• Publicité pour adultes, tome 1, épisode 2 (S. Greem)

     

     

    Publicité pour adultes, tome 1, épisode 2 (S. Green)

    Publicité pour adultes, tome 1, épisode 1 (S. Green)

    Auteur : S. Greem    

    228 pages numérique

    Thème : Érotisme

      *******

    Fait partie de la série

    Publicité pour adultes

    de S. Greem

    4ème de couverture :

    « Ian Riley a réussi à s’intégrer dans l’agence de Publicité Russell & Buzz, en adoptant les coutumes de ses collègues. Les soirées arrosées, enfumées et agrémentées de sexe se déroulent d’une manière effrénée. Bien que la belle Terry refuse de se laisser piéger, considérant ce comportement comme décadent, Ian nourrit l’espoir de la conquérir.

    Tous les personnages jouent le paradis pour tous.

    Pour autant, rien ne va. »  

    La bête du Bois de Boulogne (Christine Béchar)

    Publicité pour adultes, tome 1, épisode 1 (S. Green)

    Je remercie Serge des éditions Artalys pour l'envoi de ce service presse numérique.

    Le premier épisode de ce tome ne m'avait pas emballée plus que cela, contrairement à celui-ci qui apporte plus au niveau émotions des personnages. Ici nous sommes en présence de la suite directe de la fin du dernier. Vous allez me dire que cela ne vous apporte rien de plus et que cela vous fais une belle jambe. Je suis d'accord, il s'avère juste qu'il n'y a pas de décalage entre les deux épisodes.

    Ian, le nouveau DRH de cette agence de publicité fait partie intégrante de la "Confrérie des Oursons". J'aime bien cette expression, et c'est tout a fait le cas. Une confrérie est un ensemble de personnes qui se protègent, gardant les secrets des uns et des autres. Les occupants de cette agence, à quelques exceptions près, sont soudés. Malgré tout, Terry, qui n'en fait pas partie est la protégée de l'une d'entre elle. Qui est-elle dans ce cas et pourquoi autant de secrets autour d'elle ? En comparaison de Ian qui se dévoile un peu plus. Il est sombre, et tout sauf tendre au lit.Cette noirceur montre un réel malaise en lui depuis qu'un tragique événement s'est produit dans sa vie.

    Ce qui est étrange, c'est le pourquoi il a besoin de cela pour se sentir vivant. La drogue, même s'il n'en prend pas régulièrement, il l'use pour oublier la mort de son ex compagne. Mais que s'est-il réellement passé ? Pourquoi ce côté sadomasochiste ressort autant ? Beaucoup de questions sans réponses et une relation particulière s'instaure entre Terry et lui. La jeune femme va tenter de le sauver, mais il ne semble pas vouloir se laisser faire.

     

    « Je ne pouvais pas parler d’Helen sans que le souvenir de l’accident ne remonte à la surface.
    — Et pourquoi vous n’êtes plus ensemble ?
    L’alcool la met en confiance.
    — Parce qu’elle m’a quitté pour partir loin.
    Elle est morte. Par ma faute.
    — Je suis désolée, je n’aurais pas dû te questionner… Et tu as beaucoup souffert ?
    Les larmes guettaient mes yeux et je dus faire un effort pour les maîtriser. Comme d’habitude. Un tel traumatisme ne s’oublie pas facilement.
    — Énormément.
    Mais grâce aux drogues, je ne souffre plus.
    — Et comment ça va, aujourd’hui ?
    Elle continuait à pousser.
    — Plutôt bien. Il m’a fallu du temps pour oublier et ça n’a pas été facile. »

     

    Deux parties s'opposent en cet homme : celui de bien faire et celui qui veut lâcher prise. Il veut absolument être les deux et pour cela s'attache autant à Terry, qu'à ces gentils petits oursons. Le côté femme-objet m'a quelque peu refroidi, mais je pense que ce n'est qu'un avant-gout, une excuse peut-être pour la suite des événements.

    C'est sans compter sur le fait que l'agence n'est pas si idyllique que cela. En effet, tout semblait si parfait, si mignon, avec quelques travers, mais il n'en est rien. Si le DRH a été envoyé ici, c'est pour restructurer, évincer du personnel. Les conditions de travail sont devenues déplorables et ce qui se cache derrière cette façade de sourires et de jovialité, n'est qu'amertume. Les "hauts penseurs" imaginent jouer avec la vie des gens, ils ne sont que des pions à leurs yeux, mais quelqu'un semble vouloir les leurs ouvrir ces paupières.

    En bref, il y a beaucoup de souffrances dans cet épisode, autant physique que mentale. Des secrets qui ne se laissent pas dévoiler si facilement, avec des personnages qui cachent bien leur mal-être par des soirées bien arrosées entre autres. Au moins il ne s'agit pas d'une romance où tout va bien dans le meilleur des mondes, bien au contraire. Plus nous avançons, plus la noirceur nous submerge. Je me demande bien ce qui va se passer par la suite !

    Un moment entre Terry et Ian qui fait sourire :

    « Un grand éclat de rire partit de sa bouche. Elle se tapait les mains sur les cuisses.
    — Je me sens bizarre. On passe au lit ?
    Je terminai rapidement le cône de peur qu’elle en redemande et me rapprochai.
    — Pourquoi au lit ? Je pourrai te faire l’amour ici, sur le canapé.
    — Non, parce que je ne sais pas si j’aurai la force de me lever pour me mettre au lit après. Je sens des tremblements dans les jambes.
    J’éclatai de rire face à sa spontanéité. Terry avait cette énorme qualité : celle de dire exactement ce qu’elle pensait. Je la comparais à une enfant innocente qui ne connaissait rien de la vie difficile des adultes. Et j’étais en train de la pervertir avec les démons lubriques qui me torturaient.
    Je voudrais qu’elle reste telle qu’elle est, mais est-ce possible si elle reste avec moi ?
    Ma douce riait de plus belle en m’entraînant vers la chambre. Mes pires pulsions refirent surface. Le Charlatan m’incitait à la prendre par-derrière, à lui lacérer le dos et les fesses. Elle avait fumé et ne sentirait rien... »

     

    Logo Livraddict

    babelioDéfis sur Fb

    « Prévision de Lecture pour le mois de septembre 2015Des mots sur vos lèvres # 31 »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :