• Le jour où mon pénis est tombé (David Duranteau)

     

    Disponible sur Amazon

    Ash et Vanille, tome 1 : les guerriers du lézard (Sosthène Desanges)


    Auteur :

    217 pages numérique (epub)

    Thème :  Policier humoristique

      *******

       

    Résumé :

    « Je m’appelle Fabrice Carmen, j’ai 43 ans, je suis le présentateur vedette de la matinale d’une grande radio française.
    J’ai du fric, je suis connu, les meufs m’adorent, je suis le mec que tout le monde rêve d’être…
    Sauf que récemment les petits désagréments s’accumulent… Mon pénis, par exemple… Il est tombé, un matin, sous la douche… Ça fait un choc de le voir à côté de la savonnette… Et cette nouvelle animatrice à la radio qui ne porte jamais de culotte, c’est la fille d’un cinéaste connu, je crois qu’elle essaie de me piquer ma place… Et comme une apothéose, à l’instant où je vous parle, une femme est allongée sur mon canapé hors de prix, une coupe de champagne plantée dans la gorge… Je m’allumerais bien une clope, moi… »  

    La bête du Bois de Boulogne (Christine Béchar)

    Une seconde de trop (Linda Green)

    17/20

     

    Je remercie l'auteur David Duranteau pour être venu toquer à ma porte afin de me proposer son roman par le biais du site simplement. Au début, la couverture ne m'a pas attiré et au final... toujours pas mdr, sauf qu'elle va parfaitement avec l'histoire. J'avoue que le titre m'a bien fait rire et une fois plongée entre les pages, difficile de ne pas lever les yeux au ciel, mais c'est pour plus tard.

     

    Fabrice Carmen est un super présentateur radio, le matin, vraiment très tôt. Il a ses habitudes, ses envies, bref tout ce qu'il faut pour lui. Les femmes tombent sous son charme, il drague tout ce qui bouge ou presque. Imbu de sa personne sans vraiment martyriser les gens, mais plutôt en se moquant d'eux, il va lui arriver quelque chose d'impensable : il perd son pénis. Oui, littéralement. Depuis quelques jours, il voit bien qu'il y a quelque chose de pas normal. Il bande sans cesse, il est violacé, mais qu'importe, cela va s'arranger. Sauf qu'une douche, un coup de zizi dans l'une des parois et le morceau tombe... Pourquoi ? Comment ? Où l'a-t-il foutu pour être dans cet état ? Parce que franchement il faut y aller non ? Étant une femme je ne risque pas d'avoir ce problème, mais pour lui, les ennuis commencent. Les urgences sont obligatoires, avec le morceau dans une poche de glace... Le rendez-vous pour faire trinquer une certaine Léa le soir même tombe à l'eau... Le pauvre est bien obligé de composer avec ce qui va lui rester. Et s'il devenait un homme sans pénis ?

     

    « Y’a des jours comme ça, qui vous changent une vie… Ces jours où quelque chose bascule et rien ne sera jamais plus comme avant… J’ai vécu deux évènements de ce type-là, cette année… Le premier, c’est aujourd’hui, un vulgaire lundi de la fin août 2013… L’autre, c’est au mois de novembre de la même année… mais on en parlera plus tard… Faut toujours garder le meilleur pour la fin…
    Pour l’instant, nous sommes à l’aube d’un lundi comme on en vit dans une sociale démocratie occidentale… On est le vingt-six août de l’année 2013 à Paris… Pas de guerre, pas de pénurie particulière, une certaine liberté d’action… Il est trois heures quinze du matin et curieusement, je ne panique pas… Je suis debout… Je me dis que je vais pas pouvoir aller bosser… L’eau tiède me coule sur la nuque et je ne saigne pratiquement pas… Je fixe le sol, je le regarde, là… À terre… Il gît, pas très loin du gel douche… La mosaïque est moderne, heureusement, ça égaye un peu… »

     

    Promis je ne me moque pas de l'auteur, mais du personnage. Bon sang, lorsque j'ai compris qu'il venait de le perdre littéralement, j'ai explosé de rire. Je me suis même dis : bien fait ! Macho à fond, l'auteur dépeint ce Fabrice comme LE mec parfait en tout point (selon le point de vue de môssieur FAbrice, excusez du peu). Imbu, nombrilisme, il ne s'attache pas, enfin ça c'est un point à soulever. Parce qu'en fait il joue les m'as-tu-vu-de-service, le meilleur-en-tout-genre, ouais ouais, mais il cache bien son jeu le pépère. L'histoire débute sur cet homme qui a tout fait, qui gagne très bien sa vie et de gauche en plus. Bah voyons, autant fourrer de la politique là-dedans ! L'auteur en rajoute des couches et des couches, des tonnes et des tonnes de clichés que, non, cela n'en est pas lassant. Au contraire. Tout le monde y passe, non pas dans le lit de Fabrice, même si apparemment Dieu c'est lui et qu'il sait s'en servir... Enfin il savait !

     

    J'ai cherché le flic, le policier, le truc qui allait tomber et paf, c'est là juste devant nous sans avoir vu venir la chose. Enfin presque. De petits détails font qu'il y a anguille sous roche. Quelqu'un semble le surveiller de près. Est-ce pour cela qu'il a perdu sa virilité ? Passons ce détail qui horripile Fabrice durant... toute l'histoire en fait. Il tente de s'en sortir, l'opération est une réussite d'un certain point de vue. Le médecin urgentiste est... une femme ! Pas de bol, surtout qu'elle est sarcastique à souhait et j'adore les joutes verbales que l'on a eu le droit. D'ailleurs tout le livre ne cesse d'être rempli de sarcasmes. Que ce soit sur ses amis, son patron, les femmes, Fabrice en a pour tout le monde. Un peu comme ce comique qui a un humour noir que j'adore, c'est tout a fait ce que nous avons ! J'allais oublier le chauffeur de VTC, Benito et pas un chauffeur de taxi banal.

     

    « Je suis chirurgien-urgentiste... Et comme deux femmes diplômées sur trois de plus de trente ans, vivant en milieu urbain, je suis célibataire... Voilà... Je l’ai dit, je perce l’abcès... Non, je ne suis pas particulièrement moche... Il paraît que j’ai des belles jambes et de beaux pieds... Oui, j’ai des petits seins... Non, je ne me ferai pas opérer... J’ai des copines, célibataires aussi... Ça réconforte, on se sent normale... Ça se crispe un peu entre nous quand l’une ou l’autre trouve un mec... On se sent trahi... Solidaires, mais dès que l’occasion se présente... Je vais aller changer ma blouse en lambeau, prendre un café et fumer ma dernière cigarette de la nuit... En plus, j’ai arrêté, faut pas abuser... Je vais passer par les escaliers, j’ai pas envie de parler... Qu’est-ce qu’il fout là, lui ? ... Il a quoi dans la main ? »

     

    Plusieurs personnages font leur apparition. Il y a Léa qui va remplacer Fabrice à la matinale. Avec son enthousiasme et le fait qu'elle n'y connaisse rien, elle fait un peu cruche tout de même. Le médecin, Hélène est bourré de complexes, surtout au niveau de sa poitrine... Fréderic Mansard, inspecteur de police. Comment parler de lui ? En fait, on va le zapper ! De toute façon, c'est un flic, un peu comme celui qui entend ce que lui raconte Fabrice lors d'une déposition, mais qui écrit ce qu'il veut bien. Son patron dont j'ai déjà oublié le prénom parce qu'il n'en vaut pas la peine. Benito qui m'a bien fait rire, qui veut le meilleur pour sa famille et pour lui, comme son père veut pour ses propres enfants. La voisine de palier un peu nympho sur les bords. Tout ce petit monde gravite autour de notre Dieu en puissance. Il y en a bien d'autres qui ont un intérêt certain. Et forcément quand au lieu de se taper une femme, il revient des toilettes et la trouve morte sur son canapé, quelle mauvaise idée elle a eut là !

     

    Petit bémol, le changement de personnage n'est pas facile à suivre, j'ai été un peu perdu par moment sans avoir les prénoms au début, après cela va mieux.

     

    En conclusion, une histoire qui fait sourire, rire même. Il ne faut pas tout prendre au premier degré comme dans la vie, sinon on serait "mâle" ! Un côté policier léger avec un auteur qui a réussi à me faire croire à un coupable, alors que ce n'était pas ce personnage mais un autre. Le monde est montré comme superficiel, mais il y a de bonnes âmes capable du meilleur comme du pire ! Une histoire qui n'a ni queue ni tête (sans mauvais jeu de mots, quoique...) mais qui au final montre jusqu'où nous pouvons aller pour obtenir ce que l'on désire. Enfin pour certains il vaut mieux ne pas aller n'importe où ! Attention, humour noir garanti !

     

    Défis sur Fb Logo Livraddict babelio Vous pouvez me retrouver : Vous pouvez me retrouver :
    « Vents mauvais (Claire Rivieccio)Clash, tome 4 : passion irrésistible (Jay Crownover) »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    12
    Jeudi 19 Juillet à 08:33

    Le titre m'a fait sourire et ton avis a fini de me convaincre... Je note ce livre ! merci pour cette découverte.

      • Samedi 28 Juillet à 13:32

        Pas de quoi, en plus l'auteur est super gentil !

    11
    Mercredi 18 Juillet à 09:38

    je dois le lire aussi...

    10
    Samedi 14 Juillet à 21:21

    Le titre attise la curiosité mais au final, je ne me sens pas plus attirée que ça par cette histoire :p Bon weekend !

      • Samedi 28 Juillet à 13:29

        Ce n'est pas bien grave :) Bon week la puce !

    9
    Jeudi 12 Juillet à 19:57

    Je partage le même avis que Vampilou lol

    8
    Vampilou
    Jeudi 12 Juillet à 17:02
    Le titre attire tellement l'attention, qu'on a envie de le lire juste par curiosité !
      • Jeudi 12 Juillet à 21:46

        C'est sur qu'il a trouvé le bon filon l'auteur :)

    7
    Jeudi 12 Juillet à 13:41

    Je crois qu'il est dans ma PAL, il faut que je le lise !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :