• Mercredi ciné #75, "Alias", série complète

     
     Série | Action | Drame | Espionnage | Américain | 2001 - 2006
     

    Réalisation : J.J. Abrams

     
    Synopsis

     

    " Alors qu'elle n'est qu'une simple étudiante, Sydney Bristow, une jeune femme en apparence des plus ordinaires, est recrutée par le SD-6, qu'elle pense être une agence gouvernementale, une division secrète de la CIA chargée d'opérations délicates. Mais lorsqu'elle révèle la vérité à son fiancé, celui-ci se fait assassiner sur ordre d'Arvin Sloane, son patron au SD-6. C'est ainsi qu'elle réalise qu'elle travaillait sans le savoir pour le camp ennemi, l'ennemi qu'elle pensait combattre. Elle contacte alors la véritable CIA et devient un agent double infiltré au SD-6 pour mieux le détruire de l'intérieur. C'est l'occasion pour Sydney de renouer les liens avec son père, lui aussi espion (ce qu'elle ignorait jusqu'alors), et lui aussi agent double ayant le même objectif.

    La vie de Sydney devient donc rapidement compliquée, puisqu'elle va devoir apprendre à jongler avec ses différentes « vies » : sa vie en tant qu'espionne pour le SD-6, sa vie en tant qu'espionne pour la CIA, sa vie avec ses amis proches, et sa vie d'étudiante, puisqu'elle est toujours censée suivre des cours à l'université. "

     

    Bande Annonce
     
    Distribution

    • Jennifer Garner : Sydney Bristow
    • Michael Vartan : Michael Vaughn / André Michaux
    • Victor Garber : Jack Bristow
    • Ron Rifkin : Arvin Sloane
    • Carl Lumbly : Marcus Dixon
    • Kevin Weisman  : Marshall Flinkman
    • Greg Grunberg : Eric Weiss 
    • Bradley Cooper  : Will Tippin 
    • Merrin Dungey : Francie Calfo 
    • David Anders : Julian Sark
    • Lena Olin  : Irina Derevko / Laura Bristow 
    • Melissa George : Lauren Reed 
    • Mia Maestro : Nadia Santos 
    • Rachel Nichols : Rachel Gibson 
    • Balthazar Getty : Thomas Grace 
    • Élodie Bouchez : Renée Rienne 
    • Amy Acker : Kelly Peyton 
     
    Mon avis

     

     

    C'est une série que j'avais vu il y a longtemps, pas à sa sortie, je n'avais pas le temps, mais lorsque j'ai acheté le coffret qui comporte toutes les saisons. Et j'avais beaucoup aimé. Décembre dernier, je ne savais pas trop quoi faire, lire c'est bien, amis j'avais envie de replonger dans  le temps et quoi de mieux que de se remettre dans les séries qu'on a aimé plus jeune (non je ne suis pas encore une croulante xD) surtout que je dois admettre que je ne regarde que peu la télévision et seulement les replay, mais par moment, ressortir les vieux dvd c'est sympa aussi.
     
     
    Sydney, j'ai vécu avec elle de nombreuses heures de stress permanent ! Une jeune étudiante qui se voit approcher par la CIA, c'est étonnant, mais pourquoi pas, puis au final, dès la saison 1, dès le début, elle apprend que la branche dans laquelle elle travaille est tout sauf la CIA, c'est l'ennemi qu'elle veut abattre. Lorsqu'elle est entrée au sein du SD6, elle avait à coeur de sauver le monde, tout du moins les perosnnes qu'elle aime. Peine perdue, alors qu'elle se fiance et devait se marier, elle parle à son futur mari de son vrai travail. Cela revient aux oreilles de son supérieur qui le fait tuer sans remords. C'est à ce moment qu'elle se rend compte que la CIA ne ferait jamais cela et va les voir afin de leur proposer ses services. S'ensuit un jeu de chat et de souris prenant.
     
     
    Une série d'espionnage qui va malgré tout dans tous les sens, jusqu'à ce que l'on comprenne qu'il y a un fil conducteur, un personnage qui amène les ennuis, les soupçons, une vie impossible à Sydney et sa famille : Arvin Sloane, un pourri de la pire espèce. Les personnages ont chacun un rôle de double voire de triple espion. Il est difficile pour certains de jouer un rôle pour au final être obligé d'être une autre personne. L'espionnage est complexe, car pour démelêr tout cela, il faut bien plus qu'un peigne. Les liens entre les personnnages sont également complexes, il y a ce qu'ils peuvent se dire, ce qu'ils ne peuvent pas et puis la science-fiction prend un peu de place, sans pour autant faire de cette série autre chose qu'un semblant de réalité.
     
     
    Sydney est loyale envers sa famille, celle qu'elle créée, pas celle du sang. De nombreux problèmes subsistent entre elle et son père, ou sa mère, ou même ses tantes. Plus la série avance et plus les surprises nous tombent dessus. Je ne vais pas spoiler, car on ne sait jamais si certains ne l'ont pas vu, je ne laisserais qu'une chose sortir : maman de Sydney n'est pas morte, mais ça on l'apprend super vite. Au début, il y a peu de personnages, nous avons Syd, son père, Sloane, et les deux amis : Will et Fran. Fran est la meilleure amie de Syd depuis longtemps. Elle a des rêves et pense que sa meilleure amie travaille dans une banque, tout comme Will son meilleur ami qui est secrètement amoureux de Syd, enfin cela se voit drôlement bien.
     
     
    5 saisons qui se termine avec une vraie fin pour Sydney et sa famille. Il faut bien avouer que les épisodes se suivent et se ressemblent parfois : un membre des 12 plus méchants veut une action, un produit, un homme, une machine, peu importe, elle va devoir la récupérer et en faire une copie ou donner un faux à son patron pour que la CIA puisse l'obtenir et ainsi protéger la population. Chacune des relations qui s'approche de Sydney a toujours un objectif, vouloir un morceau d'elle et lorsqu'une fameuse page 47 fait son apparition avec un dessin qui ressemble drôlement à notre héroïne, c'est la catastrophe. Tout s'accélère pour elle et sa famille comme ses proches. Will est en danger permanent et va devoir voler de ses propres ailes lors de la saison 3. Il revient par intermittence (très peu d'épisodes, mais il est facile de comprendre que ce personnage était voué à disparaitre à un moment donné, le pourquoi reste flou) Tout comme Fran, mais ça c'est une autre histoire tordue de plus.
     
     
    En plus de Bradley Cooper, le fameux Will, j'ai adoré les personnages qui apparaissent plus tard dans la série, comme Amy Acker (qui a été ma Fred dans Angel, une gentille un peu naïuve, mais très intelligente, ici elle a un super rôle de méchante tout dans la classe !), ou encore Rachel Nicols (que j'ai vu dans continuum il y a quelque temps et que j'avais adoré). Il y a bien entendu d'autres acteurs et actrices qui font leur apparition, comme Elodie Bouchez, une actrice française, un peu de chauvinisme ne fait pas de mal. Sydney a souvent un problème de confiance : elle a confiance envers certains et pas envers d'autres, alors qu'il aurait mieux valu inverser. Il faut dire que depuis toute petite on l'a trompé, ce n'est pas évident de faire la part de tout cela. Je pourrais en dire beaucoup sur les personnages, entre celui qui joue au businessman et qui va toujours du côté des gagnants (Julian Sark) ou sur l'envie de réussir et de travailler dans de bonnes conditions (Marshall Flinkman), ils ont tous un petit quelque chose qui donne envie d'en savoir plus, de voir comment leur vie privée évolue et par chance nous en apprenons jusqu'au dernier épisode.
     
     
    Drame, oui, car nous perdons des personnages que nous apprécions la plupart du temps. Et puis il y a ce fkil conducteur dont j'ai évoqué sans pouvoir dire plus que cela : Milo Rambaldi qui n'existe absolument pas dans la vraie vie. Il a été créée en tant que prophète, capable de prédire l'avenir et de montrer ce qui risque de se passer à notre époque. Un véritable visionnaire qui a réussi à avoir une avancée fulgurante sur notre époque, arrivant à faire créer un virus fatal détruisant une ville complète (je ne parlerais pas de zombie, non, non, juste des malades qui sont devenus fous) Il faut comprendre qu'à part quelques épisodes, pas plus de 10, tout le reste reste dans la normalité, dans le réel en quelque sorte. Ce que j'adore c'est surtout les différents looks de Sydney, j'adore, si j'avais son charisme et sa taille, il est clair que je m'amuserais autant !
     

    Après avoir donné 5 ans de sa vie depuis qu'elle sait que le SD6 était l'ennemi, Sydney a beaucoup évolué et changé de secteur à plusieurs reprises. Elle a su créer sa propre famille, accordé sa confiance aux bonnes personnes et surtout son père est devenu un véritable héros. Sloane n'a eu que ce qu'il voulait. Nous suivons les Des surprises il y a en a la pelle, tout comme des sauts d'humeur. Être obligé de toujours regarder derrière soi n'est plus envisageable. Avoir un peu de temps pour soi, aspirer à avoir la paix serait un plus. Comme dis plus haut, la fin clôture très bien la série, laissant un petit coin d'imaginaire pour Isabelle, mais cela restera uniquement dans notre esprit.
     
     
     Résultat de recherche d'images pour "alias la série"

    Ma NOTE  

    Mercredi ciné #74, "SOS fantômes, 2016", le film

     

    « Top Ten Tuesday # 203Day's Reading # 204 »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    12
    Lundi 1er Mars à 19:04
    Satine's books

    Pas pour moi lol 

    11
    Mardi 23 Février à 22:42

    Pourquoi pas ! Ca me fait un peu penser à la série Chuck :) 

      • Mercredi 24 Février à 15:44

        Chuck, je crois avoir vu quelques épisodes xD

    10
    lheuredelire
    Mercredi 17 Février à 21:43

    Jamais vu ! ca a l'air sympa

      • Vendredi 19 Février à 22:01

        Oui, c'est autant délirant que instructif xD

    9
    Mercredi 17 Février à 21:19
    J’ai vu quelques épisodes à droite à gauche mais aucun souvenir dis donc !
      • Mercredi 17 Février à 21:34

        Vu que j'en ai oublié, je le comprends très bien ^^

    8
    Kim
    Mercredi 17 Février à 21:06

    J'adorais cette série mais je n'ai jamais vu la fin ^^

      • Mercredi 17 Février à 21:32

        La fin est à la fois triste et heureuse xD

    7
    Vampilou
    Mercredi 17 Février à 16:37
    Une série culte, que j'ai beaucoup aimé !
      • Mercredi 17 Février à 19:27

        J'avais oublié des épisodes xD et la mère, purée, c'est une timbrée comme la plupart des personnages xD

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :