• Jusqu'à ce que la mort nous sépare (Enel Tismaé)

     

    Jusqu'à ce que la mort nous sépare (Enel Tismaé)

     

    Disponible sur Sharon Kena et Amazon

     

    Les maîtres du crépuscule, tome 1 : La marque de Caïn (Lina Déranor)

    Auteur : Enel Tismaé

    464 pages numérique (epub)

    Thème : Romance Contemporaine

    *******

     

     

    Résumé :

    « Éva pleure et hurle. Elle le supplie d’arrêter, mais Greg ne l’écoute pas et continue de cogner. Toujours plus fort…Les coups, Éva connaît. Elle ne compte d’ailleurs plus le nombre de fois où elle a terminé à l’hôpital. Mais elle dit stop, car elle ne veut pas mourir. Alors, elle fuit sans se retourner. Seule, dans une ville où elle ne connait personne, Éva se reconstruit. Après de longs mois de travail sur elle-même, elle rencontre Tom. Tous deux se fréquentent et la jeune femme reprend confiance. Elle est heureuse et compte bien en profiter. Puis la roue tourne et tout bascule. Le cauchemar prend alors une autre forme que celui qu’elle avait quitté, mais cette fois, saura-t-elle en réchapper ? »  

     

    La bête du Bois de Boulogne (Christine Béchar)

    17/20

     

    Je remercie la maison d'éditions Sharon Kena pour la lecture de cet ouvrage. J'adore la couverture et j'avoue avoir cru tomber sur un fantastique. C'est une fois lancé dans les premières pages que je me suis dit "loupé" ! Bref, une très belle couverture qui met en bouche et un titre qui peut nous emmener sur des chemins bien sombre.

     

    Eva est dans le train pour Paris avec pour seul bagage, une valise à la main. Elle a pris le strict minimum afin de fuir le plus vite possible, le plus loin de son compagnon. Si Eva est dans ce train l'amenant le plus loin possible de celui qu'elle aimait encore il y a quelques mois c'est parce qu'il est devenu violent. La dernière fois l'a amené à l’hôpital, une fois de trop, une fois où le corps meurtri et brisé est arrivé aux urgences... encore... Les circonstances sont toujours les mêmes, un regard trop appuyé d'un homme sur Eva sans qu'elle ne le demande, un mot gentil, parfois elle tente de montrer sa jalousie lorsque Greg s'amuse avec une voisine et le voilà qu'il s'énerve, gueule et frappe de plus en plus fort. Les mots sont devenus des claques, des coups de poings, de pieds, jusqu'à l'inconscience. Elle arrive à fuir en laissant tout derrière elle afin de se reconstruire, de recommencer à vivre, à 26 ans tout est possible, même rencontrer le vrai amour, même replonger dans un engrenage pire que le précédent.

     

    « Éva reste étalée sur le carrelage, complètement sonnée. Elle se rejoue la scène dans son esprit et tente de comprendre ce qu’il s’est passé.
    Elle l’admet, son comportement face à la voisine n’était pas des plus civilisé et correct, mais est-ce que ça justifie pour autant la réaction de Greg ? Elle n’aurait certainement pas apprécié non plus si quelqu’un avait agi de la sorte à son égard, mais quand même…
    Est-elle vraiment responsable de ce qu’il vient de se produire ?
    Si elle était rentrée dans l’appartement sans rien dire, Greg et elle auraient dîné dans le calme et se seraient installés dans le divan devant un bon film… Au lieu de ça, elle avait ouvert la bouche et provoqué cette dispute.
    Bon Dieu ! Il avait raison ! Tout était de sa faute ! »

     

    Le récit apporte beaucoup d'éléments. Un chapitre sur deux nous suivons Eva avec sa volonté de redevenir une femme à part entière et non plus un objet de convoitise. Un chapitre sur deux nous suivons ses débuts avec Greg, sa passion, sa folie d'un soir et puis l'enchaînement qui en vient à ce qu'elle disparaisse de sa vie avant qu'elle n'en meure. Nous voyons donc 2 Eva, celle qui cherche l'amour, tombe amoureuse du mauvais gars et voit sa vie brisée, et celle qui a fui, a pris son courage à deux mains et tente de vivre normalement. Greg qui ne montre rien est seulement possessif et puis les chapitres défilent et l'auteur nous dépeint une situation que malheureusement beaucoup de femmes et d'hommes vivent : celui d'être le punching-ball de l'autre. Les événements se suivent et deviennent de plus en plus noir d'un côté et de l'autre une lumière d'espoir apparaît pour la jeune femme.

     

    Sa fuite n'est pas juste parce qu'elle en a envie, il s'agit de sa vie qui est menacée. La peur d'être retrouvée ne s'éteint jamais, malgré le temps. Elle a tout fait pour ne pas être retrouvée, n'utilisant plus sa carte de crédit, ne bougeant pas du territoire. Elle a réussi à mettre de l'argent de côté sans qu'il ne le voie, avec de l'aide tout est possible. Il existe des associations qui sont capables de faire disparaître n'importe qui. Eva va apprendre à être quelqu'un d'autre, à vivre à pleins poumons. Son arrivée sur Paris n'est pas terrible, elle n'a plus personne, pas d'amis, pas de famille, son "ex" a bien réussi son coup en la gardant pour lui. Malgré tout, elle a cette force en elle, son instinct de survie qui fait qu'elle a pris le départ. Elle trouve une petite pension tenue par une dame âgée qui ne lui demande pas grand-chose de sa vie, sentant qu'elle n'est pas là par hasard. La recherche d'emploi dans une grande ville même avec de bons bagages en mains n'est pas toujours évidente. Avec du courage pour travailler dans n'importe quel domaine, Eva va faire des rencontres en tout genre. Avec une envie de devenir quelqu'un d'autre, le jour de son anniversaire elle décide de se faire plaisir : coiffeur, robe, restaurant, car même seule elle veut pouvoir ressortir sans avoir de crainte. Une soirée inoubliable pour cette jeune femme qui va comprendre qu'elle n'est pas en cause de désirs intolérables.

     

    Le personnage de Eva est mûrement réfléchi et convient à ces femmes qui arrivent à s'en sortir d'une manière ou d'une autre. Comme indiqué plus haut, elle a une force de caractère impressionnante, allant même jusqu'à faire semblant pour donner le change et ainsi préparer sa fuite. Rien n'est facile, au contraire, il faut savoir se battre, avancer à petits pas. Elle a vécu 3 années difficiles. Le début est tout rose, mais très vite Greg a su mettre la main sur elle et l'a formaté comme il le désire. Si elle ne voulait pas faire l'amour avec lui, ce n'est rien, il n'avait qu'à la baiser pour assouvir ses besoins primaires. Après les coups, la maltraitance, le fait de vivre dans une petite ville où tout le monde vous regarde comme un suspect et non comme une victime, la souffrance peut faire perdre la tête. Par chance, Eva a trouvé des gens sur qui compter, lui montrer le chemin. C'est cette chance qu'elle aura à Paris. D'avoir des gens sur qui compter et qui ne vont pas la juger.

     

    Le regard des autres est important dans ce type d'histoire, la pitié ne sert à rien, juger encore moins. Qui peut dire s'il n'aurait pas agi de la même manière ? Qui peut dire qu'il serait parti du début ? Ou au contraire serait resté et finit à la morgue ? Il faut autant de courage pour rester que pour partir. Rester le plus loin possible de celui que l'on a aimé malgré tout, parce que les mots ont réussi à faire entendre raison : c'est souvent la faute de la victime dans ce cas, bien entendu, car elle n'a pas fait ce qu'il fallait pour qu'il soit content... (Étrange comme mon envie de vomir reprend d'un coup...) La situation entre deux êtres qui vivent de cette manière n'est pas saine. Il y en a toujours un qui est plus fort que l'autre, mentalement, physiquement. c'est si facile de dire à l'autre que c'est de sa faute si tout va mal en utilisant n'importe quel prétexte pour exemple. C'est ce que Eva a vécu durant 3 années et maintenant qu'elle a retrouvé sa liberté, elle va devoir faire encore plus attention.

     

    Loin de Greg elle s'ouvre telle une fleur qui a vécu dans le noir bien trop longtemps. Les pétales sont fragiles, pourtant elle arrive à avoir une nuit de passion avec un inconnu, juste pour elle, juste pour le fait d'avoir choisi. Et puis ce qui va suivre n'est que dans l'histoire, elle va revoir cet homme, trouver un vrai travail, devenir quelqu'un d'autre, jusqu'à ce que ses peurs reviennent sous la forme d'un fantôme bien réel. Greg est le genre d'homme qui montre un visage angélique, ce n'est pas possible qu'il soit ainsi, si Eva se fait mal, c'est toute seule ou alors elle l'a poussé à bout. Greg est cet homme qui a tout pour plaire et pourtant qui a une noirceur en lui qui ne le quitte pas. Ce n'est plus de la folie à ce stade, surtout au vu de tout ce qui se passe loin dans le récit. C'est un être humain qui n'en a que l'apparence. Sous cette forme se cache un monstre, vil, près à tout pour satisfaire son besoin de vengeance. Si elle est partie, c'est pour un autre... NON ! C'est pour vivre espèce de crétin dégénéré ! Pardon je m'égare...

     

    Passons à d'autres personnages, comme Coralie qui est une vraie pépite en amie. Tom qui sera celui qui ouvrira les vannes du coeur de Eva avec beaucoup de tendresse et de délicatesse. Et Yvan qui sait ce que c'est que d'avoir des cauchemars la nuit à cause du passé. Je reste évasive sur eux, parce que je ne vais pas tout raconter non plus et puis ils font bloc autour d'Eva pour l'aider, c'est le plus important, chacun à sa manière.

     
    « Cinq mois plus tard
     
    Le réveil sonna, Éva ouvrit un œil et bondit hors de son lit comme un diable de sa boîte. C’est la troisième fois qu’il se faisait entendre. Elle s’était rendormie, résultat, elle était désormais à la bourre !
    — Salut, lui lança Coralie qui buvait son café. Cinq minutes de plus et je venais te déloger de dessous les couettes.
    Sa colocataire éclata de rire lorsqu’elle la vit foncer dans la salle de bain sans même prendre le temps d’avaler quelque chose. Quand Éva ressortit dix minutes plus tard, lavée, habillée et maquillée, un thé l’attendait sur la table.
    — Tu ne peux pas commencer ton service le ventre vide, la gronda Coralie.
    — Oui, Maman. Merci, Maman.
    La jeune femme lui tira la langue pour se moquer d’elle et pour cacher le fait qu’elle était touchée par son geste. »

     

    La reconstruction ne peut se faire que si on a de l'aide, si on veut de cette aide et si on veut continuer à vivre. Eva montre ce chemin qui a été parcouru par tant d'hommes (oui je le dis une nouvelle fois, car il y a des hommes qui meurent sous les coups de leurs femmes même si le chiffre est plus faible) et de femmes afin d'obtenir la liberté. L'auteur parle d'un sujet sensible avec des passages, surtout un qui soulève le cœur. Cette caméra m'a donné des frissons de dégoûts et surtout je me suis posée une question : comment peut-on faire subit cela à un autre être humain ? J'ai bien senti qui était derrière tout cela, car Greg ne peut pas agir seul, je ne comprendrais jamais comment la jalousie, la crainte, l'envie d'obtenir quelque chose peut mener les gens jusque-là, jusqu'à faire souffrir, torturer physiquement et psychologiquement une autre personne. Il y a du machiavélisme dans certains personnages. J'ai adoré le passage après la caméra, lorsqu'elle ressort avec un autre regard. Je n'en dirais pas plus bien sûr, car ce passage est jouissif. Une vengeance amène toujours une autre vengeance, un vrai cercle vicieux.


    Je vais m'arrêter en laissant volontairement des choses de côté. Le livre est complet avec beaucoup d'émotions, de sentiments, de gens qui tendent la main et d'autres qui n'en font qu'à leur tête. La patience est sacrée et ici, il en faut vraiment beaucoup pour que Eva puisse s'en sortir un jour. La police, les procureurs, les juges, les dossiers médicaux, la violence, les viols, les coups, la terreur, les envois de lettres, rien n'est épargné à cette jeune femme qui a déjà trop souffert et endure encore. Le corps peut guérir, mais l'esprit, lui, reste marqué, probablement à jamais. J'avais dit que j'arrêtai donc je stoppe là.

     

    En conclusion, une histoire qui est très réaliste avec une scène sordide qui peut heurter la sensibilité (pas la mienne, vu que je ne suis pas sur d'avoir encore ce terme en ma faveur). La rage de vivre aurait pu être également le titre de ce livre, mais après tout, jusqu'à ce que la mort nous sépare est bien choisi pour un point... Il suffit de le lire pour le découvrir !
     

    Jusqu'à ce que la mort nous sépare (Enel Tismaé)


     

    Défis sur Fb Logo Livraddict babelio Vous pouvez me retrouver : Vous pouvez me retrouver :

     

     

    « Top Ten Tuesday # 118La saga des enfants des Dieux, saga (Linda Saint Jalmes) »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    6
    Dimanche 7 Juillet à 18:41

    J'adore la couverture ! et tu donnes envie de le découvrir :)

    5
    angeselphie
    Samedi 6 Juillet à 13:40

    Ce n'est pas forcément mon style de prédilection mais j'avoue qu'il me tente pas mal. Merci de la découverte.

      • Lundi 8 Juillet à 11:40

        Moi non plus ce n'est pas trop mon thème, mais parfois c'est sympa de changer de registre :)

    4
    Vampilou
    Mercredi 3 Juillet à 17:00
    Ah, un roman que j'ai beaucoup aimé, un sujet difficile, mais très bien traité !
      • Mercredi 3 Juillet à 18:05

        Oui, elle l'a bien traité même si c'était difficile :)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :