• Médivaelia (Gala De Spax)

    Auteur : Gala De Spax (Sharon Kena) 

     

    Oméga, tome 1 Marquée (J.A. Curtol)

    4ème page de couverture :

    Médivaelia est une planète paisible dont l'unique sorcier vient de disparaître.

    Son élève, Flora, doit faire face à une étrange vague de folie qui s'empare de son royaume.

    Elle va devoir traverser le portail magique qui mène sur Terre afin de trouver le remède qui sauvera les siens…

    Mais entre choc des cultures et trahison, notre héroïne va avoir bien du mal à aller au bout de sa quête.

     

    Merci aux Editions Sharon Kena pour ce SP.

    Oméga, tome 1 Marquée (J.A. Curtol)Liaison interdite (Tamy Blackred)

     

    Flora, la Sorceresse de Médivaelia, doit faire face seule à un mal étrange venu sur sa terre. Seule, tout simplement parce que son mentor à disparu, sans laisser de traces, emportant avec lui ses remèdes, sa magie, sa canne, sa présence bienfaisante. Ce mal étrange se propage de plus en plus, sans que quiconque ne puisse y faire barrage. Flora est leur unique espoir. Son royaume tient sur ses frêles épaules. Après de nombreuses recherches, un rêve lui montrera la clé. Mais est-ce que cette clé sera bien la solution ? Notre guérisseuse va faire des rencontres qui l’amèneront sur un chemin semé d’embûches.

    Flora n’hésite pas à mettre sa vie en danger pour sauver les siens. Elle est courageuse, travailleuse et va affronter un monde bien différent du sien : le notre. Par contre elle est faible niveau pouvoir magique et sa confiance en elle est toute petite, mais vraiment toute petite. De plus Médivaelia est un monde qui pourrait être comparé au notre au temps du moyen-âge. Les gens travaillent la terre sans machines, ils ne cultivent que ce dont ils ont besoin, ont un respect de la nature très poussée. Je peux vous parler des animaux, puisque nous en voyons deux sur la couverture : Licornes et Dragons. Ces deux animaux sont très importants au sein de cette communauté, chacun ayant un but et une fonction bien précise. Et nul n’aurait dans l’idée de faire du mal à l’un ou à l’autre de ces espèces. Le vocabulaire est différent, d’ailleurs, vous trouverez un lexique au tout début du livre qui est bien utile lorsque nous ne connaissons pas un traitre mot de cette époque. La petite comparaison à un moment donné entre le film « Les visiteurs » et ce qui se passe entre Flora et Babu est du fait de l’auteure et j’avoue y avoir pensé à un moment avant qu’elle ne le fasse. Une petite touche d’humour dans notre monde non négligeable.

    Notre monde…

    Il est tel que nous le connaissons. L’égoïsme, la froideur, la luxure, les envies, le gâchis, la pauvreté et ses contraires. Tout est exacerbé, tout dans les extrêmes que nous nous demandons si ce monde auquel nous appartenons est vraiment aussi corrompu, détérioré.

    « L’idée de découvrir cet autre monde me mettait dans un état d’excitation incroyable. J’avais soif de nouveauté et de savoir. Comment ces hommes aussi cruels pouvaient-ils bien avoir acquis une telle connaissance ? La méchanceté entraînerait-elle l’intelligence et la présence d’esprit ? Il me tardait de rencontrer ce peuple si doué tout en redoutant qu’il ne s’en prenne à moi. »

    Flore va donc rencontrer d’autres personnes lors de son passage de son monde à celui-ci. Babu est un homme de la terre qui ne mâche pas ces mots, prends des substances illicites, sans compter tout ce qui se trame autour de lui. Je n’en dirais pas plus, mais l’imagination fera le reste, j’en suis sur. Il est ‘ami’ avec une certaine Brenda, une jeune femme qui pour un peu d’argent offre ses charmes au premier venu. Elle semble être une pauvre fille, se débrouillant comme elle peut pour survivre, mais son cœur ne demande qu'un peu d'amour. La puteresse va prendre notre sorceresse pour une folle totale, surtout lorsque le vocabulaire, la manière de se tenir et les grands yeux écarquillés de Flora sur notre monde s’accumule. Mais à force, elle va devenir amie avec Flora et lui apprendre tout ce qu’elle peut pour l’aider à comprendre ce qui se passe à Médivaelia. Le passage avec la souris géante est phénoménal !

    Du coté de Médivaelia plusieurs personnages sont importants également. Tout d’abord, le Prince Henri. Nous faisons sa connaissance alors qu’il est prit de fièvres obscures et qu’il n’est plus tout à fait lui-même. D’après le regard de Flora, il ne lui ait pas indifférent : beau, courageux, il fait partie de ces hommes qui savent apprécier ce qu’ils ont sous les yeux. Mais il est aussi le futur souverain de Médivaelia. Ses parents sont justes et bons. L’ancien maitre et professeur du nom d’Amolaric sera important, étant présent dans les pensées de ses pairs, mais également dans l’esprit de Flora. Il va avoir une place importante, comme un père. D’ailleurs nous en apprenons plus sur les parents de notre guérisseuse, mais point trop.

    Ce que j’ai aimé, c’est toute l’histoire et la découverte sur Médivaelia. Imaginer les lieux, voir leur art de vivre, car il s’agit de ce coté du portail d’un havre de paix où chacun aide son prochain. Personne ne veut du mal et n’y penserait même un seul instant. J’ai aimé également la façon dont Flora voit ce monde si différent du sien. Comment elle va s’adapter, comment elle va réussir à trouver ou non de l’aide. Brenda est un personnage intéressant et je dois avouer que je l’ai préféré à Flora. Le fait qu’elle soit complexe, elle m’a semblé plus travaillée aussi et ces choix ne sont pas anodins. Sa vie n’a pas été tout rose, personne ne choisit de devenir ce qu’elle est devenue. Certains diront que la fin elle la méritait. Pour ma part je pense juste qu’elle n’as pas su voir où était son intérêt sans compter que les personnes malintentionnées autour d’elle ne l’aidaient pas dans le bon sens.

    « - Je n’ai pas le même esprit tordu que toi, ni le même humour.

    - C’est certain que l’humour et toi, ça fait deux. Ton petit monde paradisiaque a l’air bien morose, ma pauvre. Vous bossez sept jours sur sept, vous n’avez pas de manège, pas de télévision, vous mangez des légumes et des céréales dégueulasses à longueur de journée. Où est le bonheur dans tout ça ?

    - Nous partageons la satisfaction du travail bien fait et nous délectons du spectacle de la nature. Nul besoin de parc de ce genre pour nous émerveiller d’un chant d’oiseau ou d’une course de lièvres.

    - Ah ouais, la grosse rigolade la course de lièvres, ça doit être kiffant à voir.

    Elle me tira la langue et éclata d’un rire goguenard. J’aurais voulu partager sa joie de vivre mais mon cœur se voilait d’un rideau sombre à l’écoute de ses moqueries. J’aimais mon royaume plus que tout et il me coûtait d’entendre Brenda le dénigrer de façon si grotesque. »

    Mais...

    L’innocence, la naïveté même de Flora m’a quelque peu laissé un gout amer en bouche. Son monde est idéal, certes, mais le temps qu’elle va vivre avec Brenda aurait dû lui démontrer que le bon n’est pas forcément partout. Les trahisons multiples des uns, les incompréhensions des autres, l’hôpital psychiatrique, trouver une solution ou un remède… vont la faire murir, mais avec beaucoup de décalage. Les choses vont s’enchainer très vite, trop vite à mon goût surtout sur la fin du livre. Le comportement de certains va être diamétralement opposé et j'ai trouvé qu'il manquait de douleur au niveau du personnage de Brenda. Je parle de douleur émotionnelle et non physique.

    Je reste un peu en retrait sur ce livre, je ne l’ai pas trouvé mauvais, c’est certain, mais pas génialissime comme d’autres. Gala à toujours cette facilité à vous embarquer dans des mondes insoupçonnés, sa plume est un délice à lire, mais je n’ai pas été emballé par ce qui arrivait à Flora. Je pense que je m’attendais à beaucoup plus de noirceur, de contraste de notre monde sur terre – Laurelenn étant plus sombre que celui-ci, il est à mes yeux un très grand coup de cœur – et la duplicité de certains personnages ne m’a pas paru assez percutante malgré tout. Je n’ai pas ressenti ses petits frissons caractéristiques que j’ai eut en lisant d’autres livres de Gala, d’où cet avis mitigé.

    Logo Livraddict

    babelio

     

    Défis sur Fb
    « Cultura St Quentin - Lydie Lemaire et...The Hope Of Love (AJ Kauffman) »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :