• Pour une meilleure vie, tome 1 (Frédérique Arnould)

     

     

    Lien sur Amazon

     Le monde secret de Sombreterre, tome 1 : Le clan perdu (Cassandra O'Donnell)

    Auteur : Frédérique Arnould


    266 pages numérique

    Thème : dystopie

    *******

    Fait partie de la duologie

    Pour une meilleure vie

     


     

    Résumé :

    « Dans un monde régi par une classe de nantis, les pauvres tentent de survivre à une politique d'oppression. Après la mort de son père, Émie, une fille de la classe inférieure, va tout perdre en se retrouvant propulsée dans ce monde de privilégiés qu'elle déteste plus que tout. Grâce à une rencontre, elle va surmonter sa haine. Elle va apprendre à évoluer dans ce monde hostile, tout en déjouant les manipulations dont elle est constamment la cible, et découvrir son don. »
     

    Yem, tome 1 : le grand rift (Gilles Milo-Vacéri)

    Pour une meilleure vie, tome 1 (Frédérique Arnould)

    Je remercie l'auteur, Frédérique Arnould ainsi que la maison d'édition Angels éditions pour l'envoi de ce livre dans le cadre de notre partenariat. J'ai déjà lu les deux premiers tomes de la guerrière d'Argalone de la trilogie qui porte le même nom et je dois avouer que j'aime bien son écriture.

     

    J'adore la couverture, même si au début je n'étais pas vraiment de cet avis. Une fois sur la tablette, je me suis rendu compte qu'une foule de détails y étaient, mais par-dessus tout j'aime beaucoup l'expression du visage de la jeune femme en avant.

     

    Emie est une adolescente qui vit dans le monde de la pauvreté. En contradiction de ce monde, vit un groupe d'individus qui sont dans la richesse. Entre les deux? Rien, si ce n'est que les pauvres doivent donner tout ce qu'ils ont : travail, nourriture, santé à ceux qui détiennent le pouvoir. La famille d'Emie est pauvre, mais très riche question famille. Le décès brutal du père va les plonger dans une haine sans nom pour ceux qui en sont responsables : la milice. Mais par la suite...

     

    L'histoire semble simple et pourtant plus nous avançons dans le récit et plus les choses se compliquent. La famille d'Emie, qui compose dorénavant avec sa mère et ses deux sœurs vont apprendre à devenir plus forte en trouvant des solutions pour avoir le choix de survivre. Les nantis ne s'intéressent qu'à leur nombril. Les problèmes des autres? Non, c'est impossible, cela n'existe pas les problèmes. Pour eux, il s'agit juste de légendes, si les pauvres sont pauvres, c'est de leur faute, point final ! J'ai beaucoup aimé ce contraste qui démontre bien que oui l'argent peut acheter énormément de choses, mais pas les vraies valeurs, comme les liens fraternels, l'amour ou encore l'amitié.

     

    « — Pourquoi un jeune homme devrait-il vous choisir ?
    Je songeai au petit discours que m’avait préparé ma grand-mère. Je l’avais appris par cœur, mais je ne pouvais me résoudre à le réciter. Cela n’aurait pas été digne de moi. Je ne suis pas une fille de bonne famille et je ne le serais jamais !
    — Pour ce que je suis, déclarai-je fièrement. Et non pour ce que je représente. Je m’appelle Émie Luévène et je suis fière de ce que je suis.
    Je pris un mouchoir et enlevai mon maquillage, puis défis ma coiffure avant de jeter ma capeline au sol. Le maître de cérémonie resta sans voix devant mon comportement. Au bout de quelques secondes, il se mit à rire comme un imbécile.
    — Et bien, voilà qui est peu commun ! Y a-t-il quelqu’un qui a été séduit par cette jeune personne ? »

     

    Les réactions des personnages pourraient être les nôtres dans des cas pareils. Je ne me vois pas du côté nanti, je l'ouvre bien trop pour rester sagement assise à attendre qu'on me choisisse pour femme – vive la liberté ! J'ai aimé le côté froid lorsque la milice fait des descentes : assassinats qui sont passés en simple exécution pour de faux mobiles par exemple, ou encore tentative de viol voire plus sur les jeunes femmes. Les mots sont durs et bien choisis. Ils sont nécessaires pour ajouter à ce contraste des deux côtés. Nous avons les états d'âmes d'Emie très souvent. Les réactions des autres aussi. De bonnes descriptions, que se soit pour les lieux que pour ces hommes et femmes qui font avancer le récit. D'ailleurs, je me suis posée des questions sur la maman. J'ai eu des doutes et au final, je me suis bien faite avoir.

     

    J'ai aimé également que les chapitres soient courts. Nous avançons d'un monde à l'autre, car c'est vraiment cette impression que j'ai eu en lisant ces pages. L'endroit où certains sont obligés de travailler est réaliste. Par moment, j'ai cru mourir étouffée sous cette atmosphère emplie de poussières.

     

    Par contre quelques bémols pour ma part. Certains passages m'ont fait penser à Hunger Games, les pauvres, les riches, les différences si grandes, la milice qui se permet tout sur les femmes, capable de tuer un homme pour avoir osé prendre une pomme sur un arbre, le tir à l'arc... Bref, disons qu'il s'agit d'un ensemble qui me rappelle cette trilogie sans pour autant être copié. N'ayant pas lu beaucoup de dystopie, je me dis que peut-être il faut un tel rapprochement. Un autre bémol se situe au niveau du triangle amoureux : Emie, Henri, Stelios. Je l'ai trouvé un peu long sur la durée du récit et surtout la façon dont Emie pense gérer cette situation de crise ne m'a pas plu. Je l'ai trouvé très gamine pour ces moments précis malgré le fait qu'elle a énormément murit tout au long de l'histoire.

     

    En conclusion, quelques bémols, mais une bonne lecture. Les événements s'enchaînent et sont réguliers. Nous pouvons apprendre comment certains vivent, découvrir les "contrées" par les descriptions qui sont détaillées. Les masques tombent et les manipulations se révèlent au grand jour. Et puis, une prophétie et des dons qui interviennent dans un monde réaliste dont j'ai volontairement tue dans mon avis. J'ai hâte de pouvoir découvrir la suite et fin des aventures d'Emie, car la fin est prenante, brutale et frustrante.

     

     Logo Livraddictbabelio

    Défis sur Fb 

    http://2.bp.blogspot.com/-mvhno11ISwg/VnA8BII8tUI/AAAAAAAAAqo/Fvq24wkEb5U/s1600/Banni%25C3%25A8re%2B2.png

    « #29 En compagnie de "Angry Birds"Délicieux poison (Callie J. Deroy) »

  • Commentaires

    12
    Lundi 16 Mai 2016 à 16:33

    Super chronique mais cependant je passe mon tour :) Je te souhaite une belle semaine livresque 

      • Lundi 16 Mai 2016 à 16:42

        Merci pour la chronique :)

        bonne future lecture à toi aussi !

    11
    Vampilou
    Lundi 16 Mai 2016 à 15:31
    Ah, forcément celui-là me fait extrêmement envie, en plus j'adore la couverture !
      • Lundi 16 Mai 2016 à 15:47

        Chouette, alors ! Bonne future lecture :)

    10
    Lundi 16 Mai 2016 à 15:20

     Je passe mon tour pour celui-là, mais merci pour la découverte ! ^^

    9
    Lundi 16 Mai 2016 à 12:12

    J'ai bien apprécié cette lecture. Les ressemblances ne m'ont pas plus gênées que ça.

      • Lundi 16 Mai 2016 à 12:33

        C'était juste pour dire que j'ai vu des ressemblances, j'ai trouvé la lecture bonne aussi ^^

    8
    Lundi 16 Mai 2016 à 11:12

    Je suis pas trop tentée surtout si il y a des ressemblances avec Hunger Games, j'ai envie de jamais vu :p 

      • Lundi 16 Mai 2016 à 11:20

        J'en lis très peu, donc pour le coup je ne pourrais pas te conseiller d'autres livres, n'en ayant lu que 2 ou 3 du même genres :/

    7
    Aurélia
    Lundi 16 Mai 2016 à 10:53

    J'aime pas quand une lecture me fait penser à une autre dans plein de points :/ Je trouve qu'après on fait trop de comparaisons, souvent au détriment de la 2nde :p

     

      • Lundi 16 Mai 2016 à 10:58

        Le soucis c'est que parfois on a un début qui ressemble beaucoup et après cela dérive. Franchement, cela a été, car il y a pas mal "d'innovations" dans ce tome et puis il n'aurait pas eu une note de 16 sur livraddict par mes soins dans ce cas :p

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :