• Chroniques/Accueil

     

    Tout ce qui se rapproche de près ou de loin à un avis, c'est par ici. Attention, il y en a beaucoup. Le mieux serait de visiter le menu déroulant au dessus et de choisir ce qui vous tente de découvrir dans le menu "Chroniques" ou "Thèmes"

     

    Focus Littérature

     

  • « Afin d’éviter les nids à problèmes, je ne déroge jamais à ma sacro-sainte règle de ne jamais baiser avec des loups. Pour m’envoyer en l’air, je choisis des hommes bien foutus et dotés d’une belle gueule sans m’attacher à aucun d’eux. Je m’appelle Katell O’Connell. Je vis heureuse avec ma meute au cœur d’une forêt Irlandaise, jusqu’au jour où impuissante j’assiste à son arrestation par un groupe d’intervention militaire. Depuis, les mêmes questions tournent en boucle dans ma tête.

    Notre existence a-t-elle soudainement été découverte ? Sommes-nous victimes d’une trahison ? Avant qu’un avis de recherche soit émis contre moi, je pars en Écosse réclamer l’aide des Galloway, une meute alliée, dont l’un des loups a bien l’intention de réduire à néant ma sacro-sainte règle. »      

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • La meute Enoch (Eva Justine)

     Résumé 

     
    « Afin d’éviter les nids à problèmes, je ne déroge jamais à ma sacro-sainte règle de ne jamais baiser avec des loups. Pour m’envoyer en l’air, je choisis des hommes bien foutus et dotés d’une belle gueule sans m’attacher à aucun d’eux. Je m’appelle Katell O’Connell. Je vis heureuse avec ma meute au cœur d’une forêt Irlandaise, jusqu’au jour où impuissante j’assiste à son arrestation par un groupe d’intervention militaire. Depuis, les mêmes questions tournent en boucle dans ma tête.

    Notre existence a-t-elle soudainement été découverte ? Sommes-nous victimes d’une trahison ? Avant qu’un avis de recherche soit émis contre moi, je pars en Écosse réclamer l’aide des Galloway, une meute alliée, dont l’un des loups a bien l’intention de réduire à néant ma sacro-sainte règle. »      

     Ma chronique 

     

    Je remercie Maïwenn ainsi que la maison d'éditions Juno Publishing pour cette nouvelle lecture.

     

    Lorsque l'on parle de fantastique avec des loups, en ce moment j'adore. OK, j'aimais déjà la littérature fantastique, mais les loups, depuis que j'ai découvert la série des loups de Walburg, je suis fascinée de voir comment les auteurs décrivent leur monde. Qu'il soit historique ou futuriste, j'aime me plonger à leurs côtés. Ici, nous sommes en 2088, en Irlande, alors que le monde a sombré dans le chaos le plus total : la liberté n'est plus qu'un mot qui traine dans un dictionnaire et l'état semble s'amuser avec de jolis drones pour surveiller les faits et gestes de tout le monde. et ce n'est que le haut de l'iceberg, surtout lorsque l'on comprend que des prisons naviguent sur les flots. Bref, il vaut mieux être comme monsieur tout le monde ou alors savoir bien se camoufler, comme la plupart des habitants qui ne sont pas tous entièrement humain. C'est le cas du clan de Katell, la meute Enoch qui est prise dans son intégralité sous les yeux de l'unique "survivante" par un groupe plus obscur qu'autre chose. Elle doit retrouver une autre meute, celle Galloways pour qu'elle lui vienne en aide afin de sauver toute sa famille. Seul hic ? Ils ne sont pas en Irlande et par-dessus tout, comment faire pour s'en sortir alors que sa tête est recherchée ?

     

    Oubliez la première phrase du résumé, elle ne met absolument pas en valeur le récit et ne va absolument pas avec. Je ne sais pas pourquoi elle est là, mais je ne l'ai pas ressenti et sincèrement, je m'en fiche, ce qui compte, c'est vraiment la façon dont Katell va devoir les trouver, leur demander de l'aide et comprendre que sa vie prend un tournant, par le biais du fils de l'alpha Dugald : Declan, qui est beta. L'attirance est présente du départ et le lien invisible rouge ou non est déjà en place, qu'ils le veuillent ou non. Elle a 21 ans et ne pense pas à autre chose que sauver sa famille, dont son frère Angus qui a 15 ans et qui ont déjà souffert d'avoir perdu leurs parents. Declan, 26 ans, ne fait que s'amuser sans chercher à être lié, bien que sa petite sœur Annis ne cesse de lui rabâcher l'histoire du fil rouge. Lorsque tout leur tombe dessus, ce n'est plus un sauvetage qu'il y aura, mais un lien indestructible entre deux clans qui va se former et pas uniquement avec ces deux personnages principaux.

     

    Le récit est à la première personne sous les traits de Katell et de Declan, mais nous avons le droit également à d'autres personnages, tels Shanna la meilleure amie de Katell, Angus ou encore Dugald. Les descriptions nous entraînent dans leur sillage et j'ai préféré cette façon de faire, car je dois bien avouer que quelques dialogues m'ont semblé de trop. L'histoire va vite dans le sens où il faut faire vite pour sauver la meute Enoch, mais aussi avec ce lien qui va chambouler les sens de Katell et Declan. Pour autant ils ne vont pas se sauter dessus dans le sens où la mission prime sur tout le reste et ça, j'ai vraiment apprécié. Il y a forcément de la jalousie plus expressive du côté de Katell que du côté de Declan, mais ils revienne toujours l'un vers l'autre et le montre facilement. Il se lit vite et on a envie d'en savoir plus, même une fois le livre terminé. Que ce soit sur eux deux comme sur les autres personnages qui les entourent. Parce que ce n'est pas qu'un simple histoire de deux clans, de deux meutes, c'est tout un système qui semble compromis jusqu'à la moelle ! Je pense à Gildas de suite et me dis que l'humanité a encore du bon grâce à ce personnage.

     
    Le sauvetage n'est pas simple, il ne faut pas se faire attraper, réussir à les sortir d'une prison où les êtres humains sont vraiment mauvais, où ils désirent aller plus loin que ce qu'ils voient. Les expériences semblent être de mise une fois de plus, mais au nom de quoi ? Ce futur monde qui n'est pas si éloigné que cela, nous montre des dérives que nous pouvons déjà imaginer à notre époque. Une logique qui fait froid dans le dos et qui pourrait peut-être arriver. C'est un combat de chaque instant pour tous ceux qui sont différents de ne pas être vus comme des monstres ou même dénoncés. Il y a de petites choses où nous passons un peu trop vite, comme l'événement final qui arrive un peu comme un cheveu sur la soupe, mais l'auteur nous laisse assez de moments pour comprendre que nous en saurons plus dans le prochain. Sur Annis ? Sur Angus ? L'un comme l'autre, il y a de quoi faire et de quoi apprendre encore sur leur caractéristiques et le pourquoi certains phénomènes ne fonctionnent pas forcément sur tout le monde. C'est facile d'apprécier les personnages de ce livre, même si j'ai préféré les personnages secondaires (oui, ça c'est mon soucis, la plupart du temps, j'ai du mal avec les principaux), ils ont tous un petit truc qui les rend attirant.


    Les émotions sont vives et puissantes. La détresse est très bien ressentie tout comme la passion (et la jalousie). Et la bière est partout ! Tout est bon pour en boire, une. Elles sont si bonnes que cela les bières écossaises, ou irlandaises ? xD. Toujours est-il qu'il y a toujours un moment pour trinquer  : un changement de fringue, un ravissement d'avoir sauvé quelqu'un, un moyen de se désaltérer ou même de s’enivrer pour oublier. Non, ils ne sont pas alcooliques, ce sont des bons vivants qui n'hésitent pas à se mettre en danger pour sauver autrui et la petite larme à l’œil risque d'apparaître chez certains lecteurs. Beaucoup de détails de la façon dont ce monde vit est fascinant. Nous pouvons imaginer sans peine qui fait quoi, qui est derrière ? Pas encore, et ce n'est pas grave. De la manière dont les gouvernements menacent, surveillent coincent et s'amusent avec la population qui a sans cesse peur. (Un peu comme maintenant en somme)
     
     
    En conclusion, un premier tome qui pose des bases, des personnages attachants et beaucoup d'actions. La romance est légère et les liens sont très bien expliqués. C'est juste un peu trop rapide par moment, mais il y a tellement de choses à découvrir et puis nous comprenons rapidement que la suite nous en racontera encore un peu plus. J'ai passé un très bon moment de lecture !
     
     

     Extrait choisi :   

     

    « Lorsqu’on vit en meute, le mot solitude est indiscutablement à bannir du vocabulaire. Hormis la nuit ou si on décide sciemment de s’isoler, aucun loup n’est jamais vraiment seul. Si je ne connais pas le sentiment de perdre un mari, je suppose que c’est assez semblable à ce que j’ai ressenti à la mort de mes parents. Une douleur et un manque si cruels qu’ils laissent un trou béant dans le cœur. Je sens Malina encore piégée entre la colère et la tristesse.
    Spontanément, je me lève et entoure ses épaules de mes bras. Je ne sais pas combien de temps il lui faudra pour traverser cette épreuve et apprécier à nouveau la vie, mais je fais de mon mieux pour l’envelopper momentanément d’un cocon de bonnes ondes. Instinctivement, nos louves intérieures accordent leurs souffles et les battements de leurs cœurs, et nous restons ainsi dans une apaisante harmonie.
    »

     

     

     

    Partager via Gmail

    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique