• Anienda, tome 2 : les sept prayeurs (Alexandra Streel)

     

     

    Anienda, tome 2 : les sept prayeurs (Alexandra Streel)

    Lien sur Amazon

    Anienda (Alexandra Streel)


    Auteur :


    301 pages numériques (pdf)

    Thème : Fantasy

    *******

    Fait partie de la saga

    Anienda

     

    Résumé :

    « Les pires dangers attendent Elwyn au sein d’un monde qu’il découvre à peine : l’ombre d’Yrgalon ne cesse de grandir, plus menaçante chaque jour. à l’aube d’une guerre menée par les Elves, les Nains et autres créatures de mystère, aucun ne soupçonne l’ampleur des plans de l’ennemi, qui défient l’imagination...
    Plongés au coeur des légendes qui peuplaient leurs rêves d’enfants, Elwyn et ses compagnons s’engagent dans une quête périlleuse, dont nul n’est assuré de revenir indemne.
    Dans un univers riche en aventures, Alexandra Streel met en scène la destinée d’un monde en danger. »
     

     

    Yem, tome 1 : le grand rift (Gilles Milo-Vacéri)

     

    Anienda, tome 2 : les sept prayeurs (Alexandra Streel)

    15/20

     

    Je remercie de nouveau Alexandra Streel pour l'envoi de la suite des aventures d'Elwyn.

     

    Sur Anienda, nous retrouvons Elwyn, mais également Iryane dans une formation qui va développer leurs capacités. Le danger n'est pas loin, Yrgalon ne cesse de vouloir le pouvoir absolu pour ouvrir la fine barrière entre les deux mondes et ainsi être le "roi" de tout ce qui est êtres humains. Pour cela Elwyn doit absolument réussir à maîtriser ses dons, son épée sans perdre d'énergie trop vite. Le temps, c'est ce qui leur manque et ils devront faire face à bon nombre d'événements qui les conduiront à une rencontre non désirée, mais nécessaire.

     

    « Il pénétra dans la pièce où le lit et la petite table de bois étaient couverts de poussière et de toiles d’araignées. Il continua d’avancer vers la salle de bain. Il se trouva devant le miroir, reflétant un instant son image, et l’instant d’après, celle de lui, torse nu portant encore son pendentif autour du cou. Il se revoyait le matin même de cette journée si particulière où il avait découvert ce monde. C’en était trop. Cela devenait insoutenable. Les éclairs dans sa tête devenaient de plus en plus rapides, il se revoyait, et ensuite son grand-père... il tressaillit et s’effondra sur le sol avant que Maïna ne puisse le rattraper...»

     

    Nous suivons Elwyn dans son apprentissage. Comment il doit se comporter, comment il doit frapper, répondre... Le jeune homme apprend énormément sur lui, sur les elves, sur ses compétences. Dans ce premier tiers, nous avons beaucoup d'informations sur cette race (les elves), ainsi que sur leur histoire et légende. Car ce peuple est rempli de complexité et de termes peu évident. C'est cette partie que j'ai eu du mal à intégrer : beaucoup de descriptions et d'explications. Cette partie fut quelque peu difficile pour ma part, je n'ai pas réussi à entrer dans l'histoire.

     

    Par la suite c'est beaucoup plus simple de suivre les événements. Passé ce premier tiers, voire un tout petit peu plus, j'ai été happé dans le récit. Il y a toujours des descriptions, mais elles sont pour les actions, les gestes, les décors et les combats qui suivront. L'histoire se renforce. Les liens se font et se défont et les traîtrises d'avant reviennent en force. J'ai beaucoup aimé ressentir les émotions des personnages. Elwyn semble perdu, son cœur fait des bonds dans sa poitrine par moment. Le sentiment amoureux n'est pas indiqué, il est juste présent sans qu'il ne comprenne ce qui lui arrive. Il n'a pas le temps pour cela, car il a une quête et un combat à mener afin de sauver les deux mondes. Cette quête, il ne la fera pas en solitaire, d'autres personnages vont l'aider. J'ai retrouvé avec plaisir Melidan et Lukawen. Maïna a de grandes capacités, sans oublier Elouan. Les nains ont une opinion différente, mais c'est comme dans tous, un peuple n'est pas forcément uni sur un sujet, des désaccords peuvent survenir.

     

    « – Je dois admettre que tu fais preuve d’une force de caractère étonnante.

    Elwyn plongea son regard dans le sien :

    – C’est lorsqu’on se sent vaincu qu’on est le plus redoutable. Je n’ai plus rien à perdre.

    ... Il avait pensé que le jeune homme le supplierait, pleurerait et l’implorerait. Mais sa réaction avait été bien plus sage et mûre. Cela lui avait fait ressentir un grand danger et la force qu’Elwyn portait en lui.»

     

    Le récit est plus soutenu que dans le premier tome. L'auteur nous offre toujours beaucoup d'histoires dans l'histoire. L'écriture devient un peu plus fluide, surtout dans les scènes d'actions. Il y a de nombreux événements, du suspense, et des envies de demander : Pourquoi ? à l'auteur. que vont devenir certains d'entre eux, est-ce que c'est définitif l'état dans lequel ils se retrouvent ? La fin est horrible, brutale et appelant de toutes ces forces à connaître la suite.

     

    Concernant les personnages, Elwyn a mûrit, il a pris quelques mois et devient plus conscient que jamais de ce qu'il doit accomplir. La peur fait partie intégrante des protagonistes.

     

    « Chaque association puisait en lui une quantité indéfinissable d’énergie. Il devait améliorer cela, sans quoi il serait contraint de ne pouvoir utiliser ses pouvoirs. Il se souvenait de chaque conseil que Melidan lui avait prodigué pendant leurs heures d’entraînement lorsqu’ils étaient à la cité : « Tu dois ressentir les choses, tu dois ne faire qu’un avec ton arme, elle te complète. Il ne doit pas y avoir de rupture entre elle et toi. Lorsque l’énergie circule entre elle et toi, il y a moins de perte lors des attaques. N’oublie jamais cela, l’arme est le prolongement du guerrier... »

    Un guerrier : Elwyn se souvenait avoir pensé qu’il ne l’était pas et qu’il ne le serait jamais. Pourtant aujourd’hui, assis dans le froid, sa lame entre les mains, il réalisait qu’il n’en était pas très loin.»

     

    Iryane suit un parcours difficile et semé d'embûches, mais elle doit le faire afin de parvenir à devenir ce qu'elle va devenir. J'ai apprécié Elouan, il donne ce petit piquant masculin pour titiller les sens et énerver d'autres. Maïna est sérieuse et tenace. Chaque personnage est capable de se mettre en danger pour sauver l'un des siens. J'adore le méchant il tient son rôle parfaitement et j'aime cela.

     

    En conclusion, malgré un début difficile pour entrer dans l'histoire, j'ai beaucoup aimé la façon dont l'histoire se développe. Le côté fantasy est totalement intégré. Les personnages sont attachants pour la plupart. Et une envie de meurtre sur la personne de l'auteur pour avoir osé tailler dans le vif. Hâte de découvrir la suite des aventures. 

     

    L’histoire qui nous est racontée, dès le début est captivante, surtout du fait que ça se passe à bord de l’Empress of Irelan, ce paquebot qui fit naufrage dans les eaux du Fleuve Saint-Laurent. De partir d’un fait historique véridique pour créer une histoire de fiction, c’est une bonne manière de donner de la crédibilité à ce qu’on raconte. De plus, l’auteure, avec sa plume très raffinée et imagée, nous permet de nous faire sentir partie intégrante des événements et nous donne le goût suivre avec beaucoup d’intérêt la tentative de survie de ces passagers alors que le bateau s’enfonce vers les fonds du Fleuve.

    Ensuite, le roman se transforme en histoire d’amour, en jeu du chat et de la souris, en poursuite entre les bons et les méchants, bref, une série de moments d’actions et quelques moments de frissons d’excitations s’alternent dans ce roman d’amour, alors que le destin d’Adélaïde semble se lier constamment à celui de Aidan, qu’elle ne cesse de trouver sur son chemin de vie.

    Personnellement, le personnage de Adélaïde ne me rejoint pas beaucoup, avec sa candeur, sa fragilité, sa naïveté, sa peur constante de ce que les gens vont penser. Mais il est certain aussi que ce livre se passe au début des 1900, alors que les riches Britanniques sont tous empreints de convenances, de règles à suivre, de gestes de bonnes séances à respecter, ce dont l’auteure décrit très bien dans son histoire, et cela fait en sorte que l’on peut se transposer dans cette époque et voir comment les gens y vivaient et comprendre le comportement d’Adélaïde.

    Ce roman est des plus intéressants à lire d’abord et avant tout, à cause de la plume de Sonia Alain. Elle sait créer dans l’imaginaire de son lectorat,  un savant mélange de scènes chaudes et érotiques,  tout en ajoutant des moments d’actions captivants. Ainsi, le lecteur passe par une belle gamme d’émotions à tout moment, si bien qu’il ne s’ennuie jamais pendant ses plus de 450 pages. Avec une imagination aussi fertile, on peut penser que le tome 2 La trahison, qui est également en librairie, sera tout aussi palpitant que le premier.

    - See more at: http://info-culture.biz/2016/10/31/damour-et-de-haine-tome-1/#.WCXI7ckY-M8

    L’histoire qui nous est racontée, dès le début est captivante, surtout du fait que ça se passe à bord de l’Empress of Irelan, ce paquebot qui fit naufrage dans les eaux du Fleuve Saint-Laurent. De partir d’un fait historique véridique pour créer une histoire de fiction, c’est une bonne manière de donner de la crédibilité à ce qu’on raconte. De plus, l’auteure, avec sa plume très raffinée et imagée, nous permet de nous faire sentir partie intégrante des événements et nous donne le goût suivre avec beaucoup d’intérêt la tentative de survie de ces passagers alors que le bateau s’enfonce vers les fonds du Fleuve.

    Ensuite, le roman se transforme en histoire d’amour, en jeu du chat et de la souris, en poursuite entre les bons et les méchants, bref, une série de moments d’actions et quelques moments de frissons d’excitations s’alternent dans ce roman d’amour, alors que le destin d’Adélaïde semble se lier constamment à celui de Aidan, qu’elle ne cesse de trouver sur son chemin de vie.

    Personnellement, le personnage de Adélaïde ne me rejoint pas beaucoup, avec sa candeur, sa fragilité, sa naïveté, sa peur constante de ce que les gens vont penser. Mais il est certain aussi que ce livre se passe au début des 1900, alors que les riches Britanniques sont tous empreints de convenances, de règles à suivre, de gestes de bonnes séances à respecter, ce dont l’auteure décrit très bien dans son histoire, et cela fait en sorte que l’on peut se transposer dans cette époque et voir comment les gens y vivaient et comprendre le comportement d’Adélaïde.

    Ce roman est des plus intéressants à lire d’abord et avant tout, à cause de la plume de Sonia Alain. Elle sait créer dans l’imaginaire de son lectorat,  un savant mélange de scènes chaudes et érotiques,  tout en ajoutant des moments d’actions captivants. Ainsi, le lecteur passe par une belle gamme d’émotions à tout moment, si bien qu’il ne s’ennuie jamais pendant ses plus de 450 pages. Avec une imagination aussi fertile, on peut penser que le tome 2 La trahison, qui est également en librairie, sera tout aussi palpitant que le premier.

    - See more at: http://info-culture.biz/2016/10/31/damour-et-de-haine-tome-1/#.WCXILMkY-M8

    L’histoire qui nous est racontée, dès le début est captivante, surtout du fait que ça se passe à bord de l’Empress of Irelan, ce paquebot qui fit naufrage dans les eaux du Fleuve Saint-Laurent. De partir d’un fait historique véridique pour créer une histoire de fiction, c’est une bonne manière de donner de la crédibilité à ce qu’on raconte. De plus, l’auteure, avec sa plume très raffinée et imagée, nous permet de nous faire sentir partie intégrante des événements et nous donne le goût suivre avec beaucoup d’intérêt la tentative de survie de ces passagers alors que le bateau s’enfonce vers les fonds du Fleuve.

    Ensuite, le roman se transforme en histoire d’amour, en jeu du chat et de la souris, en poursuite entre les bons et les méchants, bref, une série de moments d’actions et quelques moments de frissons d’excitations s’alternent dans ce roman d’amour, alors que le destin d’Adélaïde semble se lier constamment à celui de Aidan, qu’elle ne cesse de trouver sur son chemin de vie.

    Personnellement, le personnage de Adélaïde ne me rejoint pas beaucoup, avec sa candeur, sa fragilité, sa naïveté, sa peur constante de ce que les gens vont penser. Mais il est certain aussi que ce livre se passe au début des 1900, alors que les riches Britanniques sont tous empreints de convenances, de règles à suivre, de gestes de bonnes séances à respecter, ce dont l’auteure décrit très bien dans son histoire, et cela fait en sorte que l’on peut se transposer dans cette époque et voir comment les gens y vivaient et comprendre le comportement d’Adélaïde.

    Ce roman est des plus intéressants à lire d’abord et avant tout, à cause de la plume de Sonia Alain. Elle sait créer dans l’imaginaire de son lectorat,  un savant mélange de scènes chaudes et érotiques,  tout en ajoutant des moments d’actions captivants. Ainsi, le lecteur passe par une belle gamme d’émotions à tout moment, si bien qu’il ne s’ennuie jamais pendant ses plus de 450 pages. Avec une imagination aussi fertile, on peut penser que le tome 2 La trahison, qui est également en librairie, sera tout aussi palpitant que le premier.

    - See more at: http://info-culture.biz/2016/10/31/damour-et-de-haine-tome-1/#.WCXILMkY-M8

    L’histoire qui nous est racontée, dès le début est captivante, surtout du fait que ça se passe à bord de l’Empress of Irelan, ce paquebot qui fit naufrage dans les eaux du Fleuve Saint-Laurent. De partir d’un fait historique véridique pour créer une histoire de fiction, c’est une bonne manière de donner de la crédibilité à ce qu’on raconte. De plus, l’auteure, avec sa plume très raffinée et imagée, nous permet de nous faire sentir partie intégrante des événements et nous donne le goût suivre avec beaucoup d’intérêt la tentative de survie de ces passagers alors que le bateau s’enfonce vers les fonds du Fleuve.

    Ensuite, le roman se transforme en histoire d’amour, en jeu du chat et de la souris, en poursuite entre les bons et les méchants, bref, une série de moments d’actions et quelques moments de frissons d’excitations s’alternent dans ce roman d’amour, alors que le destin d’Adélaïde semble se lier constamment à celui de Aidan, qu’elle ne cesse de trouver sur son chemin de vie.

    Personnellement, le personnage de Adélaïde ne me rejoint pas beaucoup, avec sa candeur, sa fragilité, sa naïveté, sa peur constante de ce que les gens vont penser. Mais il est certain aussi que ce livre se passe au début des 1900, alors que les riches Britanniques sont tous empreints de convenances, de règles à suivre, de gestes de bonnes séances à respecter, ce dont l’auteure décrit très bien dans son histoire, et cela fait en sorte que l’on peut se transposer dans cette époque et voir comment les gens y vivaient et comprendre le comportement d’Adélaïde.

    Ce roman est des plus intéressants à lire d’abord et avant tout, à cause de la plume de Sonia Alain. Elle sait créer dans l’imaginaire de son lectorat,  un savant mélange de scènes chaudes et érotiques,  tout en ajoutant des moments d’actions captivants. Ainsi, le lecteur passe par une belle gamme d’émotions à tout moment, si bien qu’il ne s’ennuie jamais pendant ses plus de 450 pages. Avec une imagination aussi fertile, on peut penser que le tome 2 La trahison, qui est également en librairie, sera tout aussi palpitant que le premier.

    - See more at: http://info-culture.biz/2016/10/31/damour-et-de-haine-tome-1/#.WCXILMkY-M8
     
    Défis sur Fb Logo Livraddict babelio Vous pouvez me retrouver : Vous pouvez me retrouver :

     

     

    « D'amour et de haine, tome 1 : quand tout bascule (Sonia Alain)Les TEGS, série (Mel 2.2) »

  • Commentaires

    2
    Vampilou
    Lundi 14 Novembre 2016 à 16:26
    Je ne suis pas certaine que ça me plaise, mais j'ai beaucoup aimé ton avis ma belle !
      • Lundi 14 Novembre 2016 à 21:00

        Merci pour l'avis et c'est de la fantasy pure, donc à toi de voir :) Merci d'être passée happy

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :