• Petite soeur la mort (William Gay)

     

     

    Petite soeur la mort (William Gay)

    En vente sur Amazon

    MASSE CRITIQUE Spéciale

    Babelio/Le Seuil

    Auteur : William Gay

    270 pages papier

    Thèmes : Suspense, thriller

      *******

    Roman Noir

     Résumé :

    « En 1982, David Binder, jeune auteur que son éditeur a convaincu d’écrire un roman de genre, s’installe avec sa femme – enceinte et réticente – et leur petite fille dans l’ancienne maison d’une famille de planteurs, à Beale Station, Tennessee. La demeure n’a pas bonne réputation : un fantôme cruel et facétieux en a tourmenté les occupants au début du XIXe siècle, persécutant plus particulièrement la jeune Virginia. Sur la propriété, la pierre tombale de Jacob Beale est éloquente : « 1785-1844. Torturé par un esprit. » Il semblerait que le fantôme ait été une dame, et qu’elle rôde encore dans les murs. Or David s’est laissé envoûter par le lieu… La vie quotidienne, et conjugale, des Binder va s’en ressentir, jusqu’au drame.

     

    Le critique du Times a parfaitement résumé l’affaire : « Voici du gothique du Sud à son plus noir, imprégné d’atmosphère, étincelant d’éloquence, traversé d’éclairs d’un humour atroce. » »   

    La bête du Bois de Boulogne (Christine Béchar)

    Petite soeur la mort (William Gay)

    15/20

    Je remercie Babelio pour m'avoir choisie, et la maison d'édition Le Seuil pour m'avoir fait parvenir ce livre.

     

    Je ne savais pas trop à quoi m'attendre, le résumé me tentait beaucoup et je me suis lancée dans l'histoire. La couverture sombre (en même temps un roman noir, dans cadre noir de cette maison d'édition) rappelle la noirceur de ce qui s'est passée, ou a pu se passer, ou va peut-être se passer. Allez savoir !

     

    J'ai beaucoup aimé la préface (oui je ne parle pas encore de l'histoire du livre) de Tom Franklin qui nous parle de sa rencontre avec l'auteur. Ses mots sont fluides et donnent envie de connaître un peu plus l’œuvre de cet homme qui a eu une vie simple, qui n'était pas quelqu'un qui se montre. Et qui semblait adorer donner une fausse image de lui.

     

    Le mot de l'éditeur nous explique que l'auteur a délibérément oublié les tirets de dialogues et autres ponctuations qui pourrait indiquer qu'il y a du dialogues. J'ai eu peur, mais au final, je ne me suis pas trop perdue et je me suis prise au jeu.

     

    Passons au livre maintenant.

     

    David Binder, nouvel écrivain, doit écrire un livre "commercial" afin de se remettre sur les rails. Son premier livre a reçu un beau prix, mais ne s'est pas vendu comme il l'aurait aimé. Ce livre qui doit plaire à tout le monde, c'est son agent qui le lui demande, afin qu'il puisse se mettre sur l'écriture d'un autre roman qui lui tiendra plus à coeur. Il décide, suite à plusieurs événements, d'aller dans cette ferme très loin de chez lui, pour y ressentir, y découvrir ce qui s'est réellement passé. Il embarque sa femme Connie et sa fille Stephie dans l'aventure. Mais au beau milieu de rien et les esprits tourmentés est-ce que quelque chose de bon va en ressortir ?

     

    Nous débutons en 1785. Le passé n'est pas reluisant. Puis nous continuons avec David. Entrecoupé de différents passés (1785, 1930 et en 1980), nous en apprenons plus sur ces lieux maudits. Des fantômes qui sont si nombreux que nous devons nous demander sans cesse d'où ils viennent. Du suspense, des bruits de couloir, du commérage, une histoire à vous glacer le sang, mais, car il y a un mais, rien de très probant. Disons que je suis restée sur ma fin.

     

    « En conflit avec son propriétaire pour une histoire de charrue à deux socs qu'il avait détériorée, Owen Swaw s'était trouvé brutalement mis à la porte au milieu de l'été, privé - tant que le litige ne serait pas réglé - de la récolte qu'il pensait partager, et cerné de tous côtés par des rancunes tenaces. Swaw avait une femme et quatre filles presque toutes adultes. Expulsés de la maison qu'on habite depuis quatre ans... »

     

    L'écriture est fluide, l'ambiance est travaillée, mais il m'a manqué ce petit quelque chose pour frissonner à la lecture. Du mystère, du sombre, de la noirceur, tout cela est bien présent.

     

    J'ai bien aimé suivre la vie de David, comme la découverte du passé. De générations en générations, la ferme va vivre des moments éprouvants. Du sang, de la rancoeur, de la violence, tout est distillé par ci, par là. Notre écrivain effectue beaucoup de recherches sur les lieux. Binder aime sa femme, mais lorsqu'il écrit, il est dans un autre monde. Et ce monde devient surnaturel. Il y a très peu de personnages, tout tourne autour de Binder, de sa famille. Quelques anecdotes sur le père de Connie en dehors de l'histoire, tout comme le fameux bal mensuel du coin.

     

    Arrivée au dernier point du livre, j'ai bon nombre de questions. Il y a encore des points non éclaircis, des découvertes à faire. Par contre nous savons qui est ce "petite soeur la mort" vers la fin du récit.

     

    « Il aimait la solitude, la rêveuse monotonie des jours. Le temps se repliait sur lui-même, un siècle était semblable au suivant. En réalité, pensait-il, le temps n'était qu'un concept, un moyen de comprendre la marche du monde, et Binder avait découvert qu'il pouvait s'en passer : la maison devait avoir le même aspect cent ans plus tôt. Et elle abritait déjà la même sinistre énigme. »

     

    En conclusion, une histoire qui se passe dans le Tennessee où le passé sombre d'une génération de famille a vécu des cauchemars. Un fantôme qui revient, ou une multitude de fantômes qui revient hanter les lieux afin de se venger.  Un peu déçue par le fait qu'il manque des éléments. Par contre une très belle écriture. 

     
    Défis sur Fb Logo Livraddict babelio Vous pouvez me retrouver : Vous pouvez me retrouver :

     

     

    Défi Lecture 2017 (n°55)

     

    #défi2017 #challenge2017 #DEFILecture2017

     

    « Malenfer, tome 4 : les sorcières des marais (Cassandra O'Donnell)Le Seuil Editions »

  • Commentaires

    6
    Vendredi 2 Juin à 22:43

    Ca peut être une bonne lecture !

    5
    Vendredi 2 Juin à 09:28

    Je crois que j'aurai aussi peur si la ponctuation est en partie absente.

      • Vendredi 2 Juin à 09:33

        C'est tout ce qui se rapporte aux dialogues, donc pas toujours évident, surtout au début.

    4
    Vendredi 2 Juin à 06:45

    Merci pour la découverte. Il a l'air très tentant. 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :