• Prison Bank Water (G. Saryan)

     

     

    Prison Bank Water (G. Saryan)

    disponible sur amazon

    AuteurG. Saryan

    560 pages

    Thème : Policier/Thriller

     fait partie de la série

    Prison Bank Water

     

    Résumé :

    « Une crise mondiale a provoqué une vague de violence sans précédent aux États-Unis. Un programme, écarté par le Pentagone quelques années auparavant, est remis rapidement au goût du jour suite à une émeute raciale : transformer une ancienne plateforme pétrolière abandonnée en un pénitencier sous-marin ultra-sécurisé. Les plus dangereux criminels du pays y sont enfermés, à deux cents mètres de profondeur. Gérée par l’US. Army, cette base est un modèle du genre durant trois ans. Jusqu’au jour où son médecin en chef, le lieutenant Bradley Cayne, y descend pour effectuer sa toute dernière mission. Pour le valeureux soldat, rien ne va se dérouler comme prévu. Dès les premiers jours, d’étranges événements se produisent, dont l’apparition d’un mystérieux virus qui semble sévir chez les détenus de Prison Bank Water. »   
     
     

    La bête du Bois de Boulogne (Christine Béchar)

    Prison Bank Water (G. Saryan)

     
     
    " - Toc toc toc
    - Qui est là ?
    - Le virus qui va tous vous avoir !
    - Et si nous n'ouvrons pas ?
    - Trop tard, je suis déjà là ! "
     
     
    Tadam ! Le voila celui qui va faire vivre un enfer à une prison sous-marine, mais avant d'en arriver à ce stade, commençons pas une chose : la prison est sous l'eau ! Prison Bank Water : le livre porte très bien son titre. Pourquoi Bank ? Tout simplement parce que le créateur de ce bâtiment s'appelait ainsi. Le début de l'histoire nous montre sa manière de présenter les choses, du pourquoi il a crée cette prison de toutes pièces. Bien entendu elle n'a pas été accepté tout de suite cette idée, mais au fil du temps, il s'avère qu'elle a été autorisé. C'est dans cette prison que le Lieutenant Bradley Caine, médecin au sein de cette prison. C'est ici que les pires criminels sont envoyés, tel Mickael Forster, accusé d'un double homicide. Une prison qui fait trembler tous les accusés, car impossible de fuir de ces lieux. Imaginez-vous à deux cents mètres de profondeur ? Il faut être doué en apnée, l'eau est glaciale, penser aux divers paliers pour éviter quelques ennuis pulmonaire, bref c'est mission impossible.
     
     
    Bradley Caine est donc médecin six mois sur ce bâtiment, puis six semaines de repos dans sa famille et de retour six mois. Il n'est pas le seul à travailler dans l'infirmerie, Freddy Shapiro est également médecin. Lorsque Caine retourne sur PW (Prison Water) pour ses derniers six mois, il a réussi à se faire muter ailleurs, Shapiro sort enfin. Un échange des plus banals au-dessus de la mer : échange de code, de documents. Il s'en passe des événements durant six semaines d'absence. Caine descend avec son meilleur ami Gareth Evans et ne s'attend pas à ce qui va se produire. Cette descente entraîne dans son sillage Mickael Forster, cet homme qui a obtenu sa vengeance. Une peine de vingt ans sous la mer lui fait prendre conscience qu'il ne reverra peut-être plus jamais sa fille de six ans. Vingt ans dans une prison où tout est contrôlé. Ce qui va se produire ? Nous non plus ne nous y attendons pas. Des notes non classées, des soucis avec un détenu non indiqués, Caine ne sait plus sur quel pied danser, surtout lorsque son supérieur semble changer d'humeur comme de chemise. La folie est-elle passagère ? Est-ce vraiment une folie ? Peut-être que les pensionnaires ont tout simplement décidé de tenter de se faire la malle.
     
     
    Prison Bank Water n'est pas qu'un huis clos. Une très grosse partie du livre se situe dans ce bâtiment, apportant largement assez de suspense, pourtant l'auteur en remet une sacrée couche en parlant de ceux qui sont au-dessus de la mer. Ce qui se passe dans l'océan est intriguant, nous laissant de nombreuses questions. Que se passe-t-il ? Pourquoi j'ai l'impression de ressentir des ombres derrière moi lors de la lecture ? Caine peut-il faire confiance à tout le monde ? C'est un homme impressionnant qui a de nombreuses facettes : père attentionné, mari aimant, médecin perfectionniste, il est capable de beaucoup de choses. Je ne pourrais pas en dire plus, car nous allons de surprise en surprise avec lui. C'est le parfait homme qui ne voit que le meilleur en chacun d'entre eux, ne fait pas de distinction entre les prisonniers et les gardiens et cherche toujours à comprendre le pourquoi de la chose. C'est un soldat qui obéit aux ordres jusqu'à un certain point. Lorsque cela touche un être humain quel qu'il soit, il se battra pour lui, dans tous les sens du terme.
     
     
    J'ai adoré les personnages secondaires : Gareth et sa femme Shirley enfin enceinte, Kate la femme de Bradley, Alex son fils est terrible ! Il y a bon nombre de personnages qui gravitent autour de cette prison. Ceux qui y travaillent, ceux qui y vivent forcés et contraints, ceux qui attendent le retour de leurs hommes dans les prochains mois, le gouvernement, le Président, le FBI... Tant de monde qui ont un pied dans un engrenage sans le vouloir pour certain. Une enquête est menée de manière formelle et informelle, surtout lorsqu'un événement démontre que PW n'est pas aussi fiable, tout comme certains éléments qui la composent. Ce qui se passe en dessous devient un thriller glaçant. Pas d'histoires de zombies, ouf ! Juste des hommes qui ont des comportements anormaux. Et lorsque ceux du dessus décident de ne rien faire : mon petit doigt me dit que ce n'est pas normal.
     
     
    Gareth est le boute-en-train de leur équipe. Il ne peut pas se passer de ses matchs, de ses gadgets comme des caméras et s'amuse à en embarquer avec lui, bien que ce soit interdit. Il adore son pote, même si c'est son supérieur sur cette prison. Doué en ingénierie, il est capable de réparer tout ce qui peut se réparer, même s'il ne l'a jamais vu auparavant. C'est également un homme plein de ressources et prêt à défendre ses amis, tel un ours protégeant ses petits. Nous avons peur pour lui et tous les autres et nous rions en même temps que lui lorsqu'il dit n'importe quoi. Il a ce rôle d'alléger certains passages par endroits et de rendre les scènes plus soutenues, plus dramatiques aussi. L'affection qu'il a pour Bradley lui est rendu au centuple et inversement.
     
     
    Les personnages qui vivent en plein air ne se rendent pas compte de ce qui se trame. Aucun moyen de communication entre eux, seul un incident mortel pourrait faire remonter l'un d'entre eux, ou une réaffectation autrement tout est coupé. Lorsqu'il arrive de mauvaises surprises à la femme de Caine, il n'est au courant de rien. L'angoisse monte d'un cran, car nous, nous nous doutons qu'il se passe quelque chose de grave, de très grave. Jusqu'où cela peut aller ? Les indices se posent ici et là, un nom lâché au hasard, une balle perdue en pleine tête, un motard assoiffé de sang, personne n'est à l'abri, même pas les grands pontes du Pentagone. Il est si facile d'entrer dans un engrenage, pensant vouloir bien faire, mais sans avoir toutes les cartes en main, le risque devient mortel. Les morts tombent tranquillement les uns après les autres. Se cacher ou se battre ? Devenir un paria ou un combattant et risquer sa peau ? Dans un cas comme dans l'autre, la balle perdue risque de revenir plus vite que prévu.
     
     
    Les cinquante premières pages sont la mise en place et une fois passé ces quelques pages, j'ai eu beaucoup, beaucoup de mal à le lâcher. Suivre le Lieutenant Caine, ainsi que le prisonnier Forster est prenant. L'un comme l'autre montre des capacités d'adaptation aux lieux, aux événements, aux situations dangereuses. Découpés en de nombreux chapitres, certains sont du point de vue de Caine et par moment à la troisième personne, cela ne m'a absolument pas dérangé et pourtant habituellement je n'aime pas cela, c'est dire que cette "enquête" est prenante. Et puis le fait d'avoir ceux qui restent, qui doivent continuer à vivre sans leurs hommes durant des mois, continuer leur travail, s'occuper des enfants, tenter d'échapper à un cambriolage qui pourrait mal tourner, cela donne encore plus de poids aux personnages. Caine, comme la plupart des autres personnages, est travaillé du point de vue physique, le caractère, les liens d'amitiés, d'amour, la famille, le comment ils en sont tous à ce stade.
     
     
    C'est un travail d'arrache-pied que nous offre l'auteur et j'en profite pour le remercier chaleureusement de m'avoir envoyé son livre en service presse. Je savais que j'allais aimer, le résumé ainsi que cette couverture qui en dis largement assez était un très bon départ. L'avoir terminé sur ces mots : Fin de la Première partie, là par contre je suis sur les dents et pourtant je ne suis pas un requin ! Cette impression d'être aux côtés des personnages, de vivre leur vie et d'avoir peur pour sa peau est très présente. J'ai été totalement happé par les profondeurs de l'eau glacée, j'en ressens encore des frissons en écrivant ces mots. Dénouer les câbles de cette intrigue complexe est passionnant. D'ailleurs lorsque le FBI intervient, l'enquête est de plus en plus dangereuse. La noirceur des hommes peut leur donner de très mauvaises idées. La question de politique, de pouvoir, de test est bien entendu remontée à la surface. Lorsque le pourquoi et le qui, quoi, où survient, c'est toute une logique qui fait très peur.
     
     
    Il y aurait encore énormément de choses à dire, mais je préfère me taire car c'est une véritable pépite ce livre. Le suspense est au rendez-vous, une enquête médicale et policière qui nous emmène dans les profondeurs de l'âme des êtres humains capable de tout. La famille, le devoir, le respect, l'amour, la trahison, la défaite, l'espoir, le récit regorge d'émotions et de sentiments. Il n'y a pas un moment où je n'ai pas ressenti quelque chose d'important. En conclusion, je ne peux que recommander ce livre !
     
     
     
    Extrait choisi :
      
    « Je m'étais absenté six semaines. Le rythme sur PW était le même pour tout le personnel, six semaines de congé consécutives, puis on repartait en mission pour six mois. Ce mode d'organisation du travail permettait de souffler un peu, sachant que sur la base nous n'avions pas droit à des jours de repos. Il fallait être opérationnel vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Une autre pensée traversa mon esprit soupçonneux : en six semaines, il avait pu se passer quantité de choses ici !
    Hermétique à tout ce qui pouvait se dérouler autour de moi, je pris le temps de lire l'intégralité des notes de Freddy Shapiro sur les six dernières semaines. Il écrivait terriblement mal et j'avais des difficultés à déchiffrer certains mots, Freddy évoquait effectivement bien deux cas de panique mais rien d'alarmant, l'un des patients était un récidiviste. »

     

     

     

    « Dans ma boite il y a... #229Prison Bank Water, série (G. Saryan) »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    10
    Samedi 12 Septembre à 16:59
    Satine's books

    Waouuuuh quelle chronique !! Bravo

      • Samedi 12 Septembre à 21:13

        Merci beaucoup, cela me fait plaisir !

    9
    lheuredelire
    Mardi 8 Septembre à 16:58

    Tu en parles bien dis donc !!

      • Mardi 8 Septembre à 21:13

        Quand on aime on sait toujours en parler xD

        Merci !

    8
    Kim
    Mardi 8 Septembre à 07:10
    Très belle chronique !
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    7
    Vampilou
    Lundi 7 Septembre à 21:58
    Eh bien, quel enthousiasme, ça ne peut que faire envie !
      • Mardi 8 Septembre à 21:12

        Génial ! J'espère que tu le découvriras !

    6
    Dimanche 6 Septembre à 22:51

    Je ne pense pas que ca soit mon style de lecture, mais merci de ton retour très intéressant à lire !

      • Lundi 7 Septembre à 20:08

        Merci beaucoup, c'est un livre qui m'a énormément plu :)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :