• Un seul jour (Callie J. Deroy)

     

    Un seul jour (Callie J. Deroy)

    La bête du Bois de Boulogne (Christine Béchar)

    Auteur : Callie J. Deroy

    29 pages ebook

    Thème : St Valentin

      *******


     

    4ème de couverture :

      
    "Quatorze février, la Saint-Valentin.

    L'amour éternel, les cadeaux, les petites attentions, une sortie en tête à tête avec son amoureux et la promesse de lendemains radieux. Ou alors la solitude, le chagrin, l'impression douloureuse que tout espoir est mort et que plus rien n'ira jamais.
    Pour moi, Nina, c'est plutôt la seconde possibilité. Mais autant que je m'y habitue, puisque je sais déjà que je resterai seule jusqu'à la fin de ma vie.
    Sauf si...
    Sauf si ma route croisait, par hasard, celle de quelqu'un qui en a décidé autrement…"

         

    La bête du Bois de Boulogne (Christine Béchar)

    Un seul jour (Callie J. Deroy)

    Merci à L-s Ange pour m'avoir proposé de livre leur toute première nouvelle qui ouvre la collection romance de L'ivre-Book. Vous pourrez la trouver gratuitement sur plusieurs plate-forme de téléchargement dès le 14 février. Dès que j'ai reçu l'image de la couverture, je me suis dit qu'elle était très belle. Et en y regardant bien, on peut y apercevoir un homme, un baiser dans ce mélange de nuages et de terre – mon imagination me fait voir cela.

     

    Le 14 février, signe de la Saint Valentin, fête commerciale et tout et tout (c'est moi qui le dit, pas l'auteur :p) Nina est une jeune femme qui n'a qu'une seule et unique envie : arriver au 15 février là de suite, dans l'immédiat. Entendre ses collègues se dire ce qu'elles feront ce soir avec leur moitié, les clients qui en font de même, les innombrables manifestations en tout point, bref, une journée qu'elle aimerait pouvoir supprimer de son calendrier. Pourquoi tant de haine envers cette journée ? Tout simplement parce que trois ans auparavant, son ex l'a largué comme une malpropre, la traitant comme une moins que rien. Parce qu'elle se sent seule malgré tout. Son désespoir est perceptible et lorsqu'elle prend le métro pour rentrer chez elle, elle devient presque transparente aux yeux des autres. Sauf une personne, un homme qui, semble-t-il se rend compte de son existence et va chercher son regard...

     

    Je m'arrête là, car d'une part la nouvelle est très courte et d'autre part, le jeu des regards est intense et la suite délicieuse. Deux parties pourtant composent cette cette nouvelle : Elle d'abord puis Lui. J'ai aimé lire les pensées d'une femme qui se retrouve seule à cette fête, voyant ce qui se passe autour d'elle et qui aimerait juste un geste d'attention. Pas forcément le grand Amour, juste un regard, un sourire, une caresse sur le visage. Toutes ses attentions que nous pouvons donner sans être forcément amoureux de la personne face à vous. Lui n'a pas d’œillères, il voit au-delà de ce que les autres regardent, c'est à dire qu'il voit le cœur des femmes, ne s'arrêtant pas à l'apparence.

     

    L'auteur nous offre une belle romance – oui, c'est bien moi qui écrit cela – douce, remplie d'émotions diverses, d'humour, de sentiments qui sont le propre de l'homme. Nous pouvons nous croire à sa place, nous l'avons tous connu à un moment donné. Une très belle histoire, bien écrite, avec une fin qui m'a fait sourire ET qui m'a surprise, j'aurais dû y penser en sachant qu'il s'agissait de Callie. N'hésitez pas à vous la procurer, elle m'a fait oublier tout ce qui se passait autour de moi.

     

    Un tout petit extrait pour vous le faire découvrir :

     

     « J'ai de la chance, il y a une place de libre dans ma rame, je ne passerai pas la prochaine demi-heure debout. Je m'assieds, en face d'un couple qui se regarde avec les yeux de l'amour fou, je vous assure que je peux voir les petits cœurs multicolores qu'ils exhalent à chaque expiration... Il n'y a pas d'autre place, alors je reste où je suis, mais de voir ces manifestations d'amour me broie le cœur. Et qu'y a-t-il de plus insupportable que des bruits de baisers ? Non, mais franchement ? Si je pouvais arracher un strapontin et le leur balancer dans la figure, je vous jure que je le ferai. Moi ? Jalouse ? Oui. Oui, carrément. Ça fait des années que personne ne m'a embrassée, ou juste prise dans ses bras. Parce que, bon, ma mère et ma meilleure amie, c'est pas pareil... » 

     

    Fait partie des challenges suivants :Logo Livraddict

    babelioDéfis sur Fb

     

     

     

     

    « Publibook Editions#18 Une journée... en compagnie des "nouveaux héros" »

  • Commentaires

    2
    Lundi 4 Avril 2016 à 10:20

    J'ai trouvé cette nouvelle vraiment très surprenante et mignonne. Elle m'a donné envie d'en savoir plus sur l'univers de l'auteur !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :