• Chroniques/Accueil

     

    Tout ce qui se rapproche de près ou de loin à un avis, c'est par ici. Attention, il y en a beaucoup. Le mieux serait de visiter le menu déroulant au dessus et de choisir ce qui vous tente de découvrir dans le menu "Chroniques" ou "Thèmes"

     

    Focus Littérature

     

  •  

     

    La sortie (Joseph Kochman)

    Offerte sur Wattpad

    Amisseum, tome 1 : les terres inconnues (Maes Larson)

    Auteur : Joseph Kochman

    156 pages numérique (epub)

    Thème : oserais-je SF ?

    *******

    fait partie de la saga

    Inspiterre et un peu d'encre...

     

    Résumé :

    « Échoué sur une planète sombre et désolée, le spationaute 24 n'a pour souvenir que son nombre et une image ; celle de La Sortie, entité lumineuse mystérieuse cachée dans les profondeurs de l'astre noir, unique échappatoire de ce monde dangereux. Suivi par quatre compagnons, il s'élance à la poursuite de la vision, traversant collines, gouffres et monts ténébreux, dans l'espoir d'atteindre au plus vite l'ultime issue. Mais, dans l'ombre, rôde le cruel et puissant 4, gigantesque gorille blanc au masque noir bien déterminé à trouver La Sortie avant eux... »  
     
     

    La bête du Bois de Boulogne (Christine Béchar)

    18/20

     

    - Attention au décollage. Accrochez-vous correctement ! Cela risque d'être un peu brusque à l’atterrissage.

    Le commandant de bord prend son élan et déploie sa lance afin de pénétrer l'atmosphère lourde et étrange, telle une nouvelle terre. Un soubresaut et le pilote est obligé de revenir au point de départ. Après plusieurs manœuvres de va-et-vient, la fusée part enfin en terre inconnue. En moins de temps qu'il ne faut, les portes avant s'ouvrent.

    - Attention, mesdames, messieurs et les enfants, le vol va se terminer. Nous sommes au regret de vous annoncer que le poids maximum a été atteint. Nous allons donc être obligé de vous éjecter.

    Les cris de terreurs s'accumulent. Tout le monde se regarde en chien de faïence, se demandant lequel d'entre eux les oblige à se faire sauter de l'appareil.

    - Nous vous remercions d'avoir utilisé air-transporlitse pour ce voyage.

    Les plus jeunes tentent de résister, mais la pression est si forte qu'il n'en reste quasiment plus un seul dans l'appareil. De toute manière, les rescapés du lancement n'auront pas la même chance de trouver La Sortie. Leur destin est déjà en marche et il est aussi sombre que la couverture.

     

    Dans les coulisses du lancement d'Ariane 5 - Ça m'intéresse

     

    Je soupire, j'arrête de respirer, je me dis qu'il a osé et que c'est une certaine vision des choses... Certaine, mais pas sûre. Qui peut dire que cela se passe vraiment ainsi ? C'est un combat acharné pour arriver le premier ou la première à cette sortie et devenir l'Unique. Ce mot qui démontre que les autres ne sont rien, que nous pouvons les écraser à la moindre envie. C'est comme imaginer un lieu tel un parc d'attraction, allez soyons fous (ce que nous sommes déjà) avec un terrain glauque, des parois humides, spongieuses tels des sables mouvants. Rigolos, non ?

     

    - 1, 2, 1, 2, 1... Non, ce n'est pas ça, on recommence. Numéro 112 658 au rapport !

     

    - Mais chef, je ne peux plus avancer, je deviennnns li....quiiiiiii....de..

    - Foutue de bon à rien, la maladie l'emporte ! Allez, en position de combat, il faut éradiquer tous les nouveaux ! Nous avons une chance d'arriver à la sortie avant eux. C'est eux ou nous, donc ce sera nous qui allons gagner !

    - Mais et ça ? C'est quoi ce bruit ?

     

    Parlons peu, parlons bien. Le bruit que vous n'entendez pas, mais que ces numéros, que nous sommes déjà en tant normal (que ce soit le permis de conduire, le téléphone, la caf, la banque etc...) bref nous sommes tous des numéros en tant normal, pourquoi se faire emmerder avec des prénoms ? Donc ces numéros entendent des bruits de pas terrifiants, à moins que ce ne soit ce qui est écrasé lors de ces pas. Des astronautes qui pensaient pouvoir arriver au bout du chemin. BOUM ! Arggggjghvqbdvljb, BOUM, Hiiiiiiiiii, BOUM ! Les arbres étranges sont pliés en tout sens, l'air devient étouffant. C'est moite de chaleur, de sueur profonde, de tout ce que vous désirez qui devient malsain. Quelque chose arriver. C'est grand, monstrueux, un sommet apparait... non n'allez pas lire le résumé, arf, trop tard, vous savez déjà ce que c'est, je suis déçue ! Oui, c'est un singe, un grand singe qui ne comprend pas pourquoi il est là lui et que tous les autres sont si petits. Si fragiles, si facile à tuer, écraser, n'en faire qu'une bouchée. Le cœur doit être bien accroché par moment, dès le départ, mais il faut tenir jusqu'au bout. Parce que c'est Joseph, parce que je sais qu'il y a quelque chose derrière ces instants de gore sanglant. Oui le gore implique du sang et le sanglant implique aussi du sang, cela fait deux fois plus de sang ! Non, ce n'est pas une histoire de vampire non plus.

     

    - Il arrive capitaine !

    - Fuyez !!!!!!!

     

    Un petit homme, nous l’appellerons 0, parce que c'est son nom, parce qu'il est zéro dans l'histoire et parce qu'il lui faut bien un chiffre. Il court devant, pour protéger. MAis qui ? Eux ou eux ? De toute manière est-ce qu'il est intéressant de le comprendre ? Parce que ces hommes et ces femmes ne savent pas pourquoi ils sont là. Jusqu'à ce qu'ils entendent une voix. Oui, Ici la voix qui vous parle. Vous devez trouver la sortie. Débrouillez-vous pour être les premiers, autrement vous mourrez, mouahahah. Ce n'est pas cela, mais ce n'est pas loin. C'est du sous-entendu et en même temps vu le nombre de cadavres dont certains vont devoir pousser pour avancer. C'est très sympathique au début. Arrachements de membres et à part le singe qui est tout blanc (le monstre de la montagne ?) ils ont tous les cheveux blancs. Étrange comme phénomène. Sont-ils tous malade ? Cela signifierait que c'est pour cela qu'ils sont malades au bout d'un temps très court. Le repos est un ennemi pour tous. Plus le temps passe, plus la chaleur est intense, les coups sont portés et les membres deviennent du chewing-gum.

     

    Un éléphant qui se baladait, sur une poêle, poêle, poêle, poêle ensanglantée,

    C'était un jeu tellement, tellement amusant qu’il appela un deuxième éléphant

     Deux éléphants qui se baladaient, sur une poêle, poêle, poêle, poêle ensanglantée

    C'était un jeu tellement, tellement pas amusant du tout...


    Non, sincèrement ce n'était pas amusant pour tous. Certains tentent des alliances pour arriver à cette fichue Sortie. Le fameux Saint Graal qu'il faut atteindre de n'importe quelle manière. Si le grand singe est prêt à tout écraser sur son chemin, ce n'est pas le cas de 12, 24 ou 6, quoique le chiffre 6 semble porter la poisse. Et quand on s'appelle second 6, on devient encore plus fou. Les heures lui sont tombées dessus et son esprit se fait la malle. Peut-être est-ce pour cela que nous avons des enfants cochons, chiens, chats ? Une retombée étrange qui se prépare. Attention, rien n'est acquis, rien ne va plus, il va falloir se battre pour survivre. C'est LA GUERRE !

     

    Une sphère s'avance depuis une grotte sombre. La lumière qu'elle procure donne un sentiment de paix intérieure sans panda dans les pattes.

    - Bienvenue aux Hunger Games. Nous sommes heureux de vous annoncer que tous les districts sont représentés. bien entendu il y aura toujours des choses étranges qui vont se produire. C'est une guerre sans pitié que nous nous offrons sur un plateau télévisé. Que vous ne voyez pas, bien entendu, mais EUX vous voient ! Eux vous sentent, vous entendent, vous imagine... à votre tour de montrer votre force de survie, car il ne s'agit que de cela. Le labyrinthe qui est devant vous ne recèle que des trésors de combats. Vous croyez vraiment que cela serait une partie de plaisir? Cet enjeu est capital, c'est la quatrième et probablement la dernière fois que nous organiserons ces jeux. C'est sur VOUS que tout repose. Un monde sans foi ni loi s'ouvre à vous. Vous savez ce qu'il vous reste à faire. Bonne chance.


    Un jeu grandeur nature où tout est permis, où chaque faux pas vous fais tomber dans un vide sidéral, où vous n'existez plus, ou personne ne se rappellera de vous. De toute façon, vous n'êtes qu'un numéro, alors à quoi bon tenter de se rappeler vos bonnes ou vos mauvaises actions ? Et puis il y a cette chaleur, cet amour qui se ressent... Oui, enfin, il faut y croire, il faut s’entraider, il faut réussir là où les autres se sont trompés. En plus, il y a deux chemins qui semblent aussi bien l'un que l'autre de profonds gouffres sombres qui font peur. Il faut s'accrocher, grimper, faire tomber les autres pour avoir une chance d'être le premier et de toucher ce TRÉSOR ! Ce fameux trésor que tous convoitent sans savoir ce que c'est, si ce n'est juste que c'est la survie.

     

    La plume est douce et percutante, incisive et passionnée. Il m'a fallu presque la moitié du livre pour me dire que non, il n'a pas osé écrire comme cela sur.. enfin voila quoi. Et siiiiiiiiii ! Une fois la prise de conscience là, bien en place, oui, je comprenais bien mieux pourquoi tant de haine ! Parce qu'il faut bien avouer qu'un auteur qui tue autant de personnages ne peut pas les aimer, ou alors beaucoup trop et veux les garder pour lui. Ou encore juste pour que le lecteur sorte les mouchoirs. J'imagine très bien la situation et les "Bouh ouhouhhhhh, 999 est mort, sniiiiiiif 117 562 vient de se faire arracher la tête, ouinnnnnnn 77 a préféré se suicider" Ouais, top d'imaginer les lecteurs dans cette position, non ? En même temps, je me dis que Joseph est capable de tout, ayant déjà lu ses précédents livres, il faut s'accrocher. Comme dans un manège, la ceinture de sécurité en place, les yeux grands ouverts, la bouche fermée et hop, le voyage s'annonce sévère.

     

    Merci de m'avoir proposé ta nouvelle Sortie (ah le jeu de mot pourri, mais je me devais de la faire). Je suis bien contente de ne plus passer par cet événement, parce que je t'avoue que là... bonjour les images que j'aurai xD


    « 12 serra 0 contre lui, impuissante. Le ventre de ce dernier s’écoulait entre ses mains.
    — QUE DISAIT-IL DÉJÀ ? fit 4 en caressant son masque. « CE MONDE EST SANS FOI NI LOI ».
    Le gorille frappa son abdomen poilu, furibond.
    — SEUL LE PLUS AGRESSIF SURVIT. JE ME BATTRAI POUR EXISTER.
    Il donna des coups de pied à quatre fondus, abrégeant leurs souffrances.
    — JE ME BATTRAI…
    Il hurla.
    — … POUR VIVRE !
    — Ç-Ça suffit ! Merde !
    0 se leva subitement, lâchant 12 qui tomba en avant. Malgré son ventre troué et ses yeux presque sans vie, il s’efforçait de rester debout. D’un mouvement lourd et gauche, il s’approcha du singe.
    — 0… susurra 12.
    Le garçon ne l’écouta pas, guidé par son courage grandissant.
    — Nous ne t’avons rien fait, 4, lâcha-t-il en soutenant le regard noir du monstre. Nous ne t’attaquions pas. Nous étions amis. Alors, arrête maintenant. Arrête !»

     

     

    La sortie (Joseph Kochman)

     

    Partager via Gmail

    8 commentaires
  •  

    Falling Down (Fleur Hana)

    Disponible sur amazon

    Amisseum, tome 1 : les terres inconnues (Maes Larson)

    Auteur : Fleur Hana

    81 pages numérique (epub)

    Thème : Young Adult M/M

    *******

     

     

    Résumé :

    « Une nuit, une seule, où tout est possible... sauf tomber amoureux
    Morgan
    Je ne devrais pas reluquer ce mec. La règle est claire. C’est genre une de celles qui devraient être notées dans le guide « être gay pour les nuls » s’il existait. On ne fantasme pas sur un hétéro. Non seulement c’est du masochisme, mais en plus, s’il s’en aperçoit et qu’il est homophobe, le risque que ça dégénère est trop grand. Mais bon, là, il est devant moi, c’est pas comme si j’allais regarder le plafond.
    Adrien
    Je me surprends à vouloir passer du temps avec lui. Peut-être que je pourrais l’embarquer avec moi pour terminer le graph, je ne sais pas, mais là, j’ai envie. Juste envie.
    »  
     
     

    La bête du Bois de Boulogne (Christine Béchar)

    18/20

     

    À 17 ans, on a la vie devant soi, les rêves plein les yeux,
    À 17 ans, on ne pense pas forcément à son avenir, mais on le devine,
    À 17 ans, on ne devrait penser qu'à s'amuser,
    À 17 ans, on tombe amoureux... ou plus tard !
     
     
    Cela fait un moment que j'ai terminé la lecture et en me disant qu'il faut que j'écrive ma chronique, je n'ai qu'une envie : te maudire Fleur, totalement et irrévocablement ! Dans le même temps, tu nous l'indique après le point final, celui qui fait mal. Ce fichu point final qui aurait dû s'arrêter avant, pour que notre imagination fasse le reste au lieu de... ça ! Avant de réduire mon clavier en bouilli, revenons au début de cette soirée.
     
     
    Que tous ceux qui sont sur le toit (lèvent le doigt)
    Que toutes celles qui sont sur le toit (lèvent le doigt)
    Que ceux qui sont couchés se lèvent (suivent le pas)
    Allez maintenant on s'en va
    Ces soirées là
    Avant même qu'elles aient terminées
    On est déjà dans le tarpé et
    À peine sorti de la boite on lâche nos premiers bédos
    Avec bien plus de style que Bob Marley

     

     Je sais je n'ai pas le bon style et cette musique ne va pas vraiment avec ce qui se passe entre les pages, mais rien à faire. Une nuit, une soirée, une heure tardive, Morgan ouvre les yeux sur Adrien qui le surplombe. Un toit dans la ville, le toit d'une boite, Morgan a une belle bosse, mais ne se souvient pas de ce qui s'est passé. Alcool ? Oui, c'est sur et certain. Drogue ? Peut-être, peut-être pas, plus rien n'est moins sur, sauf cette attraction qu'il ressent pour Adrien depuis... le collège ? Toujours est-il que cette soirée qui aurait dû être celle de Morgan et d'un hypothétique moment de drague devient une soirée où tout est possible. Adrien est un tout petit peu plus vieux, juste de quelques mois afin qu'il puisse conduire. Ni trop, ni trop peu. Mais il a dans son regard la vie d'un vieillard. Si nous nous demandons pourquoi, nous le saurons bien assez vite, bien trop vite.
     
     
    Morgan a un trou noir, un de ceux qui laisse un léger gout amer en bouche, juste assez avant de passer à des moments plus sympa qui vous font tout oublier. Adrien est présent lors de son réveil et semble le connaitre. Vous connaissez ce sentiment qui vous fait chavirer, avoir un vertige, celui-là même lorsque celui ou celle qui vous fait battre le cœur vous voit pour ce que vous êtes. C'est ce sentiment que Morgan a, pas juste l'espace d'un instant, juste le temps de ces quelques heures. Adrien le connait ! C'est la danse de la joie et le jeune homme ne peut que le montrer. Bavard à souhait, il n'a aucun filtre et oublier souvent de penser sans le dire en même temps, ce qui donne des scènes cocasses. Il fait la conversation pas toujours tout seul, mais cela amuse énormément Adrien.
     
     
    Tomber.
    Tomber amoureux.
    Tomber amoureux de la bonne personne.
    Tomber amoureux de la bonne personne tant qu'il est temps.
     
     
    La nuit s'écoule lentement, avec les actes et les scènes qui s'enchaînent lentement mais inexorablement. Le récit avance de manière à ce que nous tombions amoureux de cette histoire. Cela peut être plus ou moins fortement, mais cela va arriver à un moment ou un autre. Adrien est mystérieux. Il a des passions, surtout une qui pourrait le rendre tel un artiste. Les émotions viennent doucement, c'est une romance sans que ce ne soit qu'une romance, ce qui me convient parfaitement. Adrien cache des choses que nous voulons connaître et en même temps non. Savoir n'est pas forcément le meilleur, parfois il vaut mieux imaginer quitte à se tromper.
     
     
    Entre les deux jeunes gens, il n'y a que dualité. L'un a une belle vie, l'autre non. Ils ne vivent pas dans les mêmes quartiers, n'ont pas les mêmes amis. Adrien a passé un séjour en maison de correction. Ils ne se sont pas vus, ne se sont jamais parlé, pourtant il y a un lien qui existe. Ce lien qui va leur permettre de passer une nuit totalement libre. Cette même liberté que l'un comme l'autre vont apprendre à user, à utiliser, à mettre en pratique. Allez au-delà de ce qu'ils font habituellement, essentiellement Morgan. Et puis cette question, comme tant d'autres, du fameux coming out. Si cela s'est passé correctement pour l'un pour l'autre se fut l'hécatombe. Encore deux mondes qui s'affrontent. Deux mondes qui vont se trouver, se confronter, apprendre à se connaître.
     
    J'ai interrogé 50 hommes Sur ce Qui les Fait Tomber Amoureux ...
     
     
    Complexe, complexité, nouveauté, questionnements, premiers baisers. Ils ne sont pas en quête de leur sexualité ni même de vouloir la montrer ou l'expérimenter. Les événements viennent naturellement, avec cette part d'ombre que traîne derrière lui Adrien et cette facette de boulet de Morgan. On ne peut pas lui en vouloir, il est ainsi et permet à Adrien de penser à autre chose, de s'évader. Je ne peux en dire plus sur l'histoire en elle-même car je ne saurais mettre des mots sur une émotion pure. Et puis le final... Je comprends mieux ces moments sombres, ces moments où Adrien se perd dans ses pensées, les choix qu'il fait. De simples instants de liberté volés qui sont beaux tout simplement. Et puis l'extrait juste en fin de chronique qui résume très bien leur univers, cette faille spatio-temporelle dans leur vie. Une véritable parenthèse, une bulle de bonheur, une bouffée d'air, même si ce n'est pas forcément assez.

     

    Je ne m'attendais pas à cette fin, j'en reste encore avec le souffle bloqué et pourtant il est terminé depuis quelques temps déjà. Adrien et Morgan vont vivre une nuit inoubliable. Quelques heures où leur quotidien est chamboulé, où les minutes semblent s'éterniser. Et si... Et si restera probablement à jamais gravé en l'un des deux. Le nombre de pages ne veut rien dire, c'est une novella qui a suffisamment d'émotions pour le lecteur. Pourtant je ne suis pas facilement chamboulée, c'est pour dire que le texte est poignant, je n'ai pas d'autres mots pour cela. Le destin de ces deux jeunes gens étaient de se rencontrer à cet instant donné et d'apporter un nouveau sentiment, le temps de cette unique nuit. Je crois bien que c'est le premier livre que je lis de l'auteur qui ne soit pas un fantastique et j'aime beaucoup.

     

    Merci pour ces moments passés qui nous prouve qu'il faut savoir vivre sa vie dès que nous le pouvons.


    « Puis au final, je sais déjà qu’après cette nuit, on va retourner chacun dans notre monde. C’est le hasard qui fait que je l’ai rencontré sur le toit de l’Univers. Dans la vraie vie, je n’existe pas pour lui. C’est encore un fait, pas une façon de me dévaloriser. Je suis doué pour ça, hein, je ne nie pas. Pourtant parfois, c’est logique. Lui, il évolue dans un autre espace-temps. Du coup, je dois profiter. Chaque seconde en sa compagnie est précieuse parce qu’éphémère.
    – Tu ne te refais pas les événements, des fois, en changeant un détail ? je lui demande quand il allume le joint.
    Il prend le temps d’aspirer une grande taffe et me le tend ensuite en retenant la fumée. Je suis fasciné par ses lèvres, surtout lorsqu’il les entrouvre à peine pour laisser sortir un filet brumeux, lentement. Je remarque que ses yeux me fixent, dans une expression que je n’arrive pas à déchiffrer. Je ne sais pas s’il est ennuyé, content, blasé, agacé… Il ne laisse rien paraître. »

     

    Falling Down

     

    Partager via Gmail

    12 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique