• Péripéties d'une Potterhead amoureuse, tome 1 : la face cachée des apparences (Nina Oktava)

     

    Péripéties d'une Potterhead amoureuse, tome 1 : la face cachée des apparences (Nina Oktava)

    Disponible sur Amazon

    Ash et Vanille, tome 1 : les guerriers du lézard (Sosthène Desanges)


    Auteur :

    352 pages numérique (pdf)

    Thème :  Romance contemporaine

      *******

    Fait partie de la série

    Péripéties d'une potterhead amoureuse

       

    Résumé :

    « « En l’espace de trois ans, j’avais détruit deux garçons, sous prétexte que je les avais trop aimés. J’aurais dû apprendre de mes erreurs, n’est-ce pas ? Seulement, ce ne fut pas le cas. »

    Des secrets, de la noirceur, mais aussi la beauté d'une rencontre. Venez découvrir l'histoire de Nina et Mathias. Une romance moderne comme vous n'en avez encore jamais vu. »  

    La bête du Bois de Boulogne (Christine Béchar)

    Une seconde de trop (Linda Green)

    16/20

     

    Je remercie l'auteur, Nina Oktava, pour la proposition de lecture de son premier tome. J'ai mis le temps et je la remercie pour sa patience une fois de plus.

     

    Le prologue débute sur deux jeunes gens (purée, j'ai l'impression d'être une vieille là xD) qui attendent avec impatience leur résultat. Vont-ils entrer ou non dans l'école de leur choix ? Lorsque le garçon est attiré par une vision de rêve. Une jeune femme qu'il ne connaît ni d'Eve ni d'Adam. Le coup de foudre ? Probablement. Les résultats tombent, ils sont acceptés. Grace à son amie, ils vont rester sur Nantes afin de trouver cette jeune femme. Et puis IL la retrouve et agit de manière étrange. Et elle... Elle c'est le problème, car elle a beau être jeune, elle a déjà eu son lot de malheur. Une rencontre, deux destins, une seule route pour arriver où ?

     

    Le livre débute sur une préface, un peu comme une ode à JK Rowling, oui oui, cette femme qui a écrit la saga Harry Potter. L'auteur nous fait un bel hommage (non JK n'est pas morte) sur cet auteur qui a fait rêver bon nombre de personnes. Montrant son intérêt mais aussi ce que cette lecture a pu lui apporter. J'ai trouvé cela touchant, très intime. Puis il y a la présentation des personnages qui m'a fait rire (lire qu'il y a des figurants comme pour un film est drôle). Le livre est découpé en deux parties distinctes : "Une histoire de cigarette" et "Faces cachées".

     

    La première partie parle essentiellement de ce que Nina voit, ressent pour ce Mathias. L'entrée à l'IFSI, comment présenter un autre, comment se présenter, le travail de groupe... C'est plutôt lent, long et je me suis demandée où l'auteur voulait nous amener. On sent une tension, un malaise, un mal-être. Nina se montre fragile, silencieuse, obstinée, solitaire, ayant du mal à faire confiance. Que s'est-il passé pour qu'elle soit ainsi ? Cette première partie expose les lieux, les personnages, les attitudes sans vraiment donner les explications. L'écriture est douce, pleine de tristesse par moment. Il y a quelque chose mais quoi ?

     

    « Plus d'une semaine s'était déroulée depuis la rentré et les choses avaient pourtant commencé à s'organiser de façon logique. Je n'avais quasiment pas adressé la parole à Gabriel le gringalet, si on omettait des "bonjour" quand on se croisait le matin. Les gens s'étaient mis à créer des affinités et il était de moins e moins question de discuter avec des personnes au hasard. Des duos, des trios ou des groupes plus grands se formaient et il était dorénavant aisé de délimiter les fréquentations de chacun. Même celle de BCBG, qui paraissait pourtant vouloir se lier au plus d'élèves possibles : il était évident que son intérêt se portait vers Calliopée, Gabriel et toute leur petite bande fraîchement cueillie au détour des pauses clopes et des amphithéätres  »

     

    La seconde est plus dans les sentiments, les émotions, le passé, le présent, l'hypothétique futur. La romance s'est installée doucement, mais dorénavant, nous en apprenons énormément sur Nina. Sur ce malaise qui est partout même entre les lignes. Nina et Mathias, c'est leur histoire qui est terriblement compliquée. Leur histoire, leur vie, leur passé. On en revient au même. Nina a du mal avec les hommes d'une manière générale, mais l'auteur nous explique pourquoi. Une déchéance, une tristesse profonde, une vie volée. L'écriture est toujours aussi douce, plus percutante également.

     

    Je me suis sentie mal par moment, en étant obligé d'arrêter la lecture. Quelque chose dans l'écriture m'a fait penser que cette histoire est plus que réelle. (D'accord, Nina Oktava indique qu'une partie vient d'elle) Un auteur donne toujours de soi dans un livre, ici c'est comme si Nina (l'auteur) écrivait sa biographie. Peu de fioritures, les faits sont précis, là, sans s'attarder sur des détails qui ne serviraient à rien. Le malaise m'est parvenu sans le vouloir. C'est comme si je devenais voyeuse et je n'aime pas cela. Je me suis mise en tête que ce n'était qu'une histoire fictive.

     

    Les coïncidences ne le sont pas vraiment, il a suffit d'une main, celle de Cyrielle pour qu'un début de quelque chose commence. Ce n'est pas une romance toute rose, ni une dark romance (merci pour cela !!!!!!) C'est juste une tranche de vie entre deux êtres que tout semble séparer (physique, idéaux, amis...) qui s'apprivoisent. Les sujets en dehors de cette romance sont nombreux : drogue, études, alcool, sentiments, trahisons, sexes, jeux de pouvoir... Rien n'est simple, la confiance est un point clé et pour une femme comme Nina, c'est dur de faire confiance à un homme, surtout un aussi bel homme que Mathias. Il a tellement accumulé de copines, sexfriends, amies, que c'est difficile de se faire une place, surtout qu'elle ne se voyait pas à ses côtés.

     

    « Je passai ensuite trois mois à lui écrire une à plusieurs lettres par jour, puisque c'était mon seul moyen de lui parler - je n'avais pas accès à internet. Parfois, je les envoyais et parfois, non. Je ne reçus jamais de réponse, hormis une fois, un message Facebook me confirmant qu'il les lisait et conservait chacune d'entre elles. Et un jour, j'envoyai enfin toutes celles qu'il restait, accompagnées d'une supplémentaire, qui lui annonçait que ce serait les dernières. Après plus de trois cent missives, j'allais enfin mieux. »

     

    J'ai beaucoup aimé le fait qu'il fasse tout pour la garder, même à devenir abruti. Qui aimerait vivre caché de cette façon ? Pourquoi lui demander cette promesse ? Certains moments m'ont parus totalement à côté de la réalité et d'autres bien trop réaliste. Alors il y a quelques points qui m'ont déplus, dont un qui est récurrent pour ma part : le vouvoiement au lecteur. c'est quelque chose que je n'aime pas et que je n'arrive pas à me faire. Un petit peu, cela passe, mais trop, non. Et la première partie que j'ai trouvé vraiment longue. Même si elle est nécessaire, j'aurais plus vu certains passages de la seconde partie dans celle-ci.

     

    Je tire mon chapeau à l'auteur pour plusieurs points. Le nombre de personnages pourrait nous perdre, mais ils arrivent avec une explication tranquille qui le met en place et qui nous fait comprendre qui il ou elle est un instant. En parlant des personnages, ils sont complexes, travaillés avec un passé, un présent, des amis, une vie. L'auteur n'a pas fait simple et c'est ce qui m'a plu. Deux personnages qui sont si différents et qui ont besoin de la même chose : de l'attention, de l'amour de l'autre. Les citations de Harry Potter m'ont fait sourire et j'ai aimé retrouver un peu de cette magie dans ce livre qui n'a rien d'un fantastique. C'est si facile de se retrouver à la place de Nina pour une multitude de raisons., C'est si dur d'imaginer qu'on puisse avoir le même courage dans certains moments, ou au contraire que l'on fuit un bonheur qui semble imaginaire.

     

    « Seulement, la légende dit que concernant l'abandonnisme, le premier pas vers une forme de guérison, ou en tout cas, d'atténuation des symptômes, c'est l'acceptation de la maladie. Pourquoi ? Parce qu'alors, on peut se rendre compte de l’irrationalité de nos réactions et potentiellement tenter de les réparer.  »

     

    En conclusion, un livre qui parle de la souffrance, de la peur d'une relation mais aussi de ce qu'il y a de beau dans une union. Une romance qui a de nombreux aspects, liée à la dépression, au manque de confiance, à l'amour, la peur de perdre. Le personnage de Nina est fragile, pourtant elle recèle des trésors d'espoirs entourée de cette ombre qui ne la quitte pas. J'ai vraiment hâte de connaitre la suite de leur histoire, car la fin est vraiment cruelle !




    Défis sur Fb Logo Livraddict babelio Vous pouvez me retrouver : Vous pouvez me retrouver :

     

     

    « Péripéties d'une Potterhead amoureuse, série (Nina Oktava)Top Ten Tuesday # 67 »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    4
    Lundi 9 Juillet à 22:30

    Au début, j'étais tentée par la lecture de ce livre mais après réflexion, je pense qu'il n'est pas fait pour moi

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    3
    Vampilou
    Lundi 9 Juillet à 20:47
    Bon, je déteste Harry Potter, mais heureusement, l'histoire me paraît plus intéressante que ça, je note !
      • Lundi 9 Juillet à 21:11

        Alors, il n'y a que quelques références, l'histoire n'a sinon rien à voir avec harry potter, c'est juste une passion de l'auteur qui la transféré à son personnage ^^ mais on est pas saoulé avec ;p

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :