à souhait ;)

    11
    Lundi 19 Juillet à 22:39

    Ah pourquoi pas si c'est léger ! Après moins friande de ce type de lecture :)

      • Mardi 20 Juillet à 00:23

        Ayant un aperçu de ce que tu lis, tu devrais pouvoir le découvrir sans problème ;)

    10
    Lundi 19 Juillet à 21:40
    Ça aurait pu me tenter mais, en dehors du fait que Munoz n'existe pas, ça ne sonne même pas breton ; c'est bête mais ça me rebute d'emblée. En tout cas, je suis curieuse de savoir de quelle légende il s'agit, pour le coup. Mais c'est marrant en tout cas que le roman ne fasse pas peur parce que, avec les légendes bretonnes, on n'ai jamais vraiment serein·es ! Anatole Le Braz disait que les Breton·nes vivaient avec la mort au quotidien, je me serais donc attendue à un récit qui fasse un minimum peur ^^ (rien qu'en lisant le résumé, je pensais que ce serait sombre, inquiétant...)
      • Samedi 24 Juillet à 18:06

        Ah elles sont terribles celles-là, surtout qu'il y en a plusieurs sortes ^^

      • Jeudi 22 Juillet à 23:07

        S'il n'y avait que l'Ankou... Honnêtement, je crois être bien plus effrayée par les lavandières !

      • Mardi 20 Juillet à 00:30

        Je pense que comme je l'ai indiqué dans mon avis, j'ai lu des récits beaucoup plus effrayants que celui-ci de l'auteur donc j'ai lu plus sombre et effrayant. Il y a "danse de sang" de la même maison d'éditions qui est beaucoup plus noir et "affreux" que j'ai adoré pour la frayeur ressenti ;)

        Eh oui, nous vivons avec l'Ankou, c'est sûrement pour cela que ce côté ne m'as pas fait peur xD

    9
    Vampilou
    Lundi 19 Juillet à 20:45

    En grande fan de l'auteur, je suis forcément tentée !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :