• Les Lionnes de Venise, tome 1 (Mireille Calmel)

     

     

    Disponible sur Rebelle éditions

      

     

    Les Lionnes de Venise (Mireille Calmel)


    Auteur : 

    345 pages papier

    Thème : Historique

      *******

    Fait partie de la série

    Les lionnes de Venise


     

    Résumé :

    « Lucia, jeune et espiègle Vénitienne, se retrouve au milieu des flammes qui dévastent la modeste imprimerie familiale. Sous ses yeux, son père est enlevé par trois hommes armés. Qui donc se cache derrière ce crime ? La veille, la magnifique Isabella Rosselli, la plus rouée des espionnes de la cité des Doges, est venue faire reproduire une étrange gravure.

    Lucia est décidée à percer cette énigme et à sauver son père. Dans une quête effrénée, elle s’immisce parmi les puissants, se mêle au bal des faux-semblants du carnaval, s’enfonce dans les arrière-cours des palais. Une Venise fascinante, oppressante, où le pouvoir se confond avec l’amour, où les étreintes succèdent aux duels et les baisers aux complots.

    Dans ces bas-fonds de la cité lacustre, amis et ennemis avancent masqués. Lucia joue de ses charmes, de son épée, de son poignard aussi qu’elle porte au mollet. Elle ruse, croise le fer avec Giorgio Cornaro, le fils du doge, homme corrompu et dangereux, prête à tout pour découvrir la vérité sur cette gravure dont tous, à Venise, sont convaincus qu’elle recèle le secret du pouvoir absolu. » 

    La bête du Bois de Boulogne (Christine Béchar)

    Les Lionnes de Venise, tome 1 (Mireille Calmel)

     

    Je remercie Livraddict ainsi que la maison d'édition XO pour m'avoir fait parvenir ce premier tome. Il me tentait d'abord à cause de la couverture, puis le résumé. Venise est une ville que j'ai eu l'occasion de visiter, sans compter que j'aime beaucoup l'historique.

     

    Ici, nous suivons Lucia, une jeune femme dont le père, imprimeur, va se faire enlever à cause d'un objet qu'une courtisane, Isabella Rosselli lui a prêté pour effectuer un travail dessus. Lucia va tout faire pour les suivre, mais la maison est prise aux flammes. Elle va tenter de sauver Luigi d'une mort certaine. Malheureusement, il succombera à ses blessures. Lucia va devoir faire tout pour retrouver son père en vie et devoir devenir courtisane à son tour afin de dénouer ce qui se trame exactement. Entre un désespoir de ne pas le sauver et une envie de se venger, Lucia va apprendre à se défendre avec de nouvelles armes.

     

    « — Je veux que vous séduisiez Claude de Mesmes au grand bal que donnera don Foscari dans quatre jours, pour l'ouverture du carnaval.

    Lucia écarquilla les yeux.
    — M'en croyez-vous sincèrement capable ?

    Un étrange sourire s'inscrivit sur ses traits.
    — De cela comme de beaucoup d'autres choses, Lucia.

    Elle aurait dû se sentir flattée, mais un frisson désagréable lui glaça les os. Elle le repoussa. »

     

    Splendide ! Ce serait le seul mot que je pourrais écrire, mais cela ne serait vraiment pas très sympa, au vu de ce que j'écris habituellement sur les livres.  L'histoire se passe au 17ème siècle, sous une Venise qui est affriolante et la plupart du temps insouciante pour les plus riches. J'ai été transporté dans cette ville dès le début de la lecture. Les descriptions nous embarquent dans les ruelles, sur les canots, dans les demeures où la richesse et la sensualité sont parties prenantes. Les flots de Venise, les prisons, le pont des soupirs qui est encore utilisé, un voyage qui montre le beau comme le moins beau. Lucia va enquêter sans avoir l'aide de la Quarantia Criminale qui croit tout simplement qu'elle affabule. Elle va devoir se débrouiller seule, ou presque . Une rencontre va la forcer à devenir courtisane, mais cela ne sera pas comme cet homme, Giorgio Cornaro, pourrait le croire. Apprendre vite et bien, sera une décision dont elle n'aura pas vraiment le choix. Cela montre sa ténacité et son courage, surtout face à l'abbesse.

     

    De nombreuses trahisons, de nombreux rebondissements. J'ai eu des doutes et j'ai été agréablement et beaucoup moins agréablement surprise. Les complots ne datent pas d'hier, surtout lorsque le prologue montre la mort d'une femme pour protéger son enfant et une relique. Sans le savoir, Lucia a un pied dedans depuis sa naissance et même avant. Les décors nous plongent dans une autre époque. Une époque qui ne donne pas envie d'avoir confiance en certaines personnes, pour ne pas dire tous. Les gens honnêtes sont très rares.

     

    Lucia est donc une jeune femme qui est douée dans les armes ne baissant pas les bras facilement. son but est de retrouver son père enlever et sera capable de tout pour y parvenir. Être courtisane ne signifie pas coucher avec tout le monde pour avoir des informations. Au contraire, elle est toujours vierge, se réservant pour celui qu'elle veut. C'est une femme de caractère qui est capable de transformer son allure pour passer pour un homme, quitte à couper ses cheveux. Déterminée et efficace, elle est sauvage et capable de se défendre avec une lame, surtout si elle la pointe sur les parties intimes d'un homme qui compte s'occuper d'elle. J'ai adoré la suivre dans ses pensées, dans ses gestes. Elle est pleine de passion et proche de ceux qu'elle aime.

     

    « Venger la destruction de leur imprimerie, du campo. Lorsque Marco s'arrêta en lisière des dernières habitations, elle fixa le pont menant à l'îlot sur lequel se trouvait deux couvents. 

    Vengeance. Elle en transpirait.

    Ainsi que le nom l'indiquait, deux anges surmontaient les piliers du portail de Santa Maria degli Angeli. Valaresso ayant, comme toujours, laissé quelques hommes devant la porte pour s'assurer de la qualité des visiteurs, Marco avait décidé qu'ils entreraient séparément. Lui tel à son habitude, pour rendre visite à Livia. Elle comme un illustre patricien en quête de plaisirs. Ils se retrouveraient au pied de l'escalier qui menait chez l'abbesse. Marco la saisit par les épaules.

    — Sois prudente, mais agis avec hauteur. Ton masque, ton allure, tes armes suffiront à ce qu'aucune question ne te soit posée. Si cela survient malgré tout, n'oublie pas qui tu es censée être. Toise, foudroie du regard jusqu'à ce que ces chiens baissent le leur et te laissent passer, tu as compris ?

    — Plus que tu ne l'imagines. »

     

    La relation qu'elle a avec son père est forte, tout comme avec Luigi. Lorsqu'elle rencontre d'autres hommes, comme Giorgio, Marco, Henri, son caractère ne change pas. Elle garde cette passion en elle. Si elle n'aime pas l'un d'entre eux, il le saura très rapidement et ne fera pas de minauderies pour plaire, mais pour obtenir les informations. En dehors de tout cela, elle est naïve, croit beaucoup trop les gens et risque de se faire du mal mentalement et physiquement.

     

    J'ai beaucoup apprécié Marco du départ, tout comme Paolo et Giorgio. Chacun d'entre eux montre diverses facettes et à la place de Lucia ou Isabella, j'aurai peur de me laisser aller avec l'un d'entre eux. Giorgio est tenace dans ce qu'il veut obtenir, n'hésitant pas à se servir des femmes pour obtenir des renseignements, des bonnes grasses de personnalités plus hautes dans la société. Paolo est un jeune homme qui hésite à mentir et ne le fait que s'il ne peut pas faire autrement. Il pense d'abord au bien-être d'Isabella avant de penser au sien. Marco est un maître d'armes réputé qui n'est pas là par hasard. En parlant d'Isabella, nous la découvrons par morceau, apprenant qui elle est, pourquoi elle est devenue ainsi et pourquoi on a voulu la tuer.

     

    La gravure pourrait également être un personnage. Elle est recherchée par tous pour ce qu'elle peut apporter. Cachée aux yeux de ceux qui la veulent pour assouvir un besoin primaire de puissance. C'est à cause d'elle qu'il arrive autant de morts, d'événements, d'actions et e méfiance.



    En conclusion, un historique qui allie aussi bien la sensualité que l'action. Un récit qui m'a emporté au 17ème siècle dans une Venise bien différente de celle que j'ai connu. Trahisons, complots, ruses, émotions, je le recommande vivement !

     

     
    Défis sur Fb Logo Livraddict babelio Vous pouvez me retrouver : Vous pouvez me retrouver :

     

    « Les Lionnes de Venise, série (Mireille Calmel)Dans ma boite il y a... # 82 »

  • Commentaires

    4
    Dimanche 20 Août à 09:11

    Il y a bien longtemps que je n'ai rien lu de l'auteur. Tu me donnes envie de retrouver son univers et sa plume.

      • Dimanche 20 Août à 16:05

        Je ne connaissais pas du tout. Je vais me pencher sur ses autres !!

    3
    Vampilou
    Samedi 19 Août à 16:07
    Ce n'est pas forcément mon style habituellement, mais ton avis est tout de même tentant !
      • Dimanche 20 Août à 16:05

        J'adore ce style d historique donc je suis emballée xD

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :