• Nuits tranquilles à Bélem (Gilles Lapouge)

     

     

    Nuits tranquilles à Bélem (Gilles Lapouge)

    MASSE CRITIQUE

    BABELIO

     

    Auteur : Gilles Lapouge

    163 pages papier

    Thème : Contemporain

      *******

     Résumé :

    « "J'avais dit oui, et ensuite ma vie a changé."

    Que peut-on refuser à un gamin qui vous saute dans les bras en hurlant « Papaï, Papaï, tu es revenu ! ». Faut-il briser son rêve de gosse ou accepter de lui prendre la main en se laissant guider vers une autre vie, d’autres souvenirs, d’autres désirs ?
    Pourquoi ne pas devenir un autre, à Belém, au Brésil ? S’oublier au détour de quelques rues pour se glisser dans la peau de Luis Carlos, coureur de jupons des favelas, disparu du jour au lendemain pour chercher l’or en Guyane. Renaître à la faveur de la nuit en père et mari indigne, de retour au foyer après de longues années d’absence et tenter de reconquérir la sévère et voluptueuse Maria de Lurdes.
    Pourquoi ne pas s'abandonner à cette étrangeté, cet oubli de soi, pour effectuer le "vrai" voyage celui qui nous permettrait de de renaître dans le pays que nous découvrons ?
    Gilles Lapouge nous entraîne vers ce voyage ultime, cet exercice d'invention de soi dans la nuit tiède et sensuelle du Brésil.
    »
       

    La bête du Bois de Boulogne (Christine Béchar)

    Nuits tranquilles à Bélem (Gilles Lapouge)

     " C'est vrai ça ! Peut-être que j'avais la maladie d'Alzheimer, comme tout le monde, et je ne vois pas pourquoi on a inventé toute une maladie alors qu'en vérité la perte, la disparition et le néant forment la marque de la condition des hommes, le double fond, pourrait-on dire, de toute vie, le socle.Ce n'est même pas une maladie, cet Alzheimer. C'est l'être de l'homme et c'est l'être de la femme. Dans les nuits de ma cabane, avant de courir chez Gordinho, je lançai des expéditions pour exhumer, du fond du noir, des figures et des scènes qui avaient disparu dans le puits sans fond d'Alzheimer mais c'était un baroud d'honneur car, malheureusement, cette maladie n'existe pas."

     

    Je remercie Babelio ainsi que la maison d'édition Arthaud pour l'envoi de ce livre. J'ai mis du temps à écrire mon avis, attendant le dernier moment pour me bouger, car j'avoue ne pas savoir comment l'aborder car je n'ai ni sauté de joie, ni été très déçue.

     

    La quatrième est intéressante, un journaliste revient sur des lieux au Brésil après des années et va se retrouver embarquer dans une histoire abracadabrante : un gamin des rues l'attrape, convaincu qu'il est son père, le ramenant chez lui, chez eux. Il aurait été chercheur d'or en Guyane et plus personne ne l'attendait réellement, surtout avec la réputation de coureur de jupons qu'il a laissé derrière lui.

     

    L'histoire est particulière, dans le sens où j'ai aimé le fait que notre journaliste arrive et se fasse prendre pour un autre, par contre, j'ai un problème avec la manière dont c'est amené. Je m'explique, l'auteur fait souvent partir son personnage principal dans ses rêves et imaginations qui m'ont perdues quasiment à chaque fois. L'écriture est fluide, le livre se lit très vite, mais, j'ai été largué, autant être honnête. Je n'ai pas eut l'impression qu'il avançait dans l'histoire du village, car beaucoup de son propre passé revenait en mémoire, tout comme son imagination fertile qui parlait de roi tel Louis XIV, mais également Rimbaud, Jules Ferry... Je n'ai pas vraiment vu l’intérêt lors de la lecture. Peut-être suis-je passé à côté de ce que l'auteur voulait faire passer. Entre la réalité de son imposture et les souvenirs, il n'y a pas de limite entre les deux, ce qui est perturbant.

     

    Ce qui aurait pu être intéressant, c'est le fait qu'il soit rentré dans la peau d'un autre, même si je n'ai toujours pas compris pourquoi il n'a pas dit précisé que ce n'était pas lui. Nous avons quelques détails sur l'autre, celui qui est réellement parti et non revenu, celui qui a joué avec les femmes sans chercher à savoir si elles sont mariées ou non. Sauf que comme je l'ai indiqué, cela aurait pu être intéressant si nous étions vraiment rentré dans la peau de ce personnage et pas le journaliste. Car nous avons plus de lui en tant que personne que de l'imposteur qu'il représente. Son travail au marché, les relations qu'il a sont trop succinctes à mes yeux. Il enquête sur un passé qui n'est pas le sien pour se l'approprier, sauf que c'est trop léger. Je n'ai pas réussi à entrer dans l'histoire, dommage, parce que l'écriture de l'auteur est très belle et que le sujet ne laisse pas indifférent.

     

     Logo Livraddict

    babelioDéfis sur Fb

     

    « Les lunes de sang, volume 1 - SP Armada éditionsDéfi du mois de juin 2015 »

  • Commentaires

    1
    Lundi 8 Juin 2015 à 17:00

    Je ne connais pas et je ne suis pas fan ^^. Je pense passer mon tour :p

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :