• Mercredi ciné

     

    Hé, oui, toi qui passe par ici pour savoir un peu ce qui se passe, toi qui te demande si tu n'es pas tombée sur un blog un peu ou plutôt complètement strict ? Pas du tout, saches que la personne derrière est totalement est irrévocablement fêlée. Non mais c'est quoi ces phrases ? Bref, en un mot, ce coin est pour mes sorties ciné, qui se font rares et aussi des films que j'aurais pu ne pas voir au ciné, mais bien après leur sortie. Je parlerais aussi des séries que j'aurai l'occasion de regarder. Je ne suis pas très télé, donc il peut y avoir des moments où les avis des séries seront coupées par saison, tout simplement parce que je préfère lire ^^

     

    Cette rubrique devient le mercredi ciné, car tous les mercredi je noterai quelques mots sur un film, une série, un épisode, logique, pas vrai ?

     

     


  •  
    http://fr.web.img5.acsta.net/r_1920_1080/pictures/15/09/02/15/17/237129.jpg
     
     
    Film | Animation | germano-belgo-luxembourgo-irlandais | Décembre 2015
     

    Titre original : Ooops! Noah Is Gone…

    Réalisation : Toby Genkel et Sean McCormack

     
    Synopsis du film

     

    " A partir de 3 ans

    La fin du monde est proche : le Grand Déluge arrive. Heureusement, Noé a construit une Arche pour y accueillir tous les animaux. Tous... sauf Dave et son fils Finny, qui appartiennent à la race des Nestrians -de curieuses et adorables créatures que personne n'a jugé utile d'inviter à bord de l'Arche. 
    Grâce à l'aide involontaire de deux farouches Grymps, Hazel et sa fille Leah, les Nestrians parviennent à embarquer discrètement. Mais, au moment du départ, Finny et Leah tombent accidentellement du bateau. Ils vont dès lors devoir s'unir pour échapper au Déluge et survivre dans un monde hostile et peuplé de prédateurs sauvages.  "

     

    Film d'animation 
     
     
    Voix françaises
     
    • Emilie Guillaume : Finny
    • Marie Du Bled : Leah
    • Catherine Conet : Hazel
    • Sébastien Hébrant : Dave
    • Pascal Racan : Le Lion
    • Philippe Allard : Podcol
    • Patrick Descamps : Mastoc

    Mon avis

     

    Me voici de retour avec un film d'animation. Pas un disney ou Pixar, mais une production qui n'a rien à les envier, bien au contraire. L'Arche de Noé est de retour, avec à la tête un Lion qui décide de qui va monter sur cette arche pour éviter de se faire noyer. Chaque animal doit être sur la Liste pour accéder à l'embarquement, mais pas de bol pour deux d'entre eux : Dave et son fils Finny, des Nestrians n'y ont pas le droit. Pourquoi ? Le Lion et ses sujets n'en disent pas plus. Toujours est-il que ces deux-là se voient refuser de monter à bord et voient leur avenir bien sinistre.

     
     
    Tout commence normalement, un matin tranquille jusqu'à l'annonce fatidique : leur île va être submergée par un raz-de-marée et ainsi la vie ne sera plus possible. Branlebas de combat, il faut faire au plus vite. Une liste est mise en palce, une arche également et les voila à aller voir le grand chef, le Lion, afin de savoir où quand comment et surtout s'ils sont sur cette foutue liste. Tous sauf deux se voient accéder au Saint Graal. Pas de panique, papa Nestrians décide de jouer un tour afin de pouvoir monter sur l'Arche : un bon déguisement. Enfin un déguisement quoi, afin de sauver son fils et lui-même. Mais les choses ne vont pas tourner rond, lorsque que Finny et Leah, une Grymps dont la maman a comme qui dirait accepter d'aider ces deux zouaves bon gré mal gré, se retrouvent toujours sur l'ïle.
     
     
    Les enfants sont seuls au monde, perdus, pourtant leurs différences qu'on ne peut que constater dans tous les sens du terme vont les rapprocher. L'une est vive, prête à "bouffer" tout ce qui n'est pas un fruit, tandis que l'autre n'est que douceur et ne ferait pas de mal à une mouche. Obligés de faire équipe, même si ce mot est infect dans la bouche de Leah puisqu'elle préfère être une solitaire, ils vont apprendre à se connaître et découvrir les forces de l'autre. Car les faiblesses sont tellement connues que tous ne voient que cela. Pourtant les opposés vont créer un véritable duo, qui va devenir un quator.

     
    http://fr.web.img4.acsta.net/r_1920_1080/pictures/15/05/06/12/25/189135.jpg
     
     
    4 personnages totalement différents vont entreprendre de s'en sortir. Avec des hauts et des bas, Finny, Leah, Podcol et Mastoc vont montrer que la différence peut être un atout. Il suffit juste de mettre en valeur les compétences de chacun. Il est clair que du départ, une baleine, un poulpe ? ou calamar je ne sais pas trop, une carnivore et un illuminé, nous devons bien nous demander comment tout cela va avancer. Mais si alors que cette nouvelle équipe cherche par tous les moyens de rester en vie afin de retrouver l'Arche, deux autres sont prêts à les bouffer. Tandis que leur père et mère font tout pour détourner leur bateau. Et avec un Lion aux commandes, Dave et Hazel vont devoir aussi se mettre en commun pour tenter de mettre le roi des animaux dans leur poche, ce qui semble bien compliqué.
     
     

    Finny ressemble à une peluche vivante toute colorée, attirante et douce, tout comme son père. Quant à Leah, elle ressemble plus à un chaton qui veut se faire les griffes et surtout ne pas montrer qu'elle a peur dans certaines circonstances. Une histoire qui fait bien entendu appel à l'union des personnages pour s'en sortir. De jolies surprises, des jeux de mots, de la couleur, une histoire d'amitié qui va naître entre deux espèces que tout oppose.
     

    La fin est assez surprenante sur la nature de Finny et Dave, car nous apprenons réellement pourquoi ils sont différents et pourquoi ils n'étaient pas sur la liste. Il est clair que le Lion aurait pu les prévenir, mais apparemment il a préféré se taire. Pourquoi ? C'est une bonne question car la logique aurait voulu qu'il les prévienne, mais au final sans cela, l'histoire aurait été très courte. Dans tous les cas, le lion se fait remonter les bretelles par ses "collègues" et c'est très drôle de voir le roi des animaux se faire tout petit.
     

    En bref, un film d'animation qui a rempli ses fonctions. De l'amour d'un père et d'une mère, de l'amitié, la différence qui resserre les liens, de la couleur, de l'action, de l'humour et des décors qui font rêver malgré le raz-de-marée qui est bien plus qu'une menace, c'est une réalité pour ces animaux. J'ai passé un très bon moment avec Finny et Leah !
     
     
    http://fr.web.img6.acsta.net/r_1920_1080/pictures/15/05/06/12/25/192416.jpg
     

    Ma NOTE  

    Mercredi ciné #48, Double trahison, le film

     

    Partager via Gmail

    10 commentaires

  •  
    http://fr.web.img3.acsta.net/r_1920_1080/pictures/16/09/15/14/27/311084.jpg
     
     
    Film | Comédie | France |
    Parution en Octobre 2016
     

    Titre "original" : Brice 3 (sous-titré « ... parce que le 2, je l'ai cassé ! »)

    Réalisation : James Huth

     
    Synopsis du film

     

    " Brice est de retour. Le monde a changé, mais pas lui. Quand son meilleur ami, Marius, l’appelle à l’aide, il part dans une grande aventure à l’autre bout du monde… Les voyages forment la « jaunesse », dit-on, mais restera-t-il le « roi de la casse » ?

    Dans un chalet en pleine montagne, Brice Agostini, désormais très vieux, raconte à des enfants ses faits d'armes insensés et la suite de ses aventures mouvementées en tant que Brice de Nice, le surfeur.

    Alors qu'il vit dans une paillote niçoise avec son poisson rouge Fabrice à la suite de l'incarcération de son père, Brice découvre une bouteille à la mer contenant une carte postale de son meilleur ami Marius de Fréjus, qui réclame son aide. Le lendemain, le fan du film Point Break apprend que la mairie l'expulse de son logement, celui-ci devant être rasé afin de nettoyer la plage. Brice libère alors son poisson rouge dans la mer et décide de partir porter secours à Marius.

    Ne sachant pas encore où se trouve celui-ci, il s’envole pour Hossegor où il retrouve son meilleur ennemi Igor, devenu l'esclave de Gregor. En ayant l'idée de retourner la carte postale, Igor permet de savoir où se trouve Marius. Brice et Igor partent alors pour Hawaï. Mais sur l'île, Brice voit son statut de « roi de la casse » menacé par un double maléfique, Colin de Cogolin, qui dirige un club de vacances... "

     

    Film 
     
     
    Acteurs principaux
     
    • Jean Dujardin : Brice Agostini, dit Brice de Nice / Colin de Cogolin
    • Clovis Cornillac : Marius Lacaille, dit Marius de Fréjus
    • Bruno Salomone : Igor d'Hossegor
    • Alban Lenoir : Gregor d'Hossegor
    • Noëlle Perna : Edwige

    Mon avis

     

    Je savais qu'il y avait une "suite" du premier Brice, qui était sorti en 2005 (ouh là, cela date un tout petit peu) et je l'avais trouvé marrant, sans plus, avec de grosses vannes bien soutenues (un peu trop à mon gout, à voir une fois) J'ai réitéré l'exploit de revoir Jean Dujardin dans ce film loufoque, 11 ans après le tout premier, me disant que peut-être il allait être un peu mieux. Il n'est pas pire en tout cas... Non pas pire, pas mieux, disons que c'est du Brice.

     

    On retrouve Brice, très vieux, avec un beau dentier qu'il montre aux enfants qui sont dans le même chalet que lui, et il leur raconte une histoire. La sienne, celle où le temps est passé et où il était plus jeune, un peu perdu, comme d'habitude. Brice se revoit au moment où sa maison sur la plage est détruite. Une bouteille récupérée avec un message où son ami Marius dit qu'il est en danger. Après maintes réflexions, où Brice n'a absolument pas du tout envie d'aller au secours de son ami, parce que cela le changerait de sa petite routine, il n'a plus trop le choix. Plus de maison, il décide de faire le chemin pour le retrouver. Bien entendu, entre l'écriture de Marius, le fait que Brice a un peu de mal à lire et surtout qu'il ne vérifie pas d'où vient la carte, le chemin est un peu détourné.
     
     
    Détourné est un bien grand mot où Brice va nous montrer une fois de plus que son cerveau ne fonctionne quasiment pas. Par ailleurs, grâce à la radio de sa tête, le médecin va lui démontrer qu'il n'utilise que 7% de son cerveau... Une minuscule illumination, ce qui ne lui fait absolument pas peur, 7 c'est beaucoup pour lui. Brice est plus vieux (cela se voit tout de même, 11 ans, ce n'est pas rien) et il reste toujours aussi.. débile, autant utiliser les mots exacts. Le film se découpe en deux parties bien distinctes, la première qui aurait pu s'intituler "à la recherche de Marius" où tout simplement Brice qui part, mais ne sait pas où et se retrouve dans des lieux improbables, avec des gens improbables. D'ailleurs, la bande de surfeurs qui fait la loi sur la plage, cela rappelle forcément une scène mythique dans le premier. Il faut être honnête, le genre beau gosse musclé, cela n'a pas pris avec moi, car franchement vu leur tête non merci xD.
     

     
    http://fr.web.img4.acsta.net/r_1920_1080/pictures/16/08/18/12/03/222732.jpg
     
     
    La seconde partie est celle où il doit retrouver son identité. Car oui, il s'agit d'un lieu où Brice est LE Best. Fête à gogo, casse contre casse (pas certaine de l'écriture, mais on fera avec), un Brice devenu Dieu, sauf que ce n'est pas lui LE Brice. Quelqu'un est là, bien présent, à sa place et il lui ressemble drôlement (en même temps, même acteur qui joue les deux rôles, forcément on se retrouve avec le clone) Si j'ai adoré la première partie avec les répliques, l'air naïf de notre personnage principal et le semblant d'amitié avec un vieux de la vieille, la seconde partie est... trop. Trop bizarre, trop lourde en gag, trop tout quoi.
     
     
    Alors oui, Brice est un film où nous savons forcément que nous allons mettre les pieds dans une comédie du vingtième degrés, en quelque sorte si ce n'est plus, mais un minimum aurait été sympa, comme éviter de prendre les spectateurs pour des cons. C'est tout de même ce qui est dit dans les dernières phrases du vieux Brice, donc avoir les boules prend toute son ampleur. Je pense que c'est du quitte ou double et là, pour le coup, je passe mon tour pour cette fin.
     
     
    L'imagination est pourtant bien là, je me dis qu'il faut prendre son mal en patience et penser comme Brice (ce qui n'est pas une mince affaire au vu de pas mal de délires). Et des délires il va en avoir, qu'à force on se demande bien ce qui peut être réel ou non. Surtout qu'à mes souvenirs du premier il y en avait vraiment beaucoup. Et là, faire du surf sur une aile d'avion en plein vol, je suis certaine que c'est un rêve, mais le reste... C'est tout de même surréaliste par moment, ce qui ne devient pas si drôle que cela. Les jeux de mots sont plutôt sympas et il y a tout de même une petite morale dans l'histoire pour ne pas se perdre en route, et pas que physiquement.
     
     
    En bref, le film se regarde, une fois. Il ne faut pas s'attendre à une comédie "normale", mais un gros burlesque qui part dans tous les sens. L'amitié semble tenter de frayer son chemin dans tout ce méli-mélo. Est-ce que cela va réussir ? Dites-vous bien qu'avec un Brice dans l'histoire, ce n'est absolument pas gagné.
     
     
    http://fr.web.img2.acsta.net/r_1920_1080/pictures/16/08/18/12/03/037879.jpg
     

    Ma NOTE  

    Mercredi ciné #51, Justin et la Légende des Chevaliers, film d'animation (Hors ligne)

     

    Partager via Gmail

    16 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique