• Projet Cornélia, tome 2 : Unions (Denis Labbé)

     

    Projet Cornélia, tome 2 : Unions (Denis Labbé)

    Disponible sur Amazon et Séma diffusion

    ******* 

    Auteur : Denis Labbé

    334 pages papier

    Thème : Fantastique

    *******

    Fait partie de la duologie

    Projet Cornélia

     

    Résumé :

    « Poursuivant sa route périlleuse vers Verdun, en échappant aux zombies et aux pillards, Cornélia va faire l’expérience la plus étrange de son existence.

    Et si, au milieu de tout ce chaos, elle pouvait rencontrer l’amour ? Mais pas celui, classique, qu’on rencontre dans les livres. Non, un amour étrange, inattendu, et qui va grandir au fil des événements et des retournements de situation.

    Accompagnée de Jean-Michel et d’Émilie, elle va croiser les personnages les plus étonnants de ses aventures, tout en faisant face, au milieu des soldats, à une étrange attaque coordonnée de la Citadelle de Verdun. »  

     

    La bête du Bois de Boulogne (Christine Béchar)

    Projet Cornélia, tome 1 : Afflictions (Denis Labbé)

     

    Le tome 1 était posé que le deux me titillait déjà. Impossible de ne pas continuer sur ma lancée. La fin du tome 1 nous laissais avec un nouveau personnage qui a fait son apparition. Cornélia et Jean-Michel ne sont plus uniquement à deux. Emilie est une jeune fille qui a vécu tout autant de drames, jusqu'à ce qu'ils se retrouvent tous ensemble. Le trajet est toujours aussi long (surtout à pieds) et périlleux. Il ne faut pas oublier les gentils petits zombies avec leur propres caractéristiques et le temps lamentable (pluie, neige, froid glacial) pour parvenir jusqu'à Verdun. Nos trois compagnons n'ont pas que les errants à combattre, il y a toujours autant, si ce n'est plus, d'humains vraiment pas net près à tout. Ces "humains" sont capables de violer, voler, tuer, piller, la routine en somme... Comme l'indique l'auteur un véritable chaos se propage même au-delà de leurs regards. De nombreux événements surprenants vont leur tomber dessus et sur nous aussi.

     

    Que dire que j'ai adoré ce second tome et que je déteste Denis ? Non, mais franchement il est sadique à souhait. J'ai frissonné à de nombreuses reprises, ne cessant de chercher qui pouvait être derrière tout ce qui se passe à Verdun. Également tout le long de ce voyage. Cornélia continue de nous expliquer ce qui s'est passé, donc on sait qu'elle va jusqu'au bout du livre, mais pour les autres, il faut le découvrir par soi-même. Les jours, les semaines, les mois passent avec le dégoût de tout ce qu'ils sont obligés de faire pour survivre et tenter de retrouver leur famille. Même si pour Jean-Michel nous en savons déjà beaucoup plus depuis le tome 1. Leur courage est énorme, leur capacité s'accentue et l'envie de vomir est toujours aussi présente. (Pour les personnages bien entendu) Les Hommes d'une manière générale laisse leur pulsions primaires, on en revient au temps des hommes de Cro-Magnon et encore...

     

    « - Avec la Grande Mort, je m'attends à tout, lançai-je sèchement. N'oubliez pas qu'elle sait s'adapter.

    - Ce n'est qu'un virus.

    - Si vous vous limitez à cela, je pense que nous sommes perdus, intervient Jean-Michel avec une certaine véhémence. Tous ceux que nous avons rencontrés et qui le pensaient ont rejoint la horde.

    - Dans ce cas, que comptez-vous faire ?

    - Pour l'instant, je n'en ai aucune idée, mais je peux vous assurer que je ne vais pas rester ici pour me faire dévorer.»

     

    Les batailles sont nombreuses, tactiques et sans Jean-Mich' il aurait été difficile de rester en vie. Même s'il n'est pas le personnage qui nous explique ce pan de vie dramatique, nous en apprenons plus avec ses faits et gestes. Je dois avouer que je ne sais pas du tout comment je réagirais, mais plus proche de lui que de Cornélia. Il a été obligé de tuer des personnages pour leur survie. Son esprit catalogue ce qu'il doit faire en toute circonstance sans chercher à laisser ses émotions prendre le dessus. Je suis persuadée que s'il laissait le moindre sentiment traverser sa tête, les ennuis seraient beaucoup plus grands, tout comme les dangers et c'est ce qui arrive à un moment. Il est très instinctif et ne s'encombre pas de détails. Pour l'une des enfants psychopathes, au vu de la situation, je n'aurais pas agit mieux et la façon dont il a tranché ne m'a pas dégouté comme son amie. Il y a des moments où il faut savoir agir de manière, je ne dirais pas rationnelle, mais de façon à rester en vie dans un  contexte particulièrement difficile. C'est un personnage que j'ai beaucoup apprécié et j'aimerais bien savoir ce qu'il va devenir.

     

    Cornélia montre vraiment qui elle est, pourquoi elle adore sa robe, pourquoi elle se sent plus femme, plus mature et surtout ses émotions sont encore plus mis en avant. Elle se lâche plus. Le tourment qu'elle ressent lui provoque des "absences". Elle apprécie Jean-Mich', Emilie, Selfie qui arrive un peu plus tard. Malgré tout, la jalousie la ronge. La peur de perdre les amitiés, la vie, son self-contrôle. De nombreuses émotions passent en elle sans qu'elle n'arrive à les contrôler. La haine, l'amour, des sentiments extrêmes qui se côtoient en elle la rendant plus humaine qu'elle en l'a été. Vivre dans la crainte perpétuelle, avec toujours les mêmes personnes la rend également plus fragile. Le blackout total la prend par surprise. Il fallait bien que cela lui arrive à un moment où un autre avec tout ce qu'elle a déjà pu vivre.

     

    Tous deux ont évolué à leur manière, avec l'aide de leurs diverses rencontres. Des adolescents qui n’oublient pas leur statut de non-adultes et qui doivent agir comme tel. On leur en demande trop ce qui les amène parfois à des réactions expéditives. L'aventure n'est pas de tout repos (quoi ? Je me répète ? Pas grave, il faut l'imprégner !), les coups durs ne s'arrêtent jamais. Par contre notre cher auteur nous lâche des bombes phénoménales ! Je n'en dirais pas plus, mais je suis restée comme deux ronds de flans et pourtant j'en avais imaginé des choses sur ce qui pouvait arriver de plus. La Grande Mort s'adapte tel un virus (ce qu'elle est) qui tente de survivre dans un monde qui ne lui est pas connu. Un micro-organisme qui se faufile et évolue de manière radicale sur certains, capable de grandes choses malgré tout.

     

    « Côtoyer la mort en marche tous les jours était impossible sans une réelle dureté mentale. J'avais dû me blinder et chasser de mon esprit les réflexes affectifs que l'on m'avait inculqués depuis ma naissance. Avec la Grande Mort, il fallait éviter le sentimentalisme. Nous étions tous devenus des croque-morts ou des infirmières s'occupant de malades en phase terminale, sauf que notre cimetière était à ciel ouvert et notre hôpital totalement surpeuplé. Dans la casemate supérieure, l'un de ces cancéreux achevait de passer de l'autre côté sans que l'on ne puisse rien faire pour lui. Il fallait l'accepter et ne pas le prendre dans nos bras pour le bercer. Il devait connaître le sort qui l'attendait et ne pas chercher à se joindre aux vivants. La mort était déjà en lui et le grignotait petit à petit. »

     

    Les personnages plus secondaires montrent de grande capacité d'adaptation. Voir passer des frères de professeurs dont on n'a pas de nouvelles mais qui en donnent est génial, sans savoir comment cela a bien pu se passer. Même si avec les deux sagas déjà nous en avons plus qu'un avant-goût. Je n'avais pas compris pourquoi un "village" complet, c'est un bien grand mot d'ailleurs, était si enjoué. Tout comme certaines scènes qui ne prennent leur sens qu'une fois les secrets dévoilés. Bon sang, c'est à se demander qui est réellement humain... Je laisse beaucoup d'éléments à découvrir tellement il y en a.

     

    C'est un second tome qui est beaucoup plus sombre, si si je l'assure. On ressent bien le raz-le-bol des personnages face à des situations que même les militaires ne comprennent pas. Les émotions sont à vif, la peur est omniprésente pour eux, pour leur proche pour leur ami. Une superbe surprise sur le final qui donne encore plus envie de découvrir l'autre saga ! On ne reprend réellement son souffle qu'une fois le livre refermé !

     

     


     

    Défis sur Fb Logo Livraddict babelio Vous pouvez me retrouver : Vous pouvez me retrouver :
    « Dans ma boite il y a... # 146Michel Lafon Editions »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    6
    Vampilou
    Mardi 22 Janvier à 15:50
    C'est vrai que cette suite est beaucoup plus dure, mais coup de coeur également !
      • Mercredi 23 Janvier à 17:59

        Il y a eu des moments où j'avais envie de chialer, mais j'ai tenue bon !

        Heureuse d'apprendre que tu as adoré aussi :)

    5
    Mardi 22 Janvier à 13:37

    Tu me donnes encore plus envie avec ce tome de découvrir cette saga.

    4
    Lundi 21 Janvier à 20:30

    Heureuse que cette duologie t'ait plu comme tu le sais, c'est pas mon truc

      • Mardi 22 Janvier à 14:02

        Je sais, c'est déjà bien de lire mon avis sur un thème que tu n'aimes pas :)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :