• Missouri 1627 (Ted Caplan et Jennifer Hendriks)

     

     Résumé 

     

    « À 17 ans, Veronica a un avenir prometteur. Élève populaire et brillante, elle vient d'être admise dans une prestigieuse université et sa vie semble toute tracée. Pourtant, le jour où elle découvre qu'elle est enceinte, son monde s'écroule et toutes ses certitudes s'envolent. Elle n'est pas prête.

    Parfois, dans la vie, il y a des tests qu'on préfèrerait rater...

    Sa seule solution : se rendre dans une clinique à 1 627 kilomètres de chez elle.
    Désespérée, elle se tourne vers son ex-meilleure amie, Bailey, punkette affranchie, la seule à qui elle peut demander de l'aide.
    Commence alors un périple à mille à l'heure sur les routes des États-Unis.

    Ces deux filles, que tout oppose, vont devoir affronter le monde et prendre leur destin en main.

    Des rebondissements en pagaille, un lexique de gros mots très créatif, une amitié mise à l'épreuve, un vent de liberté et bien plus encore...
     »   
     

     Ma chronique 



    Je remercie la maison d'éditions Bayard ainsi que Babelio pour la lecture de ce titre.
     
     
    J'avais envie de légèreté, oui cela m'arrive et lorsque Babelio a proposé cette lecture, je me suis dis que c'était l'occasion d'aller voir ailleurs. Lorsqu'il est arrivé, j'ai eu le sourire rien qu'avec la couverture. Comment ne pas remarquer d'emblée l'utérus avec cette voiture qui doit décider de quel côté aller ? Missouri 1627 est un récit où Veronica fait un teste de grossesse à 17 ans dans les toilettes de son lycée alors qu'elle a une semaine et quelque de retard. La hantise pour tout un tas de raisons. Elle a un avenir dans une très belle université loin de chez elle, c'est quasiment la meilleure du lycée, populaire, gentille, ne créant pas d'histoires. Et un petit ami Kevin qui n'ira pas dans la même université, mais ce n'est pas grave, ils pourront toujours se voir les weekends, jusqu'à ce que leur amour s'étiole tout naturellement. Trois minutes où la hantise prend aux tripes Veronica et où elle ne veut le dire à personne. Sauf que tout ne se passe pas comme elle le voudrait. Le bâtonnet file entre ses doigts et tombe entre les mains de son ancienne meilleure amie : Bailey. Cette dernière est l'opposé de Veronica, fumant de l'herbe, adorant avoir des ragots sur elle, pourtant tout n'est pas forcément vrai.

     
    Veronica et Bailey, tous les oppose depuis 4 ans, pourtant Veronica va se tourner vers elle, une fois qu'elle aura appris ce qu'à fait Kevin. Elle veut avorter sans que qui que ce soit ne soit au courant et pour cela, il faut trouver un lieu qui accepte les non majeurs sans parents. 1627... c'est le nombre de kilomètres qui séparent la clinique de la jeune femme. 1627 kms qu'il va falloir parcourir, sans voiture ? Non, Bailey en a une et par chance les deux filles vont réussir à s'entendre le temps d'un weekend. D'accord, il va falloir un paiement pour faire bouger les fesses de Bailey et pas mal de petites choses, comme certaines promesses. Le road trip peut donc démarrer sur des faits qui sont à la fois joyeux et tristes.
     
     
    Le récit a énormément de choses à raconter. L'avortement qui est tabou dans une société où l'enfant même non désiré est roi, surtout pour les parents de Veronica. D'ailleurs nous en avons un aperçu avec la grande soeur. L'avortement où la société est encore contre cette idée. Il s'agit pourtant du corps de la femme, c'est elle qui décide si elle se sent capable, si elle veut tout simplement un enfant. La société n'a rien à dire, pourtant elle le fait encore de nos jours. Militants pacifiques ou non, les deux "héroïnes" vont devoir faire avec ou plutôt vont devoir affronter un ensemble de personnages durant ce voyage. Si le début est drôle, avec une Bailey défoncée, un Kevin qui ne cesse de se retrouver aux mêmes endroits qu'elles afin de l'empêcher de détruire ce qu'il considère comme sa future famille, la suite prend plus d'ampleur. Le rire est très présent, mais les décisions prises sont travaillées. Des situations cocasses, comme cette rencontre avec un homme très bizarre en pleine nuit où elles doivent fuir dans un champ où dorment des vaches, ou encore l'entrée dans un strip en plein jour.
     
     
    L'humour présent dédramatise la situation qui reste complexe pour les deux anciennes amies. Vol de voiture, regards de travers, prises de stupéfiants pouvant amener bon nombre de situations encore plus étranges... Bailey est un véritable cas, mais plus le récit défile plus nous apprenons ce qui s'est passé durant ces quatre années où elle s'est retrouvée seule. Tandis que Veronica l'apprend en même temps que nous, les échanges sont plus forts entre elles. Et puis il y a LE boulet qui intervient sans que nous en comprenions comment il fait jusqu'à l'explication. Ah les téléphones sont impitoyables et surtout tout ce que nous pouvons oublier, comme le traçage et ce n'est que le haut de l'iceberg. Veronica est à la fois drôle et pathétique : vouloir à tout prix rester dans le paraitre. CE road trip va lui montrer l'essentiel et c'est ça le plus beau. En plus de l'humour, la religion est ancrée dans le récit avec les personnages telle Saphir. Une pure contradiction entre ce qu'elle dit et ce qu'elle fait comme la plupart des protagonistes.
     
     
    Alors le boulet de Kevin, que dire de lui ? Ce qu'il a fait n'est pas nommable, par contre je peux comprendre son envie de famille, d'enfants, pour les mauvaises raisons bien entendu. Il ne s'en rend pas compte et je reprendrais les mots de Bailey : c'est un psychopathe ! Sérieux, il l'a suit encore et encore. Il est complètement paumé et est tellement convaincu de son bien-fondé qu'il en fait pas attention à ce qu'elle désire réellement. La relation entre les deux est celle du couple phare : le meilleur en sport, la plus populaire, mais les apparences prennent un coup de fouet en pleine tête. La révélation qu'aura Veronica lui fera prendre conscience que ce qu'elle croyait n'est pas forcément la vraie vie. Elle connaît ses parents, elle connaît leur décision s'ils étaient au courant de sa grossesse, elle sait qu'elle doit faire face seule ou presque. Ses parents justement sont d'une ancienne génération, de croyance différente, resté sur la famille, l'enfant, le fait que les envies de leurs propres enfants passent avant eux et il en sera ainsi pour leurs propres enfants.
     
     
    Et puis il y a les amies de Veronica qui travaillent dures, jalousent également la relation que la jeune femme a avec Kevin le plus beau, le plus fort, le meilleur en sorte. Des relations uniquement dans le paraitre, même si elles s'apprécient, probablement parce qu'elles se ressemblent, qu'elles ne montrent que le meilleur. Lorsqu'il y a un ennui chez l'une ou l'autre ? Cela n'existe pas, tout doit être parfait, tout doit être contrôlé. Le type même de relation que nous pouvons retrouver dans n'importe quel établissement de ce type, pas toujours toxiques, mais cela risque de le devenir à la longue, sauf si nous nous en rendons compte à temps.
     
     
    Ce n'est pas un parcours simple, si vous lisez le livre, la page 229 vous donnera tout dans les grandes lignes, ce que les deux femmes vont vivre. Une aventure qui va leur montrer qui elles sont devenues. Une aventure riche en rebondissements et où nous nous disons qu'elles ont vraiment une poisse d'enfer ! Destruction de véhicules, course-poursuite, rencontre de personnages haut en couleurs qui vont tenter de les faire changer d'avis... Veronica chute de son piédestal avec bonheur, car elle sait ce qu'elle veut. Le fait de dédramatiser l'avortement et tout ce qui l'entoure apporte un vent nouveau à ce thème. Personnellement même si je n'ai qu'un fils, il peut me parler de tout et il le sait, vu qu'il le fait déjà. Il n'y a pas de tabou, mais pour ceux et celles qui n'ont pas cette chance, la fin du livre leur montrera qu'il n'y a rien de mauvais en soit. Le choix leur appartient, il faut juste des gens autour pour les soutenir dans leur choix et pas les pensées.
     
     
    L'histoire si lit vite, en moins d'une après-midi je l'ai lu. J'ai eu cette impression de voir un "Very Bad Trip" version filles sans retour en arrière, juste avec les éléments les uns après les autres. Pas de tigre (ou lion pour le coup j'ai un doute) par contre un furet ! Qui a autant de poisses possibles ? Bailey et Veronica. La première a un rêve qui va s'effondrer encore plus, tandis que la seconde va peut-être parvenir à son but. Dans tous les cas, toutes deux vont vivre une sacrée aventure hors des sentiers battus. En conclusion, une histoire qui se lit vite, apportant de la légèreté à un sujet important.
     
     

     Extrait choisi : 

     

    « J'efface son texto avec des doigts tremblants, puis je bloque son numéro. Bailey lorgne l'écran.
    — Laisse-moi deviner. Tu as peur qu'il te largue s'il découvre le pot aux roses ?
    — Ouais. C'est con, hein ?
    — Moins con que de sortir avec lui.
    — Tu le détestes parce qu'il est populaire.
    — Tu délires.
    — Je ne délire pas ! Il m'aime. En seconde, il m'a proposé de sortir avec lui tous les jours pendant un mois avant que j'accepte. Il m'envoyait des petits mots adorables. Un soir, il est carrément venu sous ma fenêtre.
    — ça s'appelle du harcèlement.
    — C'était hyper romantique !
    Je ne sais pas pourquoi je défends Kevin, alors que j'ai toujours envie de l'enfermer dans la chambre froide du restaurant. Probablement à cause de l'air suffisant de Bailey.
    — Pour moi, ton Roméo devrait faire l'objet d'une injonction restrictive, insiste-t-elle...» 


     https://imagine.bayard.io/unsafe/380x0/bayard-static/edition/couvertures/9791036303685/9791036303685.jpg

    « Mercredi ciné #82, "Bloodshot", le filmUn second souffle (R.S. Grey) »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    14
    Samedi 10 Avril à 13:04
    Steph*

    Je le vois passer depuis un moment celui là et il me tente de plus en plus !

      • Samedi 10 Avril à 18:14

        Il fait passer un beau moment avec plein de bons thèmes :)

    13
    Jeudi 8 Avril à 21:06
    Il y a vraiment de bons retours sur ce livre !
    12
    Diament
    Jeudi 8 Avril à 14:19

    J'ai bien envie de le découvrir !

    11
    Kim
    Jeudi 8 Avril à 12:29

    Oh tiens, pourquoi pas !

    10
    Jeudi 8 Avril à 07:07

    Ta chronique me fait baver, c'est le genre de thèmes auquel j'adhère beaucoup :3 Merci pour la découverte ! 

      • Jeudi 8 Avril à 15:56

        Trop contente qu'il te plaise, bonne future lecture :)

    9
    lheuredelire
    Mercredi 7 Avril à 23:22

    Il ne me tentait pas à la base mais à force de le voir partout... je ne sais pas si je me laisserais tenter malgré tout, les thèmes et les road trip je ne suis pas très fan à la base

      • Jeudi 8 Avril à 15:53

        Je trouve qu'il est bien fait dans le sens où certains points sont accentués pour montrer que c'est une erreur et d'autres non. à toi de voir :)

    8
    Vampilou
    Mercredi 7 Avril à 19:54
    C'est un roman qui me fait tout particulièrement envie !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :