• Rencontre avec Hervé Commère

    Mardi 24 juin 2014

    L'heure est grave, ou plutôt Paris à cette heure est infernal! Je vous explique, je reçois quelques jours avant le 24 juin, un petit mot de Fanny Wahart, de Babelio qui m'envoie un mail, comme quoi j'ai l'opportunité de pouvoir rencontrer Hervé Commère, un auteur édité par la maison d'édition Fleuve Noir.

    Je me dis : Génial! Bon, d'accord, c'est sur Paris, je regarde immédiatement le temps pour y parvenir, soit 1h30, donc nickel.

    Le livre "Imagine le reste" à été envoyé en plus, encore mieux, ne connaissant absolument pas la plume de l'auteur, je me dis que c'est vraiment une aubaine. (Bon, à part qu'avec ma poste le livre est arrivé le mardi matin, que de la chance, je pourrais toujours le faire dédicacer, mais sans l'avoir lu)

    Rencontre avec Hervé Commère

    jour J : L'heure approche! Un peu fébrile, non beaucoup fébrile et hop, en route pour Paris! Dire que j'y suis allée trois jours avant, mais c'était en train, donc pas du tout la même chose. Et comme zhom est pas au point pour conduire, c'est moi qui m'y colle. Attention, j'arrive! (Oui, il valait mieux prévenir parce que sincèrement, je roule comme eux dès que je touche la limite Oise/Région parisienne.)

    Et nous voilà en voiture, tout allait bien jusqu'à... CA! Oui, bouchon, bouchon, accident (tiens ça change) bouchon et encore bouchon. Je vois l'heure qui approche dangereusement, nous sommes à moins de 5 minutes, mais non, bouchon mortel sur des feux et puis pourquoi le GPS m'embarque de ce coté? Bref, ni une, ni deux, je force le passage (la clio, c'est terrible dans les mains d'une femme) et hop passé un coup, un deuxième et les feux, euh... je ne dois pas les avoir tous vus, mais pour entendre zhom qui me sort des fiiiiiiiiii (vous savez le sifflement entre les lèvres du style on va s'en prendre un) toutes les deux secondes, j'ai pensé sincèrement le larguer sur le trottoir...

    Bien entendu, nous ratons l'entrée du parking, oui, sinon cela ne serait pas drôle le rendez-vous étant sur place à 18h45 et il est 19h (no comment merci) et hop, demi-tour sur une voie où on a pas le droit, juste devant des flics. Trop gentils, ils ne m'ont rien dit, en même temps, un 60 chez eux, c'est quoi cette bête là? Bref, une fois dans le parking, c'est par où qu'on se gare? Non, mais sérieux, à se demander pourquoi ils ont ouverts 3 voies sans aucune indication, mais enfin, je prends la première place et zou, on sort. Plus qu'à trouver la bonne sortie (vu qu'on se retrouve dans un centre commercial, oui, le gné est de circonstances!) et enfin sur le trottoir! Et nous voila devant  le 12 avenue d'Italie. (pour info, la photo je l'ai prise à la sortie :p vu notre retard, cela n'aurait pas été convenable...)

     

    Rencontre avec Hervé Commère

    Entrée des artistes à 19h05 (oui, nous marchons vite :p) Et dans un siège, sans bruit et nous arrivons des questions ont déjà été posées. Malheur, moi qui voulait faire un petit récapitulatif, je me suis faite avoir, en même temps, 2h30 pour venir, au lieu d'une heure trente, forcément, on avait prévu de l'avance mais pas autant. La prochaine fois, nous partirons le matin, c'est dit, c'est fait ! (mdr)

    Rencontre avec Hervé Commère

    Rencontre avec Hervé Commère

    Rencontre avec Hervé Commère

    J'ai tout de même fait une petite vidéo qui vous en dira pas mal sur son livre et prit quelques notes pour compléter, non mais, sinon pourquoi avoir autant de péripéties si c'est pour ne rien ramener?

    Pour le son, j'avais la clim juste au-dessus de la tête, donc je m'excuse si vous entendez une sorte de ronron, mais on entend bien l'auteur qui nous donne du croustillants :p

    Voici donc toutes les infos que j'ai noté et qui m'ont parus importantes :

    Les personnages ? Le plus proche serait Serge, pas physiquement, ni même émotionnellement, mais parce qu'il c'est battu. Serge savait ce qu'il voulait, il sait ce que veut dire essayer. Car si nous n'essayons pas, comment savoir si nous allons réussir ou non? Ensuite viendrait Fred et Karl, ceux qui n'ont pas eut de chance. Vint ensuite Nino, celui qui est du bon coté et enfin Carole, ah Carole, il vit avec, ou presque ;). L'amour est le moteur de chacun d'entre eux. D'ailleurs, en parlant de moteur, chacun des personnages va faire 1000 kilomètres dans le livre. Pour l'auteur, les personnages l'emportent sur l'intrigue d'où le fait qu'il le verrait plus dans la littérature que dans le polar.

    L'écriture? Une fois que l'histoire est terminé, Hervè Commère écrit les deux trois premières pages du début du roman. L'auteur nous dit qu'il écrit des romans et non des polars. Ce qu'il aime par dessus tout c'est raconter des histoires. Pour lui, ce n'est pas un polar, tout simplement parce qu'il n'y à pas de policier dans l'histoire. D'ailleurs, saviez-vous qu'il met, pour chaque roman, qu'il fasse 300 pages, ou non, trois mois pour l'écrire? Un chiffre qui le lui rend bien. Durant ce temps d'écriture, Hervé Commère écrit tous les jours, passant d'une page au tout début à une vingtaine voire plus dans les derniers jours. Par contre, dès que le livre est terminé, il n'écrit plus.

    Infos supplémentaires : "Le sac de billets, qui se trouve au début,est un véritable clin d’œil aux films que l'auteur regardait petit". "Nino était à la base noir, mais à la lecture du livre par l'un des membres de sa famille, Nino ne pouvait pas être noir. Alors il est devenu blanc, mais roux, car l'auteur voulait une particularité en lui". "Il n'y à pas de policier dans l'histoire tout simplement parce que ce dernier est habitué aux rebondissements, alors que les personnages non". "Le titre n'est pas une sorte de défi, mais un peu un ordre : essayer d'imaginer ce que l'on peut faire de mieux de sa vie".

    Et au final, nous avons eut notre dédicace.

    Rencontre avec Hervé Commère

    Rencontre avec Hervé Commère

    Rencontre avec Hervé Commère

    Rencontre avec Hervé Commère

     Et ma dédicace à moi xD

    Rencontre avec Hervé Commère

    Encore un grand merci à Babelio, Fleuve Noir et Hervé Commère pour cette soirée !

    « Kevin Martin, un homme sans histoire (Catherine Lang)Bilan de Juin 2014 »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :