• Ne m'oublie pas, l'intégrale (Céline Musmeaux)

    Ne m'oublie pas (Céline Musmeaux)

    La bête du Bois de Boulogne (Christine Béchar)

    Auteur : Céline Musmeaux

    380 pages pdf

    Thème : Young Adult

      *******


    Résumé de l'éditeur :

    « Au Japon, l’été de ses 13 ans,Yukino passe ses vacances au bord de l’eau. Alors qu’une énième dispute éclate avec ses parents, elle s’enfuit tête baissée vers la forêt. C’est là qu’elle fera la rencontre de Daiki, un jeune garçon de son âge allongé au pied d’un arbre. Après avoir partagé avec lui une longue après-midi agréable, au moment de se séparer, elle lui demande de ne pas l’oublier… Cette rencontre a changé son existence. Les années ont passé, bien des choses ont chamboulé sa vie, mais Yukino n’a jamais pu oublier Daiki, qu’en est-il du côté du jeune homme qu’il est devenu ? »

    La bête du Bois de Boulogne (Christine Béchar)

     

    Ne m'oublie pas, l'intégrale (Céline Musmeaux)

    Je remercie le forum have à break, have a book et que Céline Musmeaux pour ce partenariat et m'avoir permis de le lire.

    Yukino est une jeune fille de 16 ans qui va intégrer l’école de ces rêves, afin de pouvoir retrouver le jeune homme nommé Daiki qu’elle avait rencontré 3 ans auparavant lors d’une balade peu commune. Mais en trois ans, des questions refont surface le premier jour de la rentrée : est-ce qu’il sera bien présent ? Va-t-il se souvenir d’elle ? Comment gérer les situations qui vont se présenter à elle ? Comment va-t-elle réussir à grandir ?

    L’histoire parait au premier abord assez simple, une jeune fille veut retrouver celui qui a été et qui est toujours son premier amour. Mais tout va se compliquer très rapidement. Yukino a perdu son grand frère, Eiji, un an auparavant, renversé par un camion. Sa mort l’a énormément affecté, mais rajoutez-y le départ de son père qui ne supportait plus qu’il ne soit plus là, une mère dépressive qui se met en couple avec un ami d’enfance qui lui a deux garçons, Keito le cadet et Rei, qui sont à peu près du même âge, et qui s’amusent à martyriser Yukino. Vous avez ce qu’elle vit depuis un an. Ce que la jeune fille subit, c’est ce qui pourrait arriver à tout le monde, une famille recomposée, des enfants issus de parents différents, comment gérer le tout ? Pas évident, c’est certain. La jeune fille se fait quasiment torturer depuis des mois par ces deux demi-frères, jusqu’à ce qu’un jour Rei change son comportement d’un coup.

    J’ai eut du mal à comprendre Yukino dans la plupart de ces faits et gestes et même ses paroles. Elle est douce, en comparaison de la vie qu’elle a vécu, mais elle est très souvent allongée dans le lit de l’infirmerie. Sa fragilité m’a énervée à un moment donné. Oui, son frère était son pilier, son frère était sa vie, celui à qui elle racontait tout. Sa mort l’a énormément affectée, oui, je me répète aussi, mais la vie continue et le fait de vouloir revoir Daiki m’a fait croire qu’elle évoluerait à un moment ou un autre. Ce qui sera le cas, mais trop tard à mes yeux, il faut attendre la fin pour la voir réagir réellement sur sa propre vie et se dire qu’il faut qu’elle avance. Cette obsession sur ce jeune homme rencontré trois ans plus tôt aurait pu être mignonne, mais certains points m’ont déstabilisé par moment. Elle arrive à ce faire des amis, très peu, mais le nombre ne compte pas. Et pourtant elle ne fait que rechercher ce jeune homme durant des mois. Jusqu’à ce qu’enfin elle mette la main dessus. Par moment je m’attachais à elle, et à d’autres pas du tout. Sa fragilité est émouvante, mais trop d’émotions la perturbant m’a laissé un gout amer.

    J’ai trouvé l’héroïne égoïste par moment, elle ne pense qu’à son malheur et ne semble pas vouloir s’intéresser aux autres malgré les efforts que certains font. Je pense particulièrement à Shima. Il se trouve dans la même classe qu’elle, qualifié de belle gueule par les autres filles et par-dessus tout recherche la présence de Yukino. Il est, au départ, le lourd de première, celui qui veut sortir avec elle, mais au fur et à mesure des pages, il se révèle un véritable ami, étant présent à chaque fois qu’elle en a besoin, l’intégrant dans certaines de ces sorties pour ne pas la laisser seule. Il ne connaitra son passé que lorsqu’elle aura enfin décidée à le lui dire, mais avant de savoir, Shima est et restera le jeune homme qui sera le premier à faire attention à elle. C’est sans compter qu’il arrive à dédramatiser les situations qui devraient être glauque. Un protagoniste qui est important dans l’histoire.

    En parlant personnages, j’ai beaucoup aimé Rei, Keito – non pas lui, mais j’ai adoré le détester –, Oshiro, Maya… En bref quasiment tous les autres qui sont dans le livre. Entre Oshiro et Yukino, c’est un contact étrange qui se fait. Lui semble vouloir jouer avec elle, la voir, ne pas la voir ? Elle voit en lui une similitude avec son Daiki, mais le grand frère d’Oshiro serait ce jeune homme qu’elle a rencontré. A-t-elle raison ou tort ? Je me suis moi-même posé des questions, jusqu’à ce que nous apprenions qui sera ce Daiki, ce qu’il a fait durant tout ce temps. Oshiro semble très protecteur, mais il a un mal-être qui le ronge. Il est mystérieux, tout comme Rei, le demi-frère de la jeune fille. Lui aussi est devenu très protecteur malgré tout. J’ai beaucoup aimé le passage lorsqu’il donne des explications à Yukino, même si ce qu’il dit ne pardonne pas tout ce qu’il lui a fait subir. Keito… pour ma part, je n’avais pas compris de suite le pourquoi et lorsqu’enfin j’ai eut l’illumination sur lui, j’ai fait une pause. Il a de drôles de réactions, qui m’ont paru peu voire pas compréhensibles du tout. Maya va devenir la meilleure amie de Yukino, même si cette position aura un double tranchant sur Maya. Elle est déjà l’amie d’un autre personnage, dont je n’aurais pas cru et surtout fait des promesses qui la lieront, la laissant sur un fil où le vide se situe en dessous. Un seul faux pas et c’est la catastrophe, ce qui arrivera malheureusement. Un personnage que j’ai beaucoup aimé : l’infirmière ! Mura Sensei est une femme qui est douce et ferme à la fois. Elle tente de remettre Yukino sur pieds, mais cette dernière ne l’écoute pas. Mura sent les choses, les voit venir, si elle pouvait ouvrir les yeux de la jeune femme plus vite, je l’aurais remercié vivement :p

    J’ai apprécié le livre grâce aux personnages secondaires, autant être honnête, sans eux, il n’aurait pas aussi vivant. L’image que Yukino a de Daiki est si irréelle, que lorsqu’elle le côtoie, elle ne le voit pas du tout. Cela m’a fait penser à Lois Lane qui ne se rend pas compte que Clark EST superman… C’est drôle au début, mais plus j’avance et plus je me disais, que ce n’était pas possible, quand allait-elle ouvrir les yeux et le voir là ? J’ai bien aimé l’écriture de l’auteur, fluide, même si quelques coquilles et surtout des mots dont je n’ai pas compris du tout le sens – Merci Google mon meilleur ami de m’avoir aidé – tel les bento… Ne connaissant absolument pas les traditions de ce pays, les mots utilisés ne se trouvent pas forcément à tous les coins de rue et j’aurais aimé, même si je sais que je ne parle que pour moi, avoir un petit lexique de certains mots au début du livre. (je sais j’en demande beaucoup). C’est une histoire que je n’oublierais pas car même si je n’ai pas tout aimé dans l’histoire, il y en a assez pour l’avoir apprécié, surtout la fin ;)

    Un petit extrait pour terminer :

    « Sinon tu dois également vouloir des nouvelles de Maman... Elle semble aller mieux, tout doucement, mais sa peine de t'avoir perdu est encore très vivace. Je ne sais pas si un jour elle relèvera complètement la tête, mais elle peut compter sur moi pour l'épauler dans les moments difficiles...

    Quand à notre paternel... Je n'ai aucune nouvelle et je ne m'en porte pas plus mal. Du moins, c'est ce que je me dis pour me détacher de son absence et de sa fuite. Qui sait, un jour peut-être le reverrais-je? Je lui suis peut-être reconnaissance d'être parti, car en faisant cela, il m'a offert la chance d'avoir de nouveau des frères sur qui compter...

    Bien que tu nous aies quittés, à mon grand malheur, je sais que tu m'as laissé le plus beau des cadeaux : "l'amour" et je t'en remercie chaque jour... J'aurais tellement aimé que tu vives avec moi ces instants de bonheur et de joie...

    Tu vois, Eiji, je ne t’oublierai jamais, tu resteras à jamais gravé dans mon cœur. Tu es mon frère bien-aimé, tu m’as protégé toutes ces années et tu t’es même sacrifié pour mon bonheur… Je te fais la promesse de venir chaque année pour te raconter ce qu’est ma vie. Même dans vingt ans, je penserai toujours à toi, j’emmènerai mes enfants te voir et même mes petits-enfants, si le destin me le permet. Tu resteras à jamais dans ma vie. Je n’oublierai jamais que c’est toi qui m’a poussée à croire en ce garçon que j’ai rencontré il y a quatre ans, par un bel été. Je n’oublierai pas tes efforts ainsi que les siens afin qu’il puisse tenir la promesse qu’il m’a faite… Elle a changé mon existence de bien des manières et pour rien au monde je ne regretterais de l’avoir tenue…

    Merci Eiji… Merci pour tout ce que tu m’as donné. Je ne t’oublierai jamais… »

    Logo Livraddictbabelio 

    Appartient au défi suivant :

    Défis sur Fb

     

    « Des mots sur vos lèvres # 22Rebecca Kean, tome 2 - Pacte de sang (Cassandra O'Donnell) »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :