• Les loups de Walburg, tome 2 : Les chants désespérés du trappeur (George J. Ghislain)

     

     Résumé 

     

    « Homme des bois, habitué à la solitude, Karl-le-Trappeur n’avait jamais questionné son célibat. Sauf maintenant, depuis l’arrivée d’Arn et de Günther au village. Leur passion avait révélé un énorme vide dans sa vie.

    Aujourd’hui, cette solitude lui pèse d’autant plus que Pablo, le bel Espagnol libéré des geôles avec Arn, vit au village. Magnifique, rieur, séducteur et qui aimait, beaucoup, les femmes. Et puis, il y a aussi Conrad, le Bourreau de Prague… Un homme aux chairs balafrées jusque dans son âme…

    Le combat étant perdu d’avance, Karl accompagnera Pablo sur le chemin du retour en Castille, avec Conrad et Magda, afin de se laisser le temps de clôturer une histoire d’amour à sens unique.

    Pinsel l’accompagnera, entraînant avec lui un louveteau noir timoré dont le destin semble parallèle à celui de Karl. Ce périple s’apparentera à un véritable voyage initiatique pour un homme désespéré ayant passé sa vie dans les bois monotones de Germanie.

    George J. Ghislain colore son récit d’authenticité en restaurant non seulement l’ambiance de 1361, mais aussi ses paysages, son architecture et ses coutumes. De la Germanie jusqu’en Castille. Et puis, il y a les loups noirs. Qui s’ajoutent à la quête et s’approprient le cœur de Karl… »   

     

     Ma chronique 


    Je remercie Maïwenn ainsi que la maison d'éditions Juno Publishing pour cette nouvelle lecture.
     
     
    J'avais adoré le premier tome de cette série et c'est tout naturellement que j'ai continué avec les loups (oui, encore je pense qu'inconsciemment je suis attirée par eux, sauf que là il s'agit de véritables loups, pas des garous) Après Arn le bottier, nous voici avec Karl le trappeur. De constitution différente, plus costaud, plus bourru, Karl est également un homme des bois que les loups et surtout Pinsel suit comme un ami. Il vit avec lui presque comme un animal de compagnie, ce qui apaise le cœur tourmenté de Karl. Car ce dernier est amoureux d'un homme qui aime les femmes : Pablo. L'homme qu'ils ont sauvé des griffes de bourreaux, en même temps qu'Arn. Karl le sait et malgré tout, son cœur a choisi cet homme différent d'eux tous. Et le voir papillonner auprès des femmes de son village, même si ces dernières préfèrent le même sexe, le rend malade de jalousie. La forêt est son sanctuaire, le seul moyen de soulager un peu sa peine. Lorsque l'oncle de Pablo, Jimeno, arrive au village pour ramener son neveu chez eux, en Espagne, le coeur de Karl se brise un peu plus. Il sait qu'il doit mettre une croix sur lui, mais n'y arrive pas et ce n'est pas le nouveau venu Conrad qui y fera quelque chose. Conrad a un lourd passif qui le poursuit aussi bien physiquement de part ses cicatrices et ses yeux vairons, mais aussi mentalement. Il a subit de nombreuses choses et en a fait tout autant de part son métier.
     
     
    Après plusieurs jours, l'oncle et le neveu décide de repartir, une fois du commerce mis en place avec le village de nos amis non sans mal, une délégation va les aider aussi bien à emmener les peaux, mais également à récupérer l'argent de ce commerce. Karl veut en finir avec cet amour qui le ronge et décide de partir avec eux afin de dire au revoir à cette relation qui n'existera jamais. Il ne partira pas seul, Magda sera de la partie pour une raison maternelle, mais aussi Conrad le nouveau. Lui est complètement accro à Karl qui ne le voit pas, même si tout le monde, personnages et lecteurs compris s'en rend bien compte. Les regards, le fait qu'il le colle souvent et le touche par moment, Conrad n'attend qu'une chose, c'est de pouvoir vivre sa passion avec Karl. L'amoureux transi qui ne reçoit pas ce qu'il veut, c'est le lot de chacun des personnages que nous allons suivre dans cet aventure hors du commun. Mentir par omission est un mensonge à plus ou moins grande échelle, surtout lorsque le danger est si proche sans que personne ne s'en rende compte.
     
     
    Le voyage va faire prendre conscience à Karl, Magda, Conrad, Pablo et tous les autres que la différence n'est pas une tare, mais une bénédiction. Chacun a sa vision des choses, mais la conception de l'amour est la même. Les attentes sont bien entendu différente, et ce tome nous emmène sur des chemins empruntés par Karl pour trouver l'amour. Il se sent seul, il a un coeur énorme, mais la peur d'être aimé le prend aux tripes. Le désir, l'envie, il n'est pas comme la plupart des siens qui seraient capables de coucher juste pour se soulager. Il a besoin de plus, plus que du sexe, la tendresse, avoir quelqu'un a qui parler, être heureux. Son loup Pinsel est du voyage, ainsi qu'un petit qui a besoin de grandir dans tous les sens du terme. An dehors de l'amour envers les êtres humains, il y a cette relation entre lui et les loups. Et je dis bien LES loups. Le voyage est une épreuve physique et morale pour cet homme qui n'aspire qu'à un peu de tendresse. Pinsel, Noiraud, ces deux-là sont hors du commun et lorsqu'il y a d'autres meutes qui débarquent lors de cette expérience, nous pouvons comprendre le lien profond entre Karl et ses animaux.
     
     
    C'est tout simplement magnifique de voir évoluer le lien, pas comme Arn et ses loups, mais c'est véritablement approchant. Il pourrait presque les considérer comme des chiens de compagnie, sauf qu'ils sont bien plus dangereux. Savoir se soumettre pour faire partie de la meute, être celui qui sera là pour protéger, aller en première ligne, Karl et Pinsel sont identique : deux êtres qui sont des protecteurs des leurs. Une véritable famille qui met du baume au cœur de notre trappeur. Un lien si puissant entre eux que lorsqu'il est soumis à des choses horribles, les loups le ressentent et sont près à tout démolir pour le rejoindre et le protéger. C'est bien plus que de la magie, c'est un profond respect entre l'un et l'autre de ces êtres si exceptionnels. Car tous deux le sont véritablement de part leur caractère et la façon de défendre les leurs. Le besoin de se ressourcer auprès de ces loups montre à quel point Karl est proche d'eux et de la nature. Et il va en avoir besoin de ces moments pour tenir le coup face aux divers coups durs qu'il va avoir.
     
     
    Voir de nouveaux horizons, traverser la France pour arriver jusqu'en Espagne n'est pas une mince affaire. Pablo et Jimeno ne sont pas forcément que des nobles commerçants, ils ont de nombreux contacts impressionnants qui ne va pas forcément aller dans le bon sens pour Karl et ses amis. en ces temps où les rois étaient encore en position, les soirées, les repas sont le moyen pour ces rois de montrer leur puissance et leur cruauté. C'est tout simplement rageant de voir ce qu'ils vont subir pour le bon plaisir sadique de cet Edouard, par exemple. Savoir s'entourer des bonnes personnes est véritablement important et les loups sont bien plus fidèles que n'importe quel homme du voyage. D'ailleurs c'est grâce à eux que les voyageurs vont faire la connaissance d'un autre peuple à la frontière de l'Espagne : les Maures et à leur tête Hassan, un homme qui a une nouvelle vision des choses en montrant sa vie et la façon dont il la mène. C'est là que Karl va comprendre que l'amour n'est pas forcément unique et lui permettre de mieux comprendre ce qui le perturbe depuis si longtemps.
     
     
    J'ai tellement de choses à dire sur ce second tome que je suis certaine que je vais en oublier. L'amour est crucial dans ce récit, envers sa famille, ses amis, ses loups, ses amours. Karl n'est qu'un être humain qui a besoin d'avoir son coeur rempli d'amour. Ce voyage va lui ouvrir les yeux sur tellement de choses : la trahison, la différence, les mensonges, les horreurs, mais aussi ce sentiment qu'il existe autre chose dans la vie que le malheur : le bonheur. Ce même bonheur qui est à portée de ces doigts. C'est une véritable épreuve que va subir Karl et je me suis demandé ce qu'il avait bien pu faire à l'auteur pour subir autant de malheur. C'est surement pour cela qu'il est si proche de ses loups, que le lien est si fort. Il a déjà vécu tellement de choses dans son adolescence qu'il n'aspire qu'à un peu de sérénité. Son entourage proche est tout aussi important : Magda qui veut un enfant de manière naturelle et qui est quelqu'un d'autre depuis longtemps, Hassan qui perçoit ce qu'il y a au fond du coeur de Karl, Pablo qui va dévoiler des trésors de patience, Conrad qui est un homme qui encore beaucoup de choses à dévoiler.
     
     
    Chaque rencontre va apporter quelque chose à Karl et à l'histoire bien entendu. Tout se lie de manière naturelle et cela fait peur parfois. L'aller a été difficile, le retour est plus léger et le fait de revenir chez lui va modifier profondément ses aspirations. Karl a vécu de terribles événements et je suis heureuse de voir que la toute fin va enfin lui apporter le bonheur tant attendu. Je ne dirais pas avec qui, je ne dirais pas comment, je dirais juste qu'il va enfin pouvoir respirer et laisser son cœur battre pour ceux qu'ils aiment sans condition. C'est un récit qui nous emporte dans de nombreuses contrées, avec des cultures différentes. La vie peut être douce en apparence alors qu'il n'en est rien. Il faut du courage pour surmonter toutes ces épreuves et encore plus pour laisser quelqu'un vous aimer pour ce que vous êtes. Il y a tellement de relations qui se développent, aussi bien en amitié qu'en amour que ce livre regorge de sentiments en tout genre. comme dis à un moment donné, la différence est une véritable chance de pouvoir explorer des univers inconnu sans a-priori. La fin donne un chemin sur ce que pourrait être la suite et j'avoue que les jours prochains risquent d'être très amusant !
     
     
    En conclusion, j'ai passé un très bon moment de lecture, surtout que nous avons régulièrement des pensées pour Arn, le premier homme de cette série. Le livre est rempli de rebondissements, de scènes qui restent dans la limite du raisonnable. Seule notre imagination peut faire la différence et l'envie de le réconforter est bien là. C'est un ensemble d'événements qui a conduit au bonheur de Karl. Le chemin parcouru n'a pas été simple certes, mais il a su apporter de nombreux thèmes tous plus importants que les autres. J'ai volontairement mis de côté certains faits, car il faut savoir garder du mystère.
     
     

     Extrait choisi : 

     
     
    « Le baiser n’avait duré qu’un instant. Un tout petit instant. Conrad s’était retiré tout de suite, murmurant que ce n’était pas le moment.
    Karl lui aurait tout donné maintenant. Il avait besoin d’amour. Il avait besoin de ses bras. Les siens, ceux de Magda, même ceux d’un des gardes du convoi, tant qu’il n’était pas seul.
    Sentant sa demande non verbale, Conrad se coucha près de lui, à l’arrière de la couche, d’une manière chaste. Karl fit pivoter son dos contre le garçon, qui glissa son bras sous son cou et posa son autre bras autour de sa taille.
    Pinsel hurla doucement. Et il vint lécher le visage de Karl.
    Puis tout à coup, Noiraud était là aussi et s’installait sur ses pieds, se roulant en boule et déposant la tête sur ses jambes.
    Karl était coincé entre Conrad, Pinsel et Noiraud. Mais c’était de cela qu’il avait besoin pour le moment.
    Le sommeil le gagna au fur et à mesure que la douleur s’estompait, ses rêves étaient vifs, semblaient si réels, un Prince, noir, qui n’était peut-être pas mauvais, mais qui avait laissé glisser une situation dans le chaos et n’avait rien pu faire pour la rattraper, si ce n’était l’empirer encore.
    Et dans ce chaos, un espoir. Il avait chanté avec les loups. Communié avec eux. C’était une sensation nouvelle. Celle de faire partie d’un plus grand tout. De ne pas être seul.
    Il avait clamé avec eux son désespoir, et c’était comme si cela marquait la fin d’une époque, et le début meilleur, fallait-il l’espérer, d’une autre.
    »

     

    Les loups de Walburg #2 - Les chants désespérés du trappeur

     

    « Top Ten Tuesday # 208Mercredi ciné #80, "Cowboys & Envahisseurs", le film »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    16
    George Ghislain
    Jeudi 8 Avril à 13:36

    Merci beaucoup pour cette belle chronique! ;-)

      • Jeudi 8 Avril à 15:48

        Oh, merci beaucoup d'être passé sur mon blog smile

    15
    Samedi 27 Mars à 14:22
    Steph*

    Tout à fait mon genre ! Je me le note !

      • Samedi 27 Mars à 16:32

        ça c'est super ! J'ai hâte de savoir ce que tu vas en penser :)

    14
    Jeudi 25 Mars à 19:11
    Satine's books

    Heureuse qu'il t'ait plu! 

      • Samedi 27 Mars à 16:26

        à part un ou deux passages courts, oui, j'ai beaucoup aimé :)

    13
    Mercredi 24 Mars à 11:49

    J'avoue que le résumé ne m'attire pas plus que ça mais ton avis donne envie ^^

      • Mercredi 24 Mars à 19:02

        C'est souvent difficile les résumés pour ce type de livres, il y a tellement à l'intérieur :)

    12
    Kimysmile
    Mercredi 24 Mars à 11:35

    Jolie chronique !

    11
    Mardi 23 Mars à 21:45
    Pas mon genre de lecture mais je suis contente que tu aies passé un bon moment de lecture ^^
      • Mercredi 24 Mars à 19:01

        Dommage, sincèrement j'adore l'historique pour les faits et les pensées de l'époque qui font rager xD

    10
    Vampilou
    Mardi 23 Mars à 20:12
    Voilà qui me donne encore plus envie de me lancer dans cette série !
    9
    Mardi 23 Mars à 20:05

    Pas trop trop mon style de ce côté mais contente que ca t'aie plu !

      • Mercredi 24 Mars à 19:00

        C'est un bel échange à chaque fois avec les êtres humains et les animaux :)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :