• Mémoires assassines (Christelle Colpaert-Soufflet)

     

    Mémoires assassines (Christelle Colpaert-Soufflet)

    Lien sur livr's éditions

    Gwendoline arrête de fumer ! (Martine Roffinella)

    Auteur : Christelle Colpaert-Soufflet


    456 pages papier

    Thème : Thriller

    *******


     

    Résumé :

    « Eva Lorca, chroniqueuse à succès du magazine people «Murmures d’ici et là», est victime d’une violente agression qui la laisse au seuil de la mort. Elle sort de l’hôpital après plusieurs mois avec le besoin de s’isoler du reste du monde. Pour tenter de se reconstruire, elle emménage dans son dernier caprice, une immense maison de maître qu’elle a exigé en échange du divorce que demande son mari. Eva commence à explorer sa nouvelle demeure et trouve dans un coffre au grenier les mémoires de l’ancien propriétaire des lieux, Henri Ficheaux. Eva découvre alors au fil des pages de ce journal intime la descente aux enfers d’Henri et les crimes de plus en plus atroces dont celui-ci s’est rendu coupable. Au fil de sa lecture, un lien étrange se tisse entre Eva et Henri. Elle va remonter cette piste sanglante jusqu’à trouver l’horreur, mais cette enquête aidera-t-elle Eva à se relever, ou l’entraînera-t-elle dans les abîmes jusqu’à ce que sa raison défaille ? »

    A propos de l'auteur :

    Passionnée par l’écriture depuis le collège, elle est d’abord une artiste frustrée par son manque de confiance, sa timidité et ses secrets; elle écrit en cachette depuis ses 15 ans. Pourtant, en 2012, elle se libère, grâce à son fils aîné et sa sœur, et envoie son premier manuscrit « SacrificeS » qui paraîtra en février 2013. Obsédée par les motivations des tueurs, elle aime s’aventurer dans les contrées les plus obscures de l’âme humaine, mais pas seulement, elle se passionne également pour le paranormal et ses dangers. Bien au-delà du traditionnel « tu tues, je t’arrête », Christelle aime danser et flirter avec le Mal, s’attachant même à ses personnages les plus sombres.

    Yem, tome 1 : le grand rift (Gilles Milo-Vacéri)

    Mémoires assassines (Christelle Colpaert-Soufflet)

     

    Je remercie beaucoup, beaucoup, beaucoup Emilie de livr's éditions pour l'envoi de ce livre dans le cadre de notre partenariat. Je l'avais repéré au salon fantastique grâce à sa couverture. Une femme sans yeux d'où coule du sang – oui il faut être un peu timbrée pour aimer ce type de couverture – mais je dois admettre que je sentais des frissons me parcourir le dos et j'adore cela. Donc oui, j'aime beaucoup cette première et le résumé est très tentant.

     

    Eva est une journaliste de 40 ans qui revient de très loin. Agressée à la sortie de son travail, il y a de cela 17 mois, elle sort de l'hôpital direction sa nouvelle maison achetée par son futur ex-mari. Futur ex tout simplement parce qu'ils divorcent pour cause d'infidélité entre autre car ce n'est qu'une fausse excuse. Et nouvelle maison ? Tout simplement parce que Eva n'acceptera de signer les papiers du divorce que si ce dernier lui achète la maison de ces rêves. Cette femme est aigrie, son corps est meurtrie tout autant que sa volonté de s'en sortir. Le traitement est probablement à vie pour qu'elle ne ressente plus les douleurs, mais le miroir est le plus grand de ses malheurs car il lui montre inexorablement ce qu'elle a perdu.

     

    «  Je poussai la lourde table du séjour contre la porte et m'assis, terrassée par la douleur. J'étais à la limite de la rupture. Mon corps semblait si lourd. Sur le passe-plat, j'aperçus le pilulier et le minuteur que Laurian m'avait offert. Je me traînai jusqu'à la cuisine et avalai une partie de mon traitement.

    Les mains appuyées sur la table, j'avais l'impression de ne plus avoir de répit dans ma quête. J'avais d'un côté cette soif de connaissance et de l'autre, la sensation de perdre la tête à chaque découverte. Cette nuit avait été un des pires moments de ma vie depuis mon agression ; j'avais eu, durant une fraction de seconde, l'impression de redevenir la proie d'un sauvage, comme je l'avais été en 2013. »

     

    Tout ceci n'est qu'une ébauche. Lorsque Eva découvre un coffre contenant bon nombre de carnets, elle va « vivre par procuration » l'histoire de Henri. Elle-même étant devenue agoraphobe et tout ce que cela implique, elle ne peut sortir sans ressentir bon nombre de contrainte comme des vertiges, peur, évanouissements... Henri est un petit garçon qui semble fasciné par la douleur, la faiblesse, la mort. Il décrit ce qu'il fait, d'années en années, de douleur en supplice. Ses besoins, ses envies, ses désirs, ses peurs parfois surmontées de colères. Eva va apprendre à connaître cet homme, tout comme nous apprenons les deux vies en parallèle. Eva... Henri... Tous les deux sont meurtris par la vie qui ne leur a pas fait de cadeau.

     

    Il n'y a pas de pitié à avoir pour l'un comme pour l'autre. Ils se sont battus pour devenir meilleur dans leur domaine et échapper à cette vie qui leur était contrainte. Eva avec un mari qui n'avait envie d'elle que lorsque l'un de ses articles donnaient de bon chiffre et Henri qui quémandait de l'amour familial, rien de plus. Eva est au bord de la dépression. Elle joue avec les hommes qui sont à ses côtés. Thibaut, son mari va la servir dans son métier. Elle ne compte pas perdre sa place malgré tout, mais il lui faut une super bonne idée pour revenir encore meilleure qu'avant. Stefan qui détient autant de parts, sinon plus que Thibaut et qui est l'amant de la miss – je ne vous dévoile rien de plus que ce qu'il y a dans les toutes premières pages – et donc un précieux atout. Il y a Laurian, le petit frère de Stef qui a un passé plutôt compliqué, mais il est présent pour les travaux dans la maison. Et puis il y a Henri. Cet homme qui a écrit quasiment toute sa vie dans ces nombreux carnets, qui se dévoilent, qui racontent les innombrables atrocités qu'il a pu commettre. Cet homme dont Eva se sent petit à petit de plus en plus proche. Les pensées de l'un sont celles de l'autre. Les compréhensions ou incompréhensions sont devenues communes.

     

    « Au plus les jours passaient, au plus je me sentais l'âme d'une psychopathe. Cette maison me changeait, Henri me changeait, tout comme Laurian me changeait aussi. Pourquoi avais-je eu cette pensée le concernant ? Pourquoi avais-je imaginé le tuer ? Je n'avais vraiment aucune raison de le faire.

    Je n'avais pas envie d'écrire. Je montai et le regardai enlever cette moquette qu'il avait déjà retirée du palier et du mur de la cage d'escalier. Les veines de ses bras ressortaient tellement l'effort était soutenu. Comme moi, il tomba sur une résistance et poussa un cri féroce en tirant sur le revêtement. Il vainquit, mais se trouva emporté en arrière. »

     

    Les personnages semblent réels, trop réels que cela en fait froid dans le dos. Que faudrait-il pour basculer de l'autre côté ? Très peu de choses, surtout si les sentiments se mêlent. J'ai adoré les personnages, ceux qui vivent, ceux qui meurent car ils sont tous très importants. Laurian a beau être le « sale gosse » de l'histoire, il a la tête sur les épaules et n'hésite pas à se mouiller par amour. Certains sont de vrais opportunistes et j'avoue avoir eu envie d'être à la place d'Eva afin de les écraser de la botte, telles des fourmis.

     

    J'ai beaucoup aimé avoir les deux vies qui se mêlaient, les personnages qui sont montrés petit à petit jusqu'à ce que l'on comprennes réellement ce qui se passe. On voit se dessiner à l'horizon des suppositions qui prennent formes. A plusieurs reprises j'ai eu envie de refermer le livre parce qu'Eva allait découvrir une horreur de plus, mais j'ai tenu bon, comme elle. J'ai vécu le livre, je n'ai pas d'autres mots pour expliquer cette lecture. Je l'ai commencé et j'ai eu un mal fou à le lâcher pour dormir. J'avais envie de savoir ce qui allait se passer, à l'un comme à l'autre. Cette Maude mérite ce qui lui arrive. Vous me trouvez affreuse ? Ce n'est qu'un juste retour des choses surtout que l'horreur n'arrive pas forcément pas ceux que l'on pourrait croire. J'ai adoré la fin, je me suis dit que cela ne pouvait pas s'arrêter ainsi. La maison est pleine de souvenirs, elle semble vouloir aspirer la bonne santé mentale des personnes qui y vivent. Cette maison en a tellement vu qu'elle est imbibée du mal régnant entre ses murs. Je pourrais continuer ainsi longtemps, mais sachez juste qu'il vaut mieux ne pas être trop jeune pour le lire, il y a tout de même quelques passages à éviter. Et sinon ? N'hésitez pas à le lire !

     

     Logo Livraddictbabelio

    Défis sur Fb 

    http://2.bp.blogspot.com/-mvhno11ISwg/VnA8BII8tUI/AAAAAAAAAqo/Fvq24wkEb5U/s1600/Banni%25C3%25A8re%2B2.png

     

    « L'ogre Gao (Stéphanie Lagalle)Mémoires assassines (Christelle Colpaert-Soufflet) - SP Livr's éditions »

  • Commentaires

    10
    Dimanche 1er Mai 2016 à 19:45

    Vraiment très intriguant, je note !! 
    Merci de cette découverte. 

    9
    Sabrina Desremp
    Dimanche 1er Mai 2016 à 19:36

    oh, pas mal du tout cette petite découverte! je note pour une amie qui adore le genre :) merci !

      • Dimanche 1er Mai 2016 à 19:48

        Petite mais costaud xD

        Merci à toi :)

    8
    Dimanche 1er Mai 2016 à 18:11

    Et bien et bien !!! A découvrir alors, je note, un bon thriller, ça fait longtemps que je n'en ai pas lu, bises !!

      • Dimanche 1er Mai 2016 à 18:32

        J'avoue que certains sont bons, mais s'il faut en retenir un, c'est celui-là :) (pour le moment :p)

    7
    Dimanche 1er Mai 2016 à 18:03

    J'aime quand on vit sa lecture. Je note ce titre, j'en lus peu du genre mais celui ci devrait me plaire.

      • Dimanche 1er Mai 2016 à 18:31

        Ah oui, j'en ai encore des frissons ! (N'empêche, cela donne des idées xD)

    6
    Dimanche 1er Mai 2016 à 17:59

    Une couverture qui me met mal à l'aise et une histoire qui m'a l'air effrayante. Brrr j'en ai froid dans le dos, je passe mon tour. Merci pour ton avis ! ^^

      • Dimanche 1er Mai 2016 à 17:59

        Ah on ne peut pas forcer les gens à aimer ce style de livre :)

        Merci d'être passée !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :