• Lucynda Dubois, un choix mortel Tome 2 (Delphine Wysocki)

    Lucynda Dubois, un avenir compromis (Delphine Wysocki)

    La bête du Bois de Boulogne (Christine Béchar)

    Auteur : Delphine Wysocki

    268 pages papier

    Thèmes : Fantastique, science-fiction

      *******

    Fait partie de la quadrilogie 

    Lucynda Dubois

    de Delphine Wysocki)

    Service presse de l'auteur

     

    Résumé de l'éditeur :

    «  Lucynda aime jouer avec le feu. Après avoir été morte pendant une minute, elle peut remercier son matou préféré de l’avoir sauvée in-extremis. Mais les épreuves ne font que commencer, et les semaines à venir ne vont pas être de tout repos.

    Profitant du retour de Jimmy et Lucy sur Terre pour l’enterrement de leur famille, la petite équipe sera entrainée dans une multitude d’évènements incompréhensibles qui les emmèneront – sans qu’ils le sachent – dans une course contre la montre pour sauver le monde d’une catastrophe sans précédent.

    Mais comment secourir tout le monde quand ils ignorent même ce qui va se produire ? Entre amour ou raison, vie ou mort, allié ou ennemi, Lucynda sera confronté à plusieurs choix difficiles à prendre qui mettront sa vie en péril, des choix »

    La bête du Bois de Boulogne (Christine Béchar)

    Lucynda Dubois, un choix mortel Tome 2 (Delphine Wysocki)

    J’étais restée sceptique avec le premier tome, sur de nombreux points et sur le personnage de Lucynda. Il est vrai que mon avis sur le premier n’avait pas été un avis favorable. Par conséquent, lorsque l’auteure, Delphine Wysocki à proposé en service presse le deuxième tome, je me suis proposé pour connaitre la suite et ne pas rester sur un mauvais ressenti. Elle à bien voulu accepter ma requête et je l’en remercie.

    La couverture est magnifique, il n’y à pas d’autres mots, bien plus en adéquation avec le thème que la première couverture, même si elle représentait un passage du tome un. Le mélange des couleurs, le feu et la glace réunit, j’adore ! Vu que j’en suis au niveau de l’illustration, je trouve que le dessin de Lucynda, que vous pouvez trouver dans le livre est bien fait et montre bien la description faite par l’auteure. Par contre deux poèmes se trouvent à deux endroits dans le roman, sauf que j’ai trouvé que cela faisait perdre le rythme du livre. Ils sont bien écrits, mais je les aurais plus vus à la fin par exemple, en bonus.

    Nous étions à la fin du tome un à un aboutissement qui nous laissait perplexe. Je me demandais comment Lucynda allait bien pouvoir s’en sortir. Et comme je l’avais indiqué dans la chronique du tome un, «  pourtant, je pense que la suite sera bien meilleure, car les bases sont posées dans celui-ci, il devrait y avoir beaucoup plus d’action, surtout vu comment se termine ce tome 1, sur une fin très explosive. Affaire à suivre… » Ce qui est vrai pour ma part : ce second volet n'est pas mitigé comme le premier, bien au contraire. Les longueurs que j’avais pu trouver dans le premier ne sont plus à l’ordre du jour dans ce second volet. D’accord, quelques petits passages m’ont fait tiquer avec Lucynda et certaines de ses réflexions qu’elle aime se poser de manière récurrente, mais j’ai apprécié ce personnage que je n’avais pas du tout aimé précédemment.

    Beaucoup de rebondissements, d’émotions plus ancrés dans les personnages, surtout lors de l’enterrement. Je dirais juste que certains passages m’ont plus fait l’effet de flash. Je m’explique, au début du tome, d’un chapitre à un autre, j’ai eut le sentiment d’avoir des scènes comme coupées. Mais très rapidement, les liens entre eux se sont mis en place, peut-être était-ce fait exprès ? Dans tous les cas cela ne m’a pas gênée plus que cela, puisque ces moments donnaient l’impression de passer d’un rêve à un autre.

    « Je me dégageai lentement de son étreinte pour le regarder, et là je pouvais voir qu’il se sentait coupable de me faire subir ça. Mais en aucun cas, il ne m’avait forcée, et je ne supportais pas que la culpabilité l’envahisse ainsi. Je n’avais pas pu laisser Dorian partir définitivement sans le revoir une dernière fois, malgré ce qu’il m’avait fait subir. Cependant, je m’étais crue plus forte que ça mais, lorsque j’avais vu cette lueur dans son regard, assombrie par le désir, j’avais vu défiler devant moi, en intégralité, la scène tragique de ma soirée de bienvenue, et ma réaction avait été immédiate. »

    Cette jeune femme à montré ses émotions dans ce tome sans détours, ne passant pas du coq à l’âne, ce qui m’avait agacée. J’ai été plus sensible à ce qui lui arrivait, parce qu’elle laissait une partie d’elle dans ces faits et gestes. Les actions qu’elle va mener ne sont pas dû au hasard du destin, mais d’une voie tracée dont elle n’avait aucune idée. Nous pouvons la voir tour à tour forte, fragile, amoureuse, perdue, dépendante, calculatrice, généreuse, dévouée… Lucynda est plus humaine, laissant apercevoir ses forces et ses faiblesses et je ne parle pas de ces dons. Elle devra apprendre à s’en servir, vite et bien, ce qui n’est pas au gout de tous.

    Quelques personnages sont passés en second plan. Jimmy, qui sera présent tout au long du livre certes, mais nous n’apprenons que peu de choses sur lui. Et Dorian. Il va rapidement disparaitre, pour des raisons décrites dans le début du tome et même si on ressent sa présence au fil des pages, j’ai trouvé qu’il manquait vraiment et lorsqu’il à fait quelques réapparitions, tout de suite, c’était meilleur.

    Par contre, d’autres ont prit plus d’importance. Je pense à Thomas. Il devient vite un confident, un jeune homme qui ne mâche pas ses mots, sur qui Lucynda peut compter. Nous en apprenons sur lui qui m’ont fait sourire. Comme par exemple sa façon de voir sa relation avec une femme : une scène dans ce restaurant qui m’a bien fait sourire. Il se dévoile plus à ce moment précis, même si nous pouvons ressentir le fait qu’il aime protéger Lucynda. Leur relation est très ambiguë pour ma part, dur de savoir si c’est une amitié très forte ou un début d’amour pour l’un des deux. Mais Thomas reste cette bouffée d’air qu’elle à besoin pour surmonter la plupart des épreuves qui l’attendent.

    « Thomas attirait tous les regards. Pas parce qu’il se trouvait à mes côtés, car pour la plupart des gens, j’étais méconnaissable au premier coup d’oeil – et il ne s’attardait pas pour vérifier mon identité – mais parce qu’il avait des allures de top model, avec son bonnet et ses lunettes de soleil.

    Heureusement pour lui, malgré la saison, il faisait un temps splendide, aucun nuage ne venant gâcher cette belle journée, ce qui justifiait le port de ses lunettes. Au programme de ce jour, j’avais prévu de rendre visite à mon ancien lycée et à Robert, mon ancien boss. Nous avions décidé de commencer par mon boulot, en passant par le parc, où maman me promenait souvent. »

    Nous retrouvons Hély, qui par contre ne donne pas beaucoup de révélations. Elle reste la même, plus famille par contre mais très ou trop protectrice. Je pense qu’elle à peur de ce qui pourrait arriver à Lucynda, mais cette dernière à su prouver à plusieurs reprises qu’elle savait se défendre. Hély est présente, prête à aider l’héroïne, mais quelque chose m’échappe avec elle. Cette sensation indéfinissable qui ne me quitte pas comme quoi elle aurait des informations, mais qu’elle ne dit rien, pour le moment. Dante me fait penser à un père pour Lucynda, strict et juste, il tente de tout faire pour que son monde reste ‘en vie’. J’ai bien aimé Timoteï, il est honnête et ne juge pas les gens avant d’avoir tout en main.

    Paul sera de la partie également, cet homme va montrer sa puissance et sa dangerosité. Il est fort, il est sombre, il est démoniaque ! Un méchant comme je les aime, qui parle beaucoup mais agit surtout. C’est un calculateur né, il veut, il exige, il voit, il se sert ! Enfin, il essaye de se servir. Ses desseins sont aussi noirs que ses pensées et le monde qu’il crée lui-même. Sa soif de pouvoir ne le laissera pas sans faille et il suffit de s’engouffrer pour parvenir à l’atteindre. Mais il ne sera pas seul du coté des méchants et ils ne seront pas tendres.

    Le danger est permanent, il n’y à pas de place à de l’approximation et les protagonistes s’en rendront bien compte assez vite. La traque à commencé du début à la fin et dur de savoir sur qui compter réellement en dehors des personnages principaux. Que ce soit sur Terre ou sur Zebtiriu, le mot confiance semble ébranlé. Entre les gentils et les méchants, il y à un gouffre qui peut être traversé par un pont semé d’embûches.

    « Dorian dut déchiffrer mon regard, car il ne nous fallut aucun mot pour nous comprendre. L’air désespéré que j’affichais à présent suffisait pour cerner toute ma détresse face à ce qui allait suivre. Il me tendit juste sa main, ce qui me motiva et me poussa à me lever de mon lit. Je stoppai net, cependant, lorsque les deux accompagnants l’arrêtèrent, une main sur son épaule, et tentèrent de le devancer pour aller à ma rencontre. Je ne sus déchiffrer ses sentiments à ce moment-là, mais ils n’étaient, assurément, pas positifs envers eux. Il les foudroya du regard, en les bloquant de son bras, ce qui les calma net, et les poussa à reculer de quelques pas. »

    La dernière scène est violente, surprenante, inattendue. Un personnage va faire son apparition. Je ne sais pas pourquoi, mais je m’attendais à quelque chose de ce type, sans y croire. Des brides de souvenirs qui nous étaient montrées une fois de plus, nous font nous poser des questions sur ce personnage. Pourquoi n’était-il pas au même endroit ? Mais bien vite, nous oublions ce genre de questions pour nous approprier un peu plus les événements qui s’enchainent. Lorsque la capuche tombe, nos questions reviennent et là, c’est le drame. Le combat engagé devient plus lourd dans le sens plus dur. Des morts tombent de chaque coté des deux camps et l’inévitable arrive.

    La fin de ce tome nous plonge dans le même état que lors de la fin du précédent tome : A savoir, que va-t-il se passer réellement ? Sachant que le prochain sera le dernier livre de cette trilogie, nous devons nous attendre à tout. Ce qui m’intrigue c’est la façon dont Thomas perçoit les événements. Et si Dorian était à coté de la plaque, mais que Lucynda serait plus d’un coté chat que crocs ? Vous l’avez compris, ce deuxième tome est, à mes yeux, bien meilleur que le premier. (vous pouvez retrouver mon avis du premier ici)

    Logo Livraddict

    babelioDéfis sur Fb

    Avis de mes partenaires :

    Concours des partenaires

     

    « Un petit mot?L'impératrice Némésis (Coralie Martin) »

  • Commentaires

    5
    Les Mots de Letizia
    Samedi 10 Mai 2014 à 22:37

    Ca ne me tente pas..

    4
    Vendredi 9 Mai 2014 à 09:18

    4 tomes? Oh misère, de la torture en prévision... he

    3
    Vendredi 9 Mai 2014 à 00:36

    Merci pour cette chronique, Gabrielle!

    Je tenais juste à te rassurer (euh, enfin peut-être pas, car ça signifiera plus de suspens et de tortures :p ) mais il est question de 4 tomes pour cette saga. Donc, la fin du 3 risque bien d'être dans le même élan que ces 2 prédécesseurs.... ;)

    Bonne soirée!

    Delphine.

    2
    Jeudi 8 Mai 2014 à 22:25

    Je crois que tu avais aimé le premier donc tu devrais aimer encore plus celui ci wink2

    1
    fantasybooksaddict
    Jeudi 8 Mai 2014 à 22:20
    J'ai très envie de lire ce 2e tome !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :